Soirée déguisée et jeux d’adultes

En triant le courrier par un mardi matin maussade, j’ai été surprise de recevoir une invitation à une soirée déguisée de notre ami Mick et de sa femme Andrea.

Je la connaissais par le travail (et la réputation) suffisamment pour lui dire bonjour et discuter mais pas assez pour l’appeler une amie même si je connaissais Mick depuis des années.

Elle avait des antécédents de liaisons au bureau, travaillant souvent à l’extérieur, une caricature vivante de la « secrétaire sexy ».

Une fois, j’ai taquiné Mick à propos des rumeurs et des histoires qui circulaient dans le bureau mais je n’ai rien obtenu de lui, j’en suis arrivée à la conclusion qu’il était soit vraiment stupide, soit en train de les ignorer, soit en train de prendre son pied.

De plus, Mick avait son propre petit secret.

Je doute fort qu’il ait raconté à sa femme la fois où il a participé à l’une de mes aventures, se masturbant sur mon corps à moitié nu avec trois autres gars jusqu’à ce qu’ils aient tous recouvert mes seins, mon cul et ma chatte de sperme.

Voulant rencontrer Andrea dans un cadre plus social et peut-être échanger quelques histoires, j’ai téléphoné à Mick et accepté l’invitation sans même demander à Steve.

En fait, c’était une pause dans la routine dont nous avions besoin, ces dernières semaines, il semblait que nous avions fait un peu trop de travail et trop peu d’amour. Un picotement d’excitation a commencé dans mon ventre et a couru jusqu’à mes orteils lorsque j’ai réalisé que ce serait peut-être l’occasion idéale de réaliser un fantasme que nous avions partagé.

Choisir un costume pour la fête a été étonnamment facile ; je voulais un déguisement qui encouragerait les regards admiratifs, quelque chose qui donnerait envie à tous les gars de la fête de me voir nue. La première boutique en ligne que j’ai visitée avait exactement ce que j’avais imaginé. En passant ma commande, j’ai choisi une tenue de policier du film Highway man pour Steve, une chemise blanche à volants avec des manches bouffantes, des leggings noirs et des bottes hautes avec une veste brodée, un grand chapeau et un masque noir sexy et j’ai choisi la livraison le jour même.

Quand Steve est rentré chez lui, je lui ai parlé de l’invitation et du déguisement que j’avais commandé pour lui, mais pas de ce que je porterais moi-même, voulant garder le secret jusqu’à la fête. Il était aussi ravi que moi d’avoir la chance de sortir le soir et avait hâte d’essayer sa tenue, même s’il se doutait que je ne dirais pas ce que je porterais.

En me pressant contre lui, j’ai légèrement effleuré ses lèvres sur sa joue et j’ai chuchoté à son oreille. « Je me sentais un peu en chaleur quand je l’ai choisi, alors tu vas peut-être l’aimer. »

J’ai pris son entrejambe et je l’ai trouvé au garde-à-vous, je sentais ma chatte s’humidifier et un petit picotement d’anticipation parcourait mon ventre alors que je passais mes doigts sur son bourrelet, le taquinant un peu.

« Tu te douches et t’habilles ici et je vais me préparer à l’étage, tu verras ce que je porterai bien assez tôt. »

À contrecœur, j’ai lâché sa queue et me suis dirigée vers notre chambre.

Cet après-midi-là, j’avais réservé un rendez-vous au salon pour un lavage et une coupe, mes jambes et ma chatte avaient été épilées, alors il ne me restait plus qu’à prendre une douche, m’hydrater et me maquiller.

Ma tenue était étalée sur le lit, des papillons dansaient dans mon estomac en pensant à l’effet qu’elle aurait sur Steve et les autres gars de la fête.

J’avais choisi un déguisement de harem composé d’un pantalon blanc neige vaporeux, d’un chemisier transparent vert pâle avec une ligne de cou plongeante et d’un gilet assorti.

De délicates chaussures argentées aux bouts recourbés complétaient la tenue.

Je me suis rapidement habillée, me suis tenue devant le miroir et ai laissé échapper un petit couinement d’excitation.

La lumière traversait le pantalon, le rendant presque transparent, mais pas au point de montrer que j’étais nue dessous, (j’avais essayé un string avec le pantalon mais ça ne me convenait pas). Ma peau bronzée transparaissait, soulignant la forme de mes jambes et de mes fesses et, sous le bon angle, le tissu remontait et s’accrochait à mon monticule, dont la forme était clairement visible.

La couleur pâle et la forme de mes tétons étaient visibles à travers le chemisier mais le gilet fin les couvrirait, bien que ce ne soit pas un problème pour moi car je ne suis pas exactement classique dans ma tenue quand je vais à une fête.

Faisant quelques derniers ajustements à mon maquillage, j’ai descendu les escaliers jusqu’à Steve.

« Qu’en penses-tu ? » J’ai demandé en faisant une petite pirouette, Steve n’a rien dit mais je pouvais dire à la façon dont il s’est étouffé avec sa boisson que le costume aurait l’effet désiré.

« Wow, tu es incroyable » Steve a réussi à bafouiller en maîtrisant sa toux.

Il a enroulé ses bras autour de moi et a attrapé mes fesses, ses doigts ont exploré, pétrissant mes fesses à travers une matière aussi fine qu’une feuille de tissu. « Tu sais, on dirait qu’une vilaine fille a oublié de porter une culotte et dans la bonne lumière, ce pantalon ne laissera pas grand-chose à l’imagination », a-t-il chuchoté en mordillant mon oreille.

« Ça te dérange que certains gars puissent me mater ? ». J’ai demandé.

Il a balayé sa main sur mes seins de façon ludique.

« Je pense que tu sais très bien que j’aime voir les hommes te désirer ». Il a dit.

Nous nous sommes embrassés, sa langue se faufilant dans ma bouche, j’étais tellement excitée par l’idée que je serais presque nue dans une pièce pleine de gens que c’était tout ce que je pouvais faire pour me retirer.

Il avait l’air déçu lorsque je me suis libérée mais j’ai dit.

« Nous devons partir rapidement, si tu me mets dans un sale état, cela ne fera que nous mettre en retard. »

Lorsque nous sommes arrivés, la fête était déjà bien avancée, j’ai reconnu certains des couples et il y avait quelques filles célibataires et des gars du bureau, probablement une vingtaine de personnes au total mais la maison de Mick est immense donc il n’y avait pas du tout de monde.

Andrea s’est dirigée directement vers nous et alors que nous nous frayions un chemin dans la pièce, j’ai surpris quelques gars qui me regardaient, il faisait frais dehors et il commençait à pleuvoir, alors le court trajet depuis le taxi avait laissé mes tétons ressortir contre le tissu fin de mon chemisier et de mon gilet, peut-être qu’il ne fournirait pas la couverture que je pensais.

« Tu vas bien ? » Andrea a demandé, rêvant que j’avais manqué quelque chose qu’elle avait dit.

« Bien merci », l’ai-je rassurée. « Je regarde juste combien de personnes je connais.

Soudain, la foule qui dansait dans le salon a poussé un cri et mes deux amies Katie et Rachel nous ont repérées ; elles ont bondi vers nous en nous serrant dans leurs bras et en nous embrassant, Steve et moi.

« Jolie tenue ». A dit Katie, Rachel et elle étaient toutes deux habillées en écolières de St Trinian. « Que dirais-tu d’une danse plus tard », a-t-elle dit en lorgnant Steve et en posant sa paume sur son entrejambe. « Voyons si nous pouvons faire en sorte que ton petit bandit de grand chemin se lève et se livre. »

« Bien sûr que je le ferai mais je pense que Jules veut la marchandise plus tard alors je vais peut-être devoir te décevoir là ».

Avec un sourire effronté, elle a dit. « Nous verrons », puis elle s’est envolée pour retourner sur la piste de danse.

Steve est allé chercher des boissons dans la cuisine, me laissant avec Andrea et Rachel.

« Désolé pour ça, tu sais comment elle est quand elle a bu un verre ». Rachel a dit.

« C’est bon, en fait je suis partante pour tout le plaisir que nous pouvons avoir après les quelques semaines que nous avons eues. »

« Je t’entends bien », dit Rachel et rejoint son amie.

Steve est revenu avec deux bouteilles de Bud et j’ai tiré longuement sur la boisson fraîche, elle m’est immédiatement montée à la tête, le début d’un buzz agréable.

La femme de Mick, Andrea, n’avait pas parlé pendant ou après l’échange entre Steve et Katie et je soupçonnais qu’elle était peut-être un peu gênée. Elle était un peu plus petite que dans mes souvenirs, bien qu’elle porte habituellement des talons au travail et qu’elle était maintenant presque pieds nus dans les petites sandales en liège qui complimentaient sa tenue hawaïenne.

Elle avait un beau corps et des cheveux bruns qui tombaient sur ses seins dodus, quelques années plus jeune que Mick, elle avait des pommettes hautes et le genre de traits frappants qui font tourner les têtes. En fait, si les rumeurs étaient vraies, elle avait suffisamment fait tourner la tête de la plupart des cadres supérieurs pour qu’ils la promeuvent et la couchent, bien que Mick, le pauvre idiot, semblait ignorer que sa femme aimait s’amuser.

La plupart des filles du bureau étaient plus qu’un peu jalouses d’elle, mais je leur souhaite bonne chance.

Steve a rafraîchi mon verre pendant qu’Andrea m’engageait dans une petite conversation de filles et des ragots de bureau puis m’a surprise en se penchant tout près et en chuchotant,

« Je sais ce que tu as fait avec mon Mick ».

Un peu décontenancée, j’ai siroté mon verre, elle a souri et dit : « Ne t’inquiète pas, malgré les rumeurs du bureau, nous partageons tout, Mick adore entendre parler de mes aventures sexuelles, c’était sympa d’entendre qu’il s’est amusé pour changer. »

Elle était près de moi, sa main reposait sur le bas de mon dos, les doigts se frottant d’avant en arrière, elle a dit : « Il adore se masturber sur moi pendant que je lui raconte qui j’ai baisé, c’est un peu son truc, alors tu as réalisé un de ses fantasmes en le laissant venir sur toi. »

Je me suis retournée pour lui faire face, « Ravie d’être utile, y a-t-il d’autres petits fantasmes qu’il a et pour lesquels je pourrais l’aider ? ». J’ai demandé.

Elle a placé sa main sur ma hanche et s’est rapprochée pour que ses seins généreux poussent contre moi, elle s’est léchée les lèvres et a jeté un coup d’œil à mon décolleté, « Il y en a peut-être un ou deux mais ce que j’aimerais vraiment, c’est te voir le baiser. » Elle a balancé ses épaules d’avant en arrière pour que ses seins frottent contre les miens, mes tétons ressortaient déjà et le petit frottement a provoqué un picotement dans mon ventre.

« Nous verrons bien. » J’ai dit.

« Je l’espère » a-t-elle répondu, « Parce que quand tout le monde sera bien et pompette, nous aurons des jeux de fête. » Elle m’a serré la hanche et s’est tournée pour partir juste au moment où l’une des filles de mon bureau a bondi.

« Hé, tu vas m’éviter toute la soirée ? » Maria a demandé, en me donnant une bise sur la joue. « Tu sais que j’ai toujours hâte de te voir ». J’ai dit.

« Mais seulement parce que tu connais tous les potins sur qui fait qui. »

« Eh bien va te faire voir » a-t-elle dit en riant.

« Que voulait notre hôte avec toi ? Tu avais l’air de discuter de façon très agréable. »

« Oh juste le truc habituel », ai-je dit, « Elle m’a demandé de baiser son mari ».

Maria a toussé en s’étouffant avec son verre.

« Eh bien si tu vas baiser le timide Mick alors je ferais mieux de m’occuper de ton homme ».

En jetant son verre dans ma main, elle a attrapé un Steve perplexe alors qu’il venait nous rejoindre et l’a traîné vers la véranda qui était devenue la piste de danse.

La zone laissée pour danser était assez petite, alors tous les couples étaient serrés les uns contre les autres, Maria a profité de la situation, frottant ses courbes sexy contre lui, un bras autour de son cou, sa jambe entre ses jambes pendant qu’un rythme latin sexy jouait, Steve s’est mis au diapason, se déhanchant et frottant contre elle. Elle a fermé les yeux et laissé sa tête tomber en arrière ; sa langue a joué sur sa lèvre inférieure tandis que la main gauche de Steve se dirigeait vers sa fesse et la tirait encore plus près, avec un sourire, je savais qu’il bandait et qu’elle le sentirait, pressé contre son monticule. Les regarder bouger comme ça était tellement sexy, Steve a toujours aimé la danse (il n’y a pas que les femmes et les gays qui aiment les comédies musicales) et il a pris des cours de latino-américain quand il était encore à l’école primaire, beaucoup de ses « amis » se sont moqués, ne réalisant pas qu’il était l’un des deux seuls garçons dans une classe pleine de filles. La façon dont ils bougeaient donnait presque l’impression qu’ils faisaient l’amour tout habillés, les autres danseurs s’étaient arrêtés pour regarder et il y a eu une petite salve d’applaudissements lorsque la musique s’est terminée, Steve et Marie sont revenus vers moi, elle souriait comme un chat du Cheshire et semblait un peu chancelante, Steve lui tenait les hanches, marchant près derrière elle pour cacher sa bosse.

Maria a récupéré son verre et a pris une grande gorgée, « Oh mon dieu tu ne m’as jamais dit qu’il pouvait bouger comme ça, j’ai besoin de m’allonger un moment, je n’ai jamais dessoûlé aussi vite ».

J’ai fait un clin d’œil à Steve,

« Qu’en penses-tu ; tu pourrais faire une petite sieste avec Maria après ça ? »

« Je pourrais m’allonger avec elle mais je ne pense pas que nous ferions une sieste ». Il a ri.

Le visage de Maria a rougi lorsque j’ai dit : « Seulement si je peux regarder. »

Elle m’a donné une légère claque sur le bras, « Ce n’est pas juste de taquiner comme ça, » Elle a agité son verre vide, « J’ai besoin d’un autre verre, à plus tard tous les deux. »

Elle s’est éloignée en se déhanchant, ses petites fesses serrées étaient joliment mises en valeur dans son petit short, (elle était venue en Lara Croft) Steve a regardé avec appréciation et je lui ai donné un coup de coude dans les côtes. « Tu auras peut-être l’occasion de la voir en dehors de ça plus tard », ai-je dit.

« Notre hôtesse veut bientôt lancer quelques jeux de fête… et elle m’a en quelque sorte demandé une faveur. » J’ai mis Steve au courant de ce qu’elle m’avait dit.

« Veux-tu ? » Il a demandé.

« Ça dépend », ai-je répondu. « Pas si c’était juste pour partir et le faire, mais si l’occasion et l’atmosphère étaient bonnes, alors je pourrais être tenté. »

Depuis le temps que nous jouons, je n’ai jamais laissé les mecs toucher ma chatte pendant qu’ils se masturbaient sur moi. En de très rares occasions, j’avais été emportée par l’excitation du moment et j’avais taquiné les mecs et moi-même en frottant l’extérieur de ma chatte avec leurs bites. Une seule fois, je me suis tellement laissée emporter par le moment que je suis allée jusqu’au bout et principalement parce que Steve m’y avait encouragée (c’était avec une connaissance de longue date et dans un bar, voir notre bar préféré) et même là, je contrôlais totalement la situation, chevauchant ses genoux, me retirant avant qu’il ne puisse jouir en moi.

« Les nuits sont jeunes alors voyons où vont les choses ». Il a dit.

En vérité, les boissons ainsi que la petite démonstration de Steve et Maria m’avaient rendu plus qu’excité.

Quelqu’un avait changé la musique pour un CD des années 80, que Katie et Rachel adorent toutes les deux, et elles sont venues en bondissant et en me tirant vers la piste de danse, il y avait moins de gens qui dansaient maintenant et Katie, visiblement ivre, se lançait dans la danse entre Rachel et moi en chantant sur le morceau.

Elle est passée dans le dos de Rachel, m’a fait un clin d’œil et a placé ses mains sur la taille de Rachel, la serrant contre elle et se balançant en même temps qu’elle.

Soudain, d’un seul mouvement souple, elle a fait glisser ses mains sur les côtes de Rachel en faisant remonter le petit haut de son costume et son soutien-gorge, exposant ainsi ses seins.

Rachel s’est éloignée de Katie qui ricanait en lissant son haut.

« Tu penses que c’est drôle, que dis-tu de ça. » Elle a accroché son doigt dans l’ourlet de la jupe de Katie et l’a fait remonter, pensant qu’elle allait montrer sa culotte à la salle.

Au lieu de cela, nous avons eu droit à la vue de la jolie petite chatte rose de Katie, tous les poils étaient rasés, laissant juste une petite bande bien taillée au-dessus.

Rachel a rapidement lâché prise mais Katie s’est contentée de ricaner encore plus.

« Où est ta culotte, petite tarte ? » dit Rachel.

Katie a regardé autour de la pièce jusqu’à ce qu’elle repère un jeune homme près du bar.

En le désignant du doigt, elle a dit : « Je crois que je les ai laissées avec lui. »

Rachel et moi avons éclaté de rire, « Alors tu as déjà été une coquine ». J’ai dit.

« Pas si mauvaise, je l’ai seulement laissé le toucher un peu. » Elle a dit. « Mais je pourrais le laisser faire plus que toucher plus tard. » Elle a souri et lui a fait un petit signe de la main ; il a salué en retour puis a failli s’étouffer avec son verre quand elle a relevé sa jupe et l’a exhibé.

Nous sommes retournés vers Steve qui souriait comme un fou. « Eh bien, ça a certainement attiré l’attention de tous les gars de la pièce ». Il a dit.

Katie lui a fait une petite révérence. « C’est agréable d’être apprécié ».

Il se faisait tard et la foule de fêtards avait commencé à s’amincir un peu, notre hôte Andrea a baissé la musique et tapé une fourchette contre son verre pour attirer l’attention de tous.

« Ceux qui sont déjà venus à nos fêtes savent que nous aimons terminer la soirée par quelques jeux d’adultes amusants, personne n’est obligé de rester ou de faire quelque chose qui ne le met pas à l’aise, si les choses deviennent un peu trop « torrides » à ton goût, dis simplement bonne nuit et pars, nous recommencerons à nous amuser dans une demi-heure ».

Elle a mis la musique à fond et la pièce a bourdonné d’impatience, la plupart des couples se sont endormis et à notre grande surprise, Katie est venue nous souhaiter bonne nuit.

« Nous pensions que tu serais la première à dire oui à un peu d’amusement ». a dit Steve.

« J’ai dit Katie, » et a fait un geste vers le jeune homme avec qui elle avait laissé sa culotte plus tôt. « Pour être honnête, je voulais rester mais il veut me garder pour lui. »

« J’espère qu’il en vaut la peine ». Rachel a dit, « Tu me laisses à la merci de ce lot. »

« Oh il en vaut la peine ». Katie a dit qu’elle tenait ses mains à une distance de 15 cm.

« Salope ». A dit Rachel et elles ont toutes les deux éclaté de rire.

Nous nous sommes dit bonsoir et nous nous sommes dirigés vers le salon. Maria est arrivée et a rejoint Steve, Rachel et moi, Mick préparait des boissons de l’autre côté de la pièce avec Andrea, il y avait plusieurs gars qui parlaient à Cindy, (une secrétaire du département de Mick) et plusieurs couples qui s’agitaient.

« Ok, il est temps de commencer le jeu ». a dit Andrea. Elle avait placé des chaises en cercle au centre de la pièce, espacées de façon à ce qu’il y ait un peu plus d’une largeur de chaise entre chacune. « Pour ceux qui n’ont jamais joué auparavant, les règles sont simples. » Elle dit : « D’abord, les gars s’assoient, la musique commence et les femmes marchent derrière les chaises. Lorsque la musique change, la femme doit s’asseoir sur les genoux du gars qui est dans la chaise derrière laquelle elle se trouve, mais avant de s’asseoir, elle doit enlever un de ses vêtements. »

L’atmosphère était électrique, mon cœur a fait un bond en se rappelant que Jules ne portait pas de sous-vêtements et j’ai rapidement calculé qu’il ne faudrait que quatre écarts dans la musique pour qu’elle soit nue sur les genoux d’un gars.

« En tant qu’hôte, je vais rester en dehors du jeu car quelqu’un doit s’occuper de la musique. » Andrea a poursuivi, « Bien que cela ne signifie pas que je ne participerai pas au plaisir car chaque fois que la musique s’arrêtera, j’enlèverai un vêtement. »

Elle s’est dirigée vers le centre du cercle, « Pour garder les choses intéressantes, les règles sont que les dames doivent enlever tous les vêtements extérieurs avant d’enlever les sous-vêtements, gardant les choses sous contrôle, pour ainsi dire, aussi longtemps que possible. »

J’ai souri à moi-même ; ce ne serait pas quelque chose qui affecterait Jules.

Andrea a souri, « Messieurs, vous ne vous en tirerez pas à la légère car vous serez assis ici en attendant l’attention des dames en sous-vêtements, quoi qu’il arrive, vos mains doivent rester jointes derrière la chaise pendant que la dame est assise sur vos genoux, les hommes ne doivent pas vous toucher… les dames… c’est à vous de taquiner autant que vous voulez, le jeu est terminé quand toutes les dames sont nues, ou ont abandonné. »

Nous avons tous pris nos positions ; certains des gars avaient déjà l’air un peu mal à l’aise en se déshabillant, en regardant les différentes formes de corps dans la pièce, j’étais contente d’avoir passé autant de temps à la salle de gym. Andrea a quitté la pièce un moment puis est revenue avec une pile de serviettes et de lingettes humides et les a placées sur une petite table basse. Elle a souri : « Juste au cas où les choses deviendraient un peu ‘collantes' ». Elle a dit, provoquant une vague de rires nerveux dans la pièce.

Elle a ensuite tamisé les lumières, laissant juste quelques lampes allumées dans les coins éloignés de la pièce.

Jules était à l’autre bout de la pièce, de l’autre côté du cercle, debout à côté de Cindy et d’une femme à forte poitrine que je ne connaissais pas, elle se léchait inconsciemment la lèvre inférieure, la lumière était derrière elle de sorte que la forme de ses jambes était soulignée par la lumière à travers le tissu fin, mais elle projetait une ombre entre ses jambes, n’importe qui d’autre aurait cru que l’ombre était sa culotte, mais je savais mieux.

Elle avait l’air si sexy que mon estomac battait la chamade, j’étais si fier qu’elle soit ma femme.

Avant que je ne m’en rende compte, la musique a commencé et les filles ont commencé à tourner en rond, Jules m’a chatouillé l’oreille en passant derrière moi, la musique s’est arrêtée et les filles sont passées devant nous, elles se sont baissées et ont retiré leurs chaussures, Cindy était devant moi et j’avais une vue magnifique sur son haut, ses seins généreux débordaient de son soutien-gorge en dentelle et sa tenue (infirmière sexy) ne faisait rien pour les cacher.

En regardant par-dessus son épaule, je pouvais voir que Jules se penchait par la taille devant un des gars du bureau d’Andrea. D’après son visage et la façon dont elle se penchait, je me doutais que le tissu du pantalon de harem était trop serré et ne faisait rien pour cacher ses charmes.

Sans se retourner, elle s’est reculée et s’est assise doucement sur ses genoux, en établissant un léger contact, puis elle a remué lentement ses hanches d’avant en arrière ; le pauvre homme avait l’air terrifié, il n’aurait pas pu devenir plus rouge.

Ma vue a été soudainement obscurcie lorsque Cindy a remonté sa robe courte et que j’ai pu apercevoir une petite culotte blanche assortie à son soutien-gorge. Elle s’est assise sur mes genoux, face à moi, et a passé ses mains derrière mon cou, attirant mon visage vers les doux monticules de son décolleté. Elle a balancé ses hanches d’avant en arrière en faisant travailler l’entrejambe de sa culotte contre mon bourrelet grandissant pendant que je grignotais sa chair douce, trop tôt la musique a commencé et Cindy s’est éloignée, elle m’a fait un clin d’œil et m’a dit « reviens vite ».

En regardant à travers la pièce, j’ai pu voir que le gars avec qui Jules avait été était rouge vif et presque haletant, il se déplaçait dans son siège et essayait de cacher la bosse dans son short, Jules a attiré mon attention en passant derrière son siège et a roulé des yeux.

La musique s’est de nouveau arrêtée et comme il y avait un nombre impair de femmes, je me suis retrouvé sans partenaire, en regardant par-dessus, Jules était en train d’enlever son petit gilet devant un des gars qui était là avec sa copine, quand elle s’est retournée, j’ai pu voir que ses tétons étaient durs, dépassant de façon sombre, bien visibles contre le chemisier transparent.

J’ai regardé dans la pièce et j’ai vu que Cindy était sur les genoux de Mick, elle avait enlevé sa petite robe d’infirmière et ses yeux étaient clairement concentrés sur ses gros seins, qui se tendaient contre la dentelle de son soutien-gorge trop petit, alors qu’elle le chevauchait de la même façon qu’elle l’avait fait avec moi, j’ai eu une vue délicieuse de son cul, le tissu de sa culotte était légèrement remonté, laissant entrevoir une joue lisse.

À ma grande surprise, la fille à côté de Cindy fixait Jules, j’ai su alors qu’elle devait être la petite amie du type qu’elle faisait danser sur les genoux et qu’elle était visiblement un peu jalouse. Pour être honnête, vu l’expression de son visage, je m’attendais à ce qu’elle se lève et parte, mais elle m’a surprise. Comme elle a attiré l’attention de son ami, elle a changé de position, jusqu’à présent elle était assise sur les jambes du gars, maintenant elle s’est assise en arrière et a commencé à se déhancher en faisant travailler ses fesses contre les genoux du gars, tout en regardant son petit ami, quand la musique a changé, elle s’est levée et avec un air suffisant, elle a regardé la bosse dans son slip, s’assurant que son petit ami la voyait.

La musique a recommencé et mon attention s’est détournée du couple jaloux pour revenir au jeu, alors que les dames nous encerclaient, ma queue a frémi, Jules n’était plus qu’à une chanson d’être seins nus devant tous ces gars. En regardant toutes les autres femmes, elles n’avaient pour la plupart que des chemisiers, des jupes ou des pantalons, des soutiens-gorge et des culottes (dans le cas de Cindy, juste ses bas et ses sous-vêtements), Jules serait nue avant que la plupart d’entre elles n’aient fini leurs soutiens-gorge et leurs culottes.

La musique a de nouveau changé, Jules était en face de Mick, elle a pris son temps, défaisant lentement les quelques attaches et retirant lentement son chemisier, en jetant un coup d’œil dans la salle, j’ai remarqué qu’elle avait l’attention de quelques gars lorsque ses seins sont apparus, la première femme aux seins nus dans la salle. Alors que je prenais tout ça en compte, il y a eu un doux « Salut toi ».

Rachel se tenait juste en face de moi, les mains sur les hanches, son chemisier avait disparu et ses mamelons ressortaient durs contre le tissu fin de son soutien-gorge. Elle a saisi le fermoir sur le côté de sa jupe, « Voyons si je peux attirer ton attention ». Elle a dit.

Laissant la jupe tomber à ses pieds, elle a passé ses mains sur ses cuisses, a accroché un doigt dans la jambe de sa culotte et l’a doucement tirée vers le haut pour qu’elle se moule à son monticule, sa fente étant clairement visible, il y avait une petite tache humide lorsqu’elle s’est avancée et, en tirant brièvement sur mon short, a positionné ma queue pour qu’elle puisse poser sa chatte contre ma longueur, elle s’est balancée d’avant en arrière très doucement, se penchant sur moi, ses mains à mes côtés. « Putain, j’aimerais que ce soit en moi. » Elle a dit. Je pouvais sentir la chaleur entre ses jambes, ses seins frôlaient ma poitrine, la soie douce de son soutien-gorge et les mamelons durs me taquinaient ; mon short est devenu humide et collant avec le pré-échange.

Elle s’est légèrement penchée en arrière en posant une main sur sa chatte en culotte et en frottant avec des mouvements courts et durs, alors qu’elle se balançait en avant, j’ai repoussé en elle en essayant d’augmenter la pression, soudain elle s’est laissée tomber en avant, sa main a chatouillé le long de mon corps alors qu’elle pressait fortement ses doigts entre ses jambes et avec un soupir elle a joui.

Elle s’est reposée contre moi pendant une seconde ou deux, quand elle s’est penchée en arrière, ses cheveux étaient collés à son front, des perles de sueur coulaient dans son décolleté, elle a déplacé sa main d’entre ses jambes et a pressé les doigts sur mes lèvres pour que je puisse la goûter.

Le morceau suivant a commencé et elle s’est levée, un peu chancelante, sa culotte était collée à elle, transparente là où ses jus l’avaient trempée, alors qu’elle la tirait dans une position plus confortable, j’ai eu un aperçu de ses lèvres gonflées.

« A plus tard ». Elle a dit, s’est baissée et a tapoté mon hard on.

En enlevant mon haut devant Mick, j’ai pu voir que Steve avait les mains pleines avec Rachel. De petites palpitations d’excitation dansaient dans mon estomac quand j’ai réalisé que je serais la première à ne pas avoir de haut dans la pièce, mon pouls s’est accéléré quand j’ai compris que si j’étais la première à ne pas avoir de haut, je serais la première à être nue.

J’ai enlevé mon haut, j’ai posé une main de chaque côté de Mick, je me suis penchée en avant et j’ai frotté mes seins doucement sur son visage, j’ai fait une pause lorsque mon téton gauche a touché ses lèvres, j’ai poussé mon épaule en avant et augmenté la pression en l’écrasant contre sa bouche jusqu’à ce qu’il comprenne le message et le prenne entre ses lèvres. « Léche-le. » J’ai chuchoté.

Il a passé sa langue contre le bouton sensible, me faisant frémir. Prenant mon poids sur mes mains et une jambe, j’ai fait courir mon genou le long de l’intérieur de sa cuisse jusqu’à ce qu’il repose contre son bourrelet, le frottant et le tapotant très doucement, il a pris une grande inspiration. J’ai retiré mon sein de sa bouche et me suis assise sur ses genoux, face à lui.

J’ai chuchoté dans son oreille. « Qui a dit à femme qu’il s’est masturbé sur moi ? »

Il a voulu parler mais j’ai mis mon doigt sur ses lèvres, je me suis levée et retournée puis je me suis de nouveau assise sur ses genoux, frottant mon cul contre son érection. J’ai étiré mes bras au-dessus de ma tête tout en bougeant mes hanches d’avant en arrière pour que mes seins ressortent, presque tous les gars de la pièce profitaient de la vue. Mick respirait fort alors j’ai ralenti mes girations ; je ne voulais pas qu’il vienne dans son pantalon et je me suis détachée de lui.

Mon pantalon était humide et collé à mon cul, le devant du short de Mick était trempé.

En regardant Steve, je pouvais voir que Rachel avait totalement perdu le contrôle, oublieuse de tout le monde et déterminée à s’envoyer en l’air. Il y avait quelques couples qui ne s’étaient pas encore détendus, certains gars avaient l’air terrifiés tandis que certaines filles étaient assises sur les genoux du gars avec qui elles avaient atterri, les effets de l’alcool consommé plus tôt se dissipaient et ils semblaient gênés d’être assis là à moitié habillés et essayaient de se couvrir du mieux qu’ils pouvaient.

Andrea a changé de piste ; elle a dû voir que certains couples commençaient à avoir froid aux yeux car elle a commencé à distribuer des verres de vin pendant que nous dansions. Elle les remplissait à chaque fois que nous passions, à la fin de la piste, tout le monde semblait avoir retrouvé ses nerfs car dès que la musique s’est arrêtée, il y a eu une course folle.

Je me suis retrouvée devant Mick à nouveau ; j’ai regardé Andrea qui m’a fait un clin d’œil.

Elle m’avait manifestement piégée.

Même elle ne se rendrait pas compte à quel point.

Car la seule chose que j’avais sur moi était mon pantalon.

Une fois que je l’aurais enlevé, je serais nu dans la pièce pour les deux prochaines chansons, tandis que tous les autres étaient au mieux torse nu.

Eh bien, je n’allais pas me laisser prendre aussi facilement, je me suis tenue dos à Mick et j’ai tiré sur le cordon, j’ai pris une grande inspiration, puis j’ai lâché.

Mon cœur s’est emballé lorsque le tissu fragile a dérivé sur le sol.

Jules a lâché le pantalon et pendant un moment, la pièce entière a semblé retenir son souffle à la vue de sa nudité, personne n’avait deviné qu’elle serait nue sous les plis gonflés de la tenue de harem. Elle est restée là, ses seins fermes se soulevant et s’abaissant tandis qu’elle respirait lentement en contrôlant ses nerfs, ses mamelons se dressaient fièrement au centre de la chair marron pâle de l’aréole, serrée et érigée, son ventre était plat et tonifié par les heures passées à la salle de gym, au-delà de son nombril, la peau était lisse et sans poils jusqu’à l’endroit où ses jambes se rejoignaient. Elle se tenait debout, les jambes serrées l’une contre l’autre ; le talon de son pied droit était légèrement soulevé pour que sa jambe se retourne au niveau du genou et forme un Y serré entre ses cuisses, cachant son endroit le plus doux, mais cela la rendait encore plus sexy.

Le charme a été rapidement rompu lorsque la fille qui s’était arrêtée derrière mon siège s’est soigneusement assise sur mes genoux, de côté pour qu’un bras se drape autour de mes épaules.

« Je n’enlève rien d’autre ». Elle a dit.

Je suis restée là un moment et j’ai laissé Mick regarder, son visage était une image puis je me suis retournée et me suis assise sur les genoux du gars assis à sa gauche, laissant Mick sans partenaire.

J’ai attiré l’attention d’Andrea et lui ai fait un clin d’œil, elle n’avait pas l’air trop heureuse que j’aie gâché son plan. J’étais assise à califourchon sur le jeune homme de tout à l’heure, ses yeux étaient grands et il tremblait légèrement d’un mélange de nervosité et d’excitation.

Sa queue commençait à peine à sortir de la braguette de son caleçon, il a vu mon regard et est allé s’ajuster, j’ai attrapé ses mains et j’ai dit : « Vilain, les mains derrière la chaise et on ne touche pas. » Il a avalé fort et s’est mordu la lèvre inférieure pendant que je sortais doucement sa bite jusqu’au bout en utilisant le bout de mon index et de mon pouce, un filet de pré-éjaculation a coulé et je l’ai frotté autour de l’extrémité gonflée.

J’ai ouvert un peu les jambes et me suis légèrement penchée en arrière, posant ma main gauche derrière moi sur son genou pour l’équilibre, le laissant me voir pour la première fois.

« C’est joli ? » J’ai demandé, avec un chuchotement il a répondu, « Oui ».

Il a soupiré pendant que je pressais la tige de sa bite contre mon monticule avec la paume de ma main droite et que je roulais très légèrement mes hanches. Sa queue a tressailli lorsque j’ai répété le mouvement, le tenant fermement contre moi, j’ai frotté ma chatte sur sa queue.

La fille sur mes genoux a déplacé son poids, essayant visiblement de s’asseoir de façon à ce que mon sexe ne s’enfonce pas dans sa jambe, l’extrémité dépassait tout juste de ma braguette ; il a tressailli en frôlant sa chair chaude. J’étais content d’avoir mis des boxers, en regardant dans la salle, certains des gars avaient l’air vraiment mal à l’aise dans leurs shorts ou slips de jockey serrés. « Si tu n’es pas à l’aise avec le jeu, c’est normal de ne pas y participer ». J’ai dit.

Elle a fait un geste vers le gars en face, « c’est mon petit ami ».

En disant cela, Jules a donné un coup de froid à Mick et s’est assise sur les genoux de son petit ami.

La fille s’est crispée et a laissé échapper un petit « Oh » de surprise, elle a levé la tête pour essayer de voir ce qui se passait alors que Jules commençait à bouger contre lui ; Mick et le couple de l’autre côté étaient tous deux absorbés par ce qu’elle faisait.

« Comment peut-elle être nue comme ça et ne pas avoir peur. » Elle a dit.

« Elle l’est, mais le sentiment d’excitation l’emporte toujours sur ses nerfs. » J’ai répondu.

La fille m’a regardé avec perplexité. « C’est ma femme. » J’ai expliqué.

Sa bouche s’est ouverte en un ‘O’ comique « Et ça ne te dérange pas ? ». Elle a dit.

« Comment pourrais-je avec une superbe fille assise sur mes genoux. » J’ai dit.

« Es-tu jalouse de ton petit ami ? » Je lui ai demandé.

« Je l’étais au début. » Elle a dit doucement, « Mais je pense que j’aime trop regarder pour être en colère contre lui, je ne veux pas être nue mais j’aime voir d’autres personnes, est-ce égoïste ? ».

« Pas du tout », je l’ai rassurée, « certaines personnes sont voyeurs et d’autres exhibitionnistes ».

« C’est normal d’être excité en regardant d’autres personnes s’amuser ».

Elle s’est déplacée contre moi et a murmuré à mon oreille : « Veux-tu toucher ma culotte pendant que nous regardons ? ». J’étais un peu décontenancé et je voulais être clair sur ce qu’elle demandait.

« Où ? » J’ai dit.

Elle a changé de position, les cuisses très légèrement écartées.

« Tu sais, mais juste ma culotte. »

Elle portait une paire de culottes camisole ivoire avec un joli soutien-gorge assorti, le rose plus foncé de ses mamelons ressortait de façon séduisante et je pouvais distinguer des mèches de cheveux blonds piquant à travers le tissu en dentelle.

Avec les jambes lâches, il aurait été si facile de glisser un doigt à l’intérieur.

Au lieu de cela, j’ai doucement posé mon index contre l’entrejambe, elle s’est à nouveau crispée mais sa culotte était humide au toucher, elle ne mentait pas quand elle disait qu’elle aimait regarder, la chaleur entre ses jambes trahissait à quel point, malgré ses réserves.

En appuyant doucement la paume de ma main entre ses jambes, j’ai touché son clito avec mon pouce ; elle s’est un peu crispée puis a poussé un soupir. D’un simple effleurement, j’ai déplacé mes doigts sur son entrejambe, chaque fois que j’ai passé mon pouce sur son clito, elle a eu un petit tressaillement.

Travaillant sa culotte contre ses plis humides, il aurait été si facile d’utiliser juste une petite pression pour pousser le tissu fin vers le haut, écartant ses lèvres. Mais même si ma queue me faisait mal comme jamais auparavant, j’ai résisté à la tentation et je l’ai simplement touchée comme elle me l’avait demandé.

Elle n’a pas quitté Jules et son petit ami des yeux pendant tout le temps où ma main était entre ses jambes.

Alors que je taquinais la queue de mon partenaire, je m’attendais à ce que la musique change à tout moment mais Andrea devait apprécier le spectacle. Je pouvais dire que le gars était sur le point de tirer sa charge et avec une petite poussée d’excitation, j’ai décidé de partager ce moment avec la salle. Il a eu l’air déçu lorsque je me suis levée, mais il s’est vite détendu lorsque j’ai rapidement changé de position pour me tenir à califourchon sur ses jambes, face à lui.

En reculant jusqu’à ce que mes fesses soient pressées contre lui, j’ai plié les genoux dans une sorte de squat et j’ai saisi sa queue dure.

En l’éloignant de son ventre, je l’ai glissé entre mes jambes pour que la tête pousse le long de la crevasse de ma chatte, j’étais trempée et la seule chose entre sa queue et la terre ferme était ma prise ferme.

« Ne bouge pas ou c’est fini ». Je l’ai prévenu.

Prenant un rythme lent, j’ai fait glisser la tête de sa bite de haut en bas de ma fente avec juste assez de pression pour écarter les lèvres extérieures, j’ai regardé sa bite, le bout engorgé brillait d’un mélange de mon jus de chatte et de son pré-cum, c’était tellement tentant de s’asseoir et de prendre sa longueur en moi mais je n’étais pas prête pour ça… encore.

En plus, il respirait par petits coups et il pouvait jouir à tout moment.

La fille sur mes genoux faisait des petits bruits de ‘Mmm’ en regardant Jules jouer avec son petit ami, se tortillant légèrement contre ma main. J’ai regardé dans la pièce pour voir ce qui se passait, la plupart des couples regardaient, abasourdis par l’étalage effronté de Jules, les yeux de ma femme étaient fermés alors qu’elle travaillait sa queue contre sa chatte, les sourcils légèrement froncés, elle se mordait la lèvre inférieure en signe de concentration, elle se penchait un peu en avant, posant sa main libre sur sa jambe, de sorte que ses seins fermes pendaient loin de son corps, se balançant légèrement avec le mouvement de sa main.

Ses jambes étaient écartées et comme sa chatte était rasée de près en dessous, ses parties les plus intimes étaient ouvertes à la pièce, ses lèvres lisses dépassant juste de sa fente. Elle était inconsciente de toute autre personne présente dans la pièce.

En levant les yeux, Maria a attiré mon attention ; elle a marmonné les mots « Ta prochaine ».

Sa queue a commencé à tressaillir et à pulser dans ma main, je savais donc qu’il y était presque, de petits sifflements s’échappaient de ses lèvres alors que je tenais sa queue juste sous l’extrémité gonflée, augmentant légèrement la pression sur ma chatte, alors que je travaillais sa queue d’avant en arrière, l’extrémité plongeant tout juste entre mes lèvres, ma main directrice était la seule chose qui l’empêchait de glisser entièrement à l’intérieur.

Avec un soupir, il a commencé à jouir, j’ai relâché la pression, éloignant sa queue de ma chatte et l’attrapant rapidement à la base d’une main, tout en faisant monter et descendre son manche de l’autre main, le masturbant furieusement.

Des jets épais sont montés sur ma poitrine et mon ventre, ils ont suinté sur mes doigts et ont coulé le long de ma main pendant que je le pompais de haut en bas, lorsque la force de son orgasme s’est calmée, j’ai ralenti, massant le mélange collant dans sa tige jusqu’à ce que quelques gouttes dégoulinent de l’extrémité, il s’est affaissé sur la chaise alors que sa bite commençait à se ramollir et que je relâchais ma prise.

Lorsque Jules a fait jouir son petit ami, elle a haleté et a poussé ma main contre sa chatte, la maintenant immobile pendant qu’elle regardait Jules travailler sa queue. Quand il a finalement arrêté de jouir, les gens qui regardaient ont applaudi. Sa petite amie a sauté de mes genoux et s’est précipitée, je pensais qu’elle serait peut-être en colère contre eux, mais au lieu de cela, elle a attrapé deux serviettes, en a donné une à Jules avec un sourire, puis s’est agenouillée devant son petit ami (qui avait l’air nerveux) et l’a aidé à se nettoyer.

Andrea a profité de l’interruption du jeu pour servir d’autres boissons, Jules m’a fait un petit signe de la main tandis que Rachel s’approchait d’elle et lui tapotait les fesses, lui murmurant quelque chose à l’oreille, ce qui les a fait rire aux éclats. En regardant dans la salle, certains gars ne s’étaient pas levés de leur siège, croisant les jambes en essayant de s’ajuster à une position plus confortable, la plupart des femmes étaient torse nu, défilant juste en culotte, et je me demandais combien d’entre elles se déshabilleraient au prochain tour. Ma nouvelle amie avait clairement indiqué qu’elle ne serait pas nue et une dame portait encore son chemisier (je me suis demandé si c’était parce qu’elle était timide ou si son costume avait consisté en beaucoup plus de couches que celui de n’importe qui d’autre), mais le jeu semblait loin d’être terminé.

Andrea a de nouveau tapoté son verre.

« Il semble que vous appréciez tous le jeu. » Elle m’a regardé directement en disant cela. « Comme la plupart d’entre vous ne sont qu’en culotte, nous allons faire de ce tour le dernier, vous n’avez qu’à aller aussi loin que vous le souhaitez, n’hésitez pas à partir à tout moment ».

Sur ce, elle s’est tournée vers le lecteur de CD et a choisi un nouveau morceau.

La musique a commencé et des papillons ont dansé dans mon estomac, la petite pause aurait dû me laisser tout le temps de me calmer. J’avais fait un saut à la salle de bain pour nettoyer le désordre sur mon ventre et mes seins (en rangeant mes petits morceaux pendant que je séchais entre mes jambes) et partagé un verre avec Andrea mais j’étais toujours mouillée, mes jambes étaient flageolantes et je tremblais légèrement par anticipation.

L’atmosphère avait considérablement changé, la plupart des dames seraient nues cette fois-ci et j’avais l’impression que toute la salle retenait son souffle en attendant de voir qui aurait le courage de se déshabiller devant tout le monde.

Il était évident qu’Andrea ferait de son mieux pour me mettre en couple avec Mick et, bien sûr, la musique a changé lorsque je me suis approchée de son siège.

Mais cette fois-ci, elle ne serait pas déçue.

En regardant les dames faire le tour de la pièce, je me suis demandé laquelle d’entre elles se déshabillerait ; de toute évidence, la fille qui s’était assise sur mes genoux ne le ferait pas, même si elle n’avait pas abandonné, chaque fois qu’elle passait devant son petit ami, elle touchait ses doigts sur ses épaules pour lui faire savoir qu’elle était toujours là. Rachel et Cindy avaient peu d’inhibitions, je n’étais pas sûr de Maria (mais j’espérais pouvoir voir son cul serré en chair et en os), la femme à la grosse poitrine portait toujours son soutien-gorge et ne cessait de se regarder, elle était un peu ronde mais toujours attirante et j’espérais qu’elle perdrait au moins son soutien-gorge. Il y avait deux femmes qui riaient comme des écolières et s’encourageaient manifestement l’une l’autre, la bravade partagée d’être si « coquine » était une certitude absolue qu’elles seraient nues.

La seule sur laquelle je n’ai pas eu à me poser de questions était Jules et tous les regards étaient tournés vers elle lorsque la musique a changé.

Une fois de plus, je me tenais devant Mick ; il a avalé de travers et s’est déplacé dans son siège pendant que je m’asseyais sur ses genoux en faisant face à lui pour pouvoir prendre un moment pour regarder ce que faisaient les autres.

Rachel était devant l’un des représentants qui était venu à la fête avec sa femme, une femme plantureuse qui se tenait juste à ma gauche, elle semblait soupirer en regardant. Rachel a lentement enlevé sa petite culotte blanche et a fait une petite pirouette, puis elle a atteint les genoux du gars, a repositionné la bosse dans son slip serré et a descendu son cul sur ses genoux, le faisant se crisper alors qu’elle se déhanchait.

La femme plantureuse m’a lancé un regard et je lui ai fait un clin d’œil en prononçant les mots « Vas-y » en faisant un signe de tête au gars devant lequel elle se tenait.

Il bavait presque d’avance à l’idée de voir ses gros seins.

Elle a semblé se détendre quand elle a vu le regard de convoitise sur son visage et m’a souri.

Elle a enlevé sa culotte révélant une légère touffe de cheveux foncés, elle s’est mise à califourchon sur ses jambes et a dégrafé son soutien-gorge. Lorsque ses seins sont sortis, elle les a poussés dans le visage du gars heureux.

En me retournant vers la pièce, j’ai vu que Maria était devant Steve, déjà nue, assise sur ses genoux face à lui, ses hanches bougeant dans un lent mouvement circulaire semblable à celui qu’ils avaient lorsqu’ils dansaient. La fille qui s’était assise sur les genoux de Steve en dernier était encore en sous-vêtements, assise sur les genoux de son petit ami, partageant un baiser.

Notre hôte était nue, toujours debout à l’extérieur du cercle avec, ce que j’ai deviné être, sa dernière « romance de bureau » debout derrière elle, caressant ses seins et se frottant à son cou, une de ses mains s’est égarée à la jonction de ses cuisses et elle a légèrement incliné sa tête vers lui, alors qu’il caressait son monticule.

Pendant tout ce temps, elle gardait un œil sur moi.

Jules était assise sur les genoux de Mick, observant la pièce et l’ignorant à peu près.

Heureusement, c’est Maria qui s’était arrêtée à ma place ; elle n’avait pas perdu de temps pour détacher la ficelle de son petit slip de bikini, le laissant tomber lentement.

Sa chatte était bien cirée, elle a sorti sa jambe gauche et a passé sa main sur le pli entre sa jambe et son monticule, étirant la chair et révélant ses lèvres soignées.

Avec un doigt, elle a fait glisser la braguette de mon caleçon sur le côté pour que ma queue se libère ; elle a tressailli quand elle a fait glisser un ongle sur sa longueur. Assise à califourchon sur moi, elle a poussé ma queue vers le bas et s’est assise de façon à ce que la tige se blottisse contre sa chatte puis a commencé un lent mouvement circulaire avec ses hanches. Elle a souri lorsque j’ai pris une grande inspiration et l’ai laissée sortir lentement. « C’est agréable ? » a-t-elle dit. « Comme tu ne le croirais pas », ai-je répondu.

Elle a posé une main de chaque côté de mes épaules et s’est penchée en avant, augmentant la pression sur ma queue. En grignotant mon oreille, elle a chuchoté.

« Si tu penses que c’est agréable… attends qu’il soit en moi. »

Il n’y avait aucune chance que je jouisse dans mon short, je me contrôle plutôt bien et je peux généralement ralentir et me retenir en prolongeant les choses aussi longtemps que possible, le problème était que Maria était aux commandes. Je me suis concentrée sur ma respiration et j’ai regardé par-dessus l’épaule de Maria pour voir ce que faisait Jules…..

Cela s’est avéré ne pas être d’une grande aide.

Jules avait glissé des genoux de Mick et l’avait fait s’allonger à plat ventre sur le sol, les jambes jointes ; elle était à cheval sur lui, à genoux au-dessus de son entrejambe.

Mick a sursauté quand elle a attrapé son érection et l’a éloignée de son ventre, elle l’a serrée juste sous le casque gonflé, s’est déplacée un peu en avant pour se repositionner puis s’est abaissée jusqu’à ce que le bout de sa queue touche les lèvres extérieures de sa chatte.

Elle a balancé ses hanches vers l’avant et l’arrière très lentement en faisant de petits mouvements pour que sa chatte frôle la tête de sa queue, enduisant sa fente avec les ruisseaux de pré-éjaculation transparente qui suintaient de son extrémité, elle a dégoutté sur ses doigts et le long de son manche.

Mick a fermé les yeux et a laissé échapper un faible gémissement alors qu’elle le taquinait, arrêtant ses mouvements et rompant le contact s’il bougeait les hanches.

Elle a modifié sa prise sur son pénis, glissant sa main sur la longueur jusqu’à ce qu’elle soit à moitié descendue, cette fois en restant immobile tout en faisant glisser son pénis d’avant en arrière sur sa fente scintillante. Très lentement, elle s’est avancée vers le bas en augmentant le contact avec sa chatte jusqu’à ce que la pointe sépare ses lèvres extérieures, elle haletait un peu, ses paupières papillonnaient, les yeux à moitié fermés et je savais qu’elle était proche de l’orgasme.

D’après nos jeux habituels, je m’attendais à ce qu’elle prenne son pied en se frottant sur Mick puis qu’elle l’achève avec sa main, alors ce qui s’est passé ensuite a été une énorme surprise.

Jules a arrêté de faire bouger la queue de Mick d’avant en arrière et s’est arrêtée un moment.

Elle a glissé sa main jusqu’à la base, a pris une prise ferme puis s’est laissée glisser très lentement sur la tête gonflée pour que sa chatte la touche, a fait une nouvelle pause puis s’est enfoncée un peu pour que le bout de sa queue s’enfonce entre ses lèvres.

Mick a poussé un petit soupir lorsque ses plis soyeux l’ont enveloppé, elle est restée immobile avec juste la tête de sa bite en elle puis a relâché sa prise sur son manche en faisant glisser ses doigts sur toute la longueur tandis qu’elle se redressait, en cambrant légèrement le dos, le bout de ses doigts se posait sur son clito et elle a commencé à faire de petits cercles sur le bouton sensible, son autre main prenant et serrant ses seins tandis qu’elle se dirigeait vers l’orgasme.

La pièce était immobile, tout le monde était fasciné par son spectacle alors qu’elle frottait son clito de plus en plus fort, de petites lignes de froncement des sourcils montrant sa concentration, ses yeux étaient fermés et sa langue passait sur ses lèvres alors qu’elle cherchait à atteindre l’orgasme, soudainement, elle a poussé un soupir, frissonnant alors que sa main devenait floue, elle a pressé ses doigts contre son sexe alors qu’elle était sur les nerfs, son jus coulant sur le manche de Mick.

Elle est restée comme ça en travaillant doucement ses doigts sur son clito alors que les vagues d’excitation s’apaisaient.

Mick la regardait fixement, la bouche ouverte, n’osant pas bouger, profitant de chaque détail.

Elle a posé ses deux mains sur sa poitrine et j’ai pensé qu’elle allait se détacher de lui et finir le pauvre gars avec sa main.

Une fois de plus, j’avais tort.

Au lieu de descendre de Mick, elle s’est assise sur ses genoux de façon à ce que toute la longueur de sa queue soit enfouie en elle. Il a poussé un petit soupir lorsqu’elle s’est assise mais il s’est vite tu lorsqu’elle s’est avancée et a pressé un de ses seins contre sa bouche.

Elle a aspiré son souffle lorsqu’il a caressé le téton ; en balançant ses hanches d’un côté à l’autre, elle l’a laissé jouer un peu avant de se retirer et de prendre un rythme en chevauchant sa queue avec des mouvements doux et réguliers.

En remontant, elle a bougé rapidement et a presque laissé la tête sortir d’elle avant de redescendre lentement sur sa longueur.

Mon cœur battait la chamade en la regardant, ma bouche était un peu sèche, c’était seulement la deuxième fois qu’elle laissait un autre homme la pénétrer, d’habitude c’était un petit contact mais rien de plus. Nous avions parlé de jusqu’où les choses devaient aller et nous étions tous les deux d’accord, mais après toutes les occasions où cela aurait pu arriver, j’étais un peu choqué qu’elle ait décidé de franchir cette étape supplémentaire si publiquement.

Ce n’est pas que je n’étais pas excité, ma bite était sur le point d’exploser.

Alors que je travaillais la bite de Mick sur ma chatte, j’avais désespérément envie de jouir, je sentais que toute la pièce me regardait et mon estomac palpitait à la fois de nervosité et d’excitation alors que je travaillais mes doigts sur mon clito jusqu’à ce que la délicieuse sensation devienne presque insupportable, la sensation de la bite de Mick sur ma chatte était agréable, mais j’avais désespérément besoin de quelque chose de plus.

Pleinement consciente que Steve regardait, j’ai décidé de me perdre dans le moment et d’autoriser un peu plus de contact que d’habitude.

En descendant avec précaution, j’ai senti la tête de la bite de Mick s’écarter de mes lèvres.

Lorsqu’elles se sont refermées sur le bout gonflé, j’ai serré ma chatte, le serrant et le maintenant là. En passant mes doigts sur mon clitoris, je pouvais sentir la tête de sa bite palpiter juste à l’intérieur de moi, c’était si agréable que j’ai bientôt haleté alors que les vagues de plaisir se succédaient ; ma chatte a trempé sa bite et les jus ont coulé le long de la tige, la rendant lisse.

Lorsque mon orgasme s’est calmé, j’ai posé mes mains sur sa poitrine pour me stabiliser, Mick regardait avec des yeux écarquillés, lorsque j’ai repris mon souffle, j’ai levé les yeux, tous les regards semblaient être braqués sur moi et toute la pièce semblait retenir son souffle, de nouveau un petit frisson d’excitation m’a parcouru car je savais à quel point j’allais être vilaine.

Le bout de la bite de Mick était toujours niché entre mes lèvres, c’était si agréable. Je pouvais sentir le cœur de Mick s’emballer sous mes mains, sa queue tressaillait légèrement à chaque battement et malgré mon orgasme, je sentais le nœud d’excitation et de besoin se former à nouveau.

En prenant une grande inspiration, je me suis enfoncée et j’ai permis à Mick de me pénétrer de toute sa longueur.

Il a haleté quand mon poids est retombé sur lui, je suis restée là un moment pour m’habituer à la sensation d’une queue étrangère en moi puis je me suis relevée, j’ai serré sa queue contre ma chatte puis je suis descendue avec une lenteur exagérée, la sensation de sa queue me remplissant délicieusement pendant que je montais et descendais sa longueur.

Bientôt, j’étais proche de l’orgasme et j’ai plongé ma main entre nous en doigtant mon clito, emprisonnant ma main dans la chaleur collante tandis que je pressais mes lèvres gonflées contre lui.

Il a gémi et s’est déhanché vers moi, en réponse, j’ai fait de petits cercles avec mes hanches en frottant mes lèvres trempées contre lui tout en faisant des mouvements de va-et-vient avec mes doigts sur mon téton sensible, la sensation m’a fait bondir et j’ai basculé en avant une fois de plus en le laissant prendre mon téton dans sa bouche, les muscles de mes cuisses ont frémi et sauté alors que j’appuyais mes doigts encore plus fort sur mon clito avec de petits mouvements d’effleurement.

Cela, ajouté à la sensation de sa queue qui palpitait dans ma chatte, a suffi à me plonger dans l’extase, alors que ma chatte palpitait, j’ai commencé à chevaucher sa queue, prenant le poids de mes mains de chaque côté de lui et rebondissant de haut en bas, mon cul claquant sur lui alors qu’il se jetait à nouveau sur moi, tenant mes hanches et grognant avec l’effort.

Bien que j’aie repoussé les limites de ce que je fais normalement, je ne voulais pas que Mick jouisse en moi, alors qu’il approchait de l’orgasme, je me suis soudainement éloignée de lui pour que sa queue se libère et j’ai tendu la main entre nous pour la saisir, en la serrant fort.

Toute la salle regardait avec admiration Jules s’envoyer en l’air sur Mick pour la deuxième fois. Au moment où il semblait atteindre sa limite, elle s’est éloignée de lui et a descendu le long de son corps jusqu’à ce que ses seins pendent de chaque côté de sa queue, elle s’est positionnée de façon à ce que la tête soit calée entre eux et a commencé à balancer son corps d’avant en arrière, Mick poussait sur son épaule et essayait de soulever ses hanches pour créer le plus de contact possible avec ses doux monticules, en se frottant à elle pendant qu’elle travaillait contre sa queue.

Elle avait l’air tellement sexy penchée sur lui à quatre pattes.

Ses jambes étaient légèrement écartées et ses fesses poussées vers le haut et vers l’extérieur de sorte que l’on pouvait clairement voir les lèvres gonflées de son vagin nichées entre ses jambes, humides et légèrement écartées, le trou plissé de son cul exposé.

Elle avait l’air si sexy et séduisante et je me suis demandé pendant un moment si elle réalisait à quel point elle s’exposait complètement à tout le monde dans la pièce.

Finalement, Mick n’a pas pu tenir plus longtemps ; avec un grognement, il a lâché sa charge entre les seins de Jules, elle s’est agenouillée et a saisi sa queue en la faisant travailler pendant qu’il jouissait.

Mick a haleté et tressailli alors que le sperme jaillissait de l’extrémité en rubans argentés, recouvrant la main de Jules, éclaboussant ses seins et son ventre et dégoulinant sur ses cuisses. Elle s’est accrochée à sa queue jusqu’à ce qu’elle commence à devenir molle, frottant son pouce sur l’extrémité alors que les dernières gouttes suintaient.

Elle l’a finalement lâché et s’est levée, un peu instable après s’être agenouillée si longtemps.

Jules était en pagaille, la glu collante de Mick recouvrant ses seins et son ventre, et le mélange de leurs jus luisait entre ses cuisses. Andrea s’est approchée et a tendu une serviette à Jules et s’est penchée pour lui donner une bise sur la joue, alors qu’elle le faisait, j’ai vu Jules sursauter un peu alors qu’Andrea passait le bout d’un doigt sur sa poitrine pour recueillir un peu de la saleté de son mari et le mettre dans sa bouche avec un énorme sourire.

Pendant tout le temps où je regardais Jules, Maria était assise de côté sur mes genoux et caressait très doucement ma queue, elle s’est levée devant moi et m’a fait signe de me lever.

« Ton tour maintenant je crois. » Elle a dit.

Avec cela, elle a accroché ses pouces dans mon caleçon et s’est agenouillée en prenant mon short avec elle, lorsque je l’ai enlevé, elle a passé sa langue sur la longueur de ma tige, me faisant presque perdre l’équilibre et tomber, elle s’est assise sur ses talons et a tapoté le sol à côté de moi.

« Voyons si nous pouvons faire mieux que Jules et Mick ». Elle a dit.

Je n’ai pas perdu de temps pour m’allonger à côté d’elle.

« Je veux que tu me goûtes. » Elle a dit. « Ferme les yeux. »

J’ai fait ce qu’on m’a dit, Maria a placé une main sur ma poitrine et a pris ma queue avec l’autre et a chevauché le haut de mon corps en laissant mes bras libres. Je pouvais sentir l’odeur musquée de son sexe alors qu’elle abaissait sa chatte vers mon visage. J’ai placé mes mains sur ses cuisses et j’ai incliné ma tête vers le haut, ma bouche et mon nez frôlant sa fente humide lorsque nous sommes entrés en contact, elle s’est repositionnée en repoussant un peu son cul et j’ai eu son premier goût sucré sur ma langue. En léchant doucement ses lèvres extérieures, j’ai glissé une main entre nous et utilisé mon pouce pour les séparer légèrement. Elle a poussé un petit soupir lorsque j’ai poussé ma langue au-delà de ses plis et dans son vagin, bougeant ma tête d’avant en arrière pour que mes lèvres la frôlent. Je l’ai baisée avec ma langue jusqu’à ce que ma mâchoire commence à me faire mal et elle a poussé un petit soupir de protestation lorsque je me suis éloigné, mais elle a ensuite aspiré une petite bouffée d’air lorsque j’ai rapidement remplacé ma langue par mon pouce, l’enfonçant dans son vagin en frottant contre la paroi avant de son vagin, le poussant d’avant en arrière comme un mini-pénis pendant que je léchais ses lèvres gonflées.

Elle n’a pas tardé à frémir et à bouger ses hanches par petits mouvements, me baisant en retour alors qu’elle s’approchait de l’orgasme, j’ai libéré mon pouce et j’ai poussé ma langue fort contre elle puis j’ai appuyé doucement mes doigts sur son clito, la faisant sursauter alors que je le faisais aller et venir. Haletante, elle a frissonné et a essayé de se retirer au moment de l’orgasme, mais j’ai utilisé mes deux mains pour m’accrocher à ses cuisses et la tirer vers l’arrière pendant que je léchais sa chatte, voulant goûter ses jus sucrés. Ils se sont écoulés en recouvrant mes lèvres et mon menton alors qu’elle haletait, se balançant doucement d’avant en arrière avec le mouvement de ma langue.

Soudain, j’ai laissé échapper mon propre souffle.

Maria s’était penchée en avant en tenant ma queue d’une main, léchant et taquinant l’extrémité. Au bord de l’orgasme, elle a basculé en arrière, perdant sa prise sur ma queue et la laissant retomber sur mon ventre.

Soudain, quelqu’un a saisi ma queue avec force, s’est mis à cheval sur mes hanches et frottait maintenant son extrémité contre une chatte très humide.

Maria a dit « Surprise » en faisant basculer sa jambe, me donnant ainsi une vue dégagée de Cindy qui, avec un timing impeccable, a poussé la tête de ma queue entre les lèvres de sa chatte et s’est baissée en prenant toute la longueur de mon pénis en un mouvement fluide.

Elle s’est allongée en avant pour que ses gros seins soient écrasés contre ma poitrine.

« Salut » dit-elle en m’embrassant sur les lèvres.

« Mmm, quelqu’un a le goût de la chatte ». Elle s’est redressée et a fait un clin d’œil à Maria.

Cindy a lentement fait le tour de ses hanches en frottant sa chatte contre mon aine.

« Fais-moi jouir. » Elle a dit qu’elle montait et descendait sur ma queue dans un rythme lent en faisant une pause chaque fois qu’elle était complètement descendue, en faisant tourner ses hanches d’avant en arrière puis en remontant lentement jusqu’à ce que je sorte presque d’elle.

En passant mes mains le long de ses cuisses, j’ai frotté mon pouce sur son clito, en appuyant dessus et en frottant en petits cercles, ce qui l’a fait haleter, elle a arrêté de monter et descendre et s’est penchée en arrière. En s’appuyant sur mes jambes avec ses mains derrière elle, elle s’est soulevée de quelques centimètres de ma queue, pendant que je jouais avec le petit bouton sensible.

En frottant avec mes doigts les lèvres gonflées de la chatte qui entouraient ma queue, j’ai légèrement fait glisser mon pouce d’avant en arrière sur son clito, elle a commencé à se balancer très légèrement sur les hanches, un muscle de l’intérieur de sa cuisse se contractait chaque fois que je bougeais mon pouce, mes doigts étaient trempés par les jus qui s’échappaient de sa chatte.

J’ai détourné mon regard d’entre ses jambes et j’ai regardé son visage, ses joues étaient rouges, ses yeux étaient fermés, elle respirait par petites bouffées d’air, elle était si mouillée que j’ai pu insérer un doigt le long de ma queue, en faisant glisser le bout le long de la paroi veloutée de sa chatte, le dos de mon doigt frôlant ma queue.

C’était trop pour Cindy et l’a fait basculer ; elle a repoussé ma main et a commencé à monter et descendre sur ma queue à un rythme effréné. En plaçant mes mains sur sa taille, j’ai remonté sur elle en l’accompagnant d’un coup pour un coup, avec un bruit de claquement humide à chaque fois que nos chairs se rencontraient. Soudain, elle s’est affaissée en avant, enfouissant son visage dans le côté de mon cou, sa chatte se serrant et se convulsant sur ma queue tandis qu’elle tremblait dans mes bras, ses magnifiques seins écrasés contre ma poitrine.

Elle s’est lentement calmée, s’est assise et m’a souri.

« Wow c’était tellement coquin ». Elle a dit. « Personne ne m’a jamais doigté comme ça. »

« Chaque fois que tu en ressens le besoin ». J’ai ri.

Maria s’est agenouillée aux côtés de Cindy. « Si ça ne te dérange pas, je pense que c’est mon tour maintenant. »

« Ok mais seulement s’il me promet de répéter la performance. » dit Cindy.

Elle s’est lentement levée, glissant de ma queue et la laissant retomber dans mon ventre, Maria a frotté doucement sa main sur sa longueur en la faisant tressaillir.

« Utilisons ce truc bien lisse ». Elle a dit et s’est retournée en se mettant à quatre pattes et en se penchant en avant pour me présenter son magnifique cul et sa chatte, une petite lèvre de lèvres sortait de sa fente humide, j’ai passé mes doigts le long de sa chatte, la chatouillant et la faisant légèrement frissonner.

« Je veux que tu sois en moi ». Elle a dit sa voix un peu rauque de désir.

Je me suis agenouillé derrière elle et j’ai appuyé la tête de ma queue sur ses lèvres lisses, la frottant de haut en bas plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle en ait assez de se faire taquiner et qu’elle repousse sur moi, faisant s’enfoncer la tête entre elles.

Prenant ses hanches, j’ai poussé jusqu’à l’intérieur en créant un rythme lent et régulier.

J’ai passé ma main le long de l’extérieur de sa jambe et je l’ai ramenée le long de la chair tendre et douce de l’intérieur de sa cuisse jusqu’à ce que mes doigts effleurent le pli où sa cuisse rencontre son monticule, faisant glisser mon doigt jusqu’à ce que je le touche à son clito.

Elle s’est immédiatement crispée puis a expiré lentement pendant que je traçais le bout de mon doigt d’avant en arrière au rythme de mes poussées.

Maria a bientôt commencé à haleter, elle a essayé de retirer ma main mais cela n’a servi qu’à la déséquilibrer, si bien qu’elle est tombée en avant en s’appuyant sur ses avant-bras en poussant son cul plus fort contre moi. Elle a commencé à frémir au fur et à mesure que son orgasme augmentait, poussant un cri lorsque son jus a inondé ma queue, elle a basculé en avant, la tête sur ses bras, incapable de supporter son poids, son beau cul en l’air lorsque son orgasme a frappé.

Mes doigts étaient lisses avec son jus alors j’ai profité de sa position vulnérable, caressant ma main sur ses douces fesses puis appuyant doucement un doigt lisse sur son trou serré et froncé.

Elle s’est crispée et j’ai pensé qu’elle pourrait se retirer, mais au lieu de cela, elle s’est détendue et j’ai pu enfoncer le bout de mon doigt, le laissant là pendant un moment, le travaillant très doucement d’avant en arrière en même temps que le mouvement de ma bite entrant et sortant de sa chatte, ralentissant pour s’arrêter lorsque son orgasme s’est calmé.

Maria a basculé en avant ; j’ai bougé avec elle mais ma queue a glissé de sa chatte, je me suis baissé sur elle pour que ma queue dure se niche entre ses fesses.

En posant ma main sur sa hanche, j’ai doucement enfoncé ma bite dans son cul, elle a reculé contre moi en répondant à mes mouvements.

Ma bite palpitait et je savais que je devais agir rapidement car je ne pourrais pas tenir beaucoup plus longtemps. J’ai à nouveau doucement poussé ma bite contre son cul, la pressant entre ses fesses douces, faisant des mouvements de va-et-vient avec facilité car la tige était bien lubrifiée par nos jus combinés.

Je me suis déplacé pour pouvoir passer entre nous, j’ai pris ma queue et j’ai frotté légèrement le bout contre son trou serré et froncé, elle a légèrement levé les hanches, repoussant le bout de ma queue quand je l’ai pressée contre elle, le bout de ma queue était lisse, avec des fuites de pré-éjaculation, il n’a pas fallu beaucoup de pression pour pousser le bout en elle.

Elle s’est légèrement crispée en se retirant, le bout est sorti mais reposait toujours contre son petit bourgeon serré. J’ai arrêté de bouger, la tenant fermement par la hanche d’une main, je me suis approché et j’ai pressé mes doigts sur sa chatte, caressant ses plis humides.

Nous sommes restés figés comme ça pendant un moment ou deux jusqu’à ce que Maria se détende, elle a laissé échapper un petit soupir, sa chatte était trempée, ma main était glissante lorsqu’elle se déplaçait entre ses jambes et je savais, à la façon dont elle respirait par petits halètements, qu’elle serait proche d’un autre orgasme.

Elle a poussé son cul contre ma queue, m’enfouissant une fois de plus entre ses fesses.

J’ai arrêté de frotter sa chatte pendant un moment pour enduire ma queue du jus qui trempait mes doigts et positionner une fois de plus la tête contre son petit bourgeon serré.

Encore une fois, il n’a fallu qu’un peu de pression pour qu’il entre.

Prenant mon temps, j’ai poussé en avant, introduisant ma bite dans son cul, poussant très légèrement puis reculant un peu, la laissant s’habituer à la sensation.

Elle a poussé un petit cri de « Ah » quand j’ai finalement pénétré à fond, alors je me suis maintenu en elle pendant que j’utilisais mes doigts pour la faire jouir, frottant mes doigts sur ses lèvres trempées pendant que le talon de ma main s’appuyait sur son clito.

Quand elle a commencé à jouir, elle s’est légèrement déhanchée et j’ai suivi ses mouvements, ma queue glissant d’avant en arrière dans son cul serré. Enroulant mon autre bras autour d’elle, je l’ai serrée contre mon corps pendant que je m’enfonçais en elle, mes doigts s’acharnant sur sa chatte jusqu’à ce qu’elle tremble et gémisse en se tortillant contre moi mais sans pouvoir s’éloigner de la main coincée entre ses jambes. J’ai seulement retiré ma main de sa chatte torturée pour pouvoir saisir ses hanches et la tirer contre moi pendant que je la poussais vers mon orgasme.

J’ai accéléré le rythme et j’ai frappé fort sur ses fesses en les faisant remuer, entrant et sortant de son cul avec facilité. Ma queue palpitait et lorsque j’ai senti les premiers tremblements de mon orgasme, j’ai essayé de me retirer mais Maria avait d’autres idées et a serré ses fesses autour de ma queue, m’emprisonnant ainsi pour que je ne puisse pas m’empêcher de pomper charge après charge dans son trou serré.

La sensation était si intense que j’ai retenu mon souffle, mes doigts s’enfonçant dans la chair tendre de ses fesses pour tenter de la maintenir immobile tandis que ma queue palpitait dans sa prise serrée. Finalement, j’ai laissé mon souffle s’échapper et ma queue a commencé à devenir molle, je l’ai regardée sortir doucement de Maria. Du sperme a coulé à l’arrière de ses jambes, dont l’intérieur était déjà imbibé de son propre jus. Cindy m’a passé une serviette et j’ai essuyé Marie et moi-même, elle s’est retournée pour me faire face, prenant la serviette et la frottant entre ses jambes.

« C’est seulement la deuxième fois que je fais ça et je n’étais pas trop sûre de réessayer après la dernière fois » a-t-elle dit.

« Mais si ça peut être ressenti comme ça, je pourrais bien essayer plus souvent. »

Nous nous sommes levées et Cindy m’a serrée dans ses bras. « Nous devrons refaire ça » a-t-elle dit.

« Seulement la prochaine fois, tu pourras me faire ça. » Il n’y avait pas grand-chose que je pouvais dire à une invitation comme celle-là, à part. « Tu as mon numéro. »

J’ai récupéré mes vêtements et me suis rendue dans la salle d’eau du rez-de-chaussée pour prendre une douche. Jules m’attendait quand je suis sorti ; elle portait l’un des peignoirs courts de nos hôtes tandis que je venais d’enrouler une serviette autour de ma taille. Elle m’a tendu une boisson.

« Tu t’amuses ? Elle a demandé. « On peut dire ça », ai-je répondu.

« Bien que, lorsque tu as ‘diverti’ Mick, c’était un peu une surprise. » J’ai dit.

J’ai tiré une longue fois sur mon verre. « Sans parler de divertir toute la salle. »

Elle a souri. « Ça t’a dérangé ? »

J’ai serré sa fesse, « Qu’en penses-tu ? »

« Eh bien, pendant que tu te douchais, j’ai eu une autre proposition. » Elle a dit.

« La fille qui était assise sur tes genoux, celle qui ne veut pas enlever sa culotte, m’a demandé si je pouvais faire la même chose avec son petit ami pendant qu’elle regarde. »

J’étais assez choquée, je savais que ça l’avait excitée quand Jules l’avait  » lap dancé  » mais je ne me serais jamais attendue à ça.

« Et tu as dit ? » J’ai demandé.

Jules m’a embrassé sur le côté du cou.

« Seulement si tu étais là avec moi, ils attendent dans le jardin sur le patio près de la piscine. »

Jules a rassemblé quelques serviettes et nous nous sommes dirigés à l’extérieur vers un petit patio avec une pergola pour l’ombre. La fille se tenait à côté de son petit ami ; elle portait encore son soutien-gorge et sa culotte et semblait plutôt gênée tandis qu’il était assis sur le bord d’un banc en bois en caleçon.

Il s’est levé lorsque nous nous sommes approchés et s’est tenu près de sa copine, tous les deux semblaient agités par ce que je suppose être une excitation nerveuse. « Salut » a-t-elle dit, « Si nous allons nous amuser, je ne pense pas que nous aurons besoin de ces shorts ».

Elle a frotté ses mains sur sa poitrine en passant ses ongles sur ses tétons ; il a pris une grande inspiration, alors qu’elle a glissé ses mains sur son ventre et autour de ses hanches.

Elle a accroché ses pouces dans son caleçon et s’est baissée, le tirant vers le bas en un seul mouvement fluide. Son érection s’est libérée et a failli frapper Jules au visage, elle a saisi sa queue et l’a tenue par la base, elle était visiblement agitée et palpitante et cela n’a rien arrangé car elle lui a chatouillé les couilles avec ses ongles, le faisant sursauter.

Jules s’est levée, a disposé plusieurs des serviettes sur le banc et a fait signe au petit ami de s’asseoir sur le bord du banc. Elle a enlevé son peignoir puis s’est tenue devant lui, nue, les pieds écartés à cheval sur ses jambes. Elle a touché les doigts d’une main sur le côté de sa chatte et s’est légèrement pliée aux genoux, écartant un peu ses lèvres, ouvrant les délices humides à son regard.

« Touche-moi si tu veux ». Elle a dit.

Il a tendu la main un peu nerveusement et a pris sa chatte dans sa main.

Jules a émis un petit gémissement quand il a pris confiance et a poussé un doigt au-delà de ses lèvres lisses et dans sa chatte, les yeux écarquillés, regardant avec fascination ses lèvres se refermer sur lui.

Il l’a gardé là un moment puis est entré et sorti dans un lent mouvement de baise, devenant progressivement plus confiant et augmentant le rythme, appuyant si fort que Jules s’est un peu soulevée sur ses orteils tout en haletant de plaisir, elle s’est agrippée à ses épaules pour se stabiliser et se tortiller.

ses épaules pour se stabiliser et se tortillait sur son doigt, tout son corps frémissant quand elle a soudainement attrapé sa main et a poussé sa chatte violemment contre elle alors qu’elle bouillonnait d’orgasme, tout son corps frémissant.

La fille à côté de moi a relâché le souffle qu’elle retenait en regardant ma femme vivre sa félicité orgasmique ; j’ai admiré la courbe blanche et laiteuse de ses seins, ses mamelons durs qui ressortaient fièrement du tissu en dentelle de son soutien-gorge. Ses deux mains étaient croisées devant elle et j’étais sûr qu’elle se touchait doucement pendant qu’elle regardait. Elle a remarqué que je la regardais et a rougi.

« Il n’y a pas besoin de te sentir mal à l’aise ». J’ai dit « Tu es une belle fille ; je parie que beaucoup d’hommes admirent ta silhouette, tu dois juste te détendre et avoir confiance en ton apparence ».

Elle est devenue d’un rouge plus profond.

« Si tu veux, je me tiendrai là-bas juste derrière toi pendant que nous regardons pour que tu ne sois pas si consciente de toi-même ».

En regardant le sol, elle dit : « Peux-tu me tenir pendant que nous regardons ? Comme tu l’as fait lorsque nous jouions au jeu ? » Elle était si nerveuse que sa question n’était guère plus qu’un murmure. Debout derrière elle, j’ai enroulé mes bras autour de son milieu.

« Comme ça ? » J’ai demandé.

« Non, comme avant ». Elle a chuchoté.

À ma grande surprise, elle a poussé une de mes mains vers le haut pour qu’elle prenne sa poitrine et l’autre pour qu’elle repose sur son bas-ventre, mon petit doigt effleurant juste la dentelle de sa culotte.

Nous avons regardé Jules se rapprocher, sur ses genoux, de sorte qu’ils se touchaient maintenant presque. Cela lui donnait un excellent accès à ses seins et il en a profité, embrassant la chair lisse et suçant les mamelons durs. Elle a mis sa main sur l’arrière de sa tête et a maintenu sa bouche contre elle et a doucement gémi. « Mmm, c’est ça ; taquine-les, oh oui, un peu plus fort. » Avec ses encouragements, il s’y mettait vraiment, passant sa langue sur les tétons de Jules puis les mordillant. Ses yeux étaient à moitié fermés et je pouvais voir qu’elle était de nouveau très excitée ; soudain, Jules l’a repoussé et lui a dit de s’allonger sur le banc.

Elle a enjambé le banc et s’est positionnée au-dessus de son aine en s’accroupissant au-dessus de lui, gardant son équilibre avec une main sur sa poitrine. Elle a tendu la main entre eux et a tenu sa queue pointant droit vers le haut, visée à quelques centimètres des lèvres de sa chatte, gonflée et scintillante de ses jus.

« J’espère que tu as un peu de contrôle sur ce truc car j’ai vraiment envie de jouir à nouveau et je n’aimerais rien de plus que de jouir ensemble. » Elle a dit.

Lorsqu’elle s’est touchée pour la première fois, il a attrapé ses hanches et a poussé son aine vers elle, Jules n’en voulait pas et s’est secouée.

« Reste tranquille et ne sois pas si pressée. C’est moi qui commande, tu comprends ? Elle a dit.

Il a hoché la tête et a relâché sa prise.

Ma chatte avait mal à être remplie mais j’étais déterminée à ce que cela dure, je voulais faire un show pour sa copine mais j’étais tellement excitée que cela allait être vraiment difficile de me retenir et de ne pas céder aux petites palpitations d’excitation qui parcouraient mon ventre.

Quand il s’est détendu, j’ai à nouveau baissé la tête de sa queue entre mes lèvres, il a gémi doucement au contact, c’était si bon que j’ai dû m’arrêter et respirer, me calmant. En ajustant ma main de façon à le tenir fermement à environ un centimètre sous la tête, j’ai doucement balancé mes hanches, poussant mon cul en l’air de façon à ce que les lèvres de ma chatte traînent dessus. Il a de nouveau laissé échapper un petit gémissement et j’ai éprouvé une certaine satisfaction en voyant le regard qu’il arborait et qui me disait qu’il se sentait tout aussi aguiché et excité que moi. En me balançant les hanches, j’ai fait glisser le bout de sa queue pour qu’il chatouille mes plis humides et je l’ai maintenu contre mon clitoris, en le faisant tourner en petits cercles.

À présent, ma chatte était si humide que je pouvais sentir un petit filet d’eau couler à l’intérieur de ma cuisse, sa queue gonflait et tressaillait dans ma prise, le liquide s’écoulait sur ma main et se mêlait à mes jus, recouvrant ma chatte. Son regard était fixé entre mes jambes, regardant comment je travaillais son bouton scintillant sur mon clitoris.

Mes jambes tremblaient légèrement, en partie à cause du stress de la position que je tenais mais surtout à cause de l’excitation. J’ai repoussé la tête de sa bite le long des lèvres de ma chatte, en l’inclinant légèrement pour que cette fois-ci elle pousse entre elles.

En lâchant sa queue, j’ai placé mon autre main sur son torse puis je me suis enfoncée davantage pour que la tête de sa queue s’enfonce à l’intérieur, mes lèvres se repliant sur sa tige.

Il a poussé un gémissement alors que je descendais plus bas en prenant un centimètre de plus de lui. Je l’ai gardé un moment mais mes cuisses commençaient à me faire mal.

En fermant les yeux un instant, j’ai réfléchi à ce que j’allais faire, j’ai pris une grande inspiration puis je me suis assise sur sa queue, la prenant de toute sa longueur en moi jusqu’à ce qu’elle soit enfouie jusqu’au bout.

Après toutes les taquineries, c’était merveilleux d’être remplie, sa queue tressaillait à l’intérieur de moi et chatouillait les parois de ma chatte, mais je suis restée assise là, laissant l’envie dans mon aine refluer un peu, m’habituant à sa sensation, la savourant.

Ses mains se posaient légèrement sur mes cuisses, ses doigts se frottaient d’avant en arrière avec un toucher léger comme une plume, très doucement, j’ai commencé à bouger mes hanches, d’abord en remontant et en descendant de quelques centimètres, en prenant mon temps et en remontant le long de sa tige par petits incréments jusqu’à ce qu’enfin je glisse de haut en bas sur toute la longueur.

Sa respiration devenait irrégulière et je savais, à la sensation de sa queue, qu’il ne tiendrait pas beaucoup plus longtemps, il a gémi alors que j’accélérais le rythme, me bousculant et m’écrasant sur sa queue avec une nouvelle urgence, mon propre orgasme augmentant, j’ai serré ma chatte autour de sa queue pendant le mouvement ascendant, la serrant et faisant une pause pendant un moment avant de relâcher la pression en replongeant.

Il haletait ; ses yeux se sont fermés en se concentrant, il a attrapé mes hanches et a commencé à soulever son cul du banc, en suivant mes mouvements, en se retournant vers moi pendant que je montais et descendais sur sa queue.

J’espérais qu’il tiendrait assez longtemps pour que je puisse jouir.

Jules a arqué son dos et jeté sa tête en arrière en balançant ses hanches d’avant en arrière en laissant échapper un halètement alors qu’il poussait contre elle ; ils semblaient être en course pour voir qui jouirait en premier, après toutes les taquineries.

Jules avait une main entre ses jambes et travaillait son clito dans une tentative désespérée de jouir avant lui. Avec tous les préliminaires, je doutais que Jules atteigne l’orgasme avant d’être obligée de descendre et de s’occuper de son membre palpitant, comme elle l’avait fait avec Mick. La fille regardait attentivement, bien au chaud dans mes bras, sa poitrine se soulevant et s’abaissant rapidement sous ma main, le mamelon dur pressant dans ma paume. Lentement, j’ai passé ma main sur son bas-ventre en laissant mon doigt danser légèrement sur le devant de sa culotte.

Elle s’est baissée et a saisi mon poignet, j’ai cru un instant que j’avais dépassé les bornes et qu’elle allait retirer ma main, mais elle l’a plutôt guidée plus bas et a légèrement écarté ses pieds pour que je puisse atteindre son entrejambe.

La fine dentelle de sa culotte ne cachait en rien l’humidité qui s’y trouvait ; elle était tout aussi excitée que moi en regardant Jules et son homme. Elle a gémi lorsque j’ai doucement fait tourner mes doigts sur la zone humide, s’affaissant légèrement aux genoux pour que son poids repose sur ma main, elle a serré ses cuisses en la retenant. En la tirant près de moi pour me stabiliser, j’ai serré sa poitrine, elle a laissé échapper un petit gémissement alors que je pinçais et frottais le mamelon, tout en passant lentement un seul doigt d’avant en arrière sur sa culotte le long de sa fente, faisant remonter un peu le tissu délicat entre les lèvres de sa chatte.

La serviette était tombée autour de ma taille, si bien que la tige de ma bite dure était maintenant nichée entre ses fesses et appuyait sur sa culotte, je ne pouvais pas m’empêcher de frotter doucement contre le tissu fragile. Elle m’a encore surpris en se déhanchant très légèrement, repoussant contre moi et répondant à mes mouvements.

Très lentement et avec précaution, j’ai écarté sa culotte, elle a haleté et s’est légèrement crispée lorsque j’ai tracé sa fente nue de haut en bas, c’était une sensation étrange pour moi car sa chatte était couverte de boucles douces (Jules se rase et s’épile toujours pour qu’elle soit bien lisse), elles chatouillaient contre ma main lorsque j’ai poussé un doigt au-delà de ses lèvres et l’ai pénétrée avec précaution tout en frottant mon pouce d’avant en arrière sur son clito.

Elle a écrasé ses hanches en poussant sur ma main, sa chatte s’est emparée de mes doigts qui les trempaient, tremblante, elle a chevauché la vague de son orgasme, « oh … oh … » elle a haleté en se repoussant contre ma queue dure.

Je l’ai tenue fermement pendant qu’elle tremblait, m’appuyant lourdement contre moi en me poussant doucement contre elle, ma queue prise en sandwich entre ses fesses.

Je me suis dit que si elle devait jouir, moi aussi.

Ne sachant pas si elle se retirerait ou si elle me laisserait baiser son cul, j’ai remonté la coupe de son soutien-gorge et j’ai serré son sein nu, le mamelon dressé caoutchouteux dans mes doigts alors que je le tirais et le tordais doucement. J’ai serré son corps contre moi, sa culotte était montée jusqu’à la fente de son cul et je pouvais sentir la chair de ses fesses caresser ma tige qui glissait de haut en bas. Le besoin de jouir montait, mes couilles étaient serrées, prêtes à pomper une charge sur elle. J’ai arrêté de bouger pour essayer d’atténuer la sensation car j’appréciais la sensation de ses fesses sur ma queue et je voulais la prolonger le plus longtemps possible mais elle avait d’autres idées en poussant ses hanches en arrière et en serrant ses fesses autour de ma queue pour que je ne puisse pas arrêter mon orgasme.

En appuyant fort sur le bout de ma queue entre ses fesses, j’ai fait gicler du sperme sur son cul, trempant les fesses douces qui dépassaient de sa culotte, le tissu déjà trempé s’y accrochant. Elle a tendu la main vers l’arrière et a attrapé ma queue en la faisant monter et descendre et en frottant l’extrémité sur ses fesses, en extrayant chaque dernière goutte.

Enfin, ma queue a cessé de tressaillir et elle l’a lâchée, s’essuyant les mains puis recouvrant timidement sa poitrine, enroulant une serviette autour d’elle et faisant glisser sa culotte trempée. Après avoir fini de se mettre à l’aise, elle m’a regardé d’un air satisfait et a murmuré les mots « Merci ».

Toutes deux satisfaites, nous avons reporté toute notre attention sur le spectacle, qui n’a pas duré très longtemps.

Jules chevauchait sa queue avec fureur, la main enfouie entre ses jambes, les doigts occupés sur son clitoris en criant lorsqu’elle a atteint l’orgasme. Elle s’est mise à trembler de façon incontrôlable et s’est effondrée en avant comme une marionnette dont on aurait coupé les fils, balançant ses hanches avec ses mouvements alors qu’il devenait plus énergique, l’attrapant par les hanches et la faisant monter et descendre au rythme de ses poussées, forçant sa bite en elle jusqu’à ce qu’il halète enfin et se raidisse.

Il était manifestement sur le point d’envoyer sa charge et je m’attendais à ce que Jules balance rapidement sa jambe pour le démonter, mais au lieu de s’éloigner, Jules s’est redressée et a commencé à bouger ses hanches, les lèvres de sa chatte toujours enroulées autour de sa queue pendant qu’il envoyait sa charge dans son corps.

Elle a gardé un rythme régulier en le chevauchant jusqu’à ce que sa queue se ramollisse.

Jules s’est retirée très lentement de son corps, le sperme a suinté d’entre ses lèvres gonflées et a dégouliné sur sa queue qui est sortie d’elle avec un bruit humide. Elle s’est tenue à califourchon sur lui, les jambes bien écartées, laissant le sperme s’écouler de sa chatte, il s’est accumulé sur sa queue usée et a recouvert ses couilles.

Jules m’a pris une serviette et s’est nettoyée du mieux qu’elle pouvait, alors que nous retournions sous la douche ; elle a pris ma main et l’a serrée. « Tu n’es pas en colère, n’est-ce pas ? »

Vu que j’avais baisé Cindy et Maria moins d’une heure auparavant, il n’y avait pas grand-chose à dire, je me suis penché pour l’embrasser. « Qu’en penses-tu ? » J’ai dit.

Elle a souri, « C’était une fois, et ce n’est pas quelque chose que je veux faire tout le temps. » Elle a fait une pause. « Peut-être pour des occasions spéciales. »

Après une longue douche, nous nous sommes habillées et avons pris le chemin de la maison.

Quelques jours plus tard, nous avons reçu une enveloppe matelassée contenant un DVD et une note d’Andrea qui disait. « Merci pour ce divertissement « supplémentaire », j’espère que tu pourras venir à ma prochaine fête ».

Jules a inséré le disque dans le lecteur et lorsqu’il a commencé à jouer, nous avons tous les deux commencé à rire. Nous avions été pris par la caméra de vidéosurveillance qui couvre le jardin d’Andreas, (elle l’avait installée après un cambriolage il y a quelque temps).

Mick est un peu accro à la techno, alors leur système est haut de gamme, les images claires comme du cristal ne laissaient rien à l’imagination et j’espérais pour les autres couples qu’Andrea ferait preuve de discrétion et ne ferait pas circuler de copies dans le bureau.

Mais il ne nous reste plus qu’à attendre et à voir.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.