Première fois entre copains

Je m’appelle Sandro. Arnaud et moi sommes amis depuis presque toute notre vie et jusque-là, nous n’avions jamais pensé l’un à l’autre d’une manière sexuelle. Je ne lui ai jamais demandé ce qui l’avait amené la première fois, ne voulant pas que l’un ou l’autre d’entre nous se retire si nous y pensions trop.

Nous étions seuls chez moi pendant la journée et nous jouions à Gran Turismo sur ma Playstation, comme tous jeunes hommes.

-Je ne sais pas pour toi, mais je suis chaud comme la braise, lance Arnaud nonchalamment après 2 heures de courses de voiture

Ça m’a complètement déconcerté. Quelle chose étrange à dire à haute voix, j’ai pensé, mais en fait, moi aussi. Quand j’ai réalisé que mon cœur sautait un battement.

-Où est-ce que ça va nous mener ? J’ai pensé. Veut-il faire… quelque chose avec moi ? Et soudain, je ne pensais plus qu’à éjaculer avec la main de quelqu’un d’autre plutôt qu’avec la mienne.

Au bout d’un moment, j’ai répondu.

-En fait… oui, très. Jusqu’à ce que tu le dises, je ne savais pas que je l’étais. Pourquoi ?

-Je ne sais pas pour toi, mais à ce stade, je me fiche de savoir avec qui je sors ma bite !

Je suis tout à fait d’accord avec lui sur ce point.

-Ouais, pareil. Je suis si excité que le premier venu fera l’affaire.

-Eh bien, nous sommes tous les deux ici et ressentons la même chose…

À ce moment-là, je voulais qu’il le dise à haute voix pour qu’il n’y ait pas de confusion.

-Et alors… quoi ?

-Ok, et ça alors. Toi contre moi et le gagnant se fait branler par le perdant, dit il en souriant

-Putain de merde, oui !

Ma première branlette potentielle et je n’allais pas la laisser passer. J’étais déterminé à gagner et après avoir joué avec lui et l’avoir regardé jouer, je savais que je le ferais.

Eh bien…. J’accepte, j’ai répondu rapidement.

Son sourire devint lascif et il répondit simplement :

-Je suis content qu’on soit d’accord.

La course n’a duré que quelques minutes. Je l’ai battu de 3 secondes.

-Eh bien, à toi de jouer alors ,dis-je en souriant lascivement.

J’attendais qu’il dise quelque chose, me demandant s’il allait reculer depuis qu’il a perdu ou s’il le pensait vraiment.

-Oui, c’est vrai dit-il en me regardant. Va à la tête de ton lit… et enlève ton pantalon.

Le désir était clairement visible sur son visage.

« Il va vraiment le faire ! »

J’ai lentement défait mon pantalon et je l’ai enlevé, restant allongé là, avec juste un t-shirt et un caleçon. Il a grimpé entre mes jambes et a passé ses mains le long de l’intérieur de mes jambes et sur ma bite qui grandissait rapidement. Finalement, une de ses mains s’est glissée sous mon caleçon et a saisi ma bite. J’ai lâché un petit soupir et il a simplement souri quand il a commencé à me caresser de haut en bas. Mon Dieu, c’était incroyable. Je me suis complètement concentré sur ses caresses, quand il a lâché prise et qu’il a tiré mon boxer d’un seul coup. Maintenant, ma bite en pleine érection se tenait au garde-à-vous devant lui.

-Beaucoup mieux ! Il s’est exclamé

Il a de nouveau enroulé sa main autour de ma bite et a commencé à caresser, tout en utilisant son autre main pour jouer avec mes testicules. C’était incroyable et je sentais déjà mon orgasme se développer. C’était rapide, mais je m’en fichais. Mais je voulais lui faire savoir que j’étais sur le point de jouir.

-Putain, c’est incroyable et si tu continues comme ça, je vais exploser dans une minute.

-Bon à savoir.

Il a commencé à me masturber de plus en plus vite. Il voulait vraiment que j’éjacule et j’ai donc laissé mon orgasme prendre le dessus. Il est arrivé plus vite encore quand je l’ai regardé caresser ma bite. Je voulais voir quand je venais dans sa main. Soudain, j’atteignis le bord et franchis le point de non-retour.

-Oh mon Dieu ! Je me suis exclamé

Des jets de sperme sont venus tout droit sur mon ventre exposé, sur toute sa main et même un peu sur son menton. Mon copain a continué de me masturber un peu avant de s’arrêter.

-C’était amusant, n’est-ce pas ? »

Il s’est exclamé et je n’ai pu répondre que par un signe de tête. Il s’est ensuite levé, a baissé son pantalon et son caleçon, puis s’est assis sur la chaise où il était assis auparavant et a commencé à caresser sa propre queue furieusement avec sa main trempée de sperme. J’ai regardé et j’ai été dépassé par l’envie de voir ce que c’était que de faire une branlette à un autre homme. Sans rien dire, je me suis assis sur le bord de mon lit et je lui ai écrasé les couilles avec une main. Il gémit doucement et presque comme s’il pouvait lire dans mes pensées, il lâcha sa bite et ma main remplaça la sienne quand je commençai à le caresser lentement. Depuis le temps, me voilà enfin à faire une branlette gay. Pas tout à fait homo, mais tout de même gay.

-Je suis déjà si proche. Fais-moi éjaculer, s’il te plaît !

Il m’a presque supplié. Qui étais-je pour lui refuser d’éjaculer son sperme dans la main d’un autre homme, alors j’ai commencé à lui caresser la bite plus rapidement. A peine dix secondes s’étaient écoulées avant qu’il ne commence à éjaculer son sperme aussi. J’avais couvert la tête de sa bite de mon autre main pour m’assurer que sa semence masculine n’irait pas partout, alors mes deux mains sont devenues de plus en plus collantes et couvertes de chaque jet. J’ai continué à caresser un peu après qu’il ait sorti son sperme, sa bite et ses couilles étaient maintenant couvertes de son sperme et pendant un moment je me suis demandé ce que ça ferait de le goûter, mais j’ai décidé de le laisser pour un autre jour.

-Alors, c’était comment ? Tu as l’air d’être très collant maintenant, dis-je en souriant lascivement.

-C’était… wow. Oui, je suis collant. Je dois aller nettoyer… dans une minute.

Il répondit dans un état de béatitude.

Au bout d’une minute ou deux, tous les deux assis là, en t-shirts, nous nous sommes regardés et nous nous sommes diriger vers la salle de bains et nous nous sommes nettoyés.

Après avoir nettoyé nos bites cote à cote, il a dû partir. Je l’ai accompagné jusqu’à la porte pour la fermer après lui quand il s’est retourné.

-A ma maison demain. Huit heures du soir. Il y en a encore plein d’autres qu’on devrait faire, c’est beaucoup plus amusant me dit-il avec un clin d’œil.

********************************************************************************

Comme il l’a demandé, à 20 h précises, j’étais là. J’ai frappé à la porte et après quelques secondes, il a répondu dans son caleçon.

« Ça va être intéressant. J’ai pensé. »

-Je suis là. Je peux entrer ?

-Avec grand plaisir !

La luxure était évidente sur son visage, ce qui a déjà fait grandir ma bite. Toute la journée, j’ai regardé des sites gay, des videos, des photos, des histoires aussi… et maintenant j’étais prêt à tout.

Je suis entré et il était évident qu’il était seul, ce qui n’était pas surprenant. Il m’a conduit dans son arrière-salle, où se trouvait son ordinateur et comme je l’ai regardé, il était ouvert sur diverses vidéos et pages Web porno gay.

Il veut donc vraiment aller beaucoup plus loin… Ça va être trop chaud, putain.

-Alors… c’est intéressant. J’ai dit en indiquant l’écran.

-Heh. Je cherchais d’autres choses amusantes qu’on pourrait faire et j’ai trouvé des choses intéressantes.

-Oh ? Comme quoi ?

-Comme ça.

Il a lancé une vidéo de deux jeunes gays en position 69. Ça s’est terminé avant qu’ils n’éjaculent l’un dans la bouche de l’autre, mais il faisait assez chaud.

-Ça a l’air super sexy, j’ai dit, prêt à me mettre à poil.

-Oh, je sais. Je l’ai regardé tout à l’heure et je suis si content que tu sois d’accord. Lis ça aussi ! Il m’a montré quelques sites Web décrivant des choses que les couples homosexuels peuvent faire.

J’ai simplement hoché la tête.

-Des idées ?

-Oui, et toi ?

-Oui.

Je me suis levé et je me suis mis en caleçon devant lui, ma bite en érection évidente dans mon boxer.

-Wow… s’exclama-t-il en regardant mon entrejambe.

-Oui. Enlève ton caleçon. Libère ta bite.

Le désir et les hormones avaient complètement pris le dessus pour nous deux.

Arnaud se leva et retira son caleçon, le jetant sur le côté. Sa bite était aussi droite que la mienne. J’ai avancé et je me suis agenouillé entre ses jambes, fixant sa queue.

-J’ai un préservatif. Tu veux que je le mette ?

-Putain, non.

J’ai dit ça juste avant que ma bouche a englouti sa bite. Il a laissé échapper un souffle étonné mais s’est rapidement détendu quand j’ai passé ma langue sur son doux gland de bite et qu’il a posé ses mains sur l’arrière de ma tête. J’ai continué, suçant et léchant sensuellement, goûtant le précum qui a coulé du bout de sa bite, jusqu’à ce qu’il me dise d’arrêter.

-Quoi ? J’ai demandé en espérant ne pas avoir fait quelque chose de mal.

-Rien. On échange, c’est tout. Retire ton slibard.

Il n’avait pas besoin d’en dire plus. Je l’ai tiré vers le bas et me suis assis sur la chaise à sa place et j’ai écarté mes propres jambes.

-Préservatif ?

-Non, non. Je veux tout sentir et tout goûter.

Ce commentaire m’a mis le feu à l’intérieur. Ma première pipe et de mon meilleur ami. Sa bouche a lentement glissé le long de mon manche et c’était fantastique. Arnaud n’en avait jamais donné auparavant, mais Dieu était-il bon. Sa langue claque continuellement l’arrière de la tête de ma bite, ce qui me fait haleter à chaque fois. Sa bouche était chaude et, de temps en temps, je sentais une fuite de ma bite avant d’être balayée par sa langue. Finalement, bien qu’il se soit arrêté et que mon cœur s’attriste, se demandant ce qu’il en était maintenant.

-Le goût est bon pour l’instant, Sandro. Il a dit en souriant. Je pense qu’on devrait être plus à l’aise maintenant.

Il s’est levé et est entré nu dans le salon. Je l’ai suivi, nu aussi, et je l’ai regardé allongé sur le canapé en cuir.

-Tu te joins à moi pour un 69 ?

Mes yeux se sont élargis quand je l’ai vu jouer avec lui-même pendant quelques instants.

-Oh mon Dieu, oui.

-Bien, monte sur moi.

J’ai fait ce qu’il m’a demandé. J’ai grimpé sur lui et je me suis positionné de telle sorte que ma tête était au-dessus de son entrejambe et que ma bite était juste au-dessus de sa bouche.

-Arnaud, tu es à l’aise comme ça ?

Je l’ai senti glisser très légèrement vers le bas, puis je lui ai répondu,

-Oh oui. Au fait, quand je suis sur le point d’éjaculer, ce que je vais faire, c’est serrer le haut de tes jambes ou tes fesses. Juste pour que tu saches quand reculer, car nous devrions y aller doucement et en profiter aussi longtemps que nous le pourrons.

-Hmmm, je suis totalement d’accord avec ça. Je ferai la même chose. Tu vas pouvoir bouger quand je me détendrai ? Parce que ma bite n’est sortie de ta bouche que parce que j’essaye de la garder hors de ta bouche.

-Plus maintenant… et je ne veux plus en être capable. C’est pour ça que j’ai glissé tout à l’heure. Il va faire si chaud que je ne peux pas m’éloigner de ta bite lancinante.

-Ohh mon dieu…. Cette image…. Ça va être dur de ne pas jouir vite maintenant.

-Eh bien, j’irai doucement si tu le fais.

-Marché conclu. J’ai dit pendant que je me détendais, abaissant ma bite lancinante dans sa bouche chaude, le piégant dans la même position.

J’ai entendu gémir mon petit homo de copain quand je l’ai senti se mettre à me tailler une pipe. J’ai respiré et avalé autant de sa bite dure que j’ai pu. Les minutes se sont écoulées pendant que nous travaillions lentement l’un sur l’autre sur les bites, léchant, suçant et massant les couilles de l’autre. Je l’ai senti me serrer le cul et j’ai reculé, voulant que ce soit aussi agréable pour nous deux. Puis j’ai senti mon orgasme se développer alors qu’il commençait à sucer fort et avant que le point de non-retour ne s’approche, je lui ai serré le cul et lui aussi a reculé.

Nous avons répété de nous amener l’un l’autre au bord du gouffre, puis de nous serrer et de nous éloigner encore deux ou trois fois. Nous étions tous les deux rouges, chauds et en sueur, mais aucun de nous ne s’en souciait. Tout ce qui comptait, c’était l’extase qu’on ressentait. Le précum venait maintenant presque continuellement de nos deux pénis. Chaque léchage apporterait du goût. Cela devenait presque addictif et je savais que bientôt je voulais son propre sperme dans ma bouche. Mon orgasme s’est encore amélioré et j’ai serré. Presque au même moment, il s’est fait écraser par le cul. Tandis que nous refaisions marche arrière, une pensée sale m’a traversé l’esprit. Je n’avais aucune idée si je voulais le faire, mais ce n’était pas trop loin de ce qui se passait déjà. J’ai été tendu et soulevé par la bite de sa bouche.

-Arnaud. Un instant. Un instant. J’ai eu une pensée vraiment sale et chaude.

-Tirez. Oh combien j’en avais envie.

-Ejaculons ensemble, en même temps. J’ai cette image dans ma tête de toi enveloppant tes jambes autour de ma tête, me forçant à rester sur ta bite pendant que tu éjacules, m’obligeant à avaler ta charge pour que je ne m’étrangle pas. En même temps, tu es incapable de bouger avec ma bite qui palpite dans ta bouche, incapable de t’éloigner quand j’explose et que je t’inonde la bouche de mon sperme, te forçant à tout avaler désespérément pour que tu puisses respirer. On s’avale tous les deux en même temps.

-Inonder ma bouche déjà pleine ? Hmmmm, on dirait que ça va être un défi amusant. J’ai dû vraiment essayer de ne pas éjaculer tout de suite après avoir entendu ça.

-Eh bien, mettons-nous au bord du gouffre de temps en temps…

Je n’ai pas fini car j’ai recommencé à sucer la bite d’Arnaud et j’ai remis la mienne dans sa bouche. Il n’a fallu presque pas de temps du tout pour s’amener l’un l’autre au bord du gouffre. Nous avons serré pour la dernière fois et nous nous sommes arrêtés. J’étais si désespérée de jouir, j’étais presque fou de désir et d’après le sentiment de la pipe d’Arnaud, il ressentait la même chose.

-Alors, tu es prêt pour ça ?

-Putain, oui ! Remplis ma bouche de ta charge salée et comme je le ferai avec la tienne. On a tous les deux tellement envie de jouir !

-Alors tire-moi vers le bas sale garçon !

Je l’ai senti enrouler ses jambes autour de ma tête et me forcer à descendre sur sa bite qui tremblait et j’ai forcé la mienne dans sa bouche chaude et offerte.

Je voulais le faire jouir juste avant moi pour qu’il se concentre sur sa propre joie orgasmique comme la mienne le prendrait par surprise. J’ai sucé aussi fort et aussi vite que j’ai pu le faire courir pour faire l’autre sperme. J’ai senti mon bord s’approcher rapidement, sachant que c’était cette fois-ci et que je serais forcé de le dépasser, forcé de jouir dans la bouche de mon meilleur ami. J’ai sucé fort et j’ai senti sa bite se contracter, sachant que c’était là, juste au moment où j’étais sur le point d’être forcé de passer par-dessus mon bord. Son premier jaillissement était puissant, chaud, salé et massif. Quand j’ai commencé à avaler, j’ai perdu tout le contrôle que j’avais sur mon propre orgasme et j’ai laissé tomber. Une autre giclée dans ma bouche quand j’ai explosé dans la sienne. Je l’entendis grogner en le prenant par surprise, ce qui me fit ensuite être surpris par sa prochaine poussée. Cela s’est produit à maintes reprises alors que, pendant la demi-heure qui a suivi, nous nous sommes tous les deux bercées ensemble, en grognant l’un l’autre alors que nous nous remplissions la bouche l’un l’autre et que nous luttions pour avaler. Finalement, nous nous sommes tous les deux arrêtés et j’ai roulé de lui et sur le sol.

-Putain de merde…. c’était trop chaud ! J’ai dit haletant.

-Si sexy, si sale et si drôle. Arnaud a répondu.

-Et maintenant ?

-Eh bien, tu peux rester ici cette nuit. Même si ta maison n’est qu’à quelques minutes d’ici.

-Vraiment ? Ok, alors.

Je savais qu’il voulait que je sois là plus tard pour plus de plaisir. J’avais lu et vu les choses qu’il m’avait montrées et si c’était le cas pour certains d’entre eux, alors j’étais partant.

Mais c’est pour une autre fois si on le veut.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *