Idées de sextos BDSM à envoyer à votre soumis(e)

Si vous n’avez pas encore exploré le BDSM en personne, mais qu’il est sur votre radar, le sexting est un excellent point de départ. Les sextos BDSM peuvent être un excellent moyen de pratiquer le langage coquin, d’offrir de nouvelles façons d’éprouver du plaisir, un moyen plus sûr de tester un fantasme avant de s’y plonger en personne, ou de satisfaire sa curiosité. Les sextos BDSM peuvent être pratiqués pour de nombreuses raisons : préliminaires, pimenter une vie sexuelle monotone, exciter son partenaire à distance (homme ou femme), établir une dynamique de pouvoir ou créer une attente entre deux rendez-vous. Il n’y a pas de limite – jusqu’à ce que quelqu’un lâche son mot de sécurité.

Il existe de nombreuses façons d’explorer le sexting BDSM, qu’il s’agisse de contenus visuels suggestifs, de demandes de mémos vocaux, de commandes par SMS ou de punitions. L’essentiel est de communiquer à l’avance et d’établir un scénario, souvent appelé « scène » dans le langage BDSM, que vous pourrez tous deux mettre en scène par le biais du sexting

Quelques idées de SMS BDSM à envoyer à votre soumis(e)

  • Arrête immédiatement ce que tu fais et mets de la lingerie rouge. Dans 10 minutes, je veux que tu m’envoies une photo de toi allongée sur le dos et montrant ton corps, afin que j’aie quelque chose pour me masturber au moment où je rentre du travail.
  • Demander à son soumis (ou sa soumise) de gémir dans une courte vidéo ou un message vocal ù il/elle se fait plaisir.
  • Je serai à la maison dans une heure. Je veux que tu sois nu(e) et sur le lit quand j’entrerai
  • Mets la tenue que j’ai choisie pour toi pour le dîner de ce soir.
  • Mauvais garçon/Vilaine fille. Tu ne peux pas avoir d’orgasme ce soir.
  • J’ai parlé de tes fantasmes de soumis(e) à mon/ma collègue.
  • Mon/Ma collègue a remarqué la clé qui pend à mon cou et m’a demandé ce que c’était (en désignant la clé de la cage de chasteté)
  • Tu as 10 minutes pour (enfiler un plug anal, te masturber, te raser, mettre telle tenue, te mettre en position offerte…) et prouver en photo.
  • Donne toi 10 coups de fouets dans le dos. Preuve en photo. Tu as 10 minutes
  • Mets tes pinces à seins. Preuve en photo. Tu as 10 minutes
  • J’ai envie de te toucher, mais certainement pas avec tendresse.
  • Gentille fille/Gentil garçon. En guise de récompense, je vais te faire des avances pendant une heure.
  • Comme punition, je vais t’attacher et te taquiner plus tard.
  • Te mettre nu(e) à la fenêtre et te donner xxx coups de fouets/fessées. Compte à haute voix. Tu as 30 minutes. Preuve en vidéo.
  • Polir toutes les bottes et les chaussures de la maison (si elle a été sage, elle peut même utiliser ses mains).
  • Aligner le contenu de tous les placards de la cuisine (étiquettes des boîtes de conserve devant, poignées des tasses alignées, etc.)
  • Nettoyer tous les pieds de chaise de la maison avec ta brosse à dents (ou autre)
  • Choisissez un téton – mettez une pince à linge (ou à tétons) dessus – fais-le tourner de 90 degrés toutes les dix minutes jusqu’à ce qu’il soit deux fois plus gros que l’autre.
  • Trouves 10 images de fantasmes qui te tente. Explique pourquoi ils te tentent.
  • Nettoyer à fond l’intérieur de toutes les fenêtres en ne portant qu’un caleçon/une culotte.
  • Range tes chaussettes (ta lingerie…) par couleur.
  • Retire tes sous-vêtements et mets-les dans ta bouche. Scotch par dessus. Tu dois les garder jusqu’à ce que je revienne.
  • Ecrit sur (sein, ventre, fesse…) « Je suis … » au feutre. Conserve le message toute la journée.

Rappel : Même s’il peut y avoir de la « douleur » (consensuelle), les sextos BDSM sont censés être agréables ! Si ce n’est pas le cas, arrêtez ce que vous êtes en train de faire et discutez avec votre partenaire de la façon de procéder (le cas échéant). Le but est de profiter du processus tout en trouvant ce qui convient le mieux à chacun.

Avez-vous d’autres idées à ajouter à cette liste ? laissez en commentaires ci dessous et faites en profiter tout le monde.

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *