Odette

J’ai une nouvelle amie. Nous nous connaissons de vue depuis que je suis dans le quartier. Puis, de fil en aiguille nous nous sommes appréciées.

Elle m’a invité pour passer l’après midi chez elle. Elle m’a accueillie en m’embrassant sur les joues. Nous avons bavardé de tout sans exclusive, même un peu de politique. Mais le principal était les fringues. Elle m’a montré sa collection de jeans. Elle a tenu à me faire voir un DVD qu’elle a tourné en vacances.

J’ai donc appris qu’elle était naturiste. Elle me montre ainsi le lieu du séjour avec une mer à s’y jeter dedans. Bien sur j’ai vu ses amis et amies, tous nus, et son amante du moment. Je ne peux que la féliciter sur sa plastique. Elle me montre des clichés d’elle avec des amies.

Toujours nues. Elle en tient une par la taille, en me disant qu’elle était son amante. Que ce qui lui manque  sont des caresses de femmes.

Je crains une invitation. C’est un encouragement surtout quand elle me donne tous les avantages de certaines choses entre filles. Elle commence à m’exciter. Elle continu un peu plus en montrant ses godes. Je sais déjà qu’une fois rentrée à la maison je vais me masturber. Le temps passe agréablement.

Le lendemain elle est à la maison. Un baiser sur les joues. Je ne peux qui lui montrer des vues que tout touriste peux faire : plates à coté de siennes.

Elle me reparle de naturiste des avantages de la nudité partout, en tout lieux avec tous. Quand je lui pose la question des rapports sexuels, elle me demande si je suis obsédée. J’avoue que j’aime bien l’amour que je me fais souvent du bien, hier en la quittant par exemple.

Elle avoue qu’elle aussi elle aime bien se caresser, le soir surtout avant de dormir, comme somnifère. Elle me serre un peu la main avant de la caresser. Elle ne me choque pas, elle m’intrigue. Je me pose question de savoir si les jouissances avec un homme qui vous baise sont différentes des caresses d’une femme expérimentée. Je voudrais en connaître les grandes différences que je devine un peu.

C’est presque malgré moi que je rends la caresse à sa main douce. Elle comprend que je ne suis pas une adversaire inconditionnel de l’amour au féminin, je suis surtout curieuse. Alors je me laisse faire quand elle m’embrasse cette fois longuement sur la bouche Je ne réagis pas, surprise, au début, puis me viens l’envie de lui donner ma langue.

Nous échangeons un long baiser qui me laisse abasourdie de bien être. Elle ne me laisse plus le temps de la réflexion en me caressant rapidement un sein par dessus le t-shirt. Sa bouche ne quitte plus la mienne et je répond à sa langue. Elle embrasse très bien,trop peut être.

Elle me regarde droit dans les yeux :

C’était mauvais ?

Non, tu embrasse bien.

Je vais continuer.

Elle ne demande plus rien, je la laisse faire.

C’est de plus en plus agréable, je suis totalement détendue, même quand elle pose une main sur ma poitrine. J’entrevois la suite. Je me laisse entraîner vers un amour différent. Je veux l’essayer. Je n’en connais pas les détails, elle me les apprendra.

Bien  plus tard, je suis nue contre elle.

Je l’ai entraînée dans ma chambre, je l’ai faite assis sur le lit. Elle m’a déshabillé comme le ferait un homme, pardon plus lentement avec plein d’arrêts caresse presque partout. Je suis excitée plus que normalement. Elle m’a vite rejoint dans ma nudité, mon dieu qu’elle est bien faite, que ses baisers sont chaud sur ma peau.

Arrive le grand moment : caresses intimes. Je sais me masturber, elle le sait mieux que moi. Je m’abandonne à ses mains, à sa bouche.

Je ne pensais jamais qu’une femme me fasse tant de bien avec sa main et maintenant la bouche qui m’embrasse partout, même à des endroit j’ignorais. Des bouts des seins, elle descend la bouche vers le nombril puis le ventre. Je me tend vers elle quand elle embrasse ma fourrure. Je me sens mouillée. Je désire qu’elle m’embrasse sur le sexe, lieu intime par excellence. Je lui tiens la tête par peur de la perde à cet instant important de ma sexualité.

Ca y est, elle pose sa bouche sur le sexe. Ses lèvres entourent celles du bas Elle sort sa langue pour le lécher partout.

Je la sens de mieux en mieux me fouiller. Elle cherchait un peu le clitoris. Elle l’aspire un peu, y passe le bout de sa langue doucement puis de plus en plus vite. Je ne doit pas être sa première conquête, tant mieux. Sa tête est en entier entre mes cuisses. Elle doit sentir mes odeurs corporelles,moi qui ne me suis pas lavée depuis deux jours. Elle passe ses deux mains sous mes cuisses que je lève un peu.

Elle ne me force pas du tout quand elle vient me caresser la raie des fesses. Arrive l’instant redouté. Elle me caresse atour de l’anus. C’est pas que je déteste : je n’ai jamais permis à un homme de mettre sa queue à cet endroit. C’est tellement doux ce qu’elle me fait que je la laisse faire. Je sens deux doigts sur l’anus, puis qui le caresse doucement. C’est doux, c’est agréable.

Elle me fait lever les fesses. Elle pose sa bouche sur mon cul. Mon dieu pourquoi y faire. C est sa langue qui prend le relais. Elle lèche longuement le derrière. Je ne sais si elles rend compte de l’état dans lequel elle me met. Je voudrais….Elle le fait :sa langue s’est durcie, elle force un peu pour entrer, pour m’enculer, moi qui me targue d’être vierge de ce coté : devinez : c’est bon. Je ne sais combien de sa langue elle a mis. Elle la ressort juste  une seconde avant de la remettre. J’ouvre mon cul à une femme. C’est bon. La prochaine fois que mon mari voudra ma la mettre au cul j’accepterais volontiers.

Elle m’enjambe en entier. J’ai sur mon ventre ses seins durs, et surtout son sexe à 5 centimètres de ma bouche. Elle plonge à nouveau son visage entre mes jambes. Je dois dégouliner. Sa langue reprend ces caresses en plus profondes.

Je suis tentée moi aussi par son sexe à portée de ma bouche. J’ai met juste le bout la langue dans la cassure de son sexe : elle me laisse faire Je suis surprise de son goût de la douceur de son sexe. Et de la dureté  relative de ma dernière découverte : son clito. Je trouve la position plus agréable qu’avec une queue dans le bouche. Je me sens jouir. Ça était rapidement fait. Heureusement qu’elle recommence. Mon plaisir est de plus en plus fort. Je sens le sien contre ma bouche, je goûte sa jouissance : c’est merveilleux.

Je ne sais si c’est de baiser avec une autre femme, j’ai un regain d’activités sexuelle : avec elle bien sur, deux ou trois fois la semaine, avec ma main deux fois par jour et surtout mon mari : je demande souvent de me baiser dès que nous sommes seuls. Souvent à table, comme dessert : sa bite dans le cul pour préparer la aise du soir.

J’oubliais : elle s’appelle Odette.

Auteur : Fabrissa

Auteur: fabrissa

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *