Une bite dans sa bouche, une bite dans son con, une bite dans son cul

J’attendais mon avocate, Jessica. Enfin on m’accompagna à son cabinet et je me suis assise. Nous avons parlé de mon affaire pendant quelque temps et j’ai remarqué qu’elle matait mes doudounes qui pointaient sous mon polo blanc. Elle m’a demandé de venir à ses côtés, sur son bureau il y avait une montagne de papiers à signer. Pendant que j’étais occupée à signer ces papiers, je constatais qu’elle me regardait, et je ressentais des picotements dans tout mon corps.

J’ai 22 ans, je dirais que je suis très sexy enfin c’est ce que l’on me dit souvent et je suis curieuse. L’avocate était très jolie et très bien habillée, j’avais compris qu’elle aimait séduire. Le soleil qui brillait sur son visage la rendait vraiment encore plus belle et de plus elle flirtait avec moi dans son bureau. Je suis retournée à ma chaise, je me suis assise en prenant bien soin de laisser ma jupe remonter un peu, elle a regardé mon décolleté et puis mes bas noirs, j’ai écarté un peu mes jambes, elle s’en est aperçu immédiatement et continua à me regarder, je les ai écartées davantage, je ne savais pas si j’oserais lécher ses lèvres ou faire autre chose mais je lisais dans ses yeux un ardent désir d’aimer, d’être aimée et ses lèvres s’ouvrirent pour me donner un beau sourire. Ses lèvres étaient si accueillantes…

 

 

 

Elle vint s’asseoir au coin de son bureau, elle portait une jupe très courte et je voyais bien sa petite culotte de dentelle noire à travers ses bas, elle s’ouvrit légèrement et me regarda dans les yeux, je ne pouvais pas détourner le regard, j’étais envoûtée et elle le savait.

 

 

 

Je sentais que je commençais à mouiller et je me demandais si elle mouillait aussi. Nos yeux se rencontrèrent et nous nous dévisagèrent. J’avais l’impression qu’elle n’était pas lesbienne, mais moi je suis bisexuelle comme tant d’autres femmes.

 

 

 

“Je remarque que vous ne pouvez pas me quitter des yeux, pourquoi ?” me dit-elle.

“Eh bien puisque que vous me le demandez je vous répondrais que je suis curieuse de mieux vous connaître. Je la désirais, j’aurai aimé la serrer contre mon ventre, la serrer entre mes jambes.

” Je dois encore vous parler de votre affaire, pourriez vous revenir dans deux jours ?

“Venez chez moi demain après midi, vous y trouverez toutes les renseignements dont vous avez besoin pour mon affaire, d’accord ? “J’irai avec plaisir”, me dit-elle”.

 

Je me suis levée et je me suis dirigée vers la porte. Ma jupe serrait mon cul et je me retournais juste à temps pour la voir regarder mon cul que je balançais en marchant.

“A demain.”

La porte se referma. Je descendis les escaliers et arrivée dehors, j’imaginais qu’elle avait regagné son bureau, s’était assise et commençait à glisser son doigt pour caresser sa chatte déjà bien trempée et frotter son clito tout en pensant au lendemain avant que son prochain client arrive. Il était 16H30′ de l’après midi, j’étais assise sur mon balcon et je triais les papiers que Jessica m’avait demandé. On sonna à la porte et je me levais pour aller ouvrir.

“Bonjour Louise” dit-elle.

“Bonjour, comment allez vous? Vous êtes splendide”.

Je la conduisis à la table du balcon. Il faisait très chaud. J’avais posé une bouteille de vin sur la table ainsi que deux verres. Je lui remis les papiers et nous dégustâmes le vin en admirant le panorama .Les collines étaient superbes Nous nous sommes regardées et nous nous sommes souries

“J’ai fait des photocopies de tous les documents

“Très bien, je ne resterai pas longtemps.
“Oh non, vous ne pouvez pas rentrer maintenant, c’est l’heure du dîner, je vous invite et je vous prie de rester.

“Merci dans ce cas j’accepte de rester pour dîner en votre compagnie.”

Je me dis en moi-même qu’elle était sexy. Une brise commença à souffler dans le jardin et s’engouffra sous les jupes de Jessica si bien que je pouvais voir ses cuisses blanches et sa petite culotte. Puis la brise cessa de souffler et je ne voyais plus rien d’intéressant. Mais elle bougea sa jambe et je pus alors voir son cul, naturellement elle le faisait exprès. Je sentais que je commençais à mouiller et je me tortillais sur ma chaise. La brise souffla de nouveau et même si la lumière n’était pas très vive, je pouvais voir sa chatte, lorsque sa jupe fut retroussée pendant un court instant. Je la désirais ardemment, il fallait que je touche mon con pour me faire du bien, mon excitation était à son comble et j’avais besoin d’amour. Nous avons aperçu notre jardinier, un homme à tout faire en fait qui remontait le sentier, c’était un bel homme très fort, il avait 33 ans. Lorsqu’il fut près de nous, je remarquais qu’il portait un short, qu’il était torse nu et qu’il était très musclé. Je me retournais pour regarder Jessica et je vis que ses yeux ne le quittaient pas.

“Qui est cet homme ?” demanda-t-elle.

“Oh ! C’est une personne qui m’est très utile, il sait tout faire ici, il est formidable, c’est une excellent bricoleur.

“Hmm”, je l’entendis murmurer.

Elle le regarda entrer dans la maison. Elle se tortillait sur sa chaise. Elle écarta un peu ses jambes et je le vis entrer dans la pièce derrière moi pour dire probablement qu’il avait terminé sa journée.

“Bonjour “me dit Jack

“bonjour Jack, voici mon avocate Jessica”.

Ils parlèrent très librement, je les ai vus flirter et ils avaient l’air de bien s’entendre. Je ne pouvais pas m’empêcher de poser ma main sur ma chatte et je sentais que la chaleur irradiait mon ventre.

“Je vais prendre une douche à bientôt” nous dit Jack.

Nous sommes allés dans la cuisine, j’ai pris Jessica dans mes bras et je l’embrassais, elle ne refusa pas, c’était un baiser passionné et elle me rendit le même baiser. Je posais ma main sur ses nichons volumineux et je les pressais, je caressais ses mamelons, elle gémissait et elle ronronnait comme une chatte.
Après nos baisers, je remarquais qu’elle rougissait.
– – –

Auteur: Joliechatte2013

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *