Première soirée échangiste

Depuis plusieurs années, ma concubine, Chantal, et moi, vivons ensemble un amour tumultueux. Mais, depuis quelques mois, nous avons décidé de vivre ensemble. Cette décision nous avait beaucoup coûté à tous les deux, car nous étions habitués, chacun de notre côté, à une certaine liberté. Je savais que Chantal avait plusieurs amants à par moi, tandis que moi aussi de mon côté, j´avais plusieurs maîtresses. Nous avions craint, avant de nous engager dans une vie commune, que cette vie commune compromettrait le charme de ces aventures… C´est dans cette état d´esprit que nous avions imaginé de rencontrer d´autres couples, afin de partager avec eux, des moments inédits.

Ne sachant comment nous y prendre, et ignorant de l´échangisme parisien, nous avions décidé de créer un site internet comportant des photos de nous dans le plus simple appareil. La plastique avantageuse de ma compagne, ses 1m75 et ses 60 kilos, ses rondeurs et son sourire, ont eu vite fait de susciter l´intérêt de nombreux hommes. C´est ainsi que nous avons reçu des dizaines de messages d´hommes célibataires, souhaitant inaugurer avec nous la formule du trio. Cependant, pour le début, nous ne souhaitions pas nous engager dans cette voie. N´étant pas bisexuel, ni même curieux de l´être, cette idée ne me satisfaisait pas…

Enfin, après quelques temps de patience, nous reçûmes un message d´un couple de Reims avec une photo jointe. Il s´agissait d´un jeune couple de 25 ans, alors que nous en avions 30. Attiré par cette offre, nous nous empressions de répondre. La réponse fut immédiate. Ils affirmaient avoir déjà une expérience de ce genre à leur actif, alors que nous étions novices. Je les priais de bien vouloir nous raconter leur dernière expérience avec un couple et comment cela s´était passé.

Le récit de leur aventure eu le don de beaucoup nous exciter. Manifestement, ces deux là avaient une certaine imagination. Je m´empressais de répondre à leur mail en leur proposant un scénario que je pensais audacieux. Chantal, que sa profession de professeur d´université rendait un peu sûre d´elle y ajouta son grain de sel.

Après de longs échanges de mails, nous décidâmes de nous donner rendez-vous chez eux, à Reims. Ce serait un samedi soir. Ma compagne avait mis une mini-jupe et des bas qui lui remontaient jusqu´aux cuisses. Elle portait un chemisier de soie fuchsia et son décolleté plongeant s´égayait de la dentelle noire de son soutien gorge à balconnet. Elle avait ramassé ses cheveux noirs en chignon. Pour ma part, j´avais cru bon de me mettre en tenue de soirée. Je portais un costume sombre taillé pour un jeune cadre dynamique et une chemisette blanche.

C´est avec une certaine émotion que nous montions les escaliers qui menaient à leur appartement. A peine avions nous franchi les dernières marches que la porte s´entrouvrait. Dans l´entrée se tenait la jeune femme que je reconnu immédiatement comme étant Julie. Elle devait mesurer 1m65 et arborait une magnifique chevelure rousse. Derrière elle se tenait le jeune homme de la photo, Martin. Je savais qu´il plaisait beaucoup à Chantal. J´étais curieux…

Julie nous pressa d´entrer. Je fis quelques pas dans le vestibule de leur appartement et jetais un regard à la dérobée sur cette belle rousse aux formes épanouies…Après quelques échanges de mots de politesse et des bises de circonstances, nous entrions dans le vaste salon de nos hôtes. Il y régnait une atmosphère de détente et de chaleur intime qu´accentuait une luminosité étudiée avec soin.

Assis autour d´une table basse, nous avions commencé à discuter comme de vieux amis, de tout et de rien. Ma Chantal, assise près de moi, Julie me faisait face. La belle rouquine portait une longue robe moulante qui lui allait comme un gant. Nous commencions à parler de nos derniers échanges par e-mail. Je demandais à Martin de me montrer les photos de leurs dernières vacances aux Baléares. Ce qu´il fit avec plaisir. Je découvrais avec Chantal ces quelques photos banales, d´un couple heureux. Marin et Julie amusés, guettaient nos réactions…

Je compris pourquoi en découvrant une photo étonnante. C´était bien la photo de nos amis, mais totalement nus. Chantal ne pu retenir un OOOUUUAAA admiratif. Julie lui demanda : « on te plaît? ». Mais c´était plus une affirmation qu´une question…Les photos suivantes étaient encore plus étonnantes. Ici Julie se tenait assise sur la table basse du salon, les cuisses ouvertes. Là, Martin assis sur le fauteuil se branlait. Chantal me prit la photo des mains et s´attarda un moment. Son regard se posa ensuite sur Martin qui lui lança un très beau sourire détendu. Chantal s´enfonça profondément dans le canapé et relevant sa jupe, nous offrit la vue superbe de son abondante toison pubienne.

La chaleur de la pièce, sa chaude luminosité et l´alcool aidant, nous étions de plus en plus détendus. C´est Julie qui prit l´initiative suivante et nous offrit le spectacle superbe de sa nudité. Elle riait, provocante. Elle avait de beaux seins lourds et ronds, des fesses superbes et des longues cuisses… Quelques kilos de trop lui donnaient l´apparence d´une Vénus des tableaux de Rubens. Chantal se leva et, à son tour, se mit à nu. Martin et moi, émerveillés, assistions bouches bées au spectacle de nos femmes nues et s´embrassant à pleine bouche.

Un regard nous suffit pour nous comprendre et, bientôt, Martin et moi étions aussi nus que nos Belles. Tous deux nous bandions comme des cerfs en rut. Tirant doucement Julie par les cheveux, je l´amenais à moi. Martin s´emparait de Chantal consentante. Il la conduisit vers le fauteuil où il la courba d´un coup, faisant ressortir son magnifique cul. Séparant ses larges fesses d´un coup, il l´embrocha soudainement. Fascinés, Julie et moi étions resté interdits devant cette scène. Ma Rouquine serra ma verge dans sa main. Je lui malaxais les seins avec ferveur.

Au bout d´un moment, Julie me prit par la main et m´entraîna près de Chantal et Martin toujours en pleine action. Elle s´assit sur le fauteuil et ouvrit ses larges cuisses. Puis, de ses doigts, elle écarta les lèvres de sa vulve. Le spectacle en valait la peine. Sans trop attendre et bandant comme un fou, je m´approchais. Ce fut elle qui de sa main, me guida vers son orifice. Elle était trempée, si bien que je n´eu aucune difficulté à m´introduire dans son con. Bouche ouverte, elle soufflait très fort et se caressait les pointes de ses seins durcies.

Tandis que je prenais Julie, Chantal avait tourné la tête vers nous. Elle gémissait et riait très fort. Le spectacle de Julie offerte sembla l´exciter encore davantage, si bien qu´elle se mit à accentuer le balancement de sa croupe. Alors que Martin la bourrait sévèrement son mouvement l´amenait vers la queue de son partenaire. Et chaque mouvement s´accomplissait dans un cri.

De notre côté, je ne ménageais pas ma monture, laquelle me suppliait de la baiser plus fort encore….

Auteur: ChantaletPaul atouexe

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *