Elle voulait autre chose

Ce jour la, j’avais réussi à draguer au travail une collègue. Le courant passait bien entre nous. Elle s’appelait Brigitte. Sa peau était noire. Elle faisait 1m69, 55kgs, les cheveux coupés au carré. Sa poitrine était du 85a. Ce jour là, donc, Brigitte m’avait donné son adresse ainsi rendez vous chez elle, le soir même, à 20h… Je sens qu’on allait bien s’amuser !

Quand elle m’a ouvert sa porte, elle ne portait qu’un long T-shirt blanc, et un slip blanc lui aussi. Elle était très jolie, très sexy dans cette tenue. Elle m’a prise par la main, elle m’a guidé dans son salon. Puis elle est allé s’asseoir sur une chaise, dans un coin, et me dit :  » Vas y, fais moi plaisir… «

Je me suis alors approché d’ elle, puis, alors qu’ elle était toujours assise et moi debout, j’ ai posé ma main gauche sur ses seins à traverse son T-shirt… tandis que ma main droite descendait à l’ intérieur de son slip. Pendant ce temps, elle avait déboutonné la braguette de mon jean et commençait à branler mon sexe déjà dur d’une main. De l’autre, elle guidait mes doigts dans son slip. Elle mouillait déjà ! Je lui caressais le clitoris… Elle commençait déjà à gémir de plaisir ! Dans un râle de plaisir, elle m’a alors dit qu’elle n’en pouvait plus d’attendre, qu’elle voulait que je la prenne maintenant. Mais ca, hors de question, pas déjà ! Je la fis se lever et se mettre au centre de la pièce, tandis que je m’asseyais à sa place sur la chaise. Très vite elle comprit que je voulais voir son strip-tease, même si elle ne portait pas grand chose !

Lentement, elle descendit son slip, en ondulant les hanches. Ce qui m’excitait le plus c’était de deviner ses formes sous son T-shirt, qu’elle souleva très lentement, caressant ses seins au passage. Elle finit par faire passer le T-shirt par dessus sa tête. Je la contemplais. De la mouille coulait encore le long de ses jambes d’ébène, et ses seins étaient pointus. Je la fis venir devant moi. Son sexe était un peu poilu, rose à l’intérieur, prêt à m’accueillir. Elle semblait aussi vouloir voir le mien ! Elle s’agenouilla et attrapa ma bite, pour me branler à nouveau. Lentement d’ abord, puis en accélérant la cadence. Elle ne fut pas longue à me prendre en bouche… d’abord le gland… puis toute la queue… mmmh… Elle était douée pour les pipes. Je sentais que j’allais venir, mais comme je ne le voulais pas encore, je m’arrachais brutalement de sa bouche. De la salive coulait le long de ses lèvres. Je lui ordonnais de se lever, et de se tourner, ce qu’elle fit. J’avais maintenant le nez sur son cul, bien dodu, charnu. Je lui tripotais les fesses, quant il me vint une idée. D’un coup, j’écartais ses fesses de mes mains. Elle poussa un petit cri. La vision de son trou m’était offerte. Je la sentais frémir, peut être avait elle peur de la suite des événements. Je collais mon visage sur son trou et le léchais un peu, puis crachait dedans… Elle fut surprise par ca ! Mais si elle savait ce qu’il l’attendait. Je me levai, et, toujours tenant chacune de ses fesses dans une main, j’enfonçai brutalement ma bite en érection de son cul. Là, on peut dire qu’elle l’a senti, elle poussa un effroyable cri de douleur ! Elle me criait de me retirer, qu’elle avait horriblement mal. Moi, la bite dans son cul, je la guidais, vers la porte de sa maison. On avait du mal à marcher, surtout elle ! Je crois que quand elle a compris ce que j’allais faire, elle se débattit, pour me forcer à me retirer, mais rien à faire, j’étais solidement ancré dans ses chairs. J’ouvrais la porte de son appartement. Comme on était samedi soir, la rue était bondée de monde. Honteuse, elle ferma les yeux, rougissait. Mais tous les regards étaient déjà sur nous… Je fis quelques pas, et d’un coup sec, me retirait d’elle, et la jeta là, par terre, devant tout le monde, comme une vieille chose dont on voudrait se débarrasser, et rentrait m’enfermer dans la maison, que dis-je, SA maison ! Par le judas, je regardais dehors… Elle tambourinait à la porte pour rentrer, me suppliait d’ouvrir

Auteur: Bart candoline

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *