Histoire bisexuelle en couple

Histoire envoyée par Rémy et Cécile

 

Je suis en couple depuis bientôt 10 ans, avec une belle femme à qui j’ai tout appris ou presque de la sexualité. J’ai 38 ans, elle en a 37. Elle, grande, 172 centimètres, élancée, pratiquant la zumba régulièrement, et une belle paire de seins de 95 C que j’aime voir danser et pétrir pendant nos ébats.

Depuis maintenant 3 ans, nous allons faire l’amour à d’autres, parfois ensemble, parfois seul, parfois … En fait, nous pratiquons toutes les formes de sexualité, échangiste, mélangiste, candaulisme, voyeurs, exhib tour à tour, tout.

Nous venons de rencontrer un couple dernièrement, ils sont comme nous, un peu déjantés sur le sexe et toutes ces pratiques. La première soirée après les présentations, Cécile s’est retrouvée faire l’amour chez eux pendant que moi j’étais resté au travail. La fois suivante, c’est moi qui ai fait l’amour à ce couple.

Lui est grand, 190 centimètres, 15 centimètres de plus que moi. Paul a des épaules larges que j’aime caresser, que j’aime sentir dans mon dos, et son sexe… Mon dieu son sexe, grand, épais, raide et tendre, un gland tout rond encore plus gros que la hampe de son pieu juteux. Que j’aime le sucer, le lécher et le caresser pendant que Stéphanie, sa femme me suce à son tour. Stéphanie est une femme un peu plus petite que moi, mais elle porte toujours des grands talons aiguilles qui lui sculptent les jambes à merveille tout en remontant son cul. Blonde aux cheveux longs, les seins un peu plus petits que ceux de Cécile, ma femme, et un peu plus fermes aussi. Ce soir là nous avons fait l’amour longtemps, très longtemps. Stéphanie a connu une double pénétration très bonne qui a fini par lui faire perdre la tête. Elle s’en est écroulée de sommeille me laissant avec son mari.

Nous voilà ensemble ce soir, tous les 4. Il a été convenu que nous allions nous donner du plaisir sans aucune limite, encore plus que d’habitude. Ca promet.

Cécile est venue me montrer à la sortie de la douche qu’elle s’était rasée intégralement l’abricot. Que j’adore le voir si lisse et si tendre. Paul va se régaler, Stéphanie également. Cécile me montre également la combinaison en résille qu’elle vient de s’offrir avec une belle paire de talons aiguilles, comme Stéphanie. Cette fois elle est plus grande que moi.

Seul à mon tour sous la douche, je commence à me masturber en pensant à ces deux femmes, sexy, sensuelles, et très accros au sexe et à ses orgasmes. Je me branle si bien que j’en éjacule à gros flots, mince ! Bon après tout, je ne serais que plus endurant. Je me rase à mon tour les parties intimes, les testicules et entre mes fesses.

20 heures. Nous sommes prêts tous les deux à nous regarder et à nous enlacer. Paul et Stéphanie arrivent.

Paul embrasse Cécile sur la bouche, je roule un patin à Stéphanie en retour. Les deux femmes s’embrassent à pleine bouche elles aussi.

-Vient là Rémy, me dit-il.

Il m’approche à lui par ses bras puissants et m’ouvre la bouche facilement avec sa langue. Mes mains posées sur ses hanches je ne cherche pas à résister, bien au contraire, je me noie dans son baiser.

-Merde alors ! Je ne suis pourtant pas …

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que les trois se mettent à rigoler et à venir me toucher.

-Allons au salon dit Cécile

Stéphanie lui emboite le pas, elle aussi perchée sur des hauts talons avec une mini jupe noire ne laissant quasiment aucun doute sur le fait qu’elle n’a pas de sous vêtement. En haut, elle porte un top moulant sur les seins et transparent juste ce qu’il faut pour dévoiler la taille de ses mamelons.

-Elle est belle, n’est ce pas, me dit Paul au creux de l’oreille

Sentir son haleine, ses mots tendres, la vue de sa femme, tout me fait bander en un quart de seconde. Paul n’attend pas que je réponde pour me mettre la main à la bite et vérifier que oui, elle me plait, mais il ne sait pas que je bande aussi pour lui…

Après deux verres d’un Bordeaux rouge sombre et sucré pour les hommes et d’un blanc liquoreux pour les dames, les esprits sont encore plus échauffés, à moins que ce ne soit que par l’effet de nos corps.

Paul avec son pantalon en lin et sa chemisette ample et pourtant cintrée aux épaules doit certainement bien faire mouiller Cécile. Stéphanie doit elle aussi se régaler de la vision de ma femme dans sa combinaison résille et transparente.

Sans dire un mot, Stéphanie choisi justement ce moment pour venir se mettre entre les jambes de Cécile.

Elle écarte ses jambes, glisse son doigt à travers une maille de résille, pose l’autre main sur la motte dégarnie de tout poil pubien. Ses cheveux sont de plus en plus proches de ce triangle d’amour que j’aime moi aussi lécher, savourer, butiner et pénétrer.

Crac !

La combinaison neuve ne l’est plus. Stéphanie vient d’arracher par un grand geste la combinaison de Cécile, et d’engouffrer sa main sur ses lèvres intimes. Avec Paul nous voyons Cécile basculer la tête en arrière pour laisser faire et profiter du plaisir que Stéphanie lui procure. Les cheveux blonds ne tardent à nous cacher complètement de la vue de ce cunnilingus lesbien. La tête de Stéphanie monte et descend, ses bras décrivent des cercles autour du bassin de ma belle. Cécile se cambre, ondule, gémit de plaisir. Paul vient tout de même prendre les cheveux de Stéphanie à pleine main. J’ai l’impression qu’il pourrait d’un simple mouvement soulever de terre cette belle blonde. Au lieu de cela, il ouvre la braguette de son pantalon, sort sa colossale bite qu’il exhibe à quelques centimètres de la bouche de Cécile.

Quand elle ouvre la bouche celle-ci se l’enfonce directement dans le fond de la gorge pour éviter de ne crier trop fort par l’orgasme qui la surprend.

Stéphanie redresse la tête, regarde la scène et gifle le clitoris de Cécile avant de baisser complètement le pantalon de Paul.

Moi, la bite toujours enfermée dans un pantalon bien trop étroit, je profite tout simplement de la vue de ce trio plus ou moins improvisé. Stéphanie me fait signe de venir à elle. Elle se pose sur le second canapé, s’allonge de tout son long, comme une panthère, blanche pâle et blonde. Une jambe sur le haut du canapé, une vers le sol. Sa petite motte blonde m’attire inévitablement, mais pas seulement pour glisser la tête. Stéphanie m’invite pour un 69 très torride. J’adore cette position, surtout en étant au dessus. Je peux à loisir descendre à fond dans sa gorge et l’étouffer ou remonter pour ne laisser que le gland dans sa bouche, sur ses lèvres, pendant que ma bouche s’agite sur son clitoris et ses petites lèvres.

Nus tous les 4 à baiser oralement avec le partenaire de l’autre, nous nous occupons que de l’instant présent, ou presque.

Sans que je ne m’en aperçoive, Paul vient se glisser derrière moi. Je ne le sens que trop tard lorsque son gland s’enfonce inexorablement dans mon fondement. Ses mains viennent appuyer sur mes épaules, ma bouche entre dans le sexe de Stéphanie, Cécile vient me caresser vigoureusement les couilles comme je l’aime. Depuis le temps que nous nous fréquentons, elle sait parfaitement que ça me détendre et me faire bander encore plus fort.

Après quelques allers-retours Paul n’a plus besoin de se retenir. J’ai le cul si ouvert que je peux même me déplacer et m’allonger sur le sommet du canapé. Stéphanie étant abandonnée seulement quelques secondes, Cécile prenant ma place à œuvrer à ce cunnilingus que je voulais très long et puissant pour lui offrir un gros orgasme. Sur le dos, étalé de tout mon long, je caresse la tête de Cécile et regarde Stéphanie dans les yeux pendant que je me fais sodomiser. C’est la première fois qu’un homme, qui plus est avec un sexe aussi long et épais vient en moi, d’habitude ce sont les doigts ou les petits godes de ma chérie, pas autant.

Quel plaisir que de se faire enculer en tout cas, je comprends ces femmes qui aiment tant, dont les deux à l’étage du dessous qui n’en terminent pas de se faire du bien. C’est la première fois que nous baisons de cette manière, en homosexuel, et j’adore, elles aussi, Paul aussi.

Paul achève mon traitement anal par une éjaculation sans même me demander quoi que ce soit, ça aussi c’est bon. J’en prends plein le cul, j’adore. Les femmes sont en sueur, dégoulinantes toutes les deux de mouille et de transpiration. Mon cul commence à se réveiller, ça pique, c’est chaud et le mieux, je sens que ça dégouline de mes fesses ; la semence de Paul.

Nous décidons d’aller prendre une douche ensemble Cécile et moi. Il faut que l’on parle de tout cela. Il faut que je lui avoue que j’ai adoré.

Nous avons recommencé dans la soirée, enfin, Paul a recommencé à me prendre le cul encore plus fort, suivi par les doigts de Stéphanie et le gode ceinture de Cécile. Allongé sur le dos et sur la table du salon, j’ai servi de vides couilles à mes amis. Cela n’a pas empêché les femmes de jouir entre elles et dans mon cul.

Nous qui sommes friands de sexe et d’histoires érotiques, nous sommes également présents sur Xstory

Auteur: Aurelien

Coquin amoureux de la plume et des belles photos, Erosto, m' est comme un petit boudoir coquin permettant de mettre par écrit les plaisirs sexuels, les histoires érotiques et les nombreux conseils coquins pour les couples, les hommes et les femmes qui aiment comme moi pimenter leur vie sexuelle et agrémenter les soirées torrides pour le seul plaisir du partenaire

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *