Première fois pour notre dernière soirée

histoire erotique etudiantes lesbiennes

Je crois que je n’oublierai jamais le week-end que j’ai passé chez Magalie. C’était le début de l’été et j’avais quelques jours à tuer dans la ville avant de prendre l’avion pour rentrer chez moi. Magalie avait décidé de rester au musée et d’y travailler pendant tout l’été, et elle avait donc loué un petit appartement d’une chambre dans le centre-ville. C’était le petit endroit le plus douillet que tu aies jamais vu, et nous nous sommes toutes les deux amusées à le décorer ;

Couvre-lits, rideaux, quelques meubles de base, la plus jolie petite lampe d’un magasin d’antiquités que nous ayons trouvée… il ne restait plus qu’à remplir le réfrigérateur et à faire le plein d’alcool et d’en-cas pour la pendaison de crémaillère que nous avions prévue.

Inutile de dire que la fête a été un énorme succès. Lorsque la fille la plus populaire de notre bâtiment universitaire, qui plus est une bombe certifiée, organise une fête, tout le monde, et je dis bien TOUT le monde, se présente. Surtout quand cette bombe vient de rompre avec son petit ami. Pourtant, Magalie n’était pas vraiment en chagrin d’amour. Après tout, c’est elle qui avait pris l’initiative de la rupture deux semaines auparavant. Les garçons faisaient la queue pour obtenir un rendez-vous avec elle. Magalie était… est, la plus belle fille que j’ai jamais vue. Elle est comme ces sauveteuses que tu peux imaginer dans la série Miami Beach : grande, mince, blonde et aux yeux bleus, avec un bronzage parfait tout au long de l’année. Je me souviens avoir été jalouse d’elle dès que je suis entré dans le cours d’histoire de l’art, et je me souviens également que cette jalousie a été complètement effacée à l’instant où nous nous sommes parlé.

Il n’y avait tout simplement pas de personne plus charmante. Nous sommes rapidement devenues colocataires et les meilleures amies du monde. Lorsque je lui ai raconté ma première réaction à son égard, elle a ri aux éclats, insistant sur le fait qu’elle avait eu la même réaction en me voyant. D’un point de vue physique, je suis tout le contraire d’elle : petite, brune, les yeux verts. Pâle, grâce à trop d’heures passées à la bibliothèque. Mince, mais avec des courbes plutôt que toniques, grâce à une aversion pour les activités physiques intenses. La différence ne se limite pas à l’apparence… là où je suis cynique et sarcastique, elle est toute en rires et en naïveté. Je suis amoureuse de l’art moderne, elle préfère les impressionnistes. Pourtant, nous avons énormément de points communs.

Revenons à la fête. Comme je l’ai dit, TOUT le monde était là, et l’endroit ressemblait plus à une boîte de nuit qu’à une chambre d’amis. Alors que nous arrivions aux petites heures du matin, la musique tonitruante a ralenti, s’est adoucie et s’est finalement transformée en lounge. La foule s’est éclaircie, et bientôt, des couples se sont embrassés dans la cuisine et des gens se sont évanouis dans le salon. Nous nous sommes échappées avec une bouteille de tequila dans la chambre à coucher, qui était interdite à la foule.

Je me souviens d’avoir gloussée sans arrêt, étant déjà à moitié ivre. Elle n’arrêtait pas de me bousculer, ce qui me plongeait dans une nouvelle crise de rire, et à la moitié de cette bouteille de tequila, elle m’a rejoint. Nous nous sommes effondrées dans un rire impuissant pour un rien, et nous nous sommes allongées côte à côte sur son grand lit. La fenêtre était entrouverte, laissant entrer une brise fraîche qui a finalement eu raison de notre ivresse. Soudain, elle s’est mise à regretter… c’était notre dernier été en tant qu’étudiantes… l’année prochaine, à la même époque, nous serions dans le grand bain, dans la vraie vie adulte, à gagner notre vie.

« J’aimerais que les choses se figent… qu’elles restent les mêmes pour toujours », dit-elle.

« Oh, voyons », ai-je dit, « si tu voulais figer les choses, tu attendrais sûrement d’être au lit avec… hum, Brad Pitt ? »

Elle s’est amusée à me donner un coup d’oreiller. « Oui, c’est vrai. Tu sais que je me réserve pour Robbie Williams. »

« Le gars dans Le Cercle des Poêtes Disparus ? » demandai-je, perplexe. Cela me paraissait plutôt étrange. « Il est un peu vieux, tu ne trouves pas ? Brillant acteur et tout, mais pas très… hum… doué… au niveau du physique. »

« Marjorie, espèce de monstre, c’est Robin Williams ! » dit-elle en donnant un nouveau coup d’oreiller. « Robbie est le DJ de Rick ».

« Ooh… maintenant tu parles ! » J’ai dit.

« Crétine ! » dit-elle, avec un petit roulement de paupières.

« Quoi ? C’est tout à fait possible avec tes goûts bizarres en matière d’hommes. »

Elle a poussé un soupir de rage et s’est mise à m’attaquer à nouveau avec le jeté d’oreiller. Je l’ai plaquée de toutes mes forces, et mon expertise, ou plutôt mon manque d’expertise, nous a fait rouler sur le sol dans un tas désordonné après quelques minutes de lutte. Nous sommes restées là, emmêlées, un tas de jambes et de bras, ma tête, le visage contre le sien, pendant que nous reprenions notre souffle. Je ne sais pas si l’une de nous deux savait à ce moment-là à quel point les choses allaient changer dans les secondes suivantes.

Magalie a tourné la tête et m’a embrassé sur la joue, en murmurant : « Tu vas me manquer. » À cet instant, je me suis figée. Soudain, la tequila a semblé me monter à la tête, et tout était beaucoup plus vif. D’un seul coup, j’ai vu ses cheveux sous mon front, sa poitrine douce et gonflée sous mon bras, son bras s’enroulant autour de moi et sous moi, sa main reposant sur le bas de mon dos, ma main enfermée avec désinvolture dans son autre main. Nos jambes étaient nues, puisque nous avions décidé de porter une paire de mini-jupes assorties, et j’étais incroyablement consciente de la chaleur conjointe de nos corps séparés, alors que ma jambe droite reposait entre ses cuisses, et que la plante nue de mon pied sentait l’intérieur de son mollet. Soudain, ce n’était plus seulement Magalie et moi, les meilleurs amies depuis trois ans, ivres et heureuses, allongées sur un tas après une petite lutte amicale. Une bise sur la joue, et pour moi, c’était devenu deux corps, deux corps légèrement vêtus, chauds et transpirants.

Il faut que je t’explique. Je pense que je suis bisexuelle. Je l’ai toujours été. J’ai grandi en me masturbant à l’idée de femmes faisant l’amour entre elles, et j’ai toujours pensé que le porno entre femmes était le meilleur. D’un autre côté, je suis toujours sortie avec des hommes, j’ai embrassé des hommes et j’ai eu des relations sexuelles avec eux. Ils m’excitent aussi, mais d’une manière différente et moins frénétique. Et bizarrement, dans tout cela, je n’ai jamais fait l’amour avec une femme. C’est pourquoi, à travers la brume de la Tequila, cela m’a semblé être magique. Magalie et moi avions parlé de sexe, je veux dire, comment aurions-nous pu passer trois ans en colocation sans le faire ? Je l’ai vue nue, elle m’a vu nue. Mais ça n’avait jamais été sexuel… jusqu’à maintenant. Et maintenant, au cours de cette période d’hyperconscience, je me suis souvenue de la conversation que nous avions eue un jour sur le fait de le faire avec une copine… nous avouant toutes les deux que cette idée nous excitait. Je me suis aussi souvenue de la révélation, en toute sincérité, qu’elle avait déjà embrassé une fille au lycée.

Et maintenant, nous étions là, pratiquement l’une sur l’autre. Je me sentais incroyablement éveillée sexuellement, excitée, et je me disais que pour elle, ce n’était qu’une déclaration innocente à une meilleure amie. C’est du moins ce que je pensais. J’étais loin de me douter que….

« Tu vas me manquer », a-t-elle chuchoté, et elle m’a embrassée sur la joue, en me caressant l’oreille.

Je ne pouvais pas me résoudre à établir un contact physique, alors j’ai laissé son bras sous moi, et nos têtes étaient juste là, l’une à côté de l’autre. Le silence qui régnait dans la pièce me semblait épais. Je ne me souviens pas avoir entendue quoi que ce soit à l’extérieur… le martèlement de mon sang dans mes oreilles était trop fort. Les minutes se sont écoulées. Elle avait fermé les yeux… Je le sais, parce que je me suis retournée pour l’apercevoir. Puis soudain, elle s’est tournée vers moi et s’est blottie contre moi, son nez à quelques centimètres de mon oreille, ses bras nus contre les miens, mais surtout, sa main innocemment posée sur mon sein droit. J’avais l’impression de ne plus pouvoir respirer. J’avais l’impression que mon cœur allait exploser. Mais ce qui m’a le plus marquée, c’est que j’ai senti l’humidité grandir entre mes jambes.

Pendant des secondes qui m’ont semblé des heures, nous n’avons pas bougé. Je portais un dos nu et, par conséquent, j’étais sans soutien-gorge ; cela m’avait semblé une bonne chose à faire malgré mon bonnet C, étant donné que nous étions à l’intérieur, chez elle, dans un endroit peu éclairé. Je pouvais sentir la chaleur de sa main à travers le tissu fin de mon haut, et mes seins avaient envie d’être touchés, plus fermement, plus intimement. Elle a dû sentir mes mamelons durcir sous ses doigts, et elle a déplacé sa main. Elle a commencé à caresser le bas de mon sein avec la paume de sa main, en l’enveloppant doucement. Ce faisant, elle a fait un mmmm à mon oreille et a dit : « J’ai toujours été jalouse de tes seins… si beaux, si ronds. »

Mon cœur s’est arrêté. C’était maintenant ou jamais. J’ai décidé de saisir ma chance. Après tout, si les choses tournaient mal, je pourrais toujours utiliser comme excuse les quantités copieuses d’alcool que nous avions consommées. Je me suis tournée vers elle, ses yeux étaient toujours fermés, mais la main bougeait encore doucement sur mon sein, et descendait maintenant vers ma taille, désinvolte et séduisante. J’ai fermé les yeux et j’ai parcouru les quelques centimètres qui nous séparaient, pressant mes lèvres contre les siennes. À mon grand étonnement et à ma grande joie, elle a ouvert la bouche à mon baiser et sa langue a traversé mes lèvres entrouvertes pour trouver ma langue. Mes mains ont bougé d’elles-mêmes, trouvant sa taille, et elle a roulé sur moi, ses mains tenant ma tête, nos visages inclinés, et nos lèvres fermement verrouillées l’une sur l’autre, tandis que nos langues s’entrechoquaient dans le désespoir et le désir. Mon Dieu, elle avait un goût sucré. Ce baiser chaud et humide semblait durer une éternité, et nous devions nous éloigner pour respirer. Alors que nous prenions cette première pause, mes yeux se sont ouverts à contrecœur. Tout avait changé ; j’étais tellement excitée par elle ; Magalie, ma copine, ma colocataire et ma camarade de classe. Elle me regardait, ses yeux bleus pétillaient, captant un peu de la lumière de l’extérieur, son regard était fixe.

« Marjorie…. » C’était l’agonie d’attendre qu’elle finisse cette phrase… qu’elle dise quelque chose au silence qui pesait dans cette pièce « … je te veux », a-t-elle dit, simplement. Pas d’explications, pas d’excuses, pas de cavaliers. C’était tout ce que j’avais besoin d’entendre d’elle. Je lui ai répondu en l’embrassant, en mettant mes vrais sentiments dans ce seul acte. Je l’ai embrassée et je lui ai dit ce que j’attendais d’elle, ce que je voulais lui faire, à quel point j’avais besoin de sentir son corps. J’ai roulé sur elle et j’ai replacé ma cuisse entre ses jambes, la pressant de tout mon poids, me faufilant dans son bassin comme si ma bouche broyait la sienne. Elle a haleté, et je pouvais maintenant sentir son cœur battre, aussi vite que le mien, les deux jouant à tâtonner dans cette pièce silencieuse.

Je n’ai pas pu m’arrêter. C’était comme si un démon avait été libéré en moi, qui en voulait encore et encore. Je l’ai bradée et je me suis redressée. Elle a ouvert les yeux, le regard interrogateur. J’ai souri méchamment et j’ai commencé à déboutonner sa chemise… aussi serrée et ajustée soit-elle, elle ne me donnait pas ce que je voulais… sa chair nue. J’ai lentement défait chaque bouton et elle a souri, m’encourageant. Enfin, je l’ai défait et j’ai ouvert les plis pour révéler ses seins nus… elle ne portait pas de soutien-gorge non plus. Je ne sais pas comment j’ai pu rater ça tout à l’heure, mais elle était magnifique. Sa poitrine potelée reposait sur ses houles lisses, émergeant du creux de sa cage thoracique, ses mamelons étaient aussi durs que les miens maintenant, mais plus gros, rosés et invitants. Elle rougit tandis que je fixe sa nudité, la voyant vraiment pour la première fois. J’ai fait le tour de sa taille fine avec mes mains, et la sensation de sa peau douce comme un pétale m’a rendu fou. Elle s’est étirée, enlevant le reste de sa chemise. Je ne pouvais rien faire d’autre que de regarder ces seins bouger.

Je me suis penchée et j’ai embrassé timidement sa poitrine. C’était un tout nouveau territoire pour moi, et soudain, toutes les questions sur l’obsession mammaire des hommes se sont envolées. J’ai pris tout son sein dans ma bouche et j’ai sucé cette chair juteuse, ma main pressant son autre sein, mes doigts pinçant et tordant son mamelon dur comme de la pierre. Magalie gémissait sous moi, se tortillait, ses mouvements me rendaient folle. Elle m’avait dit une fois, au cours d’une conversation informelle, qu’elle aimait qu’on joue avec ses seins pendant le sexe, et maintenant je découvrais exactement à quel point titiller ses tétons pouvait la faire jouir. J’ai changé de sein, lui donnant des petits baisers chauds et humides sur le plan entre ces deux magnifiques monticules, et je me suis mis au travail sur le gauche…. elle s’est déchaînée sous moi, se tortillant et cambrant son dos, m’excitant plus que n’importe quel homme… « S’il te plaît…. s’il te plaît… » elle a gémi. « Quoi ? » ai-je murmuré en retour, « Dis-moi… apprends-moi comment te donner du plaisir… »

Elle s’est tortillée sous moi et a commencé à défaire le haut de mon licou. Une fois qu’elle a défait la ficelle, j’ai éloigné mes mains de son corps et je l’ai enlevé d’un coup sec. Alors que mes seins tombaient du haut, elle les a attrapés avec ses mains chaudes et a commencé à les pétrir… puis sa bouche a trouvé la mienne et nous nous sommes embrassées à nouveau, passionnément, avec la promesse de plaisirs à venir. Elle a sucé ma langue et mordillé ma lèvre, gémissant quand je lui rendais la pareille… Putain, c’était la meilleure embrasseuse que j’ai jamais rencontrée. Je me suis éloignée de ces lèvres pulpeuses et j’ai embrassé son cou, faisant glisser ma langue le long de sa jugulaire, de sa clavicule, puis revenant à ses seins sexy. J’ai fait quelque chose que les hommes m’ont toujours fait et qui me laisse perplexe. J’ai pris un sein dans chaque main et je les ai rapprochés, en les prenant dans mes mains, et un autre mystère a été résolu… devant moi se trouvait la chose la plus excitante jusqu’à présent. J’ai commencé à les lécher, à les mordiller, à les sucer alternativement. Je les ai frottées sur mon visage, et quand mes cheveux sont sortis de leur chouchou et l’ont chatouillée, elle est devenue folle sous moi, se tortillant et gémissant. « Oh Marjo… », a-t-elle haleté. Le fait qu’elle prononce mon prénom était si sexy.

J’ai commencé à sucer ses seins plus fort, à mordre ses mamelons doucement, et à frotter mes mains sur tout son torse, à serrer doucement ses poignets, à faire courir mes ongles sur son ventre. « Oh Marjo, » dit-elle, « Baise-moi. » Oh mon dieu, je sentais mon vagin palpiter maintenant, cette femme sexy à moitié nue sous moi, me demandant de la baiser. J’ai tenu ses poignets d’une main, coincée dans un simulacre de domination au-dessus de sa tête, ma bouche continuant à taquiner ses seins, tandis que mon autre main descendait le long de sa cuisse, et remontait le long de ce petit pan de jupe. J’ai déplacé mes mains sur cette peau douce, traçant doucement des cercles vers le haut, toujours vers le haut, jusqu’à ce que j’atteigne son entrejambe. Elle ne portait pas de culotte ! La petite salope, me suis-je dit avec un sourire en coin… d’autant mieux pour te baiser bébé.

Je sentais déjà la chaleur de sa chatte sur mes mains. Je me suis demandée si je devais utiliser ma salive pour la mouiller, mais je l’ai touchée, et j’ai su que ce ne serait pas nécessaire. Magalie était toute mouillée. Son sexe chaud et vaporeux était ainsi à cause de moi, ai-je pensé, un petit frisson remontant le long de ma colonne vertébrale. C’est moi qui lui ai fait ça ! J’ai timidement sondé son vagin avec mon doigt, le plongeant dans les jus glorieux, les faisant tourbillonner d’un tour de main. J’étais tellement captivée par la sensation et l’idée de ce que j’étais en train de faire que j’ai failli me perdre. Ses gémissements m’ont ramené à la réalité et l’idée de la faire jouir, de lui donner un orgasme, m’a fait avancer. J’ai enfoncé deux, puis trois doigts dans sa chatte, et elle a commencé à se déhancher, me faisant pénétrer de plus en plus profondément en elle. Sa chatte chaude n’en avait jamais assez. Je voulais la regarder, et j’ai commencé à descendre, mais elle a attrapé ma tête et l’a enfoncée dans son sein. « Baise-moi au doigt bébé ! » dit-elle, la voix rauque « Rapide et fort… c’est comme ça que je l’aime ! ».

Rapide et dur, me suis-je dit, si c’est comme ça que tu aimes ça, alors c’est ce que tu vas avoir, ma chienne. J’ai commencé à enfoncer mes doigts en elle, quatre maintenant dans sa chatte chaude et sombre, baisant ses entrailles, poussant contre les parois à la fois douces et rugueuses. Avec mon pouce, j’ai poussé contre la tige ferme de son clitoris, répandant son jus abondant et dégoulinant autour d’elle. J’ai appuyé mon poids sur elle, pressant mon poignet contre sa monture, et je l’ai bousculée, ma main frottant de haut en bas, entrant et sortant. Elle se débattait toujours sous moi, gémissant plus vite maintenant : « Oh ouais, oh ouais, baise-moi…. ». Je vais jouir… tu es si sexy, tu me rends si chaude. J’adore la sensation de ta main… Ouais, baise-moi bébé, donne-la moi… emmène-moi là. Oh putain, c’est incroyable. Oh mon Dieu…. Oh mon Dieu, oui. Oh Marjo…. »

Elle gémissait maintenant, et j’ai mordu sa poitrine, la baisant par mouvements rapides, faisant entrer et sortir ma main, puis j’ai enfoncé mon petit doigt dans son cul, et en haletant « Oh putain, putain, putain », elle a joui, et elle était si humide, si humide. Son jus coulait sur ma main, et les muscles de son anus étaient serrés autour de mon doigt, tandis que son vagin palpitait autour de mes autres doigts, ruisselant d’eau, et que mon pouce reposait sur son clitoris palpitant.

Sa tête roulait sur le côté et le silence était ponctué par sa respiration lourde qui s’apaisait lentement. Je suis restée allongée, à moitié nue, ma tête reposant entre ses seins, écoutant son cœur qui ralentissait. Je n’avais jamais entendu une autre femme jouir, je n’imaginais pas que ces sons m’exciteraient autant. J’ai relâché ses poignets et je me suis blottie autour de son torse, lissant ses cheveux loin de son corps. Je pouvais presque sentir sa paix. Elle a pris mon menton dans sa main et a rapproché mon visage du sien. Elle m’a souri, puis de son autre main, elle a éloigné ma main de son sexe encore palpitant et l’a éloignée. Je lui ai souri en retour et j’ai léché mes doigts, déterminé à ne pas laisser perdre une seule goutte de ses sucs sexuels. Je n’avais jamais été aussi audacieux auparavant, mais tout était différent maintenant. Le rythme avait changé… Nous avions été un tango tout à l’heure… maintenant nous étions une salsa lente et sexy. Je pouvais à nouveau goûter à sa douceur… mais cette fois-ci, elle provenait du lait de sa chatte et non de sa salive. Elle avait un goût de melon… Elle a souri plus largement en me regardant la lécher sur ma main, puis elle a approché ma bouche de la sienne dans un long baiser intime.

Nous sommes restées ainsi, enlacés pendant quelques minutes, puis elle s’est retournée, me jetant à nouveau sans cérémonie sur le plancher de bois, dur et froid en comparaison du doux luxe et de la chaleur que représentaient sa peau et son corps. J’ai pensé que c’était fini, mon moral s’est effondré, jusqu’à ce que j’aperçoive son regard, cette lueur malicieuse qui m’a fait frissonner, et mon moral a grimpé en flèche… à mon tour, j’ai pensé avec joie… enfin, la tension sexuelle qu’elle avait fait naître en moi allait être libérée. « Le retournement est juste », dit-elle, et elle se leva en faisant glisser sa jupe. Elle se tenait nue au-dessus de moi, et j’ai vu son corps magnifique sous un nouveau jour… ces longues jambes qui semblaient s’étendre sur des kilomètres, ces magnifiques cheveux blonds tombant sur des seins pleins, cette tache blonde soigneusement taillée à la rencontre de ses jambes, cachant à peine la fente rose que je pouvais voir, encore humide, briller dans la pénombre. Le ventre lisse, les stries du plan, recouvertes de cette peau douce comme celle d’un bébé. Rien qu’en la regardant, je sentais ma chatte couler à nouveau.

Elle s’est alors penchée et m’a à moitié traînée, à moitié hissée sur le lit, arrachant presque ma jupe courte et plissée dans sa hâte. J’étais donc là, nue à l’exception d’une simple culotte en coton blanc. Elle était à quatre pattes au-dessus de moi, et j’avais tellement envie d’elle. Elle me dévorait des yeux, fixant mes seins, mon ventre, ma culotte avec un regard de prédateur. Elle a enlevé mon chouchou d’un coup de pouce et a rapidement attaché ses cheveux en un nœud désordonné mais efficace. Puis elle s’est agenouillée et m’a dépouillée des derniers vestiges de mes vêtements. Elle a retiré la culotte, l’a portée à son nez et l’a respirée profondément. « Mmm, l’odeur du sexe », dit-elle. « Dommage que tu n’en aies pas encore eu. Ce n’est qu’une question de temps, Marjorie. Je vais te faire crier comme tu n’as jamais crié auparavant. » Oh mon dieu, elle me faisait encore plus mouiller avec ses propos. Qu’est-il arrivé à la gentille fille naïve que j’avais toujours cru qu’elle était ? Non pas que je m’en plaigne ou quoi que ce soit d’autre ! Oh oui, Magalie pouvait être aussi cochonne qu’elle le voulait et je ne dirais pas un mot pour l’arrêter, juste quelques centaines pour la supplier d’en faire plus.

Elle s’est étendue sur moi et a mis ses seins dans ma bouche. Je les ai sucé avec plaisir. J’avais toujours imaginé quelque chose comme ça. Quelqu’un allongé sur moi, m’offrant ses seins à sucer, comme si ma vie en dépendait. Oh, oui. Elle a commencé à parler, à me chuchoter des choses cochonnes. « Tu crois que c’est la première fois que je fais ça ? Non. J’ai déjà été avec des femmes auparavant. Et je vais te montrer tout ce que j’ai appris. Je vais t’embrasser, te lécher et te baiser jusqu’à ce que tu me supplies d’arrêter, puis je te baiserai encore jusqu’à ce que tu me supplies de continuer pour toujours. Et ensuite, je te ferai jouir. Encore et encore et encore. Et je vais le faire gentiment et lentement… « 

Elle a dû s’arrêter de parler à ce moment-là, parce que pendant tout ce temps, elle avait dérivé de plus en plus bas, sa large langue humide couvrant chaque centimètre de ma peau, me faisant frissonner, suçant mes seins, puis me faisant me tordre lorsqu’elle passait sa langue sur mon abdomen, et le long des côtés de ma taille. Maintenant, sa bouche était occupée par d’autres choses. J’attendais avec impatience qu’elle fasse une pause, son visage étant à quelques centimètres de ma chatte. Chaque cellule de mon corps avait envie d’elle, de ce contact entre sa langue et moi. J’étais habituellement timide en ce qui concerne le cunnilingus ; la seule fois où je l’avais eue, c’était avec mon premier petit ami, et cette expérience avait suffi à me décourager, et à éloigner de mes parties inférieures les garçons avec qui j’avais été par la suite, alors qu’ils avaient consciencieusement fait l’effort de le faire. Avec Magalie, c’était comme si j’étais une personne différente dans un monde différent. Je n’en pouvais plus. Je sentais ma chatte palpiter, j’avais envie d’elle. J’ai soulevé ma hanche, mais elle a détourné la tête. Pourquoi jouait-elle avec moi comme ça ? Je n’en pouvais plus, j’ai attrapé sa tête et je l’ai pressée contre mon entrejambe, réalisant alors que c’était ce qu’elle attendait. Sa langue sortait déjà, et quand je l’ai pressée contre mon centre, elle a glissé dans ma chatte, ce qui m’a plongée dans des tourbillons d’extase.

Son nez s’est mis à frotter contre mon clitoris, tandis qu’elle commençait à laper mon jus. Elle m’a entendue gémir et est remontée, sa langue traçant un chemin de chaque côté de mon clito éveillé et sur la ligne sensible de mon capuchon. À ce rythme, je n’allais pas tenir longtemps. Je pense qu’elle l’a senti et qu’elle a reculé un peu, embrassant l’intérieur de mes cuisses, taquinant l’extérieur de ma chatte avec sa langue chaude et humide, la faisant courir sur la crête sous mon vagin. Elle a alors levé la tête et a dit : « Supplie-moi. » J’ai gémi de façon incohérente, essayant de la repousser vers ma chatte dégoulinante. Elle a résisté et a répété : « Marjorie, supplie-moi. »

« S’il te plaît, Magalie ! » J’ai dit. « S’il te plaît quoi ? » a-t-elle dit, sadique et sexy à souhait.

« Magalie, baise-moi, s’il te plaît »

« Comment ? »

J’étais trop loin pour résister. « Baise-moi avec ta langue Magalie. S’il te plaît. Mets-la en moi et partout dans ma chatte. Embrasse les lèvres de ma chatte, suce mon clito. Fais-moi la langue, s’il te plaît, Magalie, descends-moi, baise-moi, s’il te plaît ! !! »

Elle a eu la gentillesse d’obéir, elle a pris chaque demande et l’a exécutée à fond. Elle a tenu sa longue langue droite comme une baguette et a ensuite commencé à titiller ma chatte serrée avec, en entrant et en sortant, en frottant contre les falaises sensibles de la surface supérieure intérieure de ma chatte. Elle m’a léché partout, étalant le jus de ma chatte sur mon entrejambe, utilisant ses mains pour écarter mes cuisses, appuyant avec le bout de ses doigts, m’écartant presque plus que je ne pensais pouvoir le faire. Elle a écarté mes jambes et a enfoui son visage en moi, en m’inhalant. Elle a commencé à frotter mon clito avec son nez, puis avec son doigt, en le faisant bouger d’un côté à l’autre, exactement comme je le faisais quand je me masturbais. Elle me rendait complètement folle. J’ai cru que j’allais exploser. Elle connaissait mon corps comme seule une autre femme peut le faire. Elle a commencé à souffler doucement sur mon vagin, puis à effleurer mon clito avec sa langue, et ensuite, méthodiquement, elle s’est mise à me baiser comme une folle.

Elle a léché mon trou du cul, en utilisant mon jus et sa salive pour l’humidifier, elle a mis le bout de sa langue à l’entrée et a commencé à pousser doucement pour m’ouvrir. Ses mains s’occupaient de ma chatte, s’étirant de temps en temps pour presser un sein. J’étais incohérente à ce moment-là. « Oh Magalie, baise-moi, oui, juste comme ça. Baise-moi bien bébé, ouais, baise mon cul. Oh mon dieu, oh mon dieu, oh… » Mon cul s’est ouvert pour elle, et elle y a enfoncé sa langue, me baisant le cul pendant que ses doigts travaillaient mon vagin et mon clito, puis elle a changé, déplaçant ses longs doigts vers mon cul, le chevauchant, pendant que sa langue incroyable me bave, me rendant folle avec ses pichenettes et ses succions et ses léchouilles et ses coups de dents. Elle me baisait dans le cul et dans la chatte en même temps, et comme elle sentait mon empressement, elle a accéléré le rythme. « Oh ouais, ne t’arrête pas, ne t’arrête pas. Oh putain, ouais, ne t’arrête pas. BAISE-MOI ! Oh DIEU, Magalie, je vais jouir ! Oh DIEU. PUTAIN DE SALOPE. BAISE MON CUL. OH OUI. Mets tes doigts là-dedans. TU TE SENS SI BIEN LÀ-DEDANS, PUTAIN. Ma chatte a tellement envie de toi. Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh mon Dieu, MAGALIE, je suis en train de jouir ! OH ! » Elle poussait si fort, c’était si beau, j’avais l’impression qu’elle allait me déchirer avec son doigt, sa langue, elle était tellement incroyable, putain, je me souviens avoir joui pendant des minutes, et puis elle ne s’est pas arrêtée, et je jouissais à nouveau, dans sa bouche, et puis elle a pris sa bouche et en a recouvert mon clito, et elle a sucé et sucé et j’étais tellement engourdie par le plaisir, qu’elle m’a conduite au bord du gouffre, et je ne pouvais pas le supporter, c’était tellement, baiser mon cul et ma chatte et sucer mon clito, tout a explosé, et j’ai pissé dans sa bouche et elle a continué à avaler, à sucer, à en vouloir plus, et je me suis déchaînée et je me suis déchaînée et puis le calme est revenu.

Nous sommes restées là, moi épuisée, elle rassasiée, en silence pendant une minute, jusqu’à ce que notre silence soit rompu par une autre respiration lourde. Nous nous sommes retournés ensemble et notre ami Timothé était là, debout, sa bite engorgée dans la main, faisant de lents mouvements de va-et-vient. Il a dû se glisser à l’intérieur pendant la folie de la dernière demi-heure, et nous nous sommes figées….

iris

Séductrice et coquine, Iris, une senteur aux saveurs piquantes aromatisée à l'essence naturelle du plaisir. Les mots, les sens, les photos, les relations, le plaisir de la vie et de la sexualité prennent sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *