Pente glissante

Chapitre 1

Le mois dernier, David n’avait pas baisé.

« Ecoute, ça n’a rien à voir avec toi, je te le jure », promet sa femme Cassandra, en touchant doucement la joue de son mari alors qu’ils se préparent à aller au lit. « Je dois juste écouter ces CD d’autohypnose, et je ne peux le faire que si tu me laisses tranquille. »

Cassandra, une belle femme aux formes généreuses et aux magnifiques cheveux noirs, avait commencé à écouter ces cassettes d’auto-hypnose il y a environ un mois. David et elle essayaient de tomber enceinte depuis des mois, et là où la science et les hormones avaient échoué, elle croyait que l’hypnose réussirait.

« Écoute, tu ne te rends pas compte que c’est ridicule d’essayer de tomber enceinte sans faire l’amour ? » David demande, exaspéré, mais sa superbe femme n’en démord pas.

« Cette cassette dit que si je l’écoute tous les soirs pendant 60 jours, elle va doucement aider à reprogrammer mon cycle fertile pour qu’il soit plus réceptif à ton sperme », a expliqué Cassandra. Elle a ajouté : « Laisse-moi faire ça, s’il te plaît ? Ça peut sembler fou, mais je pense que ça pourrait marcher. »

David n’avait pas pu refuser quoi que ce soit à sa belle épouse, depuis trois ans qu’ils étaient mariés. Il avait supporté les cristaux dans la salle de bain, le fait qu’elle brûle de la sauge dans la cuisine, et les déchets feng shui qui l’avaient obligé à se débarrasser de son fauteuil inclinable préféré.

Sa demande d’une heure de solitude, allongée nue dans le lit pendant qu’elle écoutait ses cassettes d’hypnose, n’était pas si difficile à accepter, en comparaison.

Enfin, c’est ce qu’il avait pensé au début. Mais un mois plus tard – après quatre semaines entières sans sexe – ça commençait à le rendre fou.

Tous les soirs, vers 20 heures, Cassandra l’embrassait et se retirait dans la chambre. Ce n’est qu’à 22 heures, après la fin de sa cassette de deux heures, que David était autorisé à se mettre au lit.

Et toutes ces nuits, alors qu’elle se glissait nue sous les couvertures, elle s’était endormie.

La première ou la deuxième semaine, David avait essayé de la tirer de son sommeil à sa manière typiquement masculine. Il s’est blotti contre son corps nu et l’a touchée avec son érection, en espérant que ça la réveillerait et la mettrait d’humeur.

Pas de chance. Elle est restée allongée.

La semaine suivante, il a murmuré doucement son nom : « Tu es réveillée, chérie ? »

Et toujours rien.

Pendant le reste du mois, le mari frustré s’est couché avec une érection furieuse et est resté allongé là, attendant que son cerveau en manque de sexe s’éteigne et qu’il puisse s’endormir.

« Ecoute, on ne peut pas faire l’amour avant », avait expliqué Cassandra, quand David s’était plaint. « Si on fait l’amour avant d’avoir écouté les cassettes, je vais être toute troublée et mal à l’aise. » Elle a frotté le bras de son mari avec amour. « Il s’agit de se détendre dans l’instant, pour que mon subconscient puisse absorber les instructions d’hypnose. Tu comprends ? »

Bien sûr, David n’a pas compris. Il pensait que c’était n’importe quoi. Mais si c’était ce qu’elle voulait, il ne voulait pas être le mari stupide qui se mettrait en travers de son chemin.

Ou, du moins, il ne le voulait pas jusqu’à une nuit mémorable.

Chapitre deux

Ça a commencé comme toutes les nuits précédentes.

A huit heures, Cassandra s’est levée du canapé et a embrassé son mari sur la joue. « Je vais me coucher, chéri. » Puis elle est allée dans la chambre, a fermé la porte avec un « clic » et a laissé David seul.

Pendant la première heure, il a fait ce qu’il faisait toujours : regarder la télé et grignoter des chips. Mais un peu après neuf heures, une autre envie l’a frappé.

Il a commencé à être excité.

Normalement, David ne se masturbe pas. C’était un peu pathétique, d’autant plus qu’il avait une belle femme qui dormait nue dans le même lit que lui.

Mais après des semaines de déni, l’envie est arrivée et il n’a pas pu l’ignorer.

David avait un mois de boules bleues, et s’il ne faisait pas quelque chose, il jurait que sa tête allait exploser.

Le seul problème est que son ordinateur portable – sa source de plaisir pornographique – est dans la chambre, où Cassandra dort.

Pendant un moment, David s’est assis sur le canapé et a réfléchi à ses options. Puis il s’est souvenu que Cassandra dormait toujours doucement et profondément pendant et après ses séances d’hypnose.

Si elle ne répondait pas à sa voix – ou à son érection – il pourrait sûrement se faufiler dans la chambre et prendre son ordinateur portable sans la réveiller.

Et puis merde, il a fini par décider. S’il ne s’en débarrassait pas, ses couilles allaient finir par être plus grosses et plus bleues que des avocats pas encore mûrs.

Se levant du canapé, David se dirigea sur la pointe des pieds vers la chambre et tourna doucement la poignée de la porte.

Celle-ci s’est ouverte avec un léger clic.

A l’intérieur, la pièce était noire et fraîche. Le seul bruit est celui de la respiration étouffée de Cassandra et de la voix de la cassette d’hypnose qui passe dans ses écouteurs.

David a laissé la porte ouverte pour avoir un peu de lumière et est entré sur la pointe des pieds.

Il est à mi-chemin de la pièce quand il s’arrête, debout à côté du lit de Cassandra. Il jette un coup d’oeil à sa femme hypnotisée, et comme toujours, il est frappé par la beauté et la sérénité de son apparence.

Elle était couverte jusqu’au cou par la couette, et son beau visage était comme un masque. Sa bouche était légèrement ouverte, et seul le doux soulèvement et l’abaissement de sa poitrine – couverte par la couette – révélait qu’elle respirait.

David a soudain été pris d’une étrange envie.

Le besoin de soulever la couette et de regarder sa femme endormie.

Elle était nue, là-dessous ? Normalement, elle l’était, sauf pendant « la période du mois » où elle dormait normalement en culotte.

David jette un coup d’oeil à la porte, se demandant combien de secondes il lui faudrait pour attraper son ordinateur portable et ressortir en courant.

Avait-il le temps de jeter un coup d’oeil ?

Et puis merde, se dit-il. C’était sa femme. Elle ne l’avait pas touché sexuellement depuis un mois. Si elle se fâche parce qu’il a jeté un coup d’oeil à sa propre femme, c’est elle qui a un problème, pas lui.

Le coeur battant la chamade, David attrape le bord de la couette et la remonte.

Cassandra n’a pas bougé. Elle n’a même pas changé le rythme de sa respiration alors que la couette se soulevait et que David révélait centimètre après centimètre son corps pâle et parfait.

Ses magnifiques seins ronds. Son doux ventre. Ses hanches sexy, et le « V » soigneusement taillé de ses poils pubiens. Elle était magnifique.

En tenant la couette en l’air, révélant la beauté nue de sa femme, David a soudainement senti sa bite gonfler.

Il n’avait pas joui depuis presque un mois. Il n’était pas surprenant que la vue de sa femme nue l’excite.

Alors que David se tenait là, son pantalon devenant inconfortablement serré, il se demandait à quel point Cassandra était endormie. Pourrait-il oublier complètement l’ordinateur portable et utiliser sa forme nue et endormie comme outil de masturbation ?

Il a senti des papillons dans son estomac. Si elle s’était réveillée avec lui jetant un coup d’oeil furtif à son corps nu, ça aurait pu être mignon. S’il était debout, la dominant, et qu’elle se réveillait en le voyant se branler sur elle, ce ne serait peut-être pas aussi « mignon ».

Mais allait-elle se réveiller ?

David a doucement posé le coin de la couette, la repliant pour exposer sa nudité dans toute sa gloire. Puis, maintenant qu’il avait les mains libres, il a commencé à déboucler sa ceinture.

Si elle se réveillait, se dit-il, il ferait comme s’il se déshabillait tout simplement. Elle le croirait, non ?

Anxieux du bruit que font le froissement de ses vêtements et le cliquetis de sa ceinture, David se déshabille rapidement, ses vêtements formant un tas sur le sol de la chambre.

Il était nu, maintenant. Petit et maigre, avec une grosse érection qui dépassait d’entre ses jambes maigres.

Se mordant la lèvre, David commence à se caresser la bite.

Il regarde sa belle femme et se rappelle avoir senti la douceur de sa peau et l’odeur de ses cheveux. Sa bite devient plus épaisse et plus dure dans sa main, et il la caresse avec détermination.

Alors que David était de plus en plus excité, il s’est souvenu de la sensation de faire l’amour avec Cassandra. L’étroitesse de sa délicieuse chatte. La sensation de sa peau douce contre la sienne. Les petits miaulements et les cris qu’elle poussait quand il glissait à l’intérieur d’elle.

Les genoux se dérobent, David gémit. Sa bite palpitante a giclé dans sa main, et il a fermé son poing désespérément pour essayer de contenir les jets chauds de sperme qui recouvraient ses doigts. L’un d’entre eux l’a manqué et, à sa grande horreur, il l’a regardé voler entre ses doigts gluants, traverser l’espace entre lui et le lit et atterrir en une tache nacrée parfaite sur le téton du sein gauche de Cassandra.

David s’est figé – la main serrée sur son pénis qui se ramollissait rapidement, et le sperme chaud qui coulait de ses doigts. En soulevant les couvertures, il aurait été capable d’expliquer. En se déshabillant, il aurait pu s’expliquer. Mais se tenir au-dessus de sa femme nue et endormie et se branler sur elle ?

Aucune chance.

Mais alors il a réalisé qu’elle ne bougeait pas.

Cassandra était étendue là, immobile, avec son sperme sur son sein comme une goutte de glaçage.

Les yeux de David se sont agrandis.

C’était un miracle, il en était sûr, et il n’a pas perdu de temps.

Il attrape une poignée de mouchoirs en papier et essuie le sperme sur ses doigts. Puis il a remonté son caleçon et s’est fait beau.

Et puis, finalement, il s’est agenouillé à côté du lit et a pris une profonde inspiration.

Elle ne s’était pas encore réveillée, mais il était convaincu qu’elle le ferait maintenant, alors qu’il prenait un mouchoir propre et essuyait doucement son sperme sur sa poitrine.

Mais même lorsque le tissu doux a touché sa peau nue, Cassandra n’a pas bougé. Elle est restée là, comme une statue, pendant qu’il essuyait sa semence de son sein.

Puis, l’esprit ébranlé par l’audace de ce qui venait de se passer, David s’est penché sur sa femme endormie, a attrapé le coin de la couverture et l’a recouverte de l’édredon.

Cassandra était allongée sur le lit, les yeux fermés et la poitrine se soulevant et s’abaissant en rythme. Elle était exactement comme il l’avait trouvée. Et elle ne s’était pas réveillée une seule fois.

Consterné par cette chance impossible, David a lentement franchi la porte sur la pointe des pieds et l’a laissée se refermer doucement derrière lui.

Chapitre trois

Chapitre quatre

Chapitre cinq

Le dernier vendredi de chaque mois, les gars du travail sortent pour un Happy Hour.

David n’était pas toujours très enthousiaste à ce sujet, mais il y allait chaque mois parce que c’était une bonne occasion de rencontrer d’autres personnes de l’entreprise pour laquelle il travaillait – coincé dans son box chaque jour, il n’avait pas beaucoup d’occasions de sortir.

Ce vendredi-là, les choses commencent à se gâter.

Vers neuf heures, les employés du département des ventes et des finances s’éclipsent pour rejoindre leurs femmes et leurs enfants. David était sur le point de faire des excuses similaires, quand Brian de l’informatique est arrivé en fanfare.

« Yo, yo – David », aboie l’imposant homme noir. Avec ses 1,80 m et ses 1250 kg, Brian est un personnage aux épaules larges et au cou épais qui ressemble un peu à un ours noir stratégiquement rasé. « Pouvez-vous me ramener chez moi ce soir ? » Il a eu un hoquet. « Les gars là-bas disent que j’ai trop bu. »

David avait passé toute sa vie avec une incapacité à dire « non ». Ce soir ne faisait pas exception.

« Euh… Bien sûr », il haussa les épaules. « Tu es prêt à partir ? J’étais sur le point de partir. »

« Fuuuck, non ! » Brian a roulé ses grands yeux bruns. « Je viens de commander des shots. Tu en veux un ? »

David n’en voulait vraiment pas – mais cette incapacité à dire « non » l’a frappé à nouveau, et avant qu’il ne s’en rende compte, on l’a conduit à une cabine et on lui a tendu un verre de Jack Daniels.

Et c’est là que les choses ont commencé à se gâter.

* * *

David n’était pas un grand buveur – et bien qu’il ait pu refuser la prochaine série de shots, à cause de « je conduis », il a quand même fini par siroter une bière et se sentir un peu bourré.

Un peu étourdi, il écoute Brian de l’I.T. et ses copains racoleurs échanger des histoires.

« Une fois, Brian leur racontait des histoires de ses visites à domicile en tant que réparateur d’ordinateurs, je frappais à la porte de ce type pour réparer son ordinateur. Et sa femme répond à la porte le cul nu. »

Ses copains du département informatique ont hurlé de rire.

« Je me suis dit qu’elle était juste excitée – et que la panne de son ordinateur n’était qu’une excuse pour faire venir un frère bien monté pour faire ce que son mari ne faisait pas ! »

Encore des hurlements de rire.

« Oh, je lui ai donné mon disque dur, d’accord », rugit Brian. « Et avant de partir, j’ai téléchargé partout sur son gros cul ! »

Cela a fait dévier la conversation sur les épouses en général, et quelques collègues de Brian ont exprimé une frustration similaire à celle qu’il avait vécue.

« Depuis que l’enfant est né, ma femme n’est plus intéressée », se plaint un technicien appelé Lou.

« C’est le vendredi soir ou rien », se plaignait un type appelé Ted, « si je ramène des fleurs à la maison – et j’ai de la chance ».

Brian a roulé les yeux.

« Mec, c’est pour ça que j’ai divorcé. Supporter cette merde ? » Il a pris une gorgée de sa bière. « Pas question. » Le grand noir s’est tourné vers David. « Alors, B-man. Comment t’as surmonté le fait que ta femme te dise ‘non’ ? »

C’était peut-être la bière. Peut-être que c’était le verre. Plus probablement, c’est parce que David n’était pas peu fier d’avoir plus de queue que tous les hommes assis à la table. En tout cas, il a partagé son petit secret.

« J’en ai tous les soirs », se vante-t-il. « Parfois plus, si je suis d’humeur. »

Tous les hommes à la table – y compris le fanfaron Brian – se sont tournés et ont écouté David à ce moment-là.

« Tu vois, elle écoute ces cassettes d’hypnose, non ? » David apprécie l’attention, et ravale sa réticence à partager ces détails personnels. « Elle s’allonge, et c’est juste froid. Alors si j’en veux ? » Il a fait un clin d’oeil dans une tentative de démonstration de confiance suave. « Je vais juste là-dedans et je le prends. »

« Vous voulez dire qu’elle est juste allongée là ? » Ted a demandé à voix basse.

David a hoché la tête. « Elle est dans les vapes. Je pourrais amener l’un de vous à la maison pour l’examiner, et elle ne le saurait même pas. » Il a levé son verre. « Trinquons à ça, d’accord ? »

Le reste des gars ont levé leurs verres et ont trinqué. Tous sauf Brian. David ne l’a pas remarqué sur le moment, mais Brian fixait David particulièrement attentivement, et de façon inconfortable.

En un rien de temps, la conversation avait changé de cap et les informaticiens discutaient de la femme de l’équipe commerciale qui avait les plus beaux seins.

David s’est assis et n’a rien dit, se complaisant dans son moment sous les projecteurs. En tant qu’introverti, il ne se sentait pas souvent au centre de l’attention, même si c’était aux dépens de sa femme.

Vers neuf heures, les gars de la table ont commencé à se disperser et David en a profité pour dire à Brian : « Il faut qu’on parte ».

Au début, le grand Noir s’est plaint – mais quand il est devenu évident que personne d’autre ne restait en arrière, ou (plus important) n’achetait d’autres verres, il a pris à contrecœur son manteau et a suivi David jusqu’à la porte.

Quelques minutes plus tard, ils roulent sur la route 110 dans la voiture de David.

David était ennuyé. Il regrettait de ne pas avoir eu le courage de dire « non » à Brian quand il avait demandé à être ramené chez lui. Brian vivait à l’autre bout de la ville, et David devait passer devant sa propre maison pour ramener le grand garçon chez lui.

Mais bien que ce soit un inconvénient, Brian rendait au moins le voyage divertissant.

« Alors tu connais cette mignonne petite stagiaire de l’été dernier ? » Brian s’est vanté. Alison était une toute petite fille de 40 kg, toute mouillée, issue d’une famille juive surprotectrice. « Je l’ai baisée. »

Les yeux de David se sont agrandis et il a serré le volant plus fort.

« Pas possible », s’est-il moqué. « C’était une si bonne petite fille ! Elle rentrait tôt à la maison tous les vendredis pour shabat et tout ! »

Brian rit de bon cœur.

« C’est des plus calmes qu’il faut se méfier, mon frère ! Elle a baissé mon pantalon dans la salle des serveurs et cette fille peut sucer des bites. »

En disant cela, Brian a donné un tel coup de coude dans les côtes de David que la voiture s’est déportée sur l’autre voie.

« Alors », a poursuivi Brian. « C’est vrai ce que vous avez dit sur votre femme ? Que ces cassettes d’hypnose la rendent si froide que tu peux la baiser sans qu’elle se réveille ? »

David a commencé à se sentir un peu mal à l’aise à l’idée d’admettre cela, mais il s’est senti obligé de répondre. « Y-yeah, » il a balbutié. « Presque toutes les nuits. »

« Et tu as dit que tu pouvais emmener l’un de nous à la maison pour l’examiner et qu’elle ne se réveillerait même pas ? »

L’estomac de David s’est noué quand il a entendu Brian dire ça.

« Ou-oui, je suppose. »

« Putain, mon frère ! Tu dois me laisser voir cette merde ! »

« Oh non », David a secoué la tête. « Pas moyen. »

« Oh, allez, mec. Je sais qu’on passe juste à côté de chez toi. On va s’arrêter une seconde, et laisser moi regarder ta belle femme pendant qu’elle dort. »

« Bon sang, non ! » Pour la première fois de sa vie, David tenait tête à quelqu’un.

Brian l’a remarqué, et a changé de tactique.

« Je vais vous dire », propose-t-il d’un ton apaisant. « Et si j’appelais un taxi pour qu’il vienne me chercher chez toi. Ça t’évitera de traverser la ville, non ? »

David ne dit rien. Cela lui épargnerait quarante minutes de conduite.

« On entre, on prend une bière, tu me montres les seins de ta femme endormie, et je m’en vais. »

David avait bu juste assez pour penser que ce n’était pas une si mauvaise idée.

« Hé, je vais même te dire quoi », a ajouté Brian. « Tu me laisses voir les bazongas de ta femme, et peut-être que je peux te faire une faveur au travail en retour. Tu as quelque chose en tête ? »

Les yeux de David se sont agrandis. En fait, il avait quelque chose.

Son patron était un grand fan de sport, et il s’était plaint que le nouveau pare-feu de l’entreprise bloquait sa couverture du golf, du football, du baseball ou de tout autre sport qui le passionnait cette semaine-là.

S’il pouvait faire débloquer ces sites…

« Ok, » dit David. « Que pensez-vous de ça ? » Il expose son plan.

Brian a écouté, en hochant la tête.

« Ok, mon frère. Tu as fait un marché. Maintenant, tu as de la bière à la maison, ou on doit s’arrêter dans un magasin d’alcool en allant chez toi ? »

Chapitre six à dix-huit…

La suite de cette histoire

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *