Un cours de yoga inoubliable Chapitre 3

Lire le chapitre 1 de cette histoire de sexe : cours de yoga inoubliable

Lire le chapitre 2 de cette histoire de sexe : cours de yoga inoubliable

-Que quelqu’un me baise ! dit Jennifer. Que quelqu’un me baise maintenant !

Grégory lève les yeux vers Déborah qui le regarde aussi. Déborah se penche et saisit les chevilles de Jennifer, la retournant sur le ventre d’un mouvement rapide. Déborah s’allonge alors sur le lit, sur le dos, et alors qu’elle tire les hanches de Jennifer pour positionner sa chatte sur son visage, Déborah dit avec un ton qui indique que c’est un ordre et non une option, « Baise son cul, Grégory ».

Grégory regarde le corps de Déborah pendant un moment, et même à la lueur des bougies, elle semble n’être rien de plus que des os avec la peau tendue sur eux, et Grégory se demande momentanément ce que ça serait de la baiser.

Déborah lèche la chatte de Jennifer, ses mains qui lui griffent les fesses, exposant le petit anus rose de Jennifer à Grégory. Alors que Grégory se tient au-dessus de Jennifer, il se souvient de la seule autre fois où il a eu des relations anales avec une femme. Lui et sa petite amie venaient tout juste de rentrer d’une fête chez un ami, où l’un des fêtards ivres avait laissé échapper que sa petite amie avait toujours plusieurs orgasmes chaque fois qu’ils faisaient l’amour par les fesses. Grégory et sa copine de l’époque en avaient discuté sur le chemin du retour, elle ne croyait pas que cela pouvait être le moindrement agréable, et une fois dans la chambre, Grégory a réussi à la convaincre d’essayer. Sa copine avait détesté, se plaignait qu’il poussait trop fort, sa bite était trop sèche, puis lui a dit de ne plus jamais essayer.

Grégory s’accroupit sous un angle auquel il n’est pas habitué, et ses muscles de la cuisse commencent presque immédiatement à protester, mais il n’est pas prêt à faire savoir à ces deux femmes que quelque chose le retient physiquement. Tenant sa bite dans une main, il utilise son autre main pour saisir légèrement sa taille. Le cul de Jennifer se déplace légèrement en avant et en arrière avec le mouvement de léchage de Déborah alors qu’elle se tient sur ses avant bras, sa tête oscillant de haut en bas, à gauche et à droite, dans les affres du plaisir.

Il enfonce lentement son gland dans son anus, remarquant immédiatement que son anus n’est pas aussi serré que celui de son ex-petite amie l’était. La tête de Jennifer se relève, ses cheveux blonds s’agitant.

-Oui, vient à fond !

Grégory continue de s’enfoncer plus profondément dans son anus, son appréhension de lui faire mal lui enlevant une partie du plaisir de son cul serré, musclé, mais réceptif, enroulé autour de sa bite.

-Qu’elle aille se faire foutre, imbécile ! Déborah lui crie dessus.

Il est déconcerté par l’attitude grossière de Déborah, mais il est excité par la sensation de son souffle sur ses couilles.

Grégory glisse sa bite en entier, claquant ses couilles sur les petites lèvres de la blonde. Jennifer pousse un autre cri, et Grégory sait qu’il fait ce qu’elle veut. Il commence alors des longs va-et-vient, sentant un léger frottement de ne pas utiliser de lubrifiant, mais bientôt, ce léger inconfort s’estompe par rapport à l’excitation grandissante.

Il est surpris de durer aussi longtemps. Un fantasme apprécié par tous les hommes lui arrive et il ne vient pas en moins d’une minute comme il le pensait.

Les cris de Jennifer deviennent plus forts. Déborah enfonce ses doigts dans la chair tendre du cul de Jennifer pour l’empêcher de s’éloigner.

-Oh merde ! J’arrive ! crie Jennifer

Ses cris continuent de croître en volume. Lorsque Jennifer semble être au sommet de son orgasme, incapable de crier plus fort, Grégory sent son excitation monter jusqu’au point de rupture. Il claque sa bite dans Jennifer plus fort à chaque coup, et quand il ne peut plus se retenir, explose avec un grognement fort – tirant son sperme dans le cul de Jennifer.

Il continue lentement à baiser le cul de Jennifer, chaque coup étant légèrement plus lent que le précédent. Il sent la main de Déborah lui envoyer un message léger sur ses couilles, puis lui frotter le cul.

Tandis que Grégory sort sa bite et que Déborah se soulage sous elle, Jennifer s’effondre vers l’avant. Ses yeux sont fermés, un léger sourire de plaisir sur ses lèvres. Déborah s’approche de la tête du lit, la place contre le mur et fait face à Jennifer avec ses jambes écartées dans une pose qui ne laisse aucun doute sur ce qu’elle veut que Jennifer fasse.

Jennifer s’allonge en profitant de ce moment de plaisir et répond lentement au souhait de Déborah. Pendant que Grégory s’assoit au pied du lit et regarde, Jennifer commence par frotter lentement les mollets de Déborah, en suivant chaque contact d’un léger baiser. Déborah se serre et se frotte les seins, regardant Jennifer, inconsciente de la présence de Grégory. Bientôt Jennifer travaille sur l’intérieur des cuisses de Déborah, et la respiration de Déborah augmente.

Jennifer ouvre les yeux à ce moment-là et regarde directement la chatte de Déborah. Les hanches de Déborah glissent légèrement vers l’avant, l’anticipation la tue presque.

Jennifer glousse doucement.

-Qu’est-ce que tu veux, chérie ?

-Je veux que tu manges ma chatte.

-Vraiment ? tu es sûre ?

-Oui, maintenant merde ! Je veux que tu me manges maintenant !

Jennifer glousse à nouveau doucement, puis, d’un mouvement rapide et long, elle fait courir sa langue en écartant les lèvres intimes de Déborah. Déborah gémit bruyamment, se cognant légèrement la tête contre le mur derrière elle. Jennifer la lèche sans s’arrêter.

Tout en utilisant sa main gauche pour continuer à masser ses propres seins, Déborah se redresse et va, avec sa main droite, forcer le visage de Jennifer contre sa chatte. Bien que regarder Jennifer lécher Déborah excite Grégory, son pénis est encore mou et ne semble pas vouloir se relever tout seul. De plus, n’ayant jamais été avec deux femmes auparavant, et incertain de l’attitude de Déborah à son égard, il ne sait pas s’il peut se joindre à elles à ce moment-là.

Grégory s’avance et commence à frotter le dos de Jennifer. Elle ne donné aucune indication qu’elle s’en est aperçue ou qu’elle s’en soucie, alors Grégory continue et finit par se mettre à travailler sur son dos jusqu’au cul. Il étudie son tatouage pendant quelques instants, remarquant ses longues lignes, la façon dont il se courbe parfaitement autour de son cul. Il sait que l’artiste s’est bien amusé à mettre celui-ci. Il se penche en avant et embrasse le centre du tatouage où il rencontre le dessus de son cul.

Jennifer ne donne toujours aucune indication qu’elle est au courant de ce que Grégory fait, au lieu de cela, elle continue de se concentrer sur la chatte de Déborah. Les yeux de Déborah sont fermés, la tête rejetée en arrière, haletante, une main frottant avidement ses seins et l’autre main fermement sur la tête de Jennifer la guidant.

Grégory passe une main le long de l’arrière des jambes de Jennifer, étudiant la définition musculaire, les courbes magnifiques. Il se demande si elle réalise à quel point son corps est absolument magnifique. Il sait que Déborah apprécie le corps de Jennifer, et pas seulement ça, elle a appris à travailler le corps de Jennifer.

Il continue de flatter le cul de Jennifer d’une main, tandis qu’il glisse l’autre entre ses jambes jusqu’à sa chatte humide. Il y a un léger soulèvement dans ses hanches, ce qui permet à Grégory de savoir qu’il peut continuer.

Il est toujours impressionné par sa chance, surtout si l’on considère la condition athlétique de ces deux femmes et sa propre mauvaise condition physique. Que Jennifer le trouve assez attirant pour coucher avec lui, et que Déborah ne semble pas convulser à sa vue. Il ne se considère pas comme inintéressant, mais il pense toujours que les sportifs, surtout les femmes, s’intéressent à ces hommes sportifs. Pourquoi seraient-elles différentes ?

Déborah glisse lentement jusqu’à se coucher complètement. Jennifer place ses deux mains derrière les genoux de Déborah et lui relève les jambes. Ce n’est pas une posture que Grégory a déjà vut, mais Jennifer continue à pousser chaque jambe plus loin vers la tête de Déborah, jusqu’à ce qu’en quelques instants seulement, Déborah se retrouve avec ses deux chevilles derrière la tête.

Jennifer lèche plus frénétiquement maintenant, en utilisant d’abord un doigt, puis plusieurs doigts pour baiser Déborah. Et comme Grégory continue de masser la chatte de Jennifer, Jennifer écarte de plus en plus ses jambes jusqu’à ce qu’elle pose chaque pied sur les côtés du matelas. Il est impressionné par la souplesse des deux femmes et voit les muscles gonfler dans les jambes de Jennifer pendant qu’elle soulève lentement son cul en l’air, donnant à Grégory plus de place pour travailler.

Sa bite est à moitié molle maintenant, sa détermination pure et simple voulant qu’elle s’élève ayant un certain effet, mais réalisant qu’il a besoin d’aide, il commence à se caresser. Sa bite ne réagit aussi vite qu’il le veut, mais au bout de quelques minutes, il sent qu’il est assez dur pour travailler avec.

Grégory se place derrière Jennifer et pose ses mains sur ses hanches. La force de ses jambes et de son dos ressemble à de l’acier, il n’est pas sûr de pouvoir la déplacer s’il le souhaite. Il frotte sa bite le long de sa chatte humide, la couvrant avec son jus, puis glisse sa bite complètement dans son trou. Jennifer gémit dans la chatte de Déborah et commencé à plonger ses doigts plus furieusement dans Déborah.

Jamais auparavant de sa vie Grégory n’a eu des rapports sexuels trois fois en une soirée, et il est très choqué par sa propre endurance ce soir. Il a éjaculé deux fois en une seule nuit, mais n’en a jamais tenté une troisième. Sa bite semble plus dure qu’elle ne l’a été toute la nuit, mais curieusement, elle semble avoir perdu une partie de sa sensibilité. Il continue à enfoncer sa bite dans Jennifer plus fort, déterminé à profiter de chaque instant de ce moment.

Il baisse les yeux vers l’anus de Jennifer et peut voir une goutte glaner de sa semence de tout à l’heure, et il a l’envie de lui enfoncer à nouveau sa bite dans le cul. Il sort sa bite de sa chatte, et laisse passer un moment avant de le glisser dans son cul. Déborah les arrête.

-Oh, ce n’est pas assez. J’en ai besoin plus profond, plus fort.

Déborah repasse ses jambes devant sa tête, puis se roule sur le côté du lit et ouvert un tiroir de la table de nuit. Après seulement une seconde de fouille, elle sort un godemiché qui rend la masculinité de Grégory assez risible. Si c’est ce que Jennifer a l’habitude d’avoir dans les fesses, pas étonnant que Déborah et lui-même la travaille longtemps pour la faire jouir.

Déborah frotte son clitoris avec plusieurs fois avec un regard de soulagement agréable sur son visage, puis l’engouffre dans sa chatte.

-Oui, c’est mieux. Oh, beaucoup, beaucoup mieux.

Elle ne peut prendre que la moitié de la longueur du godemiché, mais Grégory s’étonne de voir à quel point il est énorme. après chaque poussée, elle augmente la vitesse, et le regard sur son visage semble changer perpétuellement entre le plaisir et la douleur. Jennifer s’avance et essaye de prendre la relève de Déborah, mais Déborah lui claque la main avec un « non » rapide.

Jennifer rit de cela, puis saisit Déborah par les chevilles et la tire à plat sur le lit, étalée sur le dos. Pendant que Déborah continue de se travailler, Jennifer place les chevilles de Déborah sur les épaules de Grégory et fait un signe de tête à Déborah.

-Qu’elle aille se faire foutre, dit Jennifer, puis chevauche Déborah.

-Lèche-moi ordonne-t-elle. Lèche-moi maintenant.

Quand Déborah commence à lécher la chatte de Jennifer, les yeux de Jennifer roulent vers le haut, dans le plaisir. Jennifer se penche en avant, saisit les chevilles de Déborah et tire ses jambes vers elle, laissant l’anus de Déborah parfaitement exposé pour la queue de Grégory.

Encore humide du jus de chatte de Jennifer, Grégory positionne sa bite, puis glisse lentement son gland dans son anus.

-Oh, putain, oui !

Elle commence alors à se masturber avec plus vigueur. Grégory entre sa bite jusqu’au bout. Posant ses mains sur ses hanches, il se frotte les hanches contre son cul, profitant du plaisir de sa bite complètement enterrée dans son anus. Il peut sentir le mouvement du godemiché contre le dessus de sa bite, surpris par la sensation inattendue.

Se déplaçant de plus en plus vite et de plus en plus fort à chaque poussée, Grégory s’est rapidement mis à lui taper sur les fesses avec une telle ferveur qu’il sent la sensation brûlante d’épuisement musculaire dans ses cuisses. Ce n’est que quelques minutes de plus, avant que Grégory ne se sente involontairement ralenti. Il a de la difficulté à respirer et ses genoux commencent à lui faire mal.

Déborah le sent ralentir et crie :

-Plus fort, bon sang, plus fort !

Jennifer tire les jambes de Déborah un peu plus en arrière, changeant suffisamment l’angle qui semble permettre à Grégory de pénétrer le cul de Déborah juste un peu plus profondément.

Grégory accélère le rythme et espère seulement pouvoir continuer. Il n’a pas à attendre beaucoup de temps. Déborah prend maintenant le godemiché à deux mains et s’en sert plus rapidement. Elle commence à gémir, un long gémissement silencieux, qui devient peu à peu plus fort et plus aigu. Lorsqu’il se transforme en cri, Grégory sent le bas de son ventre et son entrejambe être arrosés soudainement avec le jus de Déborah pendant qu’elle gicle.

Elle ralentit le godemiché de façon spectaculaire, mais Grégory peut sentir son troisième orgasme monter et ne cesse de la pénétrer. Déborah semble s’effondrer, tout son corps n’est plus qu’une poupée de chiffon maintenant que Grégory la baise. Il la regarde lécher la chatte de Jennifer avec le peu de forces qu’il lui reste. Jennifer embrasse ses deux chevilles et laisse tomber les jambes de Déborah sur le lit. Grégory ne peut pas continuer à baiser le cul de Déborah avec cet angle, alors il sort sa bite et regarde Jennifer.

Jennifer se penche vers l’avant et retire le godemiché de la main molle de Déborah. Déborah se retourne sur le côté du lit et se met en position fœtale, continuant à frotter lentement sa chatte.

Jennifer s’allonge sur le dos devant Grégory et pose ses chevilles sur ses épaules.

-Elle m’a juste assez léché pour m’exciter à nouveau. J’ai besoin que tu me fasses venir comme elle l’a fait.

Un sourire sournois traverse ses lèvres, c’est un sourire et Grégory sait qu’il ne va jamais oublier. C’est le genre de sourire qu’il sait qu’il ne peut rien lui refuser.

Grégory est plus que disposé à essayer. Sa bite palpite et bien qu’il sente qu’un orgasme n’est pas loin, il sait que s’il ne reprend pas bientôt, sa bite va retomber, toute molle.

Jennifer commence à frotter son clito, tandis que Grégory glisse sa bite dans son anus. Une fois qu’il est complètement dedans, il commence à entrer et à sortir. Puis quand il va à un bon rythme, Jennifer s’insère le gode dans sa chatte tout en continuant à se frotter le clito.

Des gémissements et des cris légers lui ont échappé pendant que les deux baisaient, et finalement Déborah s’est retournée et a commencé à lécher et à pétrir les seins de Jennifer.

 

Grégory peut sentir son plaisir monter. Ses jambes crient d’épuisement, ses poumons le brûlent, et la sueur coule de son front et se pose sur Jennifer. Il continue à pousser, faisant de son mieux pour rendre chaque poussée plus dure que la précédente. La frustration commence à s’installer lorsque l’épuisement menace de dépasser Grégory avant qu’il ne puisse venir. Et même si Jennifer a l’air de s’amuser, Grégory ne pense pas qu’elle a l’air d’être sur le point de venir.

Déterminé à la satisfaire, déterminé à la faire venir aussi fort que Déborah, Grégory ignore son épuisement musculaire, ignore la sueur qui coule dans ses yeux et coule sur Jennifer. Il ressent désespérément le besoin de venir, il veut tellement éjaculer qu’il n’est plus concerné d’aucune sorte de rythme, indifférent à la façon dont il doit bouger ou positionner Jennifer. Et juste au moment où il pense qu’il ne peut plus continuer, que ses muscles vont lâcher complètement, il entendu le ton et la tonalité des gémissements de Jennifer changer.

Elle n’a plus le ronronnement constant du souffle, mais elle perd son souffle. Chaque gémissement se transforme en miaulement ; elle aspira une petite bouffée d’air, puis gémit et miaule à nouveau. Elle s’insère le godemiché plus vite et légèrement plus profondément à chaque respiration, jusqu’à ce qu’un couinement ne s’arrête pas, mais monte lentement dans un cri.

À ce moment-là, Grégory sent de nouveau son ventre et son entrejambe baigner dans du jus de femme pendant que Jennifer se jette sur lui. Il continue à lui baiser le cul, sachant que son orgasme n’est plus qu’à quelques instants, si seulement il pouvait venir. Il continue aussi fort qu’il peut, sûr que la libération va venir avec la poussée suivante. Jennifer continue de s’enfoncer le godemiché dans sa chatte aussi vite qu’elle le peut.

Grégory voit Déborah le regarder, le regarder, le regarder, lui et Jennifer sont enfermés dans les affres d’une poussée continuelle. Elle se déplacée près de Grégory et passe une main le long de l’intérieur de la cuisse de Jennifer. De l’autre main, elle commence à frotter le cul de Grégory, puis bouge et frotte la zone entre ses testicules et son anus.

Ayant une bonne idée de ce que Déborah va faire, Grégory se demande brièvement s’il doit l’arrêter. Il en a déjà entendu parler, mais cela ne lui a jamais été fait. Il sent Déborah lui frotter l’anus avec trois doigts, puis sent un seul doigt sonder la peau extérieure douce. Elle positionne son doigt sur son anus, applique juste un peu de plaisir, puis y enfonce son doigt.

Le plaisir est différent de tout ce que Grégory a jamais ressenti auparavant. Il se jette sur Jennifer seulement deux fois de plus avant de sentir sa bite exploser dans l’orgasme. Venir une troisième fois semble étrange ; il peut sentir sa queue convulser, sentir Déborah appliquer une pression dans son anus, mais il ne peut pas dire grand-chose, si tant est qu’il y en a qui sorte.

Il bougé sa bite d’un mouvement tourbillonnant dans le cul de Jennifer, et apparemment c’est ce qu’il faut pour qu’elle revienne. Elle convulse si violemment que la bite de Grégory est éjectée de son cul. Elle continue à se contracter involontairement pendant un long moment avant de s’effondrer.

Déborah rampe vers Jennifer et elles s’embrassent dans un tendre et doux baiser. Grégory s’allonge sur la droite de Jennifer, et place un bras sur sa poitrine.

Et en quelques instants seulement, complètement épuisé, Grégory s’endort.

 

###

Un rêve le réveille, mais dès qu’il ouvre les yeux, celui-ci s’échappe de sa mémoire. Les bougies de la chambre à coucher ne sont plus allumées, et il lui faut un moment pour s’y faire. Il regarde la fenêtre et ne peut voir la moindre trace du début de l’aube.

La chambre à coucher semble complètement différente maintenant. Paisible, sereine, calme.

Il se retourne et regarda Jennifer allongée à côté de lui. Sa respiration est lente et profonde.

Il peut entendre la légère respiration de Déborah de l’autre côté de Jennifer.

Il étudie le visage de Jennifer pendant quelques instants. Elle doit être la plus belle femme qu’il a jamais rencontrée, et c’est certainement la plus belle femme avec qui il a jamais couché. Le mot « chanceux » n’est pas assez fort pour décrire ce que Grégory ressent à ce moment. Non seulement il a fait des choses avec Jennifer et son amie Déborah qu’il n’a jamais faites auparavant, mais il a ressenti des choses avec ces deux-là qu’il n’a jamais ressenties auparavant.

Les yeux de Jennifer s’ouvrent. Elle lui sourit.

-Tu me regardes ? » chuchote-elle.

-Oui, désolé

-Non, il n’y a rien de mal à ça. C’est plutôt mignon en fait.

Grégory se lève et passe un doigt sur ses lèvres, sentant leur douceur.

-Tu as l’air d’être en pleine réflexion. Qu’est-ce qui te tracasse ?

-Je pensais à la chance que j’ai d’avoir été avec toi. Et je me demandais pourquoi tu as choisi d’être avec moi.

Un regard de sérieux prend place sur le visage de Jennifer.

-Il n’y a rien qui cloche chez toi, Grégory. Tu es un homme parfaitement beau, Tu as une personnalité très gentille et ouverte, et tu sembles très sensible aux besoins des autres. Alors quel est le problème ?

-Regarde-moi. Je commence à devenir chauve, je ne suis pas en forme, et j’ai un instinct complètement répugnant.

-Grégory, dit Jennifer en plaçant une main sur le côté de son visage. Ces choses ne sont rien. Ce ne sont que des apparences physiques, et ce genre de choses vont et viennent. Tu n’es pas ton corps.

Grégory lui sourit à moitié.

-Je suis sérieuse. J’ai choisi de coucher avec toi parce que je t’aime bien. Je voulais être avec toi.

-Je trouve ça incroyable.

Jennifer expire bruyamment.

-Eh bien, tu ne devrais pas. Et regarde Déborah, elle n’a aucun problème avec toi. Tu l’as fait jouir comme aucun autre gars ne l’a fait. Elle s’en souviendra, et elle te le fera probablement refaire.

Grégory glousse légèrement.

-Rien de tout cela ne serait arrivé si nous n’en voulions pas trop, dit-elle. Rendors-toi ou je te fais fais l’amour.

Grégory lui sourit. Elle sourit en retour. Puis il se penche en avant et l’embrasse. Leur baiser est lent et tendre, la passion tenue à distance pour le moment. Quand ils terminent, ils se penchent sur le front, ferment les yeux et se rendorment.

 

###

 

Lorsque Grégory se réveille quelques heures plus tard, Jennifer se tient nue à la fenêtre en ajustant les rideaux transparents pour ne laisser entrer qu’une petite quantité de lumière du soleil. Grégory étudie sa forme ombragée et ses courbes épurées. Il se demande si elle sait à quel point elle est parfaite avec lui. Il veut être à nouveau avec elle, il veut être toujours avec elle. S’il peut s’enterrer contre elle, se lier physiquement et émotionnellement avec elle, Grégory sait que c’est tout ce dont il a toujours besoin dans la vie. Il sait à ce moment-là qu’il vient de tomber amoureux.

-Bonjour, dit-elle. Je ne t’ai pas réveillé, n’est-ce pas ?

Grégory secoue la tête et sourit.

Il regarde autour de la pièce et remarque que Déborah est partie.

Jennifer se rapproche, grimpe sur le lit et s’assoit à califourchon sur lui. Tu as mal depuis hier soir ?

-Pas vraiment. Mais seulement parce que je n’ai pas encore bougé pour découvrir ce qui fait mal.

Jennifer rit.

-Eh bien, j’ai un thé qui peut aider. Et tu vas probablement en avoir besoin. J’ai un cours à donner plus tard cet après-midi, et Déborah a un cours ce soir. Vaut mieux te prévenir, parce qu’on est toutes les deux toujours excités après avoir enseigné.

-C’est une invitation ?

-Tu peux le considérer comme ça.

Elle se penche près de lui, l’embrasse légèrement sur les lèvres, permettant à sa langue de pénétrer doucement dans sa bouche.

-Mais j’espère que tu peux rester nu au lit toute la journée, comme ça tu seras prêt pour moi à chaque fois que j’aurais besoin de toi.

-Je pense que je peux le faire, dit Grégory.

Namaste, Grégory. Namaste.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *