Fier d’être le cocu de ma femme

Ma femme et moi sommes mariés depuis plus de 20 ans. Notre amour est profond l’un pour l’autre. Nous sommes un couple très passionné et aimant. Quand j’étais au lycée, je sortais avec un tas de filles. Ma femme était vierge quand je l’ai rencontrée. Un soir, alors que nous regardions un film sur une femme qui permettait à son mari de coucher avec quelqu’un d’autre pour une nuit. Ça m’a donné une idée.

Elle a toujours été avec moi. Nous avons eu quelques nuits saoules dans le passé. Elle m’a toujours répété que j’ai couché avec d’autres filles et elle n’a couché qu’avec moi. Elle avait l’air déçue quelque part. Elle se demandait toujours si cette expérience lui manquait ou si elle ne lui manquait pas vraiment tout en m’en parlant. Et ce soir…

Je lui dis : « Je pense que tu devrais connaître un autre homme une fois. »

Ses yeux se sont levés et m’ont demandé : « Tu plaisantes ? »

« Non, je ne plaisante pas. Vas-y juste une fois, d’accord ? »

Elle m’a souri et m’a embrassé très passionnément.

On a fait l’amour ce soir-là. C’était une bête sauvage, une vraie furie au lit, comme je ne l’avais que rarement vu !

Le vendredi soir suivant, je suis à la maison pour faire mes corvées quand elle rentre du travail dans une humeur très heureuse. Elle m’embrasse et me serre dans ses bras. Elle m’a dit de la suivre aux toilettes. Alors je la suis.

Elle me fait m’agenouiller derrière elle. Je me demande pourquoi ? Alors je m’agenouille derrière elle pour qu’elle ne veuille pas qu’elle change d’humeur. Je la regarde se déshabiller.

Elle me pousse son cul nu dans le visage. On me dit d’aller lui lécher le cul jusqu’à ce qu’elle me dise d’arrêter. Elle se maquille. Elle m’explique qu’elle et sa copine ont fait des recherches sur le « candaulisme« .

Mes yeux se sont agrandis et je me suis dit : « Ce n’était pas le problème. Elle est juste supposé sortir et baiser un mec et rentrer à la maison, souviens-toi ! »

Elle dit : « Je ne t’ai pas dit d’arrêter de me lécher le cul ! » J’ai été choqué quand elle a dit ça. Alors j’ai continué à lui lécher le cul.

« Je suis trop amoureuse de toi pour faire ça ! Je veux que tu participes. Je suis trop timide pour le faire seul, tu vas m’aider ce soir ! Tu vas faire tout ce que je te dis sans hésiter, s’il te plaît ! Souviens-toi que c’est toi qui veux que je le fasse ! »

Je m’agenouille encore plus bas en lui léchant le cul en me disant : « C’est moi qui la pousse à faire ça. » Alors j’ai marmonné devant elle : « Oui, ma chérie. »

Elle sourit et ajoute : « J’ai rendez-vous ce soir avec un jeune homme mignon. Tu dois rester à la maison, faire le reste de tes corvées et attendre qu’on rentre à la maison. »

J’ai marmonné : « Oui, ma chérie. » Pendant que je lui léchais le cul.

Elle s’éloigne et se retourne en me regardant avec un grand sourire en disant « Tu peux arrêter de me lécher le cul. Tu peux venir me voir m’habiller. Suis-moi dans la chambre ! »

Alors je l’ai suivie dans la chambre. Assise sur le lit, je la regarde mettre sa robe rouge la plus sexy et ses hauts de cuisse noirs de jais en nylons. Elle met ses talons rouges de 15 cm et un bracelet de cheville qu’elle vient d’acheter elle-même. Pas de culotte ou de soutien-gorge ? Elle me tend sa culotte rose vif et son soutien-gorge et me dit : « Je n’en aurai pas besoin ce soir. Tu les porteras ce soir pour moi ! »

Ma mâchoire est tombée ! Qu’est-ce qu’elle me fait ? J’hésite quelques secondes quand son sourire se transforme en regard fou et elle dit d’une voix très sévère « Maintenant ! »

Sachant que je ne voulais plus la contrarier, je ferais mieux d’aller avec elle. J’ai mis sa culotte et son soutien-gorge. Je me suis retourné quand soudain un flash m’a aveuglée alors qu’elle me prenait en photo avec son téléphone. Puis elle me tend une boîte avec un archet. Je l’ouvre et ma mâchoire retombe, c’est une cage de chasteté. Je dis : « Attend une minute, ça ne fait pas partie du marché ! »

Elle dit : « C’est ton dernier avertissement ! Ne m’oblige pas à poster cette photo sur Facebook pour que nos amis puissent tout voir ! Obéis-moi, c’est tout ! Je veux que ce soit une soirée spéciale pour nous ! »

Je sors la cage de la boîte. J’enlève ma culotte et je glisse la cage. Elle sort la serrure de la boîte et sourit. Elle se penche et commence à m’embrasser. D’un simple clic, elle verrouille ma bite. Elle se lève et sort de la chambre. Je remonte ma culotte en me disant : « Qu’est-ce que j’ai fait ? »

Je l’accompagne jusqu’à la porte d’entrée en lui donnant un gros câlin et un baiser. Elle dit : « Je t’aime beaucoup ! Tu ferais mieux de nous attendre ! » J’ai fermé la porte en l’entendant partir.

Quelques heures plus tard, je vois des phares s’arrêter. J’entends deux portes se refermer. La porte s’ouvre en les regardant s’embrasser, comme deux lycéens lors de leur premier rendez-vous.

Elle ferme la porte avec son pied. Elle saisit sa main et s’approche de moi en disant : « C’est ma petite salope cocue ! « Salope, c’est mon amant et il a une grosse bite ! » Ils se mettent à rire tous les deux.

Il me regarde encore en train de rire en me voyant dans son soutien-gorge et sa culotte et me dit : « Ouais, c’est ta salope ! »

Elle attrape sa bite à travers son jean quand je remarque son énorme gonflement. Elle m’a vu la regarder et m’a dit : « Je t’avais dit qu’il avait une grosse bite ! »

Elle saisit sa main et le tire dans notre chambre. Juste avant de fermer la porte, elle regarde par-dessus son épaule et me sourit en fermant la porte.

Je me suis assis sur le canapé en l’écoutant avoir  orgasmes après des orgasmes. Les entendre baiser l’un et l’autre. Elle le supplie de la laisser lui sucer sa bite. Il lui dit de prendre toutes sortes de positions.

On dirait que les jours ont passé où je les écoutais tous les deux baiser. Je l’entends grogner et crier : « Je vais jouir dans ta chatte ! » Tout d’un coup, le silence envahit la pièce.

Ma bite s’épuise dans la cage. Je pensais être jaloux, mais je ne le suis pas. J’ai été très excité de les entendre baiser.

La porte s’ouvre et son amant s’approche de moi. Juste en face de moi, nue, je peux sentir l’odeur du sexe sur lui. J’ai remarqué que son jus couvrait sa bite à moitié dure et il dit : « J’ai réclamé la chatte de ta femme ce soir ! Je me suis enfoncé dans sa chatte ! C’est ma chatte maintenant ! Oh mon Dieu, elle suce une bonne bite, et sa belle chatte était très serrée jusqu’à ce que je la baise ! Elle a besoin d’un verre d’eau ! Elle ne peut plus marcher ! » Alors qu’il rit et retourne dans sa chambre.

Je me suis levé et je suis allé à la cuisine et je lui ai rempli un verre d’eau. En retournant dans la chambre à coucher, j’ai vu son corps nu avec seulement ses jambes recouvertes de nylon, écartées sur le lit.

Il est allongé à côté d’elle, lui tenant la main et l’embrassant devant moi. Je marche jusqu’au bord du lit en les regardant encore s’embrasser et se peloter l’un l’autre. Je lui donne le verre d’eau. Elle prend un verre et s’assoit sur la commode et me dit « Embrasse mes pieds ! » Alors qu’elle me regarde me lécher les lèvres.

J’ai marché jusqu’au pied du lit, je me suis penchée et j’ai embrassé ses deux pieds. Puis elle me frotte les pieds sur le visage. J’ai remarqué que la clé de ma cage est sur son bracelet de cheville. Elle a remarqué que je la regardais et m’a dit : « Embrasse la clé de ta cage à bite ! »

Je le regarde et il me regarde avec un regard bizarre. J’embrasse la clé et elle dit : « Montre-lui ta bite qui est enfermée et sous mon contrôle ! »

Ma bite essaie d’être dure. Je baisse la tête, j’ai honte, je baisse ma culotte et je lui montre. Il se met à rire en la faisant rire aussi. Il dit : « Tu ne plaisantais pas. C’est ta salope ! Pas étonnant que tu m’aies supplié de te baiser ! »

Elle montre sa chatte du doigt et dit : « Lèche-le sperme de ma chatte avant que je tombe enceinte ! Je ne veux pas de bébé ! Il l’a poussé au fond de moi ! Dépêche-toi, salope ! »

J’ai plongé rapidement entre ses jambes. Je vois ses lèvres de chatte rouge vif gonflées de rouge écarlate avec le sperme suintant dehors coulant vers le bas à son trou du cul. Je commence à lécher son sperme de son trou du cul d’abord en travaillant mon chemin de retour à sa chatte. J’enfonce ma langue comme je peux essayer d’extraire tout son sperme. Son sperme a un goût si sucré. J’étais sous le choc.

Je commence à la lécher plus vite. Je lui mets le doigt dedans pour m’assurer que j’ai tout. Elle commence à se crisper le visage et le doigt l’amène à un autre orgasme. Je commence à lécher son doux nectar en m’assurant qu’il est propre. Je m’arrête et je me penche.

Elle ouvre les yeux en gémissant et en essayant de reprendre son souffle. Voyant mon visage couvert de son jus, elle me dit : « Lèche-lui la bite ! Je ne baise que des bites propres ! »

Il la regarde et dit : « Attendez, je ne suis pas gay ! »

Elle lui sourit en se penchant vers lui et l’embrassa sur les lèvres et dit : « Ce n’est pas gay si c’est lui qui suce la bite ! Tu te fais sucer ! Il n’y a rien de gay dans une pipe ! »

Il réfléchit une minute jusqu’à ce qu’ils cassent le baiser et elle lui dit « Si tu veux encore ma chatte, tu lui diras de sucer ta bite ! Alors allez-y, dit-lui ou part ! Ta décision ! » Je n’arrive pas à croire qu’elle lui dise ça, mais le fait qu’elle soit si exigeante me rend si excitée.

Je le regarde écarter les jambes et lui dire : « Tu l’as entendue, salope ! Suce ma bite et nettoie-la bien pour elle ! Elle veut que je la baise encore une fois ! Fais-le maintenant, salope, je veux sa douce chatte ! »

J’ai créé un monstre ! Qu’est-ce que j’ai fait ? Je la regarde sourire à me lécher les lèvres en me donnant ses yeux très sexy et me hochant la tête vers sa bite. J’hésite une fraction de seconde quand elle lève le pied en me montrant la clé de la cage. Je suis tellement excitée maintenant ! J’ai besoin de sortir de ma cage ! Je ferais mieux d’obéir !

Je rampe entre ses jambes. Sa bite est à moitié dure quand je commence à le lécher. Goûter le jus sucré de ma femme sur sa bite m’a donné faim. Je peux sentir son odeur sur sa bite et ses couilles aussi. Je m’assure que j’ai bien nettoyé sa bite pour elle. Je suis encore plus excité maintenant pour une raison quelconque.

Il commence à gémir. Je sens ma langue sur sa bite. Il redevient dur. Il attrape mes cheveux et la base de sa bite et les pousse dans ma bouche, me faisant haleter. Ses deux mains tirent maintenant mes cheveux en faisant bouger ma tête de haut en bas sur sa bite en baisant mon visage. Ma bite tremble quand je goûte un peu de ses gouttes pré-éjaculation dans ma bouche. Puis je sens sa main pousser ma tête profondément sur sa bite, ce qui me fait bâillonner. Je les regarde s’embrasser.

Elle attrape une main pleine de poils en me tirant de sa bite dure en me disant : « Allonge-toi sur le dos ! »

J’ai tellement faim de sa chatte que je fais ce qu’on me dit. Allongé sur le dos sur le lit, je la regarde grimper en 69. Dire à son amant : « Baise-moi fort maintenant ! »

Je le regarde glisser derrière elle. Il m’a regardé et m’a dit : « Profite du spectacle et regarde un vrai mec baiser ta femme ! »

Il pousse sa bite au fond de sa chatte mouillée. J’entends à quel point sa chatte est mouillée quand il commence à la baiser dans les deux sens. Je le regarde baiser sa chatte gentiment et fort. Elle me dit : « Lèche mon clito ! » Entre ses gémissements.

Je commence à lécher son clitoris. Ses couilles me giflent le front. Je la sens frotter et taquiner ma bite en cage et mes couilles avec sa main. J’essaie de lui retirer la main en voulant sortir. Puis elle arrête de me toucher quand je sens sa tête sur mes genoux et que sa respiration s’accélère.

Tout à coup, son corps se met à trembler. Je l’entends crier pendant que son sperme me trempe le visage. Il n’arrête pas de baiser et je n’arrête pas de lécher. Ses jambes commencent à trembler maintenant. Elle arque le dos, enfonce ses ongles dans mes cuisses et crie très fort à un autre orgasme énorme qui me trempe encore le visage. Nous continuons tous les deux à lui donner une belle attention à sa chatte. Elle essaie de reprendre son souffle entre ses cris. Avec son corps et ses jambes qui tremblent encore pendant qu’elle se met à pleurer.

Il commence à accélérer son rythme pendant que je lèche son clito. Elle essaie de s’éloigner, mais il saisit ses hanches et la serre fermement. Elle n’arrête pas de crier à chaque fois que sa bite pousse au fond d’elle. Il sent sa chatte se resserrer et ma langue sur sa bite quand il crie « Je vais jouir dans ta chatte et te réclamer encore ! »

Entre les bruits de sa bite poussant profondément dans sa chatte elle gémit « Tire et éjacule dans la bouche de ma chienne ! »

Il est si excité maintenant qu’il la baise encore quelques fois et s’en va. Je n’ai rien entendu de la conversation entre les deux, car ses jambes me serraient la tête et me bouchaient les oreilles.

Ma bouche était encore ouverte quand je léchais son clito. Il lui a lâché les hanches. Elle glisse vers le bas en essayant de reprendre son souffle. Il enfonce sa bite profondément dans ma bouche ouverte et me fait bâillonner. Elle se retourne pour nous regarder et nous dit : « Fais-le ! Du sperme dans la bouche de ma salope ! »

Sa bite commence à palpiter en lançant des jets chauds et doux de sperme au fond de ma gorge. Sa bite n’arrête pas de palpiter, charge après charge. J’essaie de tout avaler, mais il y en a qui suintent du côté de ma bouche. Il sort de ma bouche quand j’ai besoin d’air. Il commence à caresser sa bite en me regardant et m’essuie plus de son sperme sur le front.

Il se lève et commence à s’habiller. Elle m’attrape les cheveux en tirant ma tête jusqu’au bord du lit. Je savais ce qu’elle voulait alors j’ai sorti ma langue. Il me met sa bite dans la bouche pendant que je le lèche. Puis elle lui attrape la bite et l’embrasse en le regardant dans les yeux. Il a saisi son visage penché vers elle pour un baiser sur ses lèvres et il a dit : « Je me suis tellement amusé ce soir ! Recommençons, s’il te plaît ! J’ai aussi fait de ta salope ma salope ce soir ! »

Elle lui sourit et lui dit : « Oui, tu l’as fait ! Tu m’as très bien écouté ! J’adore ta grosse bite ! Je pense qu’on va recommencer ! Peut-être que la prochaine fois tu pourras réclamer ma salope ! »

Il a eu un grand sourire sur le visage et a dit : « Tout ce que tu veux ! C’est toi la patronne ! » Ils s’embrassent et il s’en va.

Elle est assise sur le bord du lit, les pieds pendants sur le bord. Elle me dit de me lever au pied du lit. Elle frotte ses jolis pieds recouverts de nylon sur ma bite en cage et mes couilles en souriant quand elle dit « Merci ma petite chienne de nous avoir fait plaisir ce soir ! Je parie que tu aimerais jouir maintenant ? T’es dur ? » Alors qu’elle glousse.

Je commence à la supplier : « Oui, je suis dur ! S’il te plaît, laisse-moi jouir ! S’il te plaît, laisse-moi jouir ! J’ai besoin de ta chatte ! Je ferais n’importe quoi pour ta chatte, s’il te plaît, chérie, laisse-moi l’avoir ! »

Elle se penche en arrière et se penche vers le tiroir de la commode. Elle ouvre le tiroir et me tendit son gode et me dit : « C’est la seule façon pour toi de jouir ce soir. Mets-le dans ton cul et monte-le jusqu’à ce que tu éjacules ! J’ai trop mal à la chatte pour te baiser ce soir ! Donc tu éjacules avec le godemiché dans le cul ou tu n’éjacules pas du tout. C’est toi qui décide ! »

Je la supplie de le déverrouiller et de le faire, s’il vous plaît !

Elle se moque de moi en me suppliant et m’a répondu : « Il n’y a aucune raison de débloquer ta bite, parce que tu n’auras pas ma chatte, c’est trop douloureux ! »

Je suis sur le point de pleurer parce que j’ai tellement besoin de jouir et j’étais sur le point de parler quand elle m’a dit : « Je t’ai dit soit de jouir sur le godemiché, soit de ne pas jouir du tout ! Dépêche-toi de décider, je suis fatiguée ! »

Je me suis mis à genoux devant elle. Je suis tellement excitée et j’ai tellement besoin de jouir ! Mon esprit n’arrive pas à réfléchir. J’ai commencé à penser avec mon autre tête. Alors j’ai enfoncé le godemiché dans mon cul. J’halète quand il est entré dans mon trou.

Tenir la base du jouet avec mes pieds. Je commence à rebondir dessus. J’avais si mal, mais je m’en fichais. La douleur a disparu en quelques secondes et je l’ai sentie se frotter contre ma prostate en gémissant.

Ma bite essaie d’être dure dans la cage. Je regarde en bas et j’ai vu du sperme suinter du trou de la cage. J’ai attrapé ma cage et j’ai commencé à me branler quand j’ai senti son pied me donner un coup de pied en disant « Pas de mains ! »

Je ferme les yeux en me concentrant à essayer de jouir. Quand je sens ses orteils en nylon se frotter sur mes couilles. Il m’a envoyé sur le bord du gouffre. J’accélère mon rythme quand j’ouvre les yeux en regardant ses pieds en nylon noir pendant que le sperme sort de ma cage sur tous ses pieds, mais pas d’orgasme. Je continue à monter le godemiché plus vite en fermant les yeux pour avoir un orgasme.

Elle saisit mes cheveux qui m’ont fait sursauter. J’ouvre les yeux en regardant la sienne en me disant : « Arrête ! »

Elle m’a poussé la tête en bas avec le jouet encore dans le cul et m’a dit : « Lèche tes conneries maintenant ! »

Je suis toujours si excitée que j’ai besoin d’orgasme. J’espère qu’elle m’a donné un orgasme. Je commence à lécher mon sperme de ses pieds en nylon. Mon sperme est vraiment salé, pas aussi sucré que celui de son amant. Je m’assure d’avoir jusqu’à la dernière goutte.

Elle me tire les cheveux en me tirant vers le haut et m’embrasse sur les lèvres et me dit : « Je suis si fière de toi, ma petite chienne ! Je vais adorer ce nouveau style de vie ! Nous allons avoir un vrai mariage heureux à partir de maintenant ! »

Je la regarde et je lui dis : « S’il te plaît, laisse-moi jouir ! J’ai besoin de jouir ! »

Elle rit et dit : « Tu as fait du sperme ! Tu viens de me lécher ton sperme des pieds ! »

J’ai commencé à rebondir de haut en bas sur ce godemiché en essayant de me faire jouir à nouveau. Elle m’a giflé le visage et m’a souri en me disant : « T’es une petite salope en chaleur, c’est pas toi ! Arrêtez, c’est fini pour ce soir, c’est l’heure d’aller au lit ! Range ce jouet et grimpe au lit avec moi ! »

Je grimpe sous les draps en me serrant contre son dos en poussant ma bite en cage dans ses fesses. Elle me regarde en arrière, m’embrasse sur les lèvres et dit : « Arrête de me sauter salope ou tu vas dormir sur le canapé ! Est-ce que tu comprends ? »

Je dis : « Oui, ma chérie, je t’aime ! Bonne nuit ! » Alors qu’elle s’endort en me tenant les bras. J’embrasse son épaule en me disant « J’aime tellement ma femme ! »

Avatar

Auteur: Aurelien

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *