La gardienne des cabines d’essayages

Mon épouse Céline et moi sommes marié depuis quelques années déjà et nous aimons avoir quelques aventures sexuelles dans des endroits particuliers. L événement suivant se produisit lorsque Céline eut envie d’aller faire du lèche vitre, en effet, elle ne léchait pas que ma bite.

Nous avions prit congé pour nous offrir un journée de détente. Nous sommes donc parti en ville dès le matin afin qu’elle puisse faire le plus de magasin possible. La matinée c’est très bien passée et à midi, nous avons mangé un morceau sur le pouce. Mais après, lorsque nous sommes arrivé dans un E5 Mode, mon épouse voulu faire des essayages, elle prit un dizaine de vêtement et nous nous sommes dirigés vers les cabines prévues à cet effet.Il y en avait cinq le long d’un couloir et à l’entrée une vendeuse « montait la garde » Arrivé à sa hauteur, elle nous intercepta pour vérifier le nombre de pièces que nous avions et nous remis une étiquette.

Nous sommes entrés dans la dernière de la rangée. En effet, nous avions l’habitude de nous exciter lors de ces séances. Après deux test, elle m’appelle pour que je lui donne mon avis. Je rentre donc dans la cabine en tirant la tenture derrière moi et j’examine la tenue de ma femme, quand notre vendeuse s’écria derrière le rideau « Monsieur veillez sortir ! » Je sorti la tête de la cabine pour lui répondre que je donnais mon avis à mon épouse sur sa tenue à quoi elle me rèpondit : » vous devez sortir si madame veux votre avis, elle n’a qu’a ouvrir la tenture . C’est pour cela que les cabines n’ont pas de vis à vis. »

Je fut vexé de cette proposition et je fit savoir qu’il n’était pas l’habitude de demander au client de s’exhiber à la vue des autres. A quoi elle me rétorqua que c’était le règlement ici et que sinon, elle avait un miroir à l’intérieur pour se voir.

J’étais sur le point de faire un scandale quand Céline me dit de me calmer qu’on s’en arrangeraient.

Je suis donc sorti tout en regardant furieusement cette vendeuse pas du tout sympa.

L’essayage continua et mon épouse me demanda de passer la tête à l’intérieur pour voir son nouvel ensemble.

De façon cynique je demandais à notre geôlière si je pouvait au moins regarder à l’intérieur.

Elle me dit : « la tête seulement, vous devez rester dehors ».

Je plongea la tête à travers le rideau pour y découvrir mon épouse complètement nue.

« Ça te plaît », me demanda-t-elle ?

C’était évident, et la bosse qui déformait mon short en était la preuve.

Elle m’attrapa par la ceinture du short, mais je me retiens d’entrer, la vendeuse m’observant.

J’en fit part à Céline qui alors s’agenouilla et me tira à la limite du rideau pour qu’en sortant mon sexe de sa prison, il s’échappe dans la cabine.

Là, elle commença à me faire une pipe d’enfer tout en se caressant alternativement les seins et la chatte.

C’était difficile de garder mon aplomb mais j’y parviens jusqu’à ce que je lui éjacula dans la bouche et qu’elle avala tout.

Elle se releva, se rhabilla et sorti.

Nous dirigeant vers notre mégère, je soupçonnais qu’elle se doutais de quelque chose, mais j’en fut certain quand mon épouse lui remis les vêtements et d’un coup de langue ramassa devant elle le sperme qui avais couler à la commissure des ses lèvres.

Elle nous regarda nous éloigner d’un air réprobateur, mais nous étions satisfait de l’avoir rendue furieuse.

Le restant de notre journée fut très agréables et d’autres écarts sexuels eurent lieu dans d’autres cabines.

Auteur: Marsinko

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *