Un fantastique cadeau d’anniversaire à trois

Mon téléphone a sonné. En le regardant, j’ai vu que c’était un SMS d’Emilie. En regardant dans le rétroviseur, les gyrophares bleus policier qui venait de m’arrêter m’ont hérissé les yeux et les feux de route m’ont fait pleurer. En appuyant sur le bouton du téléphone, j’ai lu le message. Il disait : « Où es-tu ? ».

Où suis-je, ai-je pensé avec colère. Je suis sur le bord de cette putain d’autoroute, sur le point de recevoir une contravention pour excès de vitesse le jour de mon putain d’anniversaire. Bon sang. Ça me fait chier. En baissant les yeux sur le téléphone, j’ai eu envie de le jeter dans la circulation, mais je n’avais pas les moyens de le remplacer à nouveau, alors j’ai répondu par texto : ‘J’ai une contravention, je rentre quand je peux’.

Le flic s’est approché du côté de la voiture et j’ai baissé ma vitre. « Permis et carte grise, monsieur », a dit le flic, ennuyé. Je lui ai tendu les documents. Il a regardé mon permis, puis m’a regardé, puis a regardé mon permis. « Joyeux anniversaire, monsieur, vous réalisez que vous étiez en excès de vitesse ? » a-t-il dit, avec un peu plus d’intérêt dans la voix. Le téléphone a vibré ; un autre putain de SMS d’Emilie. « Je reviens tout de suite monsieur », a dit le policier. Je lui ai fait signe, n’importe quoi pour m’éloigner de ce connard. J’ai appuyé ma tête en arrière sur l’appui-tête et j’ai fermé les yeux. Mon Dieu, j’avais envie d’un joint en ce moment. Le téléphone a de nouveau sonné, un rappel d’un message. J’ai décroché le téléphone et j’ai appuyé sur le bouton du message pendant que le flic revenait sur le côté de la voiture. J’ai regardé le message, ma bouche s’est ouverte. C’était une photo. C’était une photo de ma femme et une femme blonde suçait le téton de ma femme. Elles étaient toutes les deux nues. La légende disait : « Joyeux anniversaire, chéri, viens chercher tes cadeaux ». Ma bite est passée en pleine érection en quelques secondes, la vue de ma femme avec une autre femme, une femme sexy de surcroît, poussant ma libido à l’extrême.

« Monsieur, vous m’écoutez ? » a demandé le policier avec une pointe dans la voix.

« Quoi ? Oh, désolé, » ai-je dit, « J’ai été distrait par le message de ma femme. »

« J’ai dit que j’allais devoir te mettre une contravention pour excès de vitesse, monsieur », a dit le flic.

« Écoute, » ai-je dit, soudainement impatient, « Je sais que je faisais un excès de vitesse et je sais que c’est mal, mais ne ferais-tu pas un excès de vitesse, si tu recevais ce message texte ? » Je lui ai tendu mon téléphone.

Le policier a regardé mon téléphone pendant un long moment. Il s’est légèrement léché les lèvres, la chaleur sèche et la photo rendant sa bouche sèche. « Passez une bonne journée, monsieur », a dit le flic en me rendant mon téléphone et en fermant son carnet de contraventions. En se retournant, il est retourné vers sa voiture, a éteint les feux et s’est replacé dans la circulation. Il a failli provoquer un accident.

J’ai souri, envoyé un SMS à Emilie : « J’arrive dans une minute » et j’ai appuyé sur l’accélérateur. J’ai dépassé le flic un kilomètre plus loin en roulant à 100, il m’a fait un appel de phares et ne m’a pas poursuivi. J’ai pris la bretelle de sortie à 60, j’ai mis le pied au plancher et j’étais chez moi en moins de 5 minutes. En sautant de la voiture, j’ai couru sur le trottoir et j’ai fait irruption dans la maison. Je me suis arrêté dans l’embrasure de la porte. Mon épouse et cette femme blonde s’embrassaient à pleine bouche juste dans le hall. Les deux étaient nues. J’ai fermé la porte. Mon Dieu, j’ai pensé, c’est tellement chaud ! Je suis restée là à les regarder s’embrasser comme des amoureux adolescents. Finalement, ils sont sortis pour respirer.

« Salut, Hun », a jailli Emilie en s’essuyant la bouche. « Je vois que tu as reçu mon message. J’aimerais que tu rencontres Stéphanie. Ce n’est pas son vrai nom, bien sûr, mais tu n’as pas vraiment besoin d’un nom pour prendre ton pied, n’est-ce pas ? »

J’ai hoché la tête bêtement, admirant le corps de Stéphanie et la façon dont il allait si bien à côté de celui d’Emilie. Ma bite était si dure qu’elle me faisait mal, le tissu rugueux du jean frottant contre la crête sensible de mon sexe. Je ne savais pas quoi faire. Je voulais me déshabiller et plonger dans la chatte de Stéphanie, qui était rasée de près comme celle d’Emilie, mais je ne savais pas si elle aimait même les hommes, et encore moins si elle me laisserait la baiser. Emilie a semblé lire ma convoitise et mon doute, car elle a tiré Stéphanie vers elle et elles ont toutes deux commencé à me déshabiller, là, dans le foyer. De toute évidence, Stéphanie a basculé d’un côté ou de l’autre, car sa bouche chaude était partout sur ma bouche, mon cou, ma poitrine et mes tétons. On aurait dit que c’était un concours entre elle et Emilie pour voir qui pourrait embrasser le plus d’endroits sur mon corps pendant qu’elles me déshabillaient. J’étais tellement excité que je ne pouvais pas me contrôler. Mes mains ont attrapé un sein de chaque femme nue, des tétons durs dans la paume de mes mains alors que je caressais et pétrissais leurs gros seins.

« Ugh », dit Emilie en fronçant le nez. « Tu sens et goûtes la sueur. Pourquoi n’irais-tu pas prendre une douche avec Stéphanie, puis tu me rejoindras dans la chambre ? » Stéphanie sourit et acquiesce, se léchant les lèvres par anticipation. Je peux presque lire dans ses pensées et je suis parfaitement heureuse de ce qu’elle pense. Emilie s’est retournée et a commencé à s’éloigner, mais j’ai tendu la main et lui ai donné une grande claque sur la fesse, laissant une grosse empreinte rouge sur sa fesse. Elle a sursauté, puis s’est retournée et est revenue, souriante. Elle a attrapé ma tête et a attiré mes lèvres vers les siennes, sa langue pénétrant dans ma bouche. Je peux goûter Stéphanie sur ses lèvres et je l’embrasse à la pleine bouche pour pouvoir goûter les deux sur sa bouche. J’ai perdu un peu ma concentration une minute plus tard lorsque la blonde sexy a enroulé ses lèvres autour de la tête de ma queue et a commencé à la sucer pendant qu’elle caressait mes couilles avec ses longs doigts fins. La main d’Emilie s’est enroulée autour de la tige de ma queue et ma concentration a complètement disparu. Emilie s’est éloignée de moi et, en souriant malicieusement, a pointé du doigt la salle de bain. Stéphanie s’est levée et, en enroulant sa main autour de ma queue dure comme le roc, elle m’a tiré à travers le salon et dans le couloir jusqu’à la salle de bain.

Stéphanie a allumé la douche, qui se remplit rapidement de vapeur. Elle m’a poussé dans la douche, l’eau chaude étant presque brûlante sur ma peau. « Pas de baise là-dedans, maintenant », a appelé Emilie depuis le couloir. « Il y a bien assez de temps pour que nous soyons toutes les trois satisfaits ». Stéphanie a souri de façon pécheresse en grimpant sous la douche avec moi. Je me dis : « Putain, pas question de baiser cette femme sexy sous la douche ; ça va être un acte extrême de maîtrise de soi ». Elle a pris le savon et a commencé à le faire mousser dans ses mains. Elle a posé le savon et a commencé à frotter ses doigts sur mon corps. Ses mains ont caressé ma poitrine, mes bras, mes épaules, mon ventre, mes hanches, mes cuisses et enfin ma queue et mes couilles. Son toucher était si agréable que j’avais l’impression que j’allais lui envoyer ma charge sur ses seins, juste là. Elle me retourne et pendant que l’eau chaude rince mon front, elle frotte lentement ses mains savonneuses sur mon dos, puis sur mon cul. Ses doigts descendent le long de la fente et de la tache, ses doigts pressent et caressent. Maintenant, elle est à genoux dans la douche et m’a fait tourner, ses mains savonneuses attrapant mes hanches. C’est ce que j’attendais, je pense, alors qu’elle avale ma queue aussi profondément qu’elle peut la prendre. J’ai attrapé sa tête et l’ai maintenue en place pendant que je faisais lentement glisser ma queue dans et hors de sa bouche, poussant jusqu’à ce qu’elle s’étouffe légèrement, puis retirant jusqu’à ce que seule la tête soit enfermée dans ses lèvres affamées. Elle a travaillé ma queue avec ardeur. Je l’ai laissée travailler, mes jambes tremblant à cause de l’excitation de sa bouche chaude dévorant ma queue. J’ai écarté les jambes et appuyé mes bras sur le mur. Sa main a attrapé mes couilles et les a caressées pendant qu’elle glissait lentement de haut en bas de ma tige. Je sursaute lorsque ses doigts commencent à caresser mon trou du cul, puis je sursaute encore lorsqu’elle insère un doigt et commence à caresser au même rythme qu’elle suce ma queue. Je gémis alors que la pression monte si vite que j’ai l’impression d’être un raz-de-marée qui monte. Son autre main est remontée et a attrapé mon manche et elle a commencé à caresser ma queue et mon trou du cul plus rapidement. « Mon Dieu, je vais jouir », ai-je haleté. Elle a continué à sucer férocement ma tête et ses caresses sont devenues de plus en plus rapides. « Ça vient », je gémis. Elle a retiré ma queue de sa bouche et a pointé le bout vers ses gros seins, juste à temps pour que ma charge se déverse sur ses seins et son ventre.

Nous nous sommes rincés et sortis de la douche en nous essuyant mutuellement. Nous nous sommes dirigées vers la chambre et Stéphanie a sauté sur le lit, plongeant sur Emilie et l’embrassant avec avidité, leurs langues s’entortillant clairement dans la bouche de l’autre. Les regarder s’embrasser et se caresser fait rapidement durcir à nouveau ma queue et j’ai rampé dans le lit en espérant participer à l’action. Les filles se sont séparées et m’ont fait de la place au milieu. J’ai mis mes bras autour d’elles deux et je les ai regardées se pencher sur moi et continuer à s’embrasser. Emilie s’est baissée et a attrapé ma queue, la caressant pendant qu’elle se rétablissait et atteignait sa pleine érection. Les femmes ont soudainement arrêté de s’embrasser et elles ont toutes deux commencé à sucer mes tétons, les léchant et les mordant. Mes mains ont descendu le long de leur dos et ont saisi leurs joues de cul fermes, leur donnant à chacune une pression de plaisir. Mon souffle était court et un peu irrégulier, mon cœur s’emballait. Emilie m’a regardé dans les yeux, puis s’est approchée et a chuchoté dans mon oreille : « Quelle chatte aimerais-tu lécher en premier ? ».

Une seconde plus tard, j’étais sur le dos et la chatte de Stéphanie était assise sur mes lèvres, son clitoris appuyant contre le bout de mon nez. Ses mains agrippaient la tête de lit et elle faisait grincer les lèvres gonflées de sa chatte sur ma bouche. « Mets ta langue dans ma boîte chaude, monsieur », a-t-elle dit, son accent cajun me rendant fou de désir. Emilie s’est mise à cheval sur mes cuisses et j’ai senti qu’elle prenait ma queue et l’enfonçait entre ses magnifiques seins, les refermant autour d’elle dans un tunnel étroit qui ressemble presque à une chatte. J’ai essayé de me concentrer sur ma langue qui sondait le profond tunnel de Stéphanie et sur le frottement de mon nez sur son clitoris exposé, mais la sensation d’Emilie qui m’encule les seins était tellement bonne que je n’arrivais pas à me concentrer. Apparemment, mes efforts, aussi distraits soient-ils, ont quand même été satisfaits, car la blonde Stéphanie a commencé à gémir et à se déhancher sur mon visage comme si ma langue était une bite géante remplissant sa boîte serrée. Le jus de sa chatte coulait abondamment et elle avait si bon goût que j’avais envie de la faire gicler sur mon visage. Emilie a commencé à parler salement à Stéphanie, « Ouais, c’est ça bébé, chevauche son visage, jouis sur tout son visage, rends-le lisse avec tes jus chauds ! ». Stéphanie a gémi, en se frottant plus fort à ma langue, puis avec un grand cri, elle a explosé sur mon visage, son sperme chaud recouvrant mon visage, mon cou et le haut de ma poitrine.

Emilie a arrêté de me donner un coup de téton et a attrapé Stéphanie alors qu’elle commençait à tomber en arrière de mon visage. Elles se sont embrassées et Emilie s’est baissée et a caressé le clitoris de Stéphanie avec ses doigts. Stéphanie a poussé un cri et elle a giclé sur ma poitrine. Emilie a arrêté de l’embrasser et s’est dirigée vers ma poitrine, sa langue léchant lentement et délibérément chaque goutte du sperme de Stéphanie sur ma poitrine, mon cou et mon visage. Sa langue a plongé dans ma bouche et elle m’a embrassé si fougueusement que j’ai su qu’elle voulait que je la baise tout de suite. J’ai tendu la main et attrapé les hanches d’Emilie, la positionnant de façon à ce qu’elle soit prête à chevaucher ma queue endolorie. J’ai attrapé ma queue et je commence à la positionner contre les lèvres humides de sa chatte, mais elle m’a repoussé. Je me suis rendu compte que je n’avais pas fait attention à Stéphanie et qu’il semblait qu’elle était occupée à mettre un gode-ceinture. « Regarde ça bébé », a dit Emilie d’une voix rauque, en se penchant sur ma poitrine, ses mamelons durs me broyant pendant que Stéphanie se mettait derrière Emilie et plongeait cet énorme gode dans la chatte d’Emilie avide de bite. Stéphanie a donné une claque sur la joue d’Emilie et Emilie a sauté, ses seins s’écrasant sur ma poitrine, son gémissement de plaisir et de surprise résonnant dans mon oreille.

Stéphanie a commencé à baiser Emilie, de longs coups lents d’entrée et de sortie avec ce gros gode. Emilie semblait s’amuser car elle gémissait et haletait avec le plaisir d’être baisée longuement et lentement. J’ai tendu la main vers le bas et j’ai commencé à frotter son clito, mes doigts appuyant fermement de chaque côté du clito alors que je sentais le gode entrer et sortir de la chatte d’Emilie. Emilie a commencé à haleter et à se tordre sur ma poitrine alors que son corps répondait à la stimulation de sa chatte et de son clito. Stéphanie a commencé à caresser plus rapidement, ses poussées étant plus vives, plus énergiques. Elle a commencé à frapper le cul d’Emilie avec sa main, puis a soudainement tendu le bras et attrapé les cheveux d’Emilie et lui a tiré la tête en arrière. « Tu aimes ça, n’est-ce pas, salope », a grogné Stéphanie en frappant durement Emilie sur le cul. « Tu aimes cette grosse bite dure dans ta chatte, n’est-ce pas. Tu veux que je te baise de plus en plus fort, n’est-ce pas, salope. Dis-moi que tu aimes ça ! » Elle a donné une nouvelle claque à Emilie. « J’aime ça », gémit Emilie en se tordant sur ma poitrine. Sa main est descendue et a pressé mes doigts plus fort contre son clitoris. « Donne-moi ça plus fort, j’en ai besoin, fais-moi jouir si fort que je veux crier, s’il te plaît, je le veux tellement. » Emilie était presque incohérente de désir et je savais qu’elle allait jouir d’une seconde à l’autre.

Stéphanie a retiré le gros gode d’Emilie et s’est penchée en arrière. En me regardant dans les yeux, elle a dit : « Pourquoi ne la finis-tu pas ? ». Emilie s’est baissée, a attrapé ma queue endolorie et l’a enfoncée dans sa chatte, l’enfonçant à fond et se grattant dessus. Stéphanie a pris le gode et l’a tapé contre la joue du cul d’Emilie. Emilie a sauté et a remué ma queue jusqu’à ce qu’elle sorte presque. Puis elle est redescendue. Stéphanie a giflé Emilie sur l’autre joue avec ce gode et a fait sauter Emilie à nouveau. C’est devenu leur petite routine, Stéphanie donnant une fessée à Emilie avec le gode, ce qui faisait gémir Emilie de plaisir et la faisait monter et descendre sur ma queue. En regardant Stéphanie, ses seins rebondissaient et se balançaient joliment tandis qu’elle manipulait agressivement Emilie. « Tu sais », m’a-t-elle dit, « Je pense que je devrais lui enfoncer ce gode dans le cul et que nous devrions faire une double équipe avec elle, qu’en penses-tu ? ». Emilie m’a regardé dans les yeux et je pouvais voir qu’elle voulait ça de la pire des façons. Je me suis baissé et j’ai écarté les joues des fesses d’Emilie et Stéphanie a lentement enfoncé le gode dans le cul d’Emilie. J’avais déjà baisé Emilie dans le cul, mais ce n’était pas ce que je préférais. Regarder cette femme blonde sexy baiser ma femme dans le cul, avec ma queue dans sa chatte et sentir la pression intense que le remplissage des deux trous créait était intensément érotique.

Emilie s’est accrochée à moi, ses mains se sont crispées sur mes épaules tandis que Stéphanie et moi la doublions lentement. Elle gémissait et haletait comme je ne l’avais jamais entendue. Elle a commencé à supplier, « Plus fort, s’il te plaît, j’en ai besoin plus fort, baise-moi plus fort, s’il te plaît ». Stéphanie a tendu le bras, a attrapé les épaules d’Emilie et a commencé à pousser férocement dans le cul serré d’Emilie. Sa chatte s’est contractée si fort autour de ma queue que j’ai cru que j’allais jouir immédiatement. « Oh mon Dieu », a crié Emilie, « Oh mon Dieu, c’est ça, baise-moi plus fort, oh mon Dieu, je vais jouir, baise, plus fort, s’il te plaît, enfonce cette bite dans ma chatte, oh mon Dieu, c’est ça, je vais jouir, baise, je vais jouir, oh baise !!! ». Elle a crié, plus fort que je ne l’avais jamais entendu crier de toute sa vie et sa chatte s’est serrée si fort sur ma queue que je ne pouvais plus bouger. Stéphanie a enfoui ce gode jusqu’au bout et a frotté les joues du cul d’Emilie, tandis qu’Emilie faisait gicler du sperme sur ma queue, mes cuisses et le lit. Emilie est restée allongée sur ma poitrine pendant une minute, reprenant son souffle. Lentement, elle a relevé la tête, la sueur faisant coller ses cheveux à son visage et elle a dit : « Pas encore fini ».

Stéphanie est descendue du lit et s’est déshabillée de la gode-ceinture. Emilie s’est roulée hors de moi et s’est allongée sur le lit sur le dos. Stéphanie a rampé sur le lit et sur Emilie et elles ont commencé à se rouler des pelles et à se caresser. Emilie m’a regardé et a dit : « Qu’est-ce que tu attends ? Sa chatte a mal pour ta grosse bite et je veux te sentir la baiser. » Je me suis assise et j’ai regardé leur disposition. Emilie était sur le dos, les jambes écartées et dressées en l’air. Stéphanie était à califourchon sur Emilie et ses jambes étaient repliées le long des côtés d’Emilie, de sorte que les lèvres de leurs chattes se touchaient et que leurs clits se frottaient. Emilie s’est baissée et a écarté les lèvres de la chatte de Stéphanie, laissant ce trou serré exposé à ma curiosité. J’ai regardé cette invitation et j’ai pensé : ça va être amusant. Juste pour le plaisir, je me suis penchée et j’ai léché le trou du cul d’Emilie, le long des deux lèvres de la chatte et sur le trou du cul de Stéphanie. Elles se sont toutes deux tortillées et ont fait des bruits lascifs de plaisir.

Je me suis positionné de façon à viser parfaitement la chatte de Stéphanie. Ma queue souffrait de sentir son trou serré enroulé autour de mon outil et d’entendre ses gémissements de plaisir à cause de mes poussées puissantes. Emilie a écarté les lèvres de Stéphanie, souriant en attendant la réaction. J’ai placé la tête de ma queue contre cette ouverture humide et j’ai lentement poussé dans cette chatte serrée. Stéphanie a gémi, sa bouche étouffée contre le cou d’Emilie alors que je remplissais sa chatte avec ma bite épaisse et dure. Mes couilles reposaient contre les lèvres gonflées de la chatte humide d’Emilie. J’ai commencé à entrer et sortir de la chatte de Stéphanie, étirant son trou pour qu’il s’adapte à mon épaisseur. Mes couilles tapaient doucement contre les lèvres de la chatte d’Emilie, enduisant mes couilles de son jus. Le mouvement de mes poussées a fait grincer leurs clits l’un contre l’autre et elles ont toutes deux gémi et gémissent de façon excitante alors que j’ai progressivement accéléré le rythme.

Emilie a donné une fessée à Stéphanie sur une joue des fesses, ce qui l’a fait sursauter et sa chatte s’est contractée sur ma queue dure. Elle a couiné de plaisir et je l’ai entendue dire contre le cou d’Emilie : « S’il te plaît, je peux en avoir une autre ? ». Emilie a souri méchamment et m’a indiqué que je devais gifler l’autre joue du cul, ce que j’ai rapidement fait, la forte claque se répercutant sur les murs de la chambre. Elle a couiné et s’est assise à moitié debout. Emilie a approché sa bouche d’un des seins de Stéphanie et a commencé à mordre et sucer le téton, en donnant de temps en temps une claque sur la fesse de Stéphanie et en la faisant couiner. Sa chatte était trempée et glissante, alors je me suis lâché, martelant son trou serré avec un abandon total, entrant et sortant avec une intensité féroce. Elle haletait et gémissait et je pouvais dire qu’elle allait exploser d’une seconde à l’autre. J’ai pris mon pouce et l’ai enfoncé dans son trou du cul serré et c’est tout ce qu’il a fallu ; sa chatte s’est fortement contractée autour de ma queue et elle a crié alors que son corps basculait dans l’orgasme. Emilie l’a serrée fort et a gémi avec elle, son propre corps célébrant avec un léger orgasme de son côté.

Je n’avais toujours pas fini, alors après qu’elles se soient calmées et que la chatte de Stéphanie se soit suffisamment détendue pour que je puisse entrer et sortir encore un peu, je me suis penché en arrière et me suis reposé sur mes talons. J’ai regardé leurs chattes, si serrées l’une contre l’autre, si juteuses et avides de ma queue dure. Prenant le manche dans ma main, j’ai glissé hors de Stéphanie et j’ai enfoncé ma bite dans la chatte d’Emilie, le manche glissant contre les lèvres de Stéphanie. Je me suis retiré d’Emilie et j’ai enfoncé ma bite dans Stéphanie, mes couilles claquant contre les lèvres de la chatte d’Emilie. Lentement, méthodiquement, j’ai enfoncé ma bite dans chaque chatte, un long coup dur à la fois. Elles ont toutes les deux couiné et se sont tordues pendant que ma bite s’enfonçait dans chacune d’elles, leurs jus se mélangeant et leurs clits se frottant l’un contre l’autre. Elles ont commencé à s’embrasser à la française, leurs mains jouant avec les seins de l’autre. Finalement, j’ai senti que ma bite était prête à finir, alors j’ai laissé ma bite dans la chatte de Stéphanie et, saisissant ses hanches pour la pousser, j’ai commencé à pilonner sa chatte sans relâche. Elle a commencé à couiner et Emilie a commencé à m’encourager, me disant de lui donner plus fort et plus vite, de baiser cette chatte, de la faire crier et Stéphanie a effectivement commencé à crier, sa chatte giclant autour de ma bite alors que je continuais à la pilonner sans pitié. Finalement, je l’ai senti arriver, le point de non-retour et j’ai retiré ma queue de Stéphanie pour la fourrer dans Emilie, battant sa chatte les derniers coups nécessaires pour allumer ma bougie et faire exploser ma queue dans un feu d’artifice exceptionnel d’extase orgasmique.

Je me suis effondré au pied du lit, épuisé. J’étais complètement rassasié. Je n’avais jamais rien vécu de tel dans ma vie. Emilie a rampé jusqu’à moi et m’a embrassé, sa langue sondant ma bouche. Je pouvais sentir le goût de Stéphanie sur sa bouche et j’ai savouré ce goût. Stéphanie s’est approchée et m’a aussi embrassée, sa petite langue chaude taquinant la mienne. Je suis restée allongée, haletante, épuisée. Les filles sont sorties du lit et sont parties, mais j’ai remarqué que Stéphanie a ramassé le gode-ceinture et qu’elles avaient toutes les deux leurs mains sur l’autre. Alors que je m’endormais, j’ai cru entendre Emilie couiner et demander plus fort, plus fort, mais c’était peut-être mon imagination. Tout ce que je sais, c’est que lorsque je me suis réveillé le lendemain matin, Stéphanie était partie et rien n’indiquait que ce fantastique cadeau d’anniversaire avait eu lieu. À part que ma bite était bien utilisée. Malgré tout, je n’oublierai jamais mon anniversaire et peut-être que j’aurai à nouveau ce cadeau l’année prochaine.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.