Ma femme se laisse séduire…et baiser

Elle joue le rôle à la perfection. Elle s’assoit en face du bel homme et croise les jambes. Elle sait qu’il a vu le haut de son bas et la jarretière qui remonte jusqu’à sa ceinture érotique en une fraction de seconde avant qu’elle ne couvre modestement sa jambe. Elle sent sa chatte trembler à l’idée.

La voilà, elle est là. Elle l’a rencontré il y a quelques mois alors qu’elle déjeunait avec une amie. Il déjeunait lui-même à la table d’à côté avec une connaissance d’affaires. Il n’arrête pas de regarder dans sa direction. Bien qu’il soit subtil à ce sujet, elle sent le regard fixe. Elle aime l’attention qu’elle reçoit des hommes, mais elle n’y pense généralement pas deux fois. Elle est mariée. C’est différent ; elle est instantanément charmée par la beauté classique de ce grand et beau gentleman…. Les costumes ne sont plus à la mode dans la culture hipster de La Défense. Elle n’est pas d’accord avec cela. Il y a quelque chose à dire sur un homme en costume. Elle évite de tourner la tête dans sa direction, mais leurs yeux se croisent. Elle sourit.

La nourriture arrive, l’assiette est magnifiquement arrangée. Tout dans le nouveau restaurant est exquis. Elle est fière de son travail, l’un des meilleurs. Elle sait qu’elle a passé beaucoup trop de temps sur ce projet de remodelage. Travailler avec Fabrice, le restaurateur, un homosexuel flamboyant, lunatique, passionné, sans compromis, a été un défi. Ils se sont aimés et détestés durant le projet, mais à la fin, ils sont devenus amis.

Le bel homme regarde son assiette – elle voit qu’il est sur le point de dire quelque chose… n’importe quoi pour entamer une conversation. Samantha est une femme époustouflante, une silhouette élancée, des seins naturels petits mais parfaits, un visage délicat encadré par des cheveux foncés ondulés et abondants. Elle s’habille avec des goûts impeccables. La plupart des hommes se sentent intimidés par sa beauté et peu osent l’approcher. Pourtant, elle est chaleureuse, gentille et attachante.

Avant que le bel homme ne puisse dire quelque chose, une voix tonitruante éclate de l’autre côté de la pièce, faisant tourner toutes les têtes : « Samantha, ma chérie mais que fais-tu là ? » Fabrice a un nouveau petit ami français et a décidé qu’il parlait couramment. Samantha est toujours un peu gênée par le maniérisme enflammé de son amie. Elle rougit.

Fabrice s’assoit sur le banc à côté de Samantha et embrasse sa main. « Ma chérie », répétant deux des dix mots français qu’il connaisse, « Tu aurais dû appeler. Que pense-tu du restaurant en action ? N’est-ce pas merveilleux ? » Fabrice se tourne vers le bel homme qui l’écoute en souriant  » vous savez… elle est la meilleure… savez-vous qu’elle a complètement remodelé cet endroit, c’était une décharge, elle est la meilleure designer de toute la ville – si jamais vous avez besoin d’une designer, vous devriez la prendre « . Fabrice aime prendre des étrangers au hasard comme témoins, essayant maladroitement de faire affaire avec Samantha. Il pense qu’il lui est redevable d’avoir obtenu un tel accord sur les frais de remodelage.

-C’est impressionnant. répond le bel homme.

Il répond à Fabrice, mais il fixe Samantha. Il a les yeux d’un bleu profond et un sourire chaleureux.

-J’aurais bien besoin d’aide. Je viens d’ouvrir un bureau à 10 minutes d’ici et franchement, je ne me soucie pas beaucoup du design. Peut-être pourriez-vous la regarder ?

La conversation se poursuit. Philippe était un investisseur en capital de risque de Lyon – son cabinet venait d’ouvrir un bureau à La Défense. Il partage son temps entre Lyon et Paris tout en formant l’équipe locale. Des cartes d’affaires s’échangent et Philippe propose d’appeler le lendemain pour convenir d’une heure pour visiter le bureau.

Samantha continue sa journée. Elle est une femme fidèle et n’a jamais trompé son mari. Elle l’aime lui et sa famille, mais elle ne peut s’empêcher de se sentir étrangement excitée. Quand elle rentre, Jacques revient tout juste d’une course. Il va prendre une douche. Jacques est un type solide. Elle a toujours été attirée par lui et leur vie sexuelle est fantastique. Tous deux dans la fin de la trentaine, bénis par deux enfants, ils ont régulièrement des relations amoureuses passionnées et mûres. Les enfants ne sont pas encore revenus de l’entraînement de football.

Samantha embrasse son mari et l’odeur animale de la sueur pénètre dans ses narines. Elle mouille immédiatement et tripote l’entre jambes de son mari – Elle n’aime pas les préliminaires, elle a besoin d’être baisée. Il le sait bien. Sans un mot ou un baiser, il la pousse contre l’évier, soulève sa jupe, descend sa culotte et lui enfonce sa queue dans la chatte. Elle jouit presque immédiatement, mais il continue de la besogner fort et sans pitié jusqu’à ce qu’elle revienne, cette fois plus longtemps et plus intensément. Son clitoris est maintenant sensible et sa chatte délicieusement douloureuse. Elle sent la bite de son mari se durcir pendant qu’il la remplit de longs jets de sperme. Elle revient. Epuisé, il se retire et file à la douche en la laissant penchée au-dessus de l’évier, sa chatte dégoulinant de sperme.

Le dîner est sympa, la famille est réunie. Les enfants sont excités par leur entraînement de foot. Ils ont marqué quelques buts et sont prêts pour le tournoi ce week-end-là. Ils racontent des histoires de  » tuer  » l’autre équipe et de marquer plus de buts que n’importe quelle autre équipe auparavant. Jacques, un ancien athlète universitaire, les encourage à tuer l’autre équipe tout en leur donnant des notions de fair-play. Les garçons sont confus mais heureux. Samantha est plus amoureuse de son mari que jamais auparavant. Il la connait si bien. Il sait ce dont elle a besoin – elle se sent un peu coupable d’avoir fantasmé sur un autre homme. Ce soir-là, ils font encore l’amour passionnément.

Elle est en plein milieu d’un examen de projet matinal quand l’appel arrive. Elle reconnait l’indicatif régional comme étant l’un des enseignants des garçons qui vient d’être transférés dans le nord de la France. Elle décide de répondre, en espérant que tout va bien. Quand Philippe parle au téléphone, elle rougit immédiatement et son cerveau oublie tout. Bégayant, elle s’excuse et dit qu’elle va rappeler. Elle doit avoir l’air effrayée quand l’un des entrepreneurs lui demande si tout va bien. Son cœur bat à toute allure. Elle assiste à la réunion sans vraiment y être.

Elle ne peut pas le rappeler, elle ne veut pas le rappeler. C’est stupide ; elle n’a pas besoin de ce genre d’aggravation dans sa vie. Elle a un mari parfait et une famille parfaite. Elle ne veut rien avoir à faire avec Philippe. Elle n’arrive pas à croire que ce type l’appelle. Elle est en colère contre lui… Puis elle sourit, le pauvre gars n’a rien fait, il l’appelle juste pour planifier une réunion de travail, rien d’autre. Ne pas le rappeler est admettre qu’elle fantasme sur lui et trompe son mari. C’est ridicule, c’est une professionnelle qui le rappelle.

La réceptionniste décroche le téléphone. Philippe vient de partir à une réunion, mais elle propose de prendre un message. Samantha donne son nom et son numéro de téléphone mais refuse de laisser un message. Pendant le reste de la journée, Samantha se surprend à vérifier son téléphone plus que d’habitude. À 16 h 30, elle est devant l’école lorsque le téléphone sonne. Elle ne peut pas répondre ici, avec trois cents enfants sur le point de sortir du bâtiment scolaire. Elle le laisse tomber sur la messagerie vocale à la fin de la sonnerie.

Elle a promis d’emmener les enfants au nouveau glacier. Deux autres mamans et leurs enfants se joignent à la fête, alors Samantha n’a pas l’occasion de vérifier ses messages. Toutes les deux minutes, son téléphone vibre pour lui rappeler qu’un message l’attend.

Jacques est encore au travail quand elle rentre. Dans l’intimité de sa chambre, le cœur battant, elle écoute finalement le message de Philippe. « Salut Samantha, je travaille tard, donc si tu veux passer plus tard cet après-midi, je peux te montrer le bureau – On peut aller dîner après ça si tu as faim…. rappelle-moi… » Qu’est-ce que c’est ? Tu le vois ce soir ? Le souper ? Qui diable dîne ? Le déjeuner est professionnel ; le dîner est un rendez-vous ; qu’est-ce que le souper ? Non, elle ne le verrait pas ce soir. C’est hors de question.

Elle a chaud et sa chatte picote. Elle se penchée vers le bas, touche son monticule, sa culotte est mouillée. Elle ferme les yeux et s’imagine dans ce bureau vide, tard le soir, avec Philippe, un éclair vif lui vient à l’esprit, elle l’embrasse. Elle s’assoit sur le lit, s’agrippe à son monticule en essayant de contenir le désir qui se manifeste dans le bas-ventre. Cela en vaut la peine, sa main se détend et elle sent son clitoris durci sous le tissu doux de sa culotte. Son autre main se glisse sous son chemisier et elle saisit un de ses seins, le serrant doucement, puis plus fort. Elle peut sentir le mamelon durci dans la paume de sa main. Atteignant maintenant sous sa culotte, elle passe un seul doigt le long de sa fente. Ses lèvres sont engorgées. Elle presse doucement et son doigt glisse à l’intérieur d’elle, la pénétrant à peine et recueillant une partie de son humidité intime. Elle déplace le doigt mouillé jusqu’à son clitoris et commence à tourner doucement autour du capuchon. Dans son fantasme, Philippe la lèche. Elle commence à se sentir incroyablement sensible partout. Elle a les yeux fermés et les lèvres ouvertes. Elle n’arrête pas de tourner en rond, faisant parfois descendre son doigt jusqu’à l’ouverture de son vagin, le mouillant davantage. Le sentiment commence à s’aiguiser et à s’isoler autour de son clitoris. Elle change son mouvement, son doigt oscillant entre l’ouverture de son vagin et son clitoris. Tout semble chaud, puis elle culmine. Elle sent son vagin palpiter. Son cerveau est inondé de plaisir. Elle vient durement et longtemps, secouée par de violents spasmes. Son clitoris et ses mamelons deviennent immédiatement sensibles ; elle s’agrippe à son monticule et serre fort un de ses seins, essayant de calmer le spasme qui secoue son pelvis. Philippe lève son beau visage entre ses jambes, sa bouche scintille de son jus. À la pensée, son orgasme fuyant refait surface. Cette nouvelle vague est si violente et si longue qu’elle sent ses crampes d’estomac – c’est plus qu’elle ne peut supporter. Elle est allongée là, sur le dos, attendant que la crampe s’en aille. Cet orgasme est différent de tout ce qu’elle a connu. Pas seulement par sa longueur et son intensité. Tous ses sens s’éveillent, elle est en pleine possession de ses moyens. Des pensées lui traversent l’esprit, mais elle se sent incroyablement détendue. Elle se souvient avoir lu que les moines bouddhistes sont capables d’atteindre des niveaux élevés de méditation, et elle se demande si elle vit quelque chose de semblable. Elle se fait une note mentale pour manger une banane pour les crampes musculaires.

Elle appelle Philippe et lui dit qu’elle ne peut pas venir ce soir-là. Il a l’air déçu. Il prend l’avion le lendemain et il ne revient pas avant trois semaines. Elle accepte de déjeuner à son retour.

*************

Samedi soir, ils sont invités chez l’un des nouveaux clients de Jacques dans les collines offrant une vue incroyable sur la Seine. Jacques l’a avertie à son sujet. Il a fait fortune du jour au lendemain en vendant son entreprise de logiciels en difficulté à l’un de ses principaux concurrents. Un vendeur astucieux et un pauvre ingénieur en informatique. Il essaye d’impressionner. Elle s’attend à ce que la fête soit ostentatoire. Elle n’est pas excitée à l’idée de côtoyer l’élite sociale de ce coté de l’Ile de France. Elle prend une robe d’une créatrice locale qui est aussi ses amies, simple, classique et sexy. Son choix est récompensé par l’approbation du sifflet de loup de Jacques…. « Peut-être qu’on devrait rester à la maison » lui dit-il ? Elle lui gifle les mains et ils partent.

Elle est agréablement surprise ; la fête est un petit rassemblement d’amis dans une belle demeure surplombant la Seine. Il n’y a pas plus de vingt personnes. Pas de code vestimentaire formel, un mélange de robes du soir et de tenues décontractées. L’hôte fait visiter sa résidence en s’assurant de montrer sa collection de voitures. C’est un homme très agréable qui les présentes à sa femme, une petite tête ronde et mignonne. Jacques disparait avec lui pour une partie de billard dans la salle des cigares, apparemment un rituel d’attachement masculin.

À son retour, Samantha est assise sur un tabouret de bar, engagée dans une conversation profonde avec un bel homme sombre. Elle ne prend pas la peine de présenter son mari. Voyant Jacques comme un concurrent, l’homme lui propose d’aller vérifier la vue depuis le pont. Elle accepte et le suit, laissant son mari debout au bar. Jacques sourit ; il sait ce qu’elle fait. Elle est en colère parce qu’il l’a quittée pour aller fumer un cigare. Elle reviendra vers lui.

Il peut les voir sur le pont ; elle croise les bras pour couvrir ses épaules nues, montrant des frissons. L’homme offre immédiatement sa veste et lui frotte les épaules pour la réchauffer. Elle flirt de nouveau. Elle se retourne. Jacques tourne la tête, faisant semblant de ne pas faire attention.

Quelques heures plus tard, ils se séparent de leurs invités et se rendent en voiture à conflans Sainte Honorine, un joli hôtel où ils ont réservé une suite. Ils veulent dormir et prendre un brunch au bord de l’eau, avant de retourner en ville pour le tournoi de foot. Leur baby-sitter de confiance s’occupe des garçons.

Jacques est un buveur léger et quelques margaritas suffisent à le dégriser. Dès qu’ils entrent dans la pièce, il pousse Samantha contre le mur, l’embrasse profondément et la touche sous sa robe. Il sent son porte-jarretelles et sa lingerie douce. Il est excité ! Elle le repousse en souriant.

-Qu’est-ce qui t’a pris, Monsieur, je croyais que ça t’intéressait plus de fumer des cigares avec les garçons ?

-Ça n’avait pas l’air de te déranger, répond-il, et ton petit ami non plus… C’était quoi, vous aviez l’air de bien vous entendre.

-Oui, il était mignon, et il me tenait compagnie pendant que tu étais occupé

Il la pousse contre le lit et tombe à côté d’elle. Il l’embrasse à nouveau et elle l’embrasse en retour.

-A-t-il essayé de te toucher, chuchote-t-il ?

-Peut-être, répond-elle d’un air méchant.

-Il l’a fait ?

-Non, mais je suis sûr qu’il le voulait aussi.

-Ça t’a excité ? Lui murmure-t-il à l’oreille

-Peut-être, répond-elle à nouveau.

Elle peut sentir la bite dure de son mari pressé contre sa cuisse.

-Pourquoi ? Ça t’a excité ? Ajoute-elle

-Peut-être. Tu aurais peut-être dû le laisser te toucher si ça t’excitait.

Il est visiblement de plus en plus excité.

-Tu voulais qu’il me touche ?

-Hmm ! l’aurais-tu touché en retour ?

Son cœur bat fort, son mari admet qu’il est excité à l’idée qu’un autre homme la touche – tout ce qu’il faut, c’est quelques margaritas.

-Aurais-tu voulu que je le baise ? s’aventure-elle à dire

Les conversations cochonnes sont souvent excitantes pendant les ébats amoureux, mais ils n’ont jamais exploré ce fantasme, et Jacques n’a jamais été excité comme ça.

Il n’en peut plus, il baisse la culotte de sa femme et plonge entre ses jambes. Elle est déjà trempée. Il adore la manger quand elle est mouillée, en goûtant son jus. Elle cambre le dos alors que sa langue taquine son clitoris. C’est un expert. Il sait comment la faire gémir. Lentement, il remonte en rampant en embrassant son estomac, ses seins et en la laissant téter sa langue. Sa bite est maintenant à l’entrée de sa chatte. Il prend son temps, il la taquine

-Comment crois-tu qu’il t’aurait baisé ?… Il pousse brutalement sa bite au fond d’elle… Comme ça ?

-Oui ! Crie-elle

Mais elle ne fantasme pas sur le même type. C’est Philippe qui la baise.

Ils se lèvent tôt…. c’est inutile. Les parents sont esclaves de leur horloge interne. Jacques a dessoûlé. Ils se blottissent dans leur lit à moitié endormis. Jacques a une matinée difficile ; il n’est qu’à moitié dressé alors que Samantha le frotte avec désinvolture….

-Hier soir, c’était sexy, elle dit.

-Hmm… il gémit.

-Tu étais vraiment excité, n’est-ce pas ?

Il ne répond pas…

-Ça t’exciterait vraiment si je baisais un autre mec ? insiste-elle.

Elle n’a pas besoin de réponse orale, elle sent sa bite grandir et devenir dure dans sa main.

Maintenant que le chat est sorti du chapeau, leur vie sexuelle prend un tournant pour le mieux. Ils font l’amour presque tous les soirs. Le fantasme de Samantha baisant un autre homme devient un thème récurrent dans leur discours cochon. Ils imaginent des scénarios. Elle rencontre un type dans un café pendant qu’il regarde, elle rencontre un type en voyage d’affaires, à une fête ; ils l’imaginent en train de la regarder dans un miroir sans tain, ou en train d’écouter son téléphone laissé branché sur la table de nuit, une autre fois il l’attend à la maison quand elle sort avec une fille.

Il lui demande si elle a fantasmé sur des hommes depuis qu’ils sont mariés – elle ment en disant qu’elle a déjà fantasmé sur le fait d’avoir des relations sexuelles avec un autre homme, mais qu’il ne s’agit jamais d’un homme en particulier.

Ils conviennent qu’ils veulent que cela reste un fantasme. Il n’y a aucune raison de mettre en danger leur mariage. Au cours d’une de leurs nuits torrides, Jacques lui demande comment elle pourrait hypothétiquement y arriver. Elle lui dit qu’elle n’aurait aucun problème à trouver quelqu’un, qu’il y a assez d’hommes qui la matent ou qui tentent leur chance. Il semble intéressé et lui demande si des hommes en particulier ont essayé de lui parler récemment.

Samantha a déjà mentionné qu’elle pourrait prendre un nouveau projet pour un espace de bureau…. Elle dit à Jacques qu’elle soupçonne son nouveau client d’être intéressé par autre chose que ses compétences en design.

Jacques semble intéressé.

-Est-ce qu’il t’excite ?

-Non, pas vraiment, ment-elle alors que sa chatte vibre et mouille instantanément. Je veux dire, il est beau et j’aime l’attention qu’il me porte, mais je n’ai jamais pensé à lui comme ça.

-Alors tu vas travailler sur son projet ?

-Je ne sais pas encore, répond-elle. Je n’ai pas encore vu l’espace. C’est un bureau. Tu sais que d’habitude, je ne fais pas de bureau.

-Veux-tu le rencontrer pour jeter un coup d’oeil à l’endroit ?

-Je ne sais pas… Je suppose que s’il me rappelle…

Au cours des jours suivants, Jacques lui demande plusieurs fois s’il l’a appelée. Il semble l’exciter incroyablement, mais il n’y a toujours aucun signe de Philippe. Finalement, au cours du week-end, Samantha reçoit un courriel de sa part.

« Bonjour Samantha, je serai de retour à La Défense lundi soir. Prévoyons de nous rencontrer le plus tôt possible dans la semaine. Cela fait trop longtemps. J’ai vraiment hâte de commencer. On se voit le mardi à l’heure du déjeuner ? »

Pourquoi est-il si impatient de commencer ; elle comprend la nécessité de respecter les délais lors du lancement d’un nouveau restaurant…. Mais un espace de bureau ? Cette nuit-là, elle est plus énergique que jamais, elle attaque littéralement Jacques. Il n’y a pas de préliminaires, pas de discussions cochonnes. Juste du sexe chaud, sauvage et brutal.

Plus tard cette nuit-là, elle ne peut pas dormir. Elle va sur son ordinateur et répond à son courriel.

« Bonjour Philippe, c’est bon d’avoir de tes nouvelles, mardi c’est bien. Où dois-je vous rencontrer ? »

En quelques secondes, l’email revient : il est encore éveillé, là, à l’autre bout de la connexion. Elle se sent instantanément vulnérable, comme s’il est là à la fixer. Elle referme sa robe de chambre sur sa nuisette pour cacher les mamelons qui passent à travers le tissu fin.

-Aimerais-tu qu’on se rencontre au bureau ? On peut s’en occuper à partir de là.

Parfait. Elle retourne au lit.

Elle ne dit rien à Jacques. Elle veut le garder pour elle ; son cœur bat en pensant à mardi. Elle se sent comme une écolière qui vient d’être invitée à un bal par le garçon le plus mignon de l’école. Mardi matin, Jacques lui demande encore si Philippe a appelé. Elle s’y attendait, alors elle répond par hasard qu’il lui a effectivement envoyé un courriel et qu’elle va regarder l’espace aujourd’hui. Dans le brouhaha de l’état de préparation du matin, il ne peut pas s’enquérir davantage. Alors qu’il se lève de la table du petit déjeuner, elle remarque que son pantalon est bombé. Elle rougit.

Elle prévoit de rentrer à la maison après avoir déposé les enfants pour se préparer à sa rencontre avec Philippe… En fait, elle a annulé ses réunions pour la journée. Elle prend une longue douche, applique une lotion corporelle parfumée et soyeuse. Elle applique une petite quantité de maquillage de façon experte – juste assez pour souligner ses beaux traits. Elle vaporise une pincée de parfum dans l’air et s’admire – on remarque à peine après qu’elle s’est bien habillée.

Elle est là, nue devant le miroir. Elle se rase les poils pubiens, c’est lisse et sexy. Elle choisit quelques robes et les fait défiler devant le miroir. Elle opte pour une jupe avec un chemisier de soie blanche. Classique, semi-formel, sexy et approprié pour une réunion d’affaires. Elle met un soutien-gorge en dentelle blanche, une culotte assortie et un porte-jarretelles avec des bas noirs. Dans la lumière, avec un peu d’imagination, on peut voir le soutien-gorge en dentelle à travers le chemisier. Elle se sent sexy et excitée.

Son téléphone sonne, c’est Jacques. Elle ne veut pas lui parler maintenant. Elle le laisse tomber la messagerie vocale. Il rappelle. Elle répond.

-Bonjour bébé. Qu’est-ce que tu fais ?

-Je suis à la maison, en train de m’habiller. Je suis sur le point de partir pour ma réunion.

-Qu’est-ce que tu portes ?

-Rien de spécial. Juste une jupe et un chemisier blanc, celui qu’on a acheté à Marseille.

-Hmm. C’est tellement sexy, dit-il pour donner son approbation. J’aime le regard vilain de l’exécutif. Tu portes de la lingerie sexy ?

-Non ! Ment-elle. Juste des trucs confortables de tous les jours. Pourquoi ? tu veux que je porte de la lingerie ?

-Oui ! siffle-t-il. Je veux que tu portes ton porte-jarretelles et ton soutien-gorge blancs. Tu peux faire ça ?

-Si ça t’excite.

-Et promets-moi quelque chose…Pas de culotte

-Allez Jacques. C’est une réunion d’affaires. Je vais être mal à l’aise.

Jacques sait ce qu’elle veut dire par « mal à l’aise ».

Lorsqu’ils se rencontrent pour la première fois, il lui demande d’enlever sa culotte dans les restaurants ou autres lieux publics et de se dévêtir pour le reste de la soirée. L’effet est invariable. Toute brise sur sa chatte nue la rend excitée de façon incontrôlable. Ils finissent par se précipiter à la maison pour faire l’amour. Une fois, ils ne peuvent même pas attendre et finissent par baiser dans la voiture.

Jacques est excité à l’idée qu’elle va être excitée pendant qu’elle déjeune avec Philippe. Il doit réajuster sa posture car sa bite en pleine croissance est inconfortablement coincée dans ses sous-vêtements.

-Promets-moi.

-D’accord ? Je dois y aller maintenant

Elle raccroche après avoir accepté d’appeler Jacques juste après la réunion. Elle enlève sa culotte et la met dans son sac à main – Sitôt fait, elle sent que le tissu soyeux est déjà humide à l’entrejambe.

Il est temps de partir. Elle ne veut pas conduire alors elle ouvre une application sur son téléphone et demande un chauffeur à Uber. Alors qu’elle sort de la maison, elle sent le brouillard frais du début de journée caresser sa chatte nue. La crème à raser à l’eucalyptus qu’elle a utilisée n’aide pas. Elle va avoir des ennuis, pense-t-elle !

Elle entre dans le bâtiment classique, un entrepôt rénové.

Avec l’explosion de l’industrie de la technologie et les fortes hausses de prix de l’immobilier qui ont suivi, la plupart des activités de transport commercial se sont déplacées, laissant les entrepôts à la merci des promoteurs. C’était devenu l’endroit où la plupart des start-ups se sont établies.

L’espace est incroyable. Elle s’attendait à un immeuble de bureaux fonctionnel avec des rangées de bureaux déprimants. Au lieu de cela, il est ouvert, offrant peu d’intimité entre les bureaux mais avec de hauts plafonds et une mezzanine. Elle sourit. Elle fantasme d’avoir des relations sexuelles avec Philippe dans son bureau, pendant qu’une secrétaire sévère garde la porte. Il n’y a pas de portes dans ce bureau. Elle reconnait immédiatement Philippe en face de l’espace ouvert de 500 mètres carrés. Il se lève et se dirige vers l’entrée pour l’accueillir.

Il est là, devant elle, avec son sourire chaleureux et ses yeux bleus…. Elle se sent faible. Elle n’est pas déçue. Il porte une veste en tweed qui accentue ses larges épaules. Il l’embrasse sur la joue. Elle ferme les yeux et prend une grande inspiration en inhalant le musc envoyé par l’eau de Cologne mélangée à son parfum naturel pour le corps. Elle réalise que sa chatte nue n’est qu’à quelques centimètres de sa bite. Elle incline involontairement son bassin vers lui. Son vagin s’ouvre et est devient humide.

Il lui fait visiter le bureau et la présente à l’équipe. Il est gentil avec tout le monde. Tout le monde semble l’apprécier. Il a quelque chose de gentil et de personnel à dire sur tous les employés. La directrice du bureau est une grande blonde qui lui jette des regards jaloux. Bien que jolie, elle n’est pas une concurrente sérieuse. Elle est du style employée de bureau célibataire typique au milieu de la trentaine enchainant les relations infructueuses les unes après les autres. Elle est trop désespérée, elle essaie de faire des efforts : sa robe part trop sur l’avant, elle met trop l’accent sur ses seins, son maquillage est trop évident et ses cheveux sont cassés par une utilisation excessive du sèche-cheveux et du gel. Elle est probablement une habituée des soirées de l’happy hour dans les nombreux bars à proximité, toujours à la recherche du prochain plan coquin. Elle a pitié d’elle. Si elle accepte le poste, elle travaillera probablement avec elle. Elle se promet de lui donner quelques conseils. En tant qu’architecte d’intérieur, elle assume souvent un rôle non officiel de conseillère en image, de psychologue et de conseillère matrimoniale. Elle est intimement convaincue que la décoration d’un espace est un exercice d’introspection beaucoup plus profond que ce qu’il doit être au départ.

La visite ne dure pas plus de 15 minutes et Philippe propose de discuter du projet pendant le déjeuner. Il fait une réservation dans un nouveau restaurant sur l’un des anciens quais. Il va commander une voiture par Uber et lui ouvre la porte. Il s’assoit à l’arrière avec elle.

-Alors qu’en penses-tu ? demande-t-il.

Qu’est-ce qu’elle en pense ? Elle pense qu’il est encore plus charmant qu’elle ne s’en souvenait. Qu’elle est incroyablement excitée et que si elle est totalement franche, elle le ramène à son hôtel et baise avec lui.

-C’est un espace intéressant, répond-elle, il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire. Mais j’aimerais que vous me disiez comment vous travaillez, combien de personnes vous prévoyez d’embaucher…. Tous les détails qui m’aideront à définir comment utiliser au mieux le plan d’étage.

Il lui donne une explication claire et passionnante de son industrie. Il a besoin d’un espace flexible au-delà de la base des petits employés. Il a des entrepreneurs en résidence et des projets d’incubation précoce qui ont besoin d’espace de temps à autre. Elle écoute sa voix grave et son ton assuré. Elle tombe amoureuse de lui.

Uber s’arrête devant le restaurant. Quand elle ouvre la portière de la voiture, il a déjà fait le tour de la voiture, il tend la main pour l’aider à sortir de la voiture. Elle met doucement ses doigts dans la main offerte et sort. Il lui tient la main un peu trop longtemps, un peu trop fermement. Elle mouille.

Quand il ouvre la porte du restaurant, un jet d’air se faufile entre ses jambes et caresse l’intérieur de ses cuisses. Elle est prise par surprise et elle vient. Juste comme ça. Pas dur, mais ses genoux la lâchent. Il l’attrape alors qu’elle trébuche contre lui. Une main lui tenant le bras, une main sur la taille à l’endroit où son porte-jarretelles est attaché. Il est fort. Il sent bon.

-Ça va ? demande-t-il.

-Oui, merci, je n’ai pas l’habitude de ces chaussures neuves répond-elle en rougissant.

Il se sent terriblement excité. Il a remarqué plus tôt le soutien-gorge en dentelle. Il sent maintenant le porte-jarretelles, là où il vient de l’attraper. Il ne peut pas se résoudre à la laisser partir et garde sa main sur sa taille jusqu’à ce qu’elle soit bien à l’intérieur du restaurant. Il l’imagine portant un ensemble de dentelle très cher. Il est loin de se douter que l’ensemble n’est pas complet.

Le déjeuner est sympa, il flirt avec elle : Toucher subtilement sa main pendant la conversation, la complimenter sur ses goûts en matière de design et de vêtements et mentionner à quelques reprises à quel point elle est belle. C’est dur de ne pas se jeter sur lui trop visiblement. Elle sourit à ses compliments. Elle le laisse toucher sa main juste assez longtemps, avant de l’enlever.

Ils dépassent largement l’heure normale du déjeuner. Il est presque 15h quand ils quittent finalement le restaurant. Elle avait laissé son téléphone en mode vibreur et avait reçu plusieurs SMS de son mari. Il attend son appel. Elle lui envoie brièvement un texto : « Je rentre à la maison » Elle l’appellera alors. Philippe lui donne un baiser d’au revoir ; cette fois plus insistant, plus long. Elle saute dans un taxi et se précipite à la maison ; elle veut se toucher ; elle veut se faire jouir.

À la maison, elle est surprise de voir que Jacques est déjà de retour. Il lui lance un faux air de colère.

-Où étais-tu ?

-Tu le sais très bien. Je déjeunais avec Philippe.

-Jusqu’à 15 h ? Vous êtes allé à son hôtel ? Tu l’as baisé ?

Son mari s’approche et lui caresse l’intérieur de la cuisse, lui flattant la chatte nue. Elle est trempée et il peut dire que ça l’excite.

-Je ne l’ai pas fait, dit-elle. Mais je le voulais aussi.

-Vous auriez peut-être dû.

-Ça t’excite à ce point ?

-Oui, répond-il sans hésiter.

-Tu veux que je le baise la prochaine fois que je le vois ?

-Oui

Elle l’embrasse profondément, lui suce la langue, elle est incroyablement excitée. Elle sait que c’était une question de jours avant d’avoir la bite de Philippe en elle. Elle se penche et attrape les couilles de son mari, s’agenouille et prend la bite durcie dans sa bouche. Elle est tombée par terre, les yeux fermés et elle n’arrête pas de le sucer. Il est incroyablement dur. Elle a besoin de lui en elle. Elle soulève sa jupe et en profite pour l’allonger ; elle saisit sa bite et l’insère dans sa chatte sans aucune difficulté. Tout le pieux disparait à l’intérieur d’elle. Elle lève les genoux en mettant tout son poids sur la bite. La pointe de la bite pousse fort contre son col de l’utérus. Il est au plus profond d’elle. C’est presque douloureux, délicieusement douloureux. Elle commence à se balancer d’avant en arrière, d’abord lentement, puis plus vite, en respirant fort et en criant des grognements de plaisir à chaque mouvement vers l’arrière, alors que le gland s’enfonce dans la paroi arrière de son vagin. Elle jouit fort et brutalement, sa chatte se contractant contre la bite. Elle tombe molle sur lui, sa bite encore à l’intérieur et dure comme un roc. Il n’a pas éjaculé. Sa chatte est délicieusement douloureuse. Elle sait qu’elle va devoir rester ainsi pendant plusieurs jours, lui rappelant la rencontre. Elle retire lentement la tige de son vagin. Elle veut lui faire plaisir maintenant. C’est un mari merveilleux. Elle l’aime tellement. Elle touche ses couilles, son manche. Toute la zone est imbibée de son jus. Elle trouve une position confortable et commence à le sucer. Elle le taquine, le met complètement dans sa bouche, léchant son frein. Le premier jet de sperme la surprend et atterrit sur ses joues. Elle couvre immédiatement le gland avec sa bouche, et continue de sucer. Elle avale presque tout. Elle se demande si le sperme de Philippe a le même goût et elle rejouit.

Ce soir-là, elle reçoit un courriel de Philippe. Il la remercie pour son temps et lui demande quand ils peuvent se remettre ensemble. Il ne parle pas du projet. Mais bien sûr, c’est implicite – ou c’est implicite ? Ils conviennent de bloquer un peu de temps le mercredi après-midi suivant. Ça va être une longue semaine.

Elle parle à Jacques de la réunion.

-Tu vas le baiser ?

-Seulement si ça t’excite.

-Non ! répond Jacques. Je veux que tu le baises parce que ça t’excite. Alors, tu vas le baiser ?

-Oui.

La suite de cette histoire

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *