Plaisirs interdits d’une avocate

histoire sexe plaisirs avocate bisexuelle

Sarah, qui s’habillait pour le travail dans son tailleur bleu d’avocate, a décidé que la vie n’était pas finie. Ce n’est pas parce que son mari a décidé, à 35 ans, que la prêtrise était sa véritable vocation dans la vie, que sa vie à elle devrait être finie. Elle n’avait pas eu de rapports sexuels depuis trois mois et, bien qu’elle connaisse la fellation et le cunnilingus, ces expériences étaient vraiment de lointains souvenirs.

La prêtrise ! Pour l’amour du Christ, pourquoi ne lui a-t-il pas simplement dit qu’il était gay ? De toute façon, il lui disait qu’elle n’était pas assez, qu’il lui manquait quelque chose. Bien sûr, il a nié tout cela, lui assurant que ce changement de vie n’avait rien à voir avec elle. C’est sûr ! C’est vrai !

Sarah se regarde dans le miroir. Pas mal, pense-t-elle. Pas mal du tout. Une blonde de plage méditerranéenne jusqu’au cou. Pas grand-chose à partir du cou, mais c’est la faute de la combinaison. Sans elle, un observateur verrait le corps d’une jeune femme de 25 ans très en forme, et bien proportionnée. L’observateur ne penserait jamais qu’elle a en réalité 35 ans.

Le costume. Que faire du costume ? Pas de comparution au tribunal. Pas de réunions avec des clients. Et c’était vendredi. Le cabinet d’avocats de Sarah n’a pas de politique vestimentaire. Ses huit associés – sept hommes et Beth – s’habillaient toujours de façon professionnelle. Au fil du temps, cependant, les hommes sont passés du costume au pantalon et à la veste, puis, de temps en temps, à une tenue « décontractée ». Sarah et Beth, elles, n’ont pas fait ce changement. Sarah a toujours pensé qu’en tant que femme, sa vie n’incluait pas de s’habiller de façon « décontractée » dans un cabinet d’avocats.

« Et puis zut », dit Sarah à voix haute devant le miroir alors qu’elle commence rapidement à se déshabiller. « Ce n’est pas comme si quelqu’un pouvait me virer ». Elle enlève la veste, la jupe, le chemisier et les collants. Dans le placard, Sarah a cherché une jupe « au-dessus du genou » qui allait bien avec un T-shirt noir en soie. Elle enfile les nouveaux vêtements (sans les collants) et les sandales. « Ça a l’air bien », dit Sarah, en se demandant ce qui l’a poussée à changer de vêtements et à commencer à se parler à elle-même.

Dans sa Range Rover, Sarah a décidé de s’offrir un café au lait. Elle avait arrêté d’aller au Starbucks, décidant qu’elle devrait surveiller les euros. En arrivant, elle a trouvé un défilé de grandes boîtes sur roues, dont aucune, elle en était certaine, ne transportait plus d’une personne ou quoi que ce soit de « tout-terrain ». Ah bon, se dit-elle, il y a 20 ans, c’était des petites Beemer. Tout le monde doit se conformer !

En entrant, Sarah aperçoit son ancien garçon de comptoir. Barista ? Peu importe, il n’avait pas changé. 22 ans, s’il était un jour, chargé de physique et de charme. « Se souviendra-t-il de moi ? », se demanda-t-elle, « et en quoi cela m’intéresse-t-il ? ».

« Café latte, très chaud, c’est ça ? ».

« Huh », dit-elle.

« Votre commande, Sarah. »

Il connaît mon nom. Et ma commande. Mon Dieu, étais-je à ce point une bonne cliente ?

« Bien sûr, c’est ça », dit-elle. « Mais comment t’en es-tu souvenu ? Je parie que je ne suis pas venue ici depuis six mois. »

« Et pourquoi ça ? »

Nous sommes en train d’avoir une conversation, pensa-t-elle. Pourquoi ? Et qu’en est-il de la file d’attente derrière moi ? Par réflexe, elle a jeté un coup d’œil derrière elle. Il n’y avait personne.

« Je me suis beaucoup absentée », marmonna-t-elle, gênée d’admettre qu’elle avait essayé d’économiser quelques euros. « Mon Dieu, se dit-elle, ressaisis-toi. Tu es avocate. Les gens te paient 250 euros de l’heure et tu es nerveuse dans une conversation avec un jeune voyou qui, s’il ne vendait pas du café, serait en train d’écoper des glaces ou d’ensacher des frites. »

Sarah a payé et est restée debout, regardant des marchandises qui ne l’intéressaient pas du tout.

« Voilà ton café au lait, Sarah. Tu habites dans le coin ? »

« Oui », a-t-elle répondu automatiquement. « Pourquoi ? »

« Je me suis dit que je t’appellerai un jour. Peut-être qu’on pourrait écouter un peu de musique ou quelque chose comme ça. Se secouer un peu. »

« Non, je ne pense pas », dit-elle en attrapant le café au lait et en évitant de justesse un homme qui s’était avancé derrière elle.

« Où sont mes putains de clés ? Où sont mes putains de clés ? » Sarah n’arrivait pas à comprendre pourquoi elle était si angoissée, mais elle savait qu’elle devait maîtriser ses émotions.

En arrivant à son bureau, Sarah s’est arrêtée à la réception pour vérifier s’il y avait du courrier et des messages. Les vieilles habitudes ont la vie dure, se dit-elle, car le courrier est maintenant distribué à son bureau et les messages sont laissés sur la boîte vocale.

Cet arrêt lui a toutefois permis de rencontrer un client dans le hall d’entrée, le coursier du bureau et la réceptionniste. De manière différente, ils lui ont tous fait savoir qu’elle avait été remarquée.

Le client, un homme qu’elle a reconnu mais qu’elle n’a jamais rencontré, est un courtier local. Riche. Grand, comme le sont les hommes puissants sans être gros. En forme, pour un homme d’environ 60 ans. Bien soigné. Et célibataire, un fait qu’elle connaissait parce que son bureau s’était occupé de son divorce.

Bertrand F. l’a examinée de fond en comble, comme si elle lui appartenait. Rien, de la chair de poule qui se développe rapidement sur ses jambes et ses bras à l’érection des tétons, ne semble lui échapper. Lorsqu’il eut fini de la regarder, il détourna le regard, retourna à son magazine et porta discrètement la main à son entrejambe pour faire un petit (grand ?) ajustement anatomique.

Jérémy était le garçon de bureau. Beau et costaud, il avait le cerveau d’un moucheron et une capacité d’attention d’une durée non mesurable. Sarah avait supplié le chef de bureau de le renvoyer.

Jérémy n’avait pas la finesse de M. Bertrand. Il a dit, d’une voix trop forte, « Wow, Sarah », ce qui a fait rougir profondément le visage de Sarah, la peau est restée en chair de poule et ses tétons sont devenus plus gros et plus durs.

Hélène, la réceptionniste, a regardé la scène se dérouler pendant les 15 ou 20 secondes, curieuse de savoir ce que Sarah allait faire. Hélène, âgée d’une quarantaine d’années, était l’image même de l’élégance givrée. Des cheveux parfaits, du maquillage et un tailleur d’été. Pas de tenue décontractée pour elle.

Alors que Sarah s’éloignait de la réception, Hélène lui a fait signe de revenir. « Il faut qu’on parle », a-t-elle chuchoté à l’oreille gauche de Sarah. « Bippe-moi ».

Sarah s’est dirigée vers son bureau, sa mallette à la main, en réfléchissant à la situation du hall d’entrée. Est-ce que M. Bertrand a vraiment ajusté son pénis, et est-ce que c’est à cause de moi, se demande-t-elle. Pourquoi Jérémy, la tête en l’air qui l’a probablement fait à l’envers avec des pom-pom girls blondes de 45 kilos, plus bêtes que lui, la trouve-t-il assez attirante pour faire une scène alors que, d’habitude, il la fuyait, craignant pour son emploi ? Et que veut Hélène ?

En s’installant dans son bureau, Sarah se sent humide. Son front était mouillé et, plus important encore, ses parties intimes n’étaient pas « propres et sèches ». Elle savait qu’elle s’était douchée, bien séchée et poudrée. Alors pourquoi cette humidité ?

Sarah n’a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir à la question, car Tom (son partenaire/mentor) est entré, suivi de Bertrand.

« Sarah, tu connais Bertrand, n’est-ce pas ? »

« Non, je ne pense pas que nous nous soyons rencontrés, mais je sais beaucoup de choses sur vous, toutes bonnes, bienvenue, asseyez-vous s’il vous plaît », dit Sarah dans une précipitation de syllabes, sachant que son corps se dirigeait vers le mode chair de poule/blush/érection de mamelons.

Les hommes s’assirent, Tom essayant de comprendre ce qu’il manquait et Bertrand ayant l’air perplexe. Bertrand prit les devants.

« Sarah, je sais que nous ne nous sommes jamais rencontrés, mais Tom a toujours dit beaucoup de bien de ton travail. J’ai quelques litiges à régler et j’en ai assez de payer les prix de Bauer et autres cabinets de voleurs. Ça t’intéresse ? »

Sarah s’est recentrée, a étouffé le « hein » qui a failli s’échapper de ses lèvres et a répondu « bien sûr » avec tout l’enthousiasme dont elle était capable. Soudain, elle se rendit compte que l’humidité entre ses cuisses était revenue. Quelle journée !

Bertrand la regarda et lui dit, de façon très précise, qu’il espérait qu’elle aurait le temps de se concentrer sur le travail. Puis il lui a fait un clin d’œil et a proposé qu’ils fassent connaissance autour d’un déjeuner.

Sarah, toujours en transe, a dit « bien sûr » et s’est levée de sa chaise pour se diriger vers son sac à main. Bertrand, en riant, a regardé sa montre et lui a demandé si elle déjeunait souvent à 9 h 15 le matin.

Sarah a rougi très fort et, sur ce, a répondu « quand ». Bertrand a dit qu’il appellerait, Tom a secoué la tête et les hommes sont partis.

Sarah s’est dirigée vers la porte, l’a fermée à clé et s’est affalée sur sa chaise. Totalement épuisée, elle regarda sa montre et remarqua qu’il n’était que 9 h 16. « Mon Dieu, marmonna-t-elle, je suis prête à me coucher et je viens juste de me réveiller. »

Ce qui préoccupe immédiatement Sarah, c’est l’humidité. En remontant sa jupe, elle a examiné ses bikinis. Ils empestaient les sécrétions vaginales. Bon sang, se dit-elle, je pue !

Sarah était une femme de caractère et sûre d’elle. Elle savait qu’elle devait prendre le contrôle d’elle-même. S’appuyant sur sa formation d’avocate, elle s’est détachée mentalement de son état émotionnel et a évalué sa situation. « Évalue. Réévalue. Agis. » C’était son mantra.

Sarah s’est levée, a déverrouillé la porte et est retournée à son bureau. En s’asseyant, elle a appuyé sur le bouton de son interphone.

« Zoé, s’il te plaît, viens ici tout de suite. »

Zoé, l’assistante dévouée de Sarah, est entrée en courant. « Qu’est-ce qu’il y a ? », a-t-elle demandé.

« C’est mon heure, et j’ai merdé ce matin. Peux-tu te précipiter à la boutique de lingerie d’à coté et m’acheter une culotte avant que je ne mette le bazar ? »

« Quel style ? », demande-t-elle, connaissant la taille de Sarah. « Un slip. »

« Non, ah, ah, vois si tu peux trouver un string. C’est, ah, c’est cette jupe que je porte. Si je porte un slip, ça va se voir. »

« Je reviens dans un instant », promet Zoé.

Sarah s’est mise au travail, laissant ses sentiments derrière elle. En une demi-heure, elle a parcouru son courrier et ses courriels, facturant près de deux heures de « réception et critiques ». Le coup frappé à la porte l’a fait sursauter.

« Je suis de retour », dit Zoé. « J’espère que ça ira. »

Sarah a à peine levé les yeux, sentant le rougissement et la chair de poule. « Laisse-le sur la chaise. Merci, et je te rembourserai avant le déjeuner. Oh, et s’il te plaît, ferme la porte. Merci encore. »

Dès que la porte s’est refermée, Sarah a enlevé son slip de la main gauche et attrapé le sac en papier de la main droite.

Le string était en satin noir, plus sexy que tout ce qu’elle possédait et pas ce à quoi elle s’attendait de la part de Zoé.

En tirant sur le string, Sarah se rend compte qu’elle n’a guère résolu son problème. Elle était aussi mouillée qu’avant, rien que d’avoir enlevé une culotte dans son bureau et d’avoir vu et senti le nouveau string.

« Évalue. Réévalue. Agis. »

Elle a rapidement retiré le string et l’a placé, avec le slip taché, dans le tiroir du bas de son bureau, derrière la boîte de cartes de vacances restantes de l’année dernière. Elle a attrapé quelques mouchoirs en papier, s’est séché l’entrejambe et s’est assise en plaçant des mouchoirs en papier non froissés sous son entrejambe. Elle s’est rappelé qu’elle ne devait pas se lever de son siège sans avoir trouvé une solution permanente à sa situation.

Sarah a travaillé, solidement, pendant une heure et demie environ. Heureuse de ses progrès et de sa production matinale – 4,75 heures facturables entre 9 h 15 et 11 h 45 – elle commençait tout juste à penser à l’endroit où elle devrait se procurer des plats à emporter lorsque son téléphone a sonné.

« Sarah, Bertrand. On se retrouve pour le déjeuner ? »

Sarah a fait une pause, rassemblant ses idées alors qu’elle sentait la rougeur, la chair de poule et les mamelons durcir. Prête à dire oui, Sarah a demandé à Bertrand où et quand. Lorsqu’il lui a dit qu’il pouvait la rencontrer dans dix minutes et l’emmener au restaurant dans la tour voisine, elle a « entendu » son mantra et a suggéré qu’ils se rencontrent à 12 h 45, dans environ une heure. Bertrand a accepté et ils ont mis fin à l’appel.

Son mantra ne disait pas à Sarah qu’elle devait se comporter comme une avocate. Au contraire, son mantra lui a dit qu’elle ferait mieux d’avoir un orgasme avant de partir déjeuner, sinon elle se ridiculiserait au restaurant !

Sarah réfléchit à ses choix. Une cabine dans les toilettes des dames lui semblait très vulgaire et pas très privée. Son bureau – avec une porte verrouillée et un bouton « Ne pas déranger » enfoncé sur son téléphone – serait plus privé, à moins que quelqu’un ne l’entende.

Soudain, Sarah a vu la solution à son problème. La salle de crise du cabinet – où se déroule la préparation du procès – a une porte verrouillée et, plus important encore, un verrou sur la porte du placard. Elle ne pensait pas que quelqu’un s’y aventurerait pendant l’heure de midi et elle était très expérimentée dans l’art de l’autostimulation manuelle. Ça va marcher !

Le placard était sombre et à peine assez grand pour une personne. Parfait (tant que personne ne passe).

Bientôt, la main gauche de Sarah a quitté sa bouche pour rejoindre sa main droite. La main droite sur son clitoris, la main gauche dans son vagin, elle caresse et plonge. Elle savait qu’elle devait se dépêcher, mais elle prenait trop de plaisir ! L’heure et le fait de se faire prendre n’étaient pas des questions sur son écran radar.

« Toc, toc. Il y a quelqu’un ? »

Hélène, la réceptionniste, venait d’entrer dans la salle de crise. Une réunion était prévue à 14 heures et elle aimait s’assurer que la pièce était prête à accueillir ses occupants.

Les bras de Sarah se sont arrêtés au milieu de leur course/plongée, lorsqu’elle a entendu la voix d’Hélène. Dieu merci, se dit-elle, ce n’est qu’Hélène.

Utilisant sa voix pour masquer le bruissement de sa jupe et le bruit de la fermeture éclair, Sarah a appelé Hélène pour lui dire qu’elle cherchait un classeur à feuilles mobiles dans le placard et qu’elle s’y était enfermée. Le temps qu’Hélène arrive à la porte et l’ouvre, Sarah était de nouveau habillée correctement (bien que sans culotte) et espérait qu’Hélène ne remarquerait pas l’odeur ou son comportement très agité.

Habituée à prendre l’offensive, Sarah demande à Hélène de faire vérifier immédiatement la serrure de la porte. Elle lui dit également que quelqu’un doit vérifier le système de refroidissement du bureau, car le placard est très chaud.

Sarah est arrivée au restaurant à 12 h 40. Bertrand F. l’attendait dans le hall de l’ascenseur. Lorsqu’elle est descendue de l’ascenseur, il l’a saluée et lui a demandé si elle voulait prendre un verre avant le déjeuner.

Les avocats – les avocats qui travaillent pour gagner leur vie et qui travaillent toute la journée – ne boivent pas à l’heure du déjeuner. Lorsqu’ils le font, la journée se termine tôt et les objectifs « facturables » ne sont pas atteints.

« Un martini serait parfait », dit Sarah en se demandant qui venait de prononcer ces mots.

« Bien », a répondu Bertrand. « Nous allons boire un verre et je te mettrai au courant de ce dont j’ai besoin. Comme ça, nous pourrons profiter du déjeuner. »

Pendant que Sarah et Bertrand discutaient du litige – un très bon litige commercial qui pourrait occuper Sarah, par intermittence, pendant plus d’un an – Jérémy faisait le ménage dans le bureau l’après-midi. Le cabinet avait constaté, au fil des ans, que les matinées et l’heure du midi avaient tendance à générer beaucoup de déchets. Les avocats qui prenaient leur petit déjeuner et leur déjeuner dans leur bureau et qui jetaient les résidus à la poubelle avaient un peu perdu l’ambiance soigneusement et chèrement acquise par le cabinet.

En entrant dans le bureau de Sarah, Jérémy s’est réveillé de son sommeil ambulant. En s’approchant de son bureau, il se dit : Mon Dieu, j’aimerais la baiser.

Attrapant la poubelle, Jérémy enleva le sac en plastique et ouvrit sans réfléchir le sac supplémentaire que l’équipe de nettoyage avait laissé au fond de la poubelle. Alors qu’il s’éloigne, ses yeux s’arrêtent sur le papier qui se trouve sur le sol. En se penchant pour le ramasser – ce qu’il n’aurait pas pris la peine de faire dans n’importe quel autre bureau – l’odeur l’a frappé. De la chatte !

Sarah est revenue au cabinet. Elle était hébétée, réalisant à quel point elle avait été proche d’aller quelque part et de baiser avec un client. Un client ! Elle connaissait la règle d’éthique qui veut qu’on ne couche pas avec les clients à l’envers et à l’endroit, et elle savait aussi à quel point elle avait failli l’enfreindre.

En se rendant directement à son bureau, Sarah n’a même pas remarqué qu’Hélène avait quitté son bureau et l’avait suivie. Alors qu’elle s’assoit sur sa chaise et soupire, Sarah voit Hélène debout dans l’embrasure de la porte.

« Quoi ? » dit Sarah, se donnant l’air d’une enfant de 12 ans qui sait qu’elle s’est fait prendre et qui pense que « effrontée » est l’attitude la plus sûre.

« Il faut qu’on parle. »

« De quoi ? »

« Du placard de la salle de crise ».

Sarah est devenue rouge comme une betterave. « Qu’est-ce que c’est ? »

« Je sais ce que tu faisais là-dedans. »

« Hein. Quand ? » Le cerveau de Sarah était embrouillé par l’alcool. Mon Dieu, combien avait-elle bu ? Et en plein milieu de la journée.

« Oh, c’est vrai », marmonne Sarah, son esprit la ramenant à sa séance de tabassage. « S’il te plaît, demande à quelqu’un de commander plus de stylos. Je n’ai pas trouvé les pointes fines en bleu. »

« Voici mon adresse, Sarah », dit Hélène en se déplaçant vers le bureau et en y déposant un bout de papier. « Je te verrai à dix-neuf heures ce soir. Enfile quelque chose de confortable avant de venir. »

Sur ce, Hélène s’est retournée et a quitté la pièce en balançant ses fesses parfaites à chaque pas.

Sarah s’assoit, abasourdie. Hélène lui faisait-elle des avances ? Hélène était une femme. Elle n’avait pas l’habitude de se comporter comme une lesbienne. Et où Hélène prenait-elle son pied en se montrant si sûre d’elle et si autoritaire ?

Sarah porte une jupe en coton et un t-shirt. Elle porte également le nouveau string que Zoé lui a acheté.

En fermant sa voiture et en se dirigeant vers l’immeuble, Sarah se sent humide. Bon sang, se dit-elle, vais-je vraiment me mettre avec Hélène ?

Hélène regarde Sarah s’approcher. Elle portait une robe en soie et rien d’autre. Pas de chaussures. Pas de soutien-gorge. Pas de culotte. Elle aussi était en train de crémer, mais elle n’avait aucun doute sur ce qui allait se passer.

Vérifiant l’éclairage, Hélène se dirigea vers la porte, prévoyant de l’ouvrir juste avant que Sarah ne sonne. Elle y parvint et, lorsque la porte s’ouvrit, elle vit Sarah, surtout ses yeux et son nez. Quel spectacle ! Ses yeux semblaient vouloir sortir de sa tête sous l’effet de l’excitation. Ses tétons dépassaient de son t-shirt. Et son odeur a confirmé à Hélène que Sarah était très, très prête.

Sarah regarde son hôtesse avec les yeux. Elle savait, sans l’ombre d’un doute, pourquoi elle était ici. Et elle était prête. Toutes les frustrations de la matinée et du début de l’après-midi remontaient en elle comme si elles se battaient pour s’échapper. Elle savait qu’elle était prête pour un orgasme massif, et qu’il pouvait survenir rapidement.

Hélène tendit la main vers Sarah, s’attendant à la serrer poliment mais amicalement dans ses bras. Elle ne s’attendait certainement pas à la ferveur de Sarah et n’était pas prête, pas du tout, pour la main droite qui a saisi la fermeture éclair, l’a tirée vers le bas et, avec l’aide de la main gauche de Sarah, a poussé la robe de soie de ses épaules. Ni au pied droit qui a fermé la porte d’entrée d’un coup de pied.

Hélène se regroupe rapidement, tire le visage de Sarah vers le sien et l’embrasse fermement sur les lèvres. Les bouches s’ouvrent et les langues s’explorent rapidement. Entre-temps, Sarah a écarté son corps suffisamment pour faire glisser la robe d’Hélène de ses bras, révélant ainsi ses seins. Sarah a rapidement détaché ses lèvres de celles d’Hélène, descendant rapidement le long de son cou jusqu’à ses mamelons, prenant chacun d’eux dans sa bouche et les suçant avec sa langue et ses dents de devant.

Hélène était hors d’elle. Elle était sûre que Sarah n’avait jamais fait l’amour avec une femme. Elle s’était préparée à séduire Sarah et, si nécessaire, à la faire chanter avec ce qu’elle avait vu et supposé pendant les escapades de Sarah au bureau. Maintenant, cette novice l’a laissée bouche bée et prête à se laisser faire !

Sarah était tellement préoccupée par la facilité avec laquelle elle pouvait baiser une femme qu’elle n’a pas réfléchi au fait qu’Hélène était censée la séduire. Elle était encore toute habillée, mais elle avait l’impression qu’elle pouvait venir à l’improviste. Et elle était prête !

Sarah s’est mise à genoux et a retiré la robe d’Hélène de ses hanches et de ses fesses. Wow, pas de poils : Je n’ai jamais vu une chatte nue. Ou un clitoris distendu. Et je n’ai jamais rien senti d’aussi érotique. Sarah s’est penchée et ça l’a frappée. « Je suis sur le point de mettre ma langue là où elle n’a jamais été auparavant.  » Après avoir hésité juste assez longtemps pour convaincre Hélène qu’elle était vraiment vierge de toute chatte, Sarah a commencé à lécher. Elle a d’abord essayé la chatte d’Hélène, incapable de résister à l’odeur et au goût. Elle est remontée du fond, presque jusqu’au clitoris. Cool ! Sarah a été tellement impressionnée par cette nouvelle expérience qu’elle n’a pas pu empêcher un sourire de se dessiner sur son visage.

Hélène a vu le sourire. « C’est trop amusant ! Mlle l’avocate parfaite, aime les chattes. Peux-tu t’imaginer ? « 

Hélène s’est penchée, tirant Sarah en position debout et, une fois de plus, l’a embrassée. Cette fois, cependant, le baiser était très doux et lent. Quand Hélène s’est détachée, elle a approché ses lèvres de l’oreille gauche de Sarah et a murmuré : « C’est amusant, n’est-ce pas ? » Sarah ne peut que hocher la tête, prête à se laisser faire.

Hélène a doucement déplacé Sarah vers le canapé et l’a allongée, à moitié allongée et à moitié déshabillée. En commençant à enlever la jupe de Sarah, Hélène s’est mise à lui chuchoter à l’oreille. Sarah s’était toujours interrogée sur les mots doux, et maintenant elle savait ce que c’était. Pour la première fois de sa vie, elle a l’impression de savoir ce que signifie le mot « bonheur ».

Une fois la jupe de Sarah enlevée, Hélène se met au travail sur le string de Sarah. Mouillé comme il l’était, il présentait des taches d’humidité sèche qui lui indiquaient que Sarah avait été excitée dans cette culotte. Comme c’est érotique de ne pas avoir changé de sous-vêtements, pense Hélène.

Hélène commence à pincer le string avec ses dents et ses lèvres, appréciant la façon dont Sarah rebondit. Tout en continuant, elle utilise son bras gauche pour soulever les jambes de Sarah sur le canapé et l’allonger à plat.

Hélène pensait que Sarah était prête à jouir, sans même qu’on lui ait touché le clitoris. Elle s’est arrêtée un instant, voulant que Sarah la supplie. Au moment où elle a commencé à descendre ses lèvres vers le string, Hélène a entendu des voix derrière sa porte. Des voix d’hommes.

Sarah s’est perdue dans le monde pendant un moment, se demandant pourquoi Hélène s’était arrêtée. Elle ouvre les yeux et voit Hélène se tourner vers la porte, le bruit d’une clé dans la serrure et des voix. Des voix d’hommes. Des voix d’hommes bruyantes.

« Mec, attends ici, j’en ai pour une seconde « , dit Jérémy en poussant la porte.

« Sors, sors, je t’ai dit de ne pas être là ce soir, n’est-ce pas ? » hurle Hélène. « Tu es censé être sortie d’ici ».

« Désolé, mais j’ai oublié ma carte d’identité. » Jérémy s’est arrêté de parler alors qu’il prenait connaissance de la scène. Son amante et collègue de travail était nue, avec sa robe en soie en tas sur le sol. Une femme qui ressemblait aux nichons en sucre du travail était allongée sur sofa.

« Mec, entre, tu ne vas pas le croire ».

Un grand type bien bâti entra, regarda rapidement Hélène qui essayait de couvrir ses seins et sa chatte et jeta un coup d’œil sur le canapé. « Est-ce que c’est ça, s’est-il demandé. Oui, c’est bien elle. Sarah de Starbucks ! « 

Sarah a tout absorbé rapidement. Jérémy, le cerveau d’un moucheron, sans aucune valeur, avait la clé de l’appartement d’Hélène et avait laissé sa carte d’identité sur place. « Dude » était son barista, un ami de Jérémy et un type qui a détourné le regard d’Hélène pour lui jeter un coup d’œil.

« Merde merde merde merde. Qu’est-ce que je fais ici, bordel ? »

[button link= »https://www.erosto.com/produit/plaisirs-pour-avocate » type= »big » color= »green »] La suite de cette histoire[/button]

Aurelien

Coquin amoureux de la plume et des belles photos, Erosto, m' est comme un petit boudoir coquin permettant de mettre par écrit les plaisirs sexuels, les histoires érotiques et les nombreux conseils coquins pour les couples, les hommes et les femmes qui aiment comme moi pimenter leur vie sexuelle et agrémenter les soirées torrides pour le seul plaisir du partenaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *