J’adore la bite de mon gentil voisin

C’est devenu une habitude, je suis accro à la branlette. Cela a eu lieu en février de cette année, un samedi très chaud dans la ville où j’habite et où il fait toujours une chaleur accablante pendant toute l’année et comme personne était à la maison,  j’étais toute nue, oubliant que la fenêtre était ouverte, cela m’incommodait et je suis allée dans ma chambre. Mon désir de me branler ne me quittait pas de la soirée. Je me couchais. Quelle excitation ! La fenêtre de ma chambre est immense, on peut sentir par fois une douce brise, que j’aimais, car elle caressait mes doudounes, ce qui faisait croître de plus en plus mon excitation. Je laissais mes jambes au dessus du chevet du lit et je les laissais toutes les deux bien ouvertes. Je sentis déjà ma chatte en manque et je commençais à frotter mon clito. Je jouis comme une folle après cette caresse que je contrôlais pour ne pas jouir et je devinais déjà ce qui allait se passer.

Je me levais, me mis à quatre pattes sur le lit et je commençais à lisser le petit trou de mon cul avec le gode, bien que je fusse encore vierge du cul. Avec les jambes bien écartées, je commençais à passer ce  gode dans mon cul, ma petite chatte était déjà excitée. Cela me rendait folle, je me mis à rentrer cette énorme bite artificielle dans mon con ouvert qui était humide et chaud. Je commençais à jouir comme une folle en imaginant que ce fut une bite d’homme me baisant joliment, il parlait à voix basse et me caressait mes gros nichons. J’avais presque déjà joui que je retirais ce gode et je commençais à le lécher comme si je léchais une vrai bite humaine, avec mon autre main, je mis deux doigts dans ma chatte et je commençais, mon clito implorait d’être sucé, puis je portais mon doigt à ma bouche, le suçant l’enfonçant de nouveau.

C’est fou non? Imaginez cette scène !!

Lorsque je me suis levée, j’ai entendu un bruit, je regardais par la fenêtre et je vis que quelque chose bougeait dans les plantes, j’aperçus mon voisin qui me regardait avec des jumelles. Il lavait toujours la piscine le samedi, je ne savais pas pourquoi il utilisait ces jumelles, aujourd’hui je le sais, je sais qu’il assistait à mes séances de masturbation. Je faisais semblant de ne pas le voir, mais il était excité et il se caressait la bite, ce qui m’excitait aussi. Ma chatte était en feu. Puis il a sauté par la fenêtre. Il avait un beau corps. Il m’attira contre son corps, caressant mes nichons avec ses grosses mains et passait ses doigts entre les lèvres de mon con en disant à mon oreille :

« Petite pute toute mouillée, quel délice!

Je sentais qu’à un moment donné, il sortirait sa pine, il mit sa main dans son short pour caresser le bout de sa bite qui était déjà très raide, j’entendais ses gémissements lui disant de ne pas s’arrêter, chaque fois que ma main sentit la raideur de sa bite. Il ne put se retenir, il a sorti sa bite et il a commencé à se branler, puis il enfonça sa pine dans ma bouche chaude et il a donné quelques coups, lorsque j’ai senti la pointe de sa belle bite dans mon gosier, je devins folle d’amour. Hum…Il prit ma tête dans ses mains et me baisa dans la la bouche comme si ce fut une chatte. Sa bite était très grosse, je la sentais bien dans ma bouche, elle pouvait mesurer 20 cm. Nous avons fait les mêmes choses lorsque la fenêtre était ouverte. Du sexe rien que du sexe, du cul que du cul..Il m’a sucé intensément le con et le trou de mon cul…
Je laissais mon con bien ouvert se faire lécher par sa langue chaude et baveuse, j’aimais sentir la pointe de sa bite faire de petits ronds et je fis de mon mieux pour ne pas jouir tout de suite. Michel adorait faire « 69 » avec moi et moi j’aimais beaucoup cette position un peu osée et que beaucoup de filles trouvent dégueulasse. Je suçais son cul et ses couilles, sa bite aussi, je la suçais amoureusement, je passais ma langue sur la pointe de sa pine, et il gémissait de plaisir. Je le branlais délicatement. Je suçais ses couilles, ce qui le faisait gémir et parfois il oubliait de sucer mon con et mon cul, lesquels imploraient d’être pénétrés par sa langue et par sa bite. Il me mit à quatre pattes, comme si j’étais sa petite chienne et il me lécha le minou, je sentis mon jus d’amour se répandre sur mes jambes et il commença à franchir la petit porte de mon cul, mais je lui avais dit que le petit trou de mon cul ne saurait être pénétré et il savait que je n’aimais pas me faire enculer, mais ma mentalité de salope prit le dessus…Je lui ai demandé de mettre cette bite merveilleuse dans mon con,

« mets la de toutes tes forces ».

Il enfonça sa bite avec une violence inouïe, je sentais ses couilles frapper mon gros cul.
Cela me rendait folle, je posais ma main un peu plus bas pour atteindre cette bite qui en même temps me pénétrait. Je branlais cette bite merveilleusement.

Il me dit :

« Ce n’est pas la bite que tu aimes, prends la chienne. Tu sens ma bite entrer…Quelle merveille! ».

Je l’entendis gémir, en même temps il disait.

Tu veux la recevoir ma bite?

« Ma bite »..Comme c’est bon de te la mettre, tu es à quatre pattes et je vois cette chatte brûlante, grande ouverte. Tu vas la recevoir ma bite, chienne…Ah!! Là  comme ça, sa voix me fit mouiller davantage…Hum, je gémis, sans me préoccuper si quelqu’un pouvait entendre. Je sentais la bite entrer cm par cm dans mon con. Puis je sentis que j’allais jouir.

Je m’écriais

« Baise ta salope sauvagement comme ça »…

Mes gémissements aidaient à la pénétration forcée de ma pine….Là..Je vais jouir. Oh! Quelle bite délicieuse…

Il disait encore :

« Tu aimes cette bite n’est-ce pas ? ». Celle- ci est tout à toi »

je me masturbais toujours en voyant cette scène qui me rendait fou. En voyant ton gros cul collé à cette bite artificielle, je déchargeais des litres de lait…Chienne, suce ma bite avec ta bouche chaude… Comme ça, oui…Ma petite putain…Il hurla de plaisir, j’embouchais cette pine en prenant tout le lait qui dégoulinait à côté de ma bouche coulant sur mon cou Ce fut la meilleure jouissance de ma vie…Il me fit jouir en suçant mon con avec la pointe de ma bite artificielle, il caressa mon cul.
Mon cul j’aimais lui offrir.
Le cul c’est ce que les garçons adorent caresser, lécher, pénétrer. Oui un cul c’est quelque chose de merveilleux, donner son cul à son amoureux c’est le plus beau cadeau qu’une fille peut lui faire. Vive le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul, le cul….
Ah ! Que c’est bon, que c’est bon un cul de fille amoureuse.

Avatar

Auteur: Joliechatte2013

Partager cet article sur :

1 commentaire

  1. Avatar

    Elle a en de la chance d’avoir un voisin si gentil qui possède une très belle bite que je voudrais bien recevoir dans le petit trou de mon cul.En effet j’adore lorsqu’un homme m’encule.C’est si bon

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *