Baise avec la soeur de ma copine

Ma copine et moi vivions ensemble depuis quelques années maintenant. En fait, je dois dire que ma petite amie, sa sœur et moi vivions ensemble depuis quelques années. En réalité, elle ne vivait pas avec nous, mais parfois, j’avais l’impression qu’elle vivait avec nous. La sœur de ma petite amie, Aurélie, avait 27 ans, quelques années de moins que moi et quelques années de plus que ma petite amie. Il semblait qu’elle avait vécu avec nous parce qu’il n’y avait pas une semaine qui passait sans que nous n’ayons la chance d’être bénis par sa présence. Elle voyageait beaucoup pour le travail et ne vivait qu’à environ une heure de chez nous. Nous vivions plus près de l’aéroport, alors chaque fois qu’Aurélie voyageait, elle dormait chez nous la veille au soir. Il y avait aussi plusieurs fins de semaine où elle venait avec son petit ami ou sans lui pour une visite. Je suppose que c’est pour ça que je n’ai pas été surpris quand elle est arrivée ce vendredi soir-là.

Il était environ 21 h, je crois, c’est difficile de se rappeler vu que j’ai été saoul et défoncé pendant la majeure partie de la journée. Je n’avais pas travaillé ce vendredi-là, mais j’avais joué dans un tournoi de golf, buvant et fumant tout au long de l’après-midi. Ma petite amie n’était pas en ville ce vendredi-là, alors quelle meilleure excuse pour me défoncer moi-même.

Après le tournoi de golf du matin, je suis sorti avec les gars pour prendre un verre ou plutôt 12, puis je suis rentré chez moi. Quand je suis rentré à la maison, j’ai continué à fumer, à boire et à regarder la télévision. C’était une bonne idée, car je n’avais rien de mieux à faire. Soit j’étais extrêmement perturbé, soit la télé était tout simplement terrible à ce moment là, je ne trouvais rien à regarder alors j’ai connecté Netflix et je me suis mis un épisode déjà vu. C’était plutôt drôle vu les circonstances. J’étais assis là à regarder la télé, et j’attendais juste de m’évanouir, même s’il me restait encore des heures, et puis la porte d’entrée s’est ouverte. Encore une fois, je n’ai pas été surprise que ce soit Aurélie, vendredi soir ou pas, j’ai été un peu surprise qu’elle pleure.

Je me suis levé du canapé et je l’ai retrouvée dans le couloir, à mi-chemin de la porte d’entrée.

« Qu’est-ce qui ne va pas Aurélie, tu vas bien ? » J’ai demandé.

Elle n’a pas dit un mot, mais elle est tombée dans mes bras et m’a serrée dans ses bras autour des hanches.

« Ça va, que se passe-t-il ? »

Elle pleurait de façon hystérique, c’était étrange de la voir si émotive. Elle avait toujours été une personne plutôt stable, alors j’ai continué à pousser pour essayer de comprendre ce qui s’était passé.

« Aurélie, dis-moi ce qui ne va pas. Quoi que ce soit, je suis là pour aider. » J’ai demandé.

Elle a finalement répondu : « Marcus, ce n’est rien. Je suis désolé, ce n’est rien. »

« Rien ? »

« Marcus, c’est Steven, il m’a quitté, il veut rompre. »

Elle pleurait plus fort que tous ceux que j’avais déjà vus pleurer. Sa tête a été enterrée dans ma nuque. J’ai posé une main sur l’arrière de sa tête alors qu’elle s’enfonçait en moi plus près. Il était difficile de nier que j’aimais avoir une belle femme dans mes bras, je sentais ses seins se presser contre moi alors que sa poitrine se soulevait à chaque larme. Je lui ai caressé le dos avec mon autre main libre et je lui ai dit que tout allait bien se passer.

« C’est bon, c’est bon, pleure, on n’a pas besoin de parler pour l’instant, il faut que ça sorte. Steven est un con. Ne t’inquiète pas, tout va bien. Shhhhhhhhh »

Je ne sais pas du tout si je la calmais, mais elle avait bougé la tête sur ma poitrine et commençait à pleurer beaucoup moins. Comme je bougeais mes mains vers le bas jusqu’au creux de son dos, je sentais ma bite commencer à grandir dans mon short. C’était terrible, voici cette pauvre fille qui pleure avec moi, et me voilà ivre, lapidé et en train de bander et de devenir incontrôlable. Juste au moment où j’allais m’éloigner, elle s’est rapprochée de moi. Pourrait-elle le sentir, je suis sûr qu’elle devait le sentir.

« Marcus, je ne sais pas ce que je fais mal et comment quelqu’un comme Steven peut être si intime avec moi une minute et tout annuler l’instant d’après ? » « Le sexe ne signifie plus rien dans les relations amoureuses ? »

Aurélie avait toujours eu du mal à mélanger les émotions avec les aspects physiques des relations. D’habitude, elle s’attachait à un type dès qu’elle lui taillait une pipe, ou le laissait tomber sur elle. Steven était un peu différent, ils sortaient ensemble depuis environ 2 mois maintenant, mais elle réagissait encore un peu trop, car c’était seulement deux mois.

« Aurélie, je te l’ai déjà dit 100 fois. Il y a une différence entre le sexe et une relation pour les hommes. Tu dois vraiment essayer de séparer les deux, ou tu vas continuer à souffrir comme ça. »

« Marcus, c’est si facile que ça ? » Elle s’éloigna légèrement de moi et regarda d’abord vers le bas jusqu’à mon entrejambe, puis jusqu’à mes yeux.

« Aurélie, personne n’a dit que la vie est facile, mais tout le monde sépare le sexe de l’amour dans une certaine mesure. »

J’essayais d’être un type bien. Cependant, Aurélie avait l’air en forme, les larmes aux yeux et tout. Elle portait une robe noire mince avec des bretelles étroites, ses jambes musclées étaient exposées pour la plupart, et son décolleté suggérait que ses seins n’étaient pas restreints sous sa robe. Je regardais probablement ses seins pendant qu’elle me regardait dans les yeux.

« Mais tu aimes ma soeur, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que oui, mais il y a le sexe et l’amour, tu sais. Ta soeur et moi n’avons même pas fait l’amour depuis quelques semaines. »

« Vraiment, c’est pour ça que tu es si excité ? »

Elle avait remarqué ma bite dure dans mon short.

« Uhh oui, je veux dire Uhh non, je veux dire. Ecoute Aurélie, je suis saoul et un peu défoncé. Je pense que le manque de sexe contribue peut-être à mon excitation, mais en même temps, tu es une femme magnifique. C’est une combinaison de choses. »

Je ne mentais pas que c’était une combinaison de plusieurs choses, mais je devais admettre que je la voulais.

« Tu me trouves vraiment jolie. »

« Bien sûr que tu l’es, tu es magnifique. Tu dois sortir et utiliser des mecs, jusqu’à ce que tu n’associes pas le sexe aux émotions. Alors tu peux briser des coeurs sans te blesser et aussi t’amuser un peu, tu sais, j’ai répondu du mieux que j’ai pu.

« M’aiderais-tu, Marcus ? »

« Aider à quoi ? »

« Eh bien, tu aimes ma sœur, n’est-ce pas ? Et il y a une différence entre le sexe et l’amour. Et j’ai besoin d’apprendre à faire l’amour sans m’attacher émotionnellement. Qui de mieux pour ne pas s’attacher émotionnellement que le petit ami de ma soeur, n’est-ce pas ? »

« Aurélie, ce n’est pas que…. »

Juste au moment où j’allais dire que ce n’est pas si facile, elle s’est remise dans mes bras et a commencé à m’embrasser. C’était une bise sur les lèvres qui l’a amenée à explorer ma bouche avec sa langue. J’ai instinctivement caressé son dos et je lui ai ramené une main à l’arrière de la tête, alors que mon autre main commençait à descendre le creux de son dos et de sa tête vers son cul ferme. Elle avait un derrière beaucoup plus serré que ma copine. Aurélie a fait beaucoup d’exercice et s’est maintenue en forme. Quand j’ai attrapé son cul, on a continué à s’embrasser passionnément. À ma grande surprise, elle s’est penchée vers le bas et a soulevé sa jupe alors que ma main passait sur sa fesse droite, alors au lieu d’une poignée de robe, j’avais une poignée de cul nu.

Je me suis agrippé à son cul et elle a attrapé le mien. Ses mains sont restées sur mes fesses pendant seulement quelques secondes, et nous nous sommes embrassés de plus en plus vite, ses mains se déplacent de plus en plus vite vers l’avant de mon short. J’étais si dur que j’ai juré que ma bite allait sauter de mon caleçon. Elle était en train de me tuer. D’un côté, c’était la soeur de ma copine, de l’autre, j’étais toute excité et c’était chaud. Elle m’a embrassé, m’a léché et m’a lapé le visage. Elle était vraiment excitée, on aurait dit qu’elle haletait et grognait légèrement quand j’ai glissé ma main dans la raie de son cul. Puis elle a placé sa main à l’avant de mon short, elle a tendu l’avant de mon short avec les deux mains, et a guidé ma bite au dessus de mon short Nous avons arrêté de nous embrasser momentanément alors qu’elle regardait ma queue.

« Oh mon dieu Marcus, ma soeur avait dit que tu étais énorme mais je ne pensais pas que tu étais si grand. »

Avant que je puisse répondre, elle s’était accroupie et s’était mise à genoux devant moi. J’avais l’impression qu’elle avait enlevé mon short et mes sous-vêtements, et pourtant un peu comme elle avait mis ma bite dans sa bouche en même temps. Comme je regardais ses longs cheveux bruns et son visage, elle me regarda et ferma les yeux. Quand elle m’a sucé, j’ai dû admettre qu’elle était une vraie championne. Elle avait toujours plaisanté en disant qu’elle pouvait sucer des bites comme une pro, mais qu’elle pouvait le faire avec moi, il n’y avait aucun doute. Elle glissait chaque main vers le bas sur ma tige en la gardant humide avec de la salive, puis faisait une pause et se léchait de mes couilles jusqu’au bout de la bite avant de m’engouffrer complètement dans sa bouche. Sa bouche était chaude et humide et elle fredonnait tout en continuant à suivre le rythme de la caresse, du léchage et de la succion. J’avais envie de jouir dans sa bouche, tant pis, mais je voulais aussi goûter sa chatte, et la baiser encore plus.

Je l’ai soulevée par les épaules. Nos bouches se sont rencontrées, car j’ai pu goûter la chaleur de mon propre prépuce dans sa bouche. Nous nous sommes embrassés, et puis j’ai tiré sa robe rapidement au-dessus de sa tête exposant sa poitrine guillerette, son abdomen serré, et sa chatte rasée.

« C’est mon tour maintenant Aurélie, je dois te rendre la pareille. »

« Comme tu veux, Marcus » Elle a souri.

Son humeur avait définitivement changé. Elle était passée des pleurs au sourire, j’avais dû faire quelque chose de bien.

Alors que je l’allongeais sur son dos, ma langue traçait le long de son cou jusqu’à sa poitrine, je lui tâtonnais le sein et je suçais puis mordillais chaque mamelon. Nous étions comme des adolescents, je n’avais pas été aussi excité depuis longtemps et je pense que c’est pourquoi aucun de nous ne parlait beaucoup. J’ai continué à descendre sur son abdomen et à sa chatte. J’ai utilisé ma main droite pour retirer le capuchon et exposer son clitoris. J’ai utilisé ma main gauche pour tenir son poignet pendant qu’elle serrait le mien sur le côté droit de son corps. J’ai léché fébrilement sa chatte. Elle était si mouillée, elle avait si bon goût. J’ai sucé son clito, et j’ai léché aussi vite que j’ai pu.

« Oh Marcus, ça fait du bien, oh Marcus, oh merde Marcus, ça fait tellement de bien ! » Elle a crié.

J’ai lâché son poignet gauche et j’ai utilisé cette main pour la doigter pendant que je continuais à lui lécher le clito. J’ai commencé avec un doigt, puis deux, en lui massant le point G à l’intérieur tout en léchant son clito.

« Oh Marcus, je vais jouir. OH Marcus ne t’arrête pas n’arrête pas Marcus, Oh putain je suis jooooouuuuuuuuuuuiiiiiiiiisssssssssss…. ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh » Elle tremblait et son vagin se serrait sur mes doigts, je ne me suis pas arrêté. Elle est venue pour ce qui semblait être une minute.

« J’ai besoin de toi. Baise-moi, Marcus. » Elle a chuchoté.

Je devais être à l’intérieur d’elle, j’étais encore aussi dur qu’un putain de roc et elle avait un putain de bon goût. Je me suis approché de son visage et je me suis placé entre ses jambes. Elle a enlevé ma chemise qui était restée en place pendant la plus grande partie de nos ébats. Alors qu’elle me mettait ma chemise sur la tête, j’ai enfoncé ma chatte dans sa chatte. Elle était beaucoup plus serrée que sa sœur, ce qui est surprenant. Il a fallu un certain effort pour entrer en elle. Une fois à l’intérieur, on a baisé et baisé dans le couloir. Nous nous sommes regardés, nous nous sommes mordus les lèvres et les langues. Avec elle sur le dos, je l’ai baisée lentement au début, en augmentant progressivement le rythme. Je me suis penché en arrière et je me suis agenouillé entre elle en conduisant toujours dans le dos de sa chatte aussi fort que je pouvais maintenant. J’ai pris ses jambes et je les ai poussées vers son épaule. J’ai dû me cogner contre son point G quand elle est revenue.

« Va te faire foutre, Marcus. Va te faire foutre. C’est trop bon, putain. Oh mon Dieu, je vais encore jouir. Dis-moi à quel point tu aimes ça, dis-moi à quel point tu aimes cette chatte. Dis-moi que tu baises. »

Putain de merde. C’était Aurélie ? Qu’est-ce qui lui a pris ? Ce n’était certainement pas ce à quoi je m’attendais.

« Quoi ? » J’ai demandé

« Marcus, tu m’as dit de séparer le sexe des émotions, alors ferme-la et baise moi. Traite-moi de pute. Je veux te détester, je veux que tu me détestes. Putain de merde. Baise-moi »

« Oh merde, Aurélie, oh merde, t’es une putain de salope. Oh merde, ta putain de chatte est trop serrée. »

J’ai essayé de me laisser aller à l’idée de dire des cochonneries à la sœur de ma copine.

Elle a gémi et a cambré le dos. Elle était sur le point de revenir.

« Oh mon Dieu, je suis en train de jouir, peux-tu sentir Marcus, putain dis-moi que tu me détestes, dis-moi que tu me traites de salope de Marcus. Putain, tu me baiserais, tu m’attraperai, tu me baiserais… Oh merde, je jouis ! » Elle a crié.

Je pense qu’elle faisait ça pour s’exciter, mais ça m’excitait en même temps. Je pense qu’elle aimait s’écouter elle-même autant qu’elle m’écoutait.

« Oh c’est ça Aurélie, c’est ça, espèce de salope, prends cette bite, sale pute. »

J’ai tendu la main vers son cou et l’ai doucement enroulée autour de son cou.

« Tu aimes cette salope ? T’aimes quand je t’étouffe, sale pute ? » Je ne l’étouffais pas vraiment en lui massant le cou.

« Oh merde, je suis encore en train de jouir Marcus, putain oui…OUI !!!!!! Marcus, va te faire foutre, j’ai besoin que tu éjacules dans ma putain de chatte, que tu m’utilises, que tu éjacules en moi, connard. » Elle n’a pas pu m’arrêter à ce moment-là.

Je l’ai pénétrée encore et encore, ses jambes sur mes épaules, sa gorge dans ma main. Je l’ai baisée aussi fort que j’ai pu, son vagin me serrant la queue. J’ai regardé ma bite claquer dans sa chatte quand elle continuait à crier.

« J’ai du sperme en moi. Du sperme en moi. Elle ne te laisse pas faire ça, n’est-ce pas ? Putain de sperme en moi, je veux sentir que tu exploses en moi. Putain de Marcus le sperme. C’est la chatte qui la veut en moi. Tu sens cette salope qui te le demande, Marcus ? Putain, tu te sens si fort, si grand, donne-le-moi, Marcus. Baise-moi Marcus, oh putain de sperme, je vais encore sperme, putain de sperme avec moi. » Elle me suppliait.

Je l’ai pénétré, et je sentais sa chatte commencer à s’agripper à ma bite à nouveau. J’étais à quelques secondes de la perdre, je l’ai défoncé.

« Je suis en train de jouir. » Elle a crié.

« Oh mon Dieu, je vais te remplir de sperme. »

« C’est ça, c’est ça Marcus donne moi ton sperme. »

Et avec une explosion douloureuse, j’ai eu retapissé l’intérieur d’Aurélie.

« Oh merde ! » J’ai crié.

J’ai continué à remplir sa chatte de sperme. Je suis venu par vagues. Elle vibrait en dessous de moi, alors qu’elle arrivait en même temps. Ma conduite a ralenti à presque rien comme je reposais mon poids vers l’avant sur elle, avec ma bite encore profondément à l’intérieur d’elle. Je me reposai sur sa poitrine et elle s’approcha pour embrasser mes lèvres. Sa langue s’est écartée quand elle m’a léché les lèvres.

« Oh mon Dieu, Marcus, c’était incroyable. Je ne dirai rien à ma soeur, promis. »

« C’est bien Aurélie, parce que j’espère que ce n’est pas la dernière fois qu’on fait ça. Il faut que tu apprennes la différence entre les émotions et le sexe, continuais-je, on ne fait ça que jusqu’à ce que tu ne t’attaches pas aux mecs avec qui tu fais l’amour correctement.

« Oui. Tu as raison, ma soeur voudrait que tu m’aides et d’après cette performance, je ne veux pas arrêter ça de sitôt, même si je ne m’attache pas bien. »

« OK. »

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *