Gang bang en Afrique

La première fois que je n’ai jamais eue une bitte noire, c’est lors de mes 18 ans et lors d’un voyage en Afrique avec mon nouveau mari Ben.

Nous étions à la 2ème semaine de notre lune de miel quand, une nuit dans le bar de l’hôtel, Ben, mon mari qui est un anthropologue et est âgé de 43 ans, est parti parler à un groupe de vieux hommes noirs sur leurs tribus et coutumes etcetera.

Il faisait chaud, non, très chaud. Donc, je portais un haut de bikini et une mini-jupe, pas de culotte ou de bas car j’avais envie de sentir la brise fraîche entre mes jambes et me rafraîchir. Je m’ennuyais à mourir en attendant Ben avec mon verre. A ce moment-là, un africain vraiment magnifique est venu se présenter. Il m’a dit son nom, imprononçable pour moi, mais comme cela sonne comme George, je vais l’appeler ainsi pour le récit.

Nous avons parlé et dansé pendant quelques heures. Le nombre de verre ingurgité me laissa aller lorsqu’il commença à balader ses mains sur mon corps, serrer mes fesses et jouer avec mes seins. J’appréciais tout cela d’autant plus que Ben m’avait délaissé pendant cette lune de miel. Je pensais que lune de miel signifiait fait l’amour jour et nuit sans s’arrêter. La vérité est qu’en neuf jour nous ne l’avons fait que trois fois.

Puis George m’a proposé d’aller à l’extérieur pour prendre l’air. Je suis donc allée prévenir mon mari que je serais de retour mais il était tellement absorbé par sa discussion qu’il ne semblait pas s’en préoccuper plus que ça.

Une fois dehors, le magasin, l’église et l’hôtel étaient les 3 seuls bâtiments. Autrement, il n’y avait que des paillotes à l’exception d’une grange qui se trouvait derrière l’hôtel. Georges m’emmena là et commença à m’embrasser. J’étais vraiment ivre et je prenais beaucoup de plaisir à embrasser ce grand beau black.

Nous nous sommes couchés dans la paille puis je défis mon haut de bikini pour le laisser sucer mes seins. Mes jambes étaient écartées et il se trouvait entre elles. Je savais ce qu’il se passait lorsque je senti sa bite dure le long de ma cuisse.

Il me tardait de sentir sa queue me pénétrer. Sa pénétration me procura tellement de bonheur. Il m’embrassait en s’activant entre mes jambes. Je me mis à gémir. Il faisait chaud et humide dans la grange et nos deux corps se mirent à transpirer. J’étais proche de l’orgasme lorsque j’ouvris les yeux et vus 3 membres de la tribu qui nous regardaient.

J’ai commencé à paniquer mais Georges se mit à me baiser de plus belle. Il gémissait et je sentais ses couilles frapper sur mon cul. Je savais qu’il était en train de tout lâcher. Puis, je sentis son sperme chaud couler de ma chatte. J’étais perdue dans la passion et je fermais les yeux tout en continuant mes mouvements de bassins.

J’étais proche de l’orgasme quand il s’arrêta et me murmura quelque chose à l’oreille que je n’ai pas bien entendu. Il m’embrasse, me sourit et retira sa queue. Je me sentais tellement vide.

Il se leva et remis son pantalon. J’étais toujours couchée dans la paille. Je me suis assise un peu et j’ai croisé mes jambes et couvert mes seins avec mes mains. Comme j’ai ouvert mes yeux, je pouvoir constater qu’il y avait maintenant six membres de la tribu qui me regardaient. Ceux-ci ne portaient que des pagnes et parlaient entre eux en souriant dans leur propre langue.

Je savais que j’étais vraiment ivre, mais je devais être complètement folle aussi, parce qu’au lieu de m’en aller, j’ai exposé mes seins nus aux yeux des indigènes noirs et, me mis à décroiser mes jambes, sachant pertinemment qu’ils pouvaient tous facilement voir ma chatte.

Je levai les yeux et tout ce que je retiens c’est que le premier indigène qui me pénétra portait un collier de dents de lion. Je me rallongeai et ferma les yeux pour savourer le moment.

Je devais être la première blanche qu’il baisait car n’a pas tenu plus d’une minute avant de se mettre à gémir et à gicler au fond de moi. Ce fut bon. Tout ce dont je me souviens c’est que les hommes étaient plus âgés que George et semblaient provenir d’une tribu sauvage.

Ils ont tous adoré me baiser et se déverser dans ma chatte. Le dernier homme se vide au fond de ma chatte complètement détendue et je reste là, épuisée, pleine de sueur dans une mare de sperme.

L’homme était toujours sur moi, reprenant son souffle, et je pouvais toujours sentir sa bite au fond de moi et le sperme couler sur le bas de mon cul. Je n’ai jamais vraiment eu un orgasme pendant les rapports sexuels auparavant. Mais cette nuit-là, après que le deuxième homme m’ait baisé, je vous jure que je n’ai jamais cessé de jouir. Avec chaque nouvelle queue, mes orgasmes sont devenus plus intenses.

Je gémissais, embrassais les laissais ces sauvages me baiser et sucer mes mamelons. Dieu, j’étais au paradis de la bitte ! Lorsque le dernier a fini de me baiser, je constatai que George et ses amis étaient toujours en train de me regarder et de sourire. Quelqu’un a dit quelque chose et George hocha la tête. Puis George m’aida à me relever. J’ai remis mon haut de bikini et se redressa sur ma mini-jupe trempée de sperme.

George m’a amené à l’écart de l’hôtel pour aller dans une hutte du village. Lors du chemin, je pouvais sentir le sperme couler sur mes jambes jusqu’aux pieds.

J’étais encore ivre et chancelante de cette incroyable expérience sexuelle. Les membres de la tribu nous suivirent. Nous entrâmes dans une longue hutte. Il faisait sombre à l’intérieur et je pouvais à peine voir. Malgré tout, je vis qu’à l’intérieur de la hutte se trouvaient d’autre membres de la tribu.

George m’amena au centre de la hutte. En regardant derrière moi je vis qu’il y avait une dizaine d’homme à l’entrée. George se mit à m’embrasser et à mettre ses mains sur mes fesses.

Je sentais ses mains sur mes fesses pendant qu’il m’embrassait, puis sur mes seins et finalement sur ma chatte. Je pense que j’ai perdu le contrôle à ce moment-là car la seule chose dont je me souviens par la suite c’est d’être à genoux en train de sucer des bittes noires comme une chienne.

J’ai pris beaucoup de plaisir à sucer toutes ces bites, certaines étaient grosses, d’autres grandes et des moyennes aussi.

Deux hommes ont éjaculé dans ma bouche avant que le reste des hommes se mette à la ligne pour pouvoir baiser ma chatte. J’étais complètement perdue. Je me suis mise à sucer bite après bite pendant que d’autres hommes me baisaient. Je me mis à jouir de nouveau puis à avaler la semence des hommes que je suçais.

J’avais une grosse bite dans ma gorge, je pouvais sentir son sperme gicler sur le fond de ma gorge quand quelqu’un essaya de glisser sa bite dans mon cul. Je m’étais déjà fait enculer quelque fois avant mais sur le moment, je n’étais pas vraiment sûr. Mais comme il ne me demandait pas ma permission et se servait juste de moi pour éjaculer je ne pus protester d’autant plus qu’une autre queue venait de prendre place dans ma bouche.

Je dois admettre que je pris beaucoup de plaisir. Une bite dans ma bouche et une au fond de mon cul. J’étais juste une salope finie à ce point. Je me sentais tellement pleine. Si pleine de belles grosses bites noires.

Ma chatte était toujours sensible de toutes les bites que j’ai eues juste avant, c’était juste dément. Je suçais et gémissait, je pouvais sentir la grosse queue aller et venir dans mon cul. J’ai eu mal au début mais comme il y allait doucement tout se passait bien. Il se mit à gémir puis à se finir au fond de mon cul.

L’homme d’après commença par me prendre par la chatte puis glissa sa grosse bite dans mon cul. Je ne sais combien d’hommes ont rempli mon cul de sperme mais il devait bien en avoir 7 ou 8. J’ai continué de sucer bite après bite tout en en prenant dans mon cul qui commençait à bien s’élargir.

Au quatrième ou cinquième homme qui me prenait par le cul, mon anus devait être aussi détendu que ma chatte, ben qu’un peu plus serré. De ce fait, je ne sentais plus de douleur lorsque qu’un homme se mettait à me prendre par le cul. Je pense que j’aurai pu facilement prendre plus de 20 hommes dans le cul.

Je ne sais pas depuis combien de temps j’étais partie de l’hôtel lorsque le dernier homme giclât au fond de ma gorge. Je n’ai d’ailleurs pas vu partir les hommes. Mais lorsque je repris mon souffle et leva les yeux, seul George était présent.

Je ne sais même pas combien d’hommes étaient présents, je n’ai pas demandé, je me demande seulement si ils avaient déjà baisé une autre fille blanche.

J’ai recouverte de foutre des jambes aux visages sans oublier l’estomac. J’avais sale mine mais heureusement les toilettes étaient juste à côté. J’ai pu nettoyer mon visage, mon corps et mes cheveux tout en évacuant le reste de sperme dans la cuvette des toilettes. Après un moment passé aux toilettes, je n’étais pas trop mal en point pour pouvoir retourner à l’hôtel et retrouver Ben.

Ma chatte et mon cul étaient hors service pendant quelques jours suite à cette aventure. Et bien sûr, je me demandais, à chaque fois que je croisais un homme noir si celui-ci avait participé à la soirée et s’il avait eu jouissance de ma bouche, de ma chatte ou de mon cul.

***

Plus tard cette nuit-là, j’ai avoué à mon mari Ben ce qu’il s’était passé. Je suis presque tombé sous le choc quand il m’a dit que non seulement il savait tout cela, mais qu’il avait tout organisé avec George et qu’il avait observé toute la procédure.

Par la suite, il a organisé des soirées de ce genre pour moi dans d’autres parties du monde. Mais rien n’a jamais était aussi bon que cette première fois.

Auteur: Camille lagarche

Partager cet article sur :

4 commentaires

  1. je sui smonte a 32cm diam 10 cm si ca t interresse

    Répondre
  2. je veux te baiser 32 cm diam 10 cm

    Répondre
    • Tu parle a qui ?

      Répondre
  3. moi j ai une toute petite bitte et je m en contente

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *