Soumise par mon amie

Enlevez vos vêtements, puis penchez-vous pour toucher vos orteils ». J’ai fait ce qu’on m’a dit. Rose était assise sur une chaise devant moi, vêtue de latex noir du cou aux orteils, elle tenait aussi un long fouet tressé. « d’un moment à l’autre », dit-elle avec impatience, en tapant sur un de ses talons aiguilles sur le carreau tout en se curant les ongles manucurés de ses doigts, ennuyée.

J’ai donc commencé par délacer mes chaussures, en me délectant de mes chaussettes Pokemon. C’est toujours gênant de montrer cela… Je les ai enlevées rapidement. Maintenant, mon pantalon, d’abord ma ceinture cloutée est tombée par terre en faisant une boucle, puis j’ai commencé à enlever mon jean, en cambrant mon dos et en sortant lentement mes fesses pour elle, en essayant de faire de mon mieux pour être sexy. Ensuite, ma chemise avec le dos nu. Je suis restée dans mon soutien-gorge à pois poka et ma culotte en popsicle. Oui, la bruyère, vous avez officiellement atteint votre objectif d’être sexy maintenant……

Rose était à la tête du club de théâtre, de maths et d’athlétisme. Son corps était magnifique, son visage magnifique et son esprit, mon Dieu, c’était un génie ! Elle était tonique et bronzée. Ses longs cheveux auburn bouclés la faisaient presque danser quand elle marchait. Lorsqu’elle vous souriait, votre cœur sautait un battement. Ses yeux étaient d’un bleu et d’un vert glacés mélangés en un seul. Des taches de rousseur parsemaient sa peau. Elle était parfaite.

Rose releva la tête et sourit, une boucle tombant devant son visage. « Bon choix, maintenant salope à poil. » J’ai dégrafé mon soutien-gorge, laissant mes seins se répandre à l’air froid. J’ai eu la chair de poule. J’ai accroché mes sous-vêtements en popsicle et les ai tirés vers le bas. Rose a gloussé.  » vous avez un beau corps en bruyère, vous devriez le montrer plus, maintenant penchez-vous.  » Je me suis penchée pour toucher mes orteils. Je l’ai fait se lever et les talons hauts ont cliqué sur le carreau quand elle s’est approchée de moi. J’ai senti le fouet de cuir froid frapper mon cul, laissant une légère piqûre et une marque. J’ai gémi. « Je savais que tu aimerais ça, sale petite salope. » Elle a encore frappé le fouet contre mon cul, me faisant crier.

Elle m’a ensuite enfoncé un doigt dans le cul, me faisant crier de douleur. « quelle sorte de salope n’aimes-pas avoir des choses dans son petit trou ? » elle a tordu son doigt à l’intérieur de moi en grimacant. Elle a sorti son doigt et est allée à sa commode. « Monte sur le lit, maintenant » elle avait un énorme lit en métal, avec quatre longues barres ornées de longs poteaux, c’était très grand, il fallait presque y grimper, alors j’ai choisi d’utiliser le petit escabeau à côté. Elle s’est retournée de sa commode, dans ses bras se trouvait un plug de verre auquel était attachée une queue de renard, un bâillon à boules rouges, des pinces à tétons, un vibro en or et quatre menottes blanches pelucheuses avec de longues chaînes. Elle les posait sur le tabouret près du lit.

« Allonge-toi pendant que je me change pour quelque chose de plus convenable et te trouve quelque chose de mieux « , elle a disparu dans son dressing gigantesque. Je n’arrive pas à croire que je vais me faire baiser par la fille de mes rêves.

Je me sentais de plus en plus mouillée, car j’anticipais sur ce qui allait se passer ensuite. Rose était la meilleure chose que je pouvais demander, le fait qu’elle dominait était encore plus incroyable et parfait. Comment vais-je cacher cela à Audrey et Nicole ? Je ne pouvais pas m’empêcher de redouter cette partie..

Mais ensuite, elle est sortie dans un costume de Catwoman en latex argenté, ça l’a presque fait briller. Comme un angle pervers envoyé pour me punir.. Il y avait une fermeture éclair de l’avant de la chatte à l’arrière des fesses, les seins étaient découpés exposant et encadrant parfaitement ses seins.

Ses cheveux étaient épinglés et elle portait les mêmes hauts talons aiguilles noirs. Elle tenait un costume de Catwoman en latex doré identique au sien. Elle me l’a jeté et est montée sur le lit.

« Habille-toi salope et ouvre-la complètement », elle a allumé le joint et s’est assise. Je me suis glissée du lit pour m’habiller. Le latex était froid et serré, presque collant sur ma peau. J’ai tiré sur mes seins et j’ai fait des trous, ils s’y adaptent parfaitement aussi. C’était complètement incroyable, j’avais l’impression d’être étouffée, j’ai ouvert la fermeture éclair jusqu’en haut, m’exposant ainsi. Je suis remontée sur le lit et Rose était allongée là, fumant le joint et se doigtant. Sa chatte était petite et rose. La seule façon de voir son clitoris, c’est de l’exposer. « Goûte-les », elle a sorti ses deux doigts pour moi, je les ai léchés et elle a poussé ma bouche sur ses doigts, s’étouffant légèrement avec ses longs ongles. Elle a gloussé et m’a offert le joint.

« Maintenant, penche-toi à genoux et sur les coudes, salope ! »
Elle m’a donné une fessée, puis a inséré en moi le plug anal en verre avec la queue du renard. Il était très froid et je pouvais sentir mon trou se déchirer un peu. Elle m’a pris le joint « ouvre ta bouche salope » elle a inséré le bâillon à bille et l’a bien serré. Elle a pris une paire de menottes et a enchaîné mes bras aux poteaux du lit, toujours sur mes genoux.

« Ecarte tes jambes »

Rose a ensuite inséré le vibromasseur dans ma chatte et l’a fait tourner à plein régime. Mon Dieu. Ensuite, les pinces à tétons ont été placées sur moi. J’aurais pu jouir à ce moment-là, juste à la vue et à l’anticipation de tout ça. Elle s’est ensuite approchée de moi et a commencé à jouer avec elle-même en faisant entrer et sortir le vibro. Je voyais Rose mouiller de plus en plus alors que sa respiration ralentissait jusqu’à une respiration irrégulière. La regarder me rendait plus humide et plus anxieux, je voulais la goûter, et je voulais qu’elle me goûte. Elle allait plus vite maintenant pour nous deux, Rose a alors gémi en arrivant, je pouvais voir son corps tendu et détendu, une fine couche de sueur sur tout son corps, elle m’a regardé et a rampé vers mon visage, frottant mon visage dans le jus de sa chatte pendant qu’elle gémissait encore.

Elle s’est assise sur moi et a commencé à jouer avec les pinces à tétons, les serrant et poussant le métal dans ma peau. Rose s’est ensuite retournée et a commencé à jouer avec le plug anal et le vibromasseur, me rendant simultanément folle. J’avais l’impression que mon corps était en feu et je ne pouvais pas m’empêcher de faire des mouvements de hanches. Elle m’envoyait des frissons de haut en bas de la colonne vertébrale. J’ai recroquevillé mes orteils en arrivant pour la première fois cette nuit-là, mon Dieu, elle est incroyable. Rose a ensuite retiré le vibromasseur et l’a remplacé par sa bouche, léchant tendrement mes sucs. Elle a écarté mes lèvres et s’est attaquée à mon clitoris gonflé. Elle me grignote et me suce, enroulant sa langue dans mon trou en se pressant contre les murs. J’ai eu l’impression de perdre la tête, je sentais Rose m’enfoncer son visage dans le mien quand je suis revenu, le plaisir de rouler me lançait plus vite et plus fort. Dieu qu’elle pouvait me faire jouir si vite, c’était incroyable. Mon cœur battait la chamade et je pouvais respirer son doux parfum. C’était si difficile d’avaler toute ma salive avec l’énorme bâillon de la boule, en plus de cela, je gémissais de façon incontrôlable. Mes jambes ont fini par lâcher et je me suis étalé sur le lit.

Rose m’a alors enlevé le bâillon et m’a fait basculer sur le dos. Elle s’est glissée jusqu’à ma bouche, forçant sa chatte mouillée à entrer dans ma bouche, ce que j’ai fait avec empressement. Mon Dieu, elle avait un goût de paradis, de doux paradis acidulé. Sa chatte était serrée et sans poils. J’ai dû me frayer un chemin dans son trou avec ma langue, Rose s’est tordue les hanches et s’est mise à gémir. Elle s’est levée légèrement pour défaire les menottes, j’en ai profité pour lui glisser ma langue sur les fesses, ce qui lui a fait frissonner et me grincer plus fort au visage. Elle a défait les menottes et j’ai immédiatement pris ses seins, ses seins tendres et lisses. Chaque partie de Rose était parfaite, je suis allé plus bas vers ses fesses, la poussant encore plus dans mon visage, le latex sur sa peau était incroyable et collant à la fois. J’ai enfoncé un doigt dans ses trous. Pour la rendre folle, elle a poussé ma tête vers le bas, tirant sur mes cheveux, m’étouffant de son humidité. Puis elle est arrivée, s’est levée en criant et a essayé de se libérer de moi, mais je voulais plus. J’avais besoin de la goûter en entier. « J’ai arrêté de ne pas vouloir la contrarier. J’ai donc commencé à grignoter l’intérieur de ses cuisses, à les lécher et à les sucer jusqu’à ce qu’elle se remette.

 » Noémie, je veux maintenant que tu poses pour moi, je veux des photos de ma sale pute ». Rose m’a donc fait me lever et prendre diverses photos, certaines avec le bâillon à billes et le butt plug, d’autres me faisant jouer avec le vibromasseur et les pinces à tétons.

 » Personne ne doit connaître Noémie, ok ? » J’ai hoché la tête et je commence à rouler un autre joint pour nous

« Maintenant, viens me manger », Rose a tiré sur les pinces à tétons, me faisant ramper plus vite vers elle. Elle a allumé le joint et m’a regardé m’ennuyer, encore une fois. Alors j’ai rapidement commencé à la lécher, en respirant son odeur. Rose sentait et goûtait mieux qu’avant. Une fois de plus, j’ai eu le plaisir de lui lécher et de lui sucer le clitoris. Je lui ai massé la chatte avec ma langue en descendant jusqu’à ses fesses, ce qui a fait couiner Rose de plaisir. Elle est vite arrivée, presque en giclant. Une épaisse ligne de sperme sortit de son trou. Le corps de Rose frémit, elle serra mes cheveux en poussant mon visage et ma langue plus loin en elle, me faisant pleinement connaître son goût. Rose était essoufflée alors qu’elle était allongée là, sa chatte était presque rouge à cause de moi, il y avait une jolie petite flaque de sperme sur le lit venant d’elle.

Rose a alors levé la tête vers moi et m’a souri : « Je te garde comme esclave, mais pour l’instant, habille-toi et rentre chez toi », « Quand nous reverrons-nous ? J’ai essayé de lui demander de ne pas le faire désespérément, elle a gloussé. « Je suis descendue du lit et je me suis changée, j’ai regardé Rose sur le lit avant de partir et elle dormait, dans un costume de chat en latex, les seins à découvert, des jouets sexuels éparpillés partout, la chatte aussi à découvert, gonflée et mouillée. J’ai souri en absorbant cette image mentale jusqu’à ce que je m’endorme cette nuit-là.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *