Le fouet et ses vertus aphrodisiaques

Depuis toujours le fouet est connu pour ses vertus aphrodisiaques, et oui, cela vous choque, pourtant, c’est comme ça. Le fouet est un fantasme érotique très puissant, autant pour celui qui reçoit que pour celui qui donne. Associé forcément aux pratiques SM, il revient fortement sur le devant de la scène coquine. Découvrez les secrets de ce jouet coquin et de l’art de fouetter son esclave sexuel.
Depuis l’antiquité la pratique de la flagellation existe, jusqu’à faire son apparition dans les maisons closes (maintenant interdites en France). Les mises en garde pour ne pas aller trop loin et agir efficacement pour les plaisirs sont nombreuses, et malgré cela, il a un délicieux pouvoir sur le plaisir.

Les coups de fouets pour atteindre la jouissance

Très tôt dans l’humanité, les relations entre douleurs et plaisirs sont perçues. Les prêtresses de Milet étaient des spécialistes pour exciter la volupté, les sens à leur limite en offrant bien des plaisirs aux soumis et soumises qu’elles recevaient.

Traitement de choc contre l’impuissance

Dans les croyances anciennes le fouet et la flagellation servaient à traiter les troubles d’impuissance. Imaginez-vous, ils pensaient que le sperme venait de la moelle épinière ! Et donc en stimulant le dos, le sperme jaillissait à la source redevenue droite et fière. Un peu plus récemment, certains se souviennent peut être de leur grands pères portant des ceintures de flanelle. La ceinture de flanelle était portée pour soulager le dos, mais surtout pour redonner vigueur à la bête. Et oui c’était pas seulement pour les lombaires, le sexe était bel et bien présent chez nos aïeux également. Quoi qu’il en soit, porter la ceinture, succomber de plaisirs sous les coups de fouets que l’on se donne, mais aussi se laisser fouetter par une sculpturale dominatrice provoque bien le même effet ; le plaisir et parfois l’extase !
dominatrice asiatique

Déviance ou pure recherche du plaisir

Bien sûr de nos jours, le fouet est synonyme de jeux sadomasochistes, et alors, n’est on pas tous à la recherche du plaisir, et encore plus particulièrement en suivant les articles de votre magazine adulte Erosto. Dans le livre culte La Femme au fouet de Léopold Von Sacher-Masoch, on voit comment à l’âge de 10 ans, il sera puni par sa tante qu’il surprend avec un amant : « Me tenant par les cheveux de la main gauche, et me posant un genou sur les épaules, elle se mit à me fouetter vigoureusement (…) Mais il me faut bien le reconnaître, tout en me tordant sous les coups cruels de la belle femme, j’éprouvais une sorte de jouissance ». Dès lors des femmes porteuses de fouet, chaussées de bottines de velours, et autres avatars fétichistes, seront partout présentes dans l’oeuvre de Masoch.
La flagellation coquine est un raffinement coquin et érotique que bien des couples pratiquent de nos jours. Mêler les sensations et les plaisir du SM à celle de jouir en se laissant aller en toute confiance sous les ordres de son compagnon, de sa compagne, quel doux plaisir.
Il n’y a pas de mal à se faire du bien ! C’est bien vrai non ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous vous-même donné ou reçu des coups de fouets, ou même de cravaches.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.