L’addition

Mon ex m’a fait mal en me quittant.
C’est la prochaine qui paiera l’addition, c’est promis. Chez des amis je rencontre une belle, sexy, fille. Je réussis à la charmer, sans trop le faire exprès. Elle n’est pas à coucher le premier soir. Je me rattrape la semaine suivante chez elle où je suis aller prendre un « dernier verre ». J’avais envie d’elle, je l’embrassais et commençais à la peloter. Sa langue était sacrément habile dans ma bouche. Je me détachais en lui léchant les lèvres, chose qu’elle savait apprécier.
J’ai passé ma bouche sur elle, à peu près partout en la déshabillant. Seule la plante des pieds échappait à ma langue. Quand je suis remonté vers elle, doucement, je me suis arrêté juste sous sa fourrure intime. Sa fente s’ouvrait sous ma langue. J’étais envahi par ses odeurs intimes. Je chercher à comparer son parfum à quelque chose de connu. Ma langue ne voulait plus attendre : je la posais sur son minou.
Elle prenait du plaisir, moi, j’en prenais, pas le même mais assez pour me faire presque jouir. Elle avait deux orgasmes presque coup sur coup. Je montais sur elle qui se refuse ainsi. Elle se tournait pour que se mettre en levrette.
J’étais à genoux derrière elle, ma queue dure.
Je ne savais pas où je pouvais entrer, c’est elle qui dirigeais les choses. Une main est venue me prendre la bite. Elle m’a branlé deux secondes comme pour vérifier ma bandaison. Elle dirigeait elle même ma queue là où elle le voulait.
J’aurais voulu la lui mettre dans le con. Elle la voulais ailleurs.

J’étais contre son petit trou : elle aimait par là : je devais ainsi prendre mon pied, mais elle ?
Elle ouvrait son cul, elle me faisait entrer en elle-même. Je n’étais pas son premier visiteur.
Je sentais tout ce qu’un anus peut donner.
Je la ramonais, je la dépoussiérais des intestins. Je la faisais jouir une fois, puis à mon tour je lui donnais mon sperme au même endroit. C’était agréable de la sentir jouir autour de ma pine avec ses spasmes puissants.
C’est elle qui m’a donner l’orgasme final. Elle en voulait encore, il fallait que je rebande.
Sans pudeur, cédant à son désir, elle prend un gode sous l’oreiller, le pesse sur la chatte, sur l’espace vers son cul. Elle enfonce le gode dans son « petit trou » qui du coup devenant assez grand.
Elle me montrait comme elle se masturbait la cul.
Puis, après un autre orgasme aussi fort je pense, elle s’enfile un cousin du premier dans le con.
Elle se fait seule une double pénétration.

Elle me fait bander.

Je retourne sur elle, coté poitrine, presque assis sur ses seins pour lui donner ma bite à sucer. Elle me happe au passage.
Elle met en route sa machine buccale à me faire jouir. Je sens mes couilles près de son cou, ma bite surtout bien léchée par une langue agile.
Elle me fait mettre à quatre pattes, la pine toujours dans sa bouche. Elle peut me toucher les fesses, puis la raie. La garce passe sa main, trouve mon cul.
Elle me rend ce que je lui ai fait en mettant d’abord un doigts profondément puis elle arrive à m’en mettre deux autre : elle m’encule carrément. Elle me lèche en coordination avec ses doigts.
Qu’elle bonne baiseuse. Dire que je préférais un 69 !
Je me sens éjaculer dans sa bouche longuement.
Elle garde toujours les deux godes en elle pour recommencer sa masturbation.
Je pars de chez elle pendant qu’elle se branle encore.
Je l’ai embrassais sur la bouche en partant en lui souhaitant bon orgasme. Je dois revenir ce soir. J’espère quelle sera en forme pour me baiser et se baiser également.
Je l’adore. Elle n’a pas payé l’addition

Auteur: fabrissa

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *