Sexe dans la cabine d’essayage

Je ne sais pas pour vous, mais parfois il arrive dans la vie que tout se déroule pour le mieux du monde. J’étais passée ici la veille, enfin sur l’article de la cabine d’essayage en en parlant à mon chéri.

-Tu sais qu’on ne l’a jamais fait, et je lui montre ma tablette
-C’est vrai, mais je croyais que tu ne voulais pas en public.
-C’est pas vraiment en public non plus…
-Ok, j’ai compris, on verra

Mince, lui qui est si joueur, il ne veut accéder à ma requête, tant pis pour moi. Je décide tout de même de forcer un peu le destin le lendemain. En cette période de Noël, on ne peut pas dire que les magasins soient vides, je devrais pouvoir trouver mon bonheur tout de même.
Le lendemain donc, j’entre dans la galerie marchande quand je repère le pantalon qui me conviendrait parfaitement. Il me le faut. J’entre, je fouille pour trouver la bonne taille, et m’en vais à la cabine d’essayage.
Mince, ce n’est pas la bonne taille.
Le vendeur de remplacement pendant que la vendeuse est je ne sais où vient me demander à ce moment si tout va bien.

-Et bien non justement. Vous n’auriez pas la taille supérieure, celle-ci est un peu trop juste.
-Mais vous savez que la matière doit se détendre avant d’être adaptée.
-Oui, mais là je n’y crois guère.

Le vendeur ouvre d’un coup le rideau

-Ne vous surtout gênez pas

Je suis soutien gorge en prévision d’essayer le top que j’ai pris en même temps, mais ce n’est pas tout. Je ne porte jamais de culotte ou string.

-Vous savez, les femmes en sous vêtements, j’ai l’habitude

Il vient à peine de finir sa phrase qu’il remarque que justement, je n’en porte pas.

-Ah pardon, je ne savais pas que madame n’avait pas peur d’attraper froid.

Et il ferme le rideau en entrant.

-C’est très beau en tout cas, et je ne parle pas que du pantalon.
-Hé, ça suffit
-Laissez-moi voir s’il peut s’adapter ou non

Je n’ai pas le temps de bouger qu’il a déjà mis ses mains sur mes fesses et remonte le pantalon. Le premier bouton du pantalon vient tamponner mon clitoris ce qui me déclenche un petit cri.

-Oh c’est mignon. Pourquoi ce petit cri.
-Disons que vous avez touché un endroit sensible qui ne vous regarde pas.
-Ah, je comprends

Il avance sa tête et vient déposer un baiser l’instant d’après ne me laissant aucune échappatoire. Ce baiser est si doux que je ne bouge même pas. Je ne fais que lui attraper la tête pour l’enfoncer en moi.
Ses mains parcourent mes fesses, elles sont douces et chaudes. Sa langue fouille mon intimité et s’empare de mon clitoris, largement développé en temps normal et excité par la situation.
Il continue si bien de me lécher que je m’effondre sur la paroi de la cabine d’essayage.
-Mon dieu que c’est bon ! Ne vous arrêtez sous aucun prétexte.
J’ai envie qu’il me baise de sa queue tout aussi qu’il peut le faire avec sa langue, mais d’un autre coté je ne veux pas qu’il s’arrête.
Quand il fini par s’extirper de ma fente en feu et toute humide. Je m’empresse de lui libérer la bite de son pantalon pour la trouver pleine de vigueur. Je me la colle directement dans le fond de la bouche. Elle sent un peu l’urine, mais je m’en fiche, je la veux en moi.
Dans la cabine avec le pantalon serré autour de moi et sans préservatif, impossible de le faire pénétrer dans ma fente. Il vient me coller je ne sais combien de doigts et les agitent dans tous les sens. Je suis emplie de spasme, je ne me contrôle plus du tout quand je suis surpris par une décharge magistrale de sperme dans la bouche. Je ne me suis pas faite pénétrer, mais le sperme a raison de moi. Je m’affale sur le sol, non sans bruit.
Il me relève quelques secondes plus tard en me portant par le pantalon. Celui passe mes hanches sans aucune difficulté, venant s’appuyer sur mon clitoris excité et affamé.
Il est parti tout aussi vite qu’il est venu. Je suis parti moi aussi, sans même payer le pantalon, ce que je n’ai vu que plus tard.
Le lendemain je suis donc retournée payer le pantalon dans l’espoir de le retrouver une nouvelle fois. Je n’ai vu que la vendeuse qui m’a assurer et promis qu’il n’y avait jamais eu un seul vendeur dans sa boutique, ne serait-ce que par respect pour toutes ses clientes, c’était inconcevable.
Je crois que je ne saurais jamais qui m’a fait autant de bien.

Auteur: iris

Séductrice et coquine, Iris, une senteur aux saveurs piquantes aromatisée à l'essence naturelle du plaisir. Les mots, les sens, les photos, les relations, le plaisir de la vie et de la sexualité prennent sens.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *