Confidence pour confidence

Cette histoire a commencé par hasard pendant notre déménagement.

Ma femme et une amie ayant terminé leurs parts du travail elles partirent en nous laissant mon ami et moi le soin de finir de déménager notre bureau. En portant un carton Jean-François laissa tomber une enveloppe contenant des photos. Il se baissa et commença à les ranger quand il tomba sur une série de photo de Patricia.

Cette série l´interpella et il me demanda si nous avions l´habitude de faire ce style de photo. Je lui avouais qu´oui et que ces photos étaient un essai et que depuis nous avions arrêtés les séries roses pour passer des photos un peu plus hard. Poussé par la curiosité il me demanda s´il était possible de les voir. Je lui répondis que non car j´étais actuellement en train de faire un site internet afin de  » publier  » nos meilleures images.

– Dis-moi où vous les faites développer vos photos.

– Vis avec ton temps mon vieux, on transfert les images directement sur PC

– Ah! Bon tu me prêterais ton appareil un des ces jours

– Quand tu veux !

Notre conversation s´arrêta là.

En rentrant à la maison j´expliquais à Patricia l´incident des photos en espérant qu´elle ne se sentirait pas gênée de la situation. A mon étonnement elle parut enchantée.

– Et alors il les a aimées ?

– Il me semble, il m´a demandé s´il était possible de voir les nouvelles.

– Il a du être déçu que l´ordinateur soit déjà déménagé

– Et oui.

Quelques semaines plus tard en rentrant à la maison je découvris Patricia devant l´ordinateur en train de consulter nos e-mails quand je remarquai qu´elle avait envoyé un lien de notre site (et oui je l´avais terminé) à nos amis.

– Alors Madame on joue à l´exhibitionniste sans m´en parler au préalable

– Premièrement c´est moi qui suis dans des positions invraisemblables sur ces photos et deuxièmement si tu les as prises c´était pour les montrer non ?

– Gagné ! Mais maintenant il va falloir les assumer tes phantasmes ma belle. Jean-François et Andréa n´arrêtaient pas de nous faire des allusions de partie à quatre tu vas les rendre fous.

– Pas grave demain nous partons en vacances pour un mois, ils auront le temps de refroidir.

A notre retour je découvris une série de photo dans notre e-mail. En les regardant, je compris très rapidement que Jean-François et Andréa avaient du faire l´acquisition d´un appareil numérique.

– Viens voir nous avons fait des émules ?

– Ah oui je ne pensais pas qu´il oserait allez si loin

– Moi non plus tu as vu ses photos tu vas devoir passer la 5ème si tu veux ne pas être en retard.

– Pas de problème !

Ce soir là après avoir passé toute la journée à se reposer Patricia me demanda de téléphoner à Jean-François et Andréa pour les inviter à prendre un verre. Le rendez-vous fixé à 21 heures nous avions juste le temps de prendre une douche avant l´arrivée de nos invités.

Alors que Patricia était encore sous la douche j´ai entendu le carillon de l´entrée me signaler l´arrivée de nos amis. Nous nous sommes installé confortablement au salon en sirotant un verre de Jack’ Daniels. Ma femme nous rejoignit vêtue d´une très petite robe noire qui mettait ses longues jambes en valeur. Je vis immédiatement le regard de nos amis se porter sur ma femme, ce regard en disait long sur les idées qui devaient agiter leurs esprits.

Après leurs avoir parlé de nos vacances nous arrivèrent sur le sujet qui avait incité Patricia à les inviter ce soir.

Patricia : Dis-moi Andréa il me semble que nos photos vous ont donné des idées à ce que j´ai pu voir sur le PC.

Andréa : En effet voir tes photos ainsi publiées sur le net m´ont terriblement excitée. Je n´ai même pas attendu le retour de Jean-François pour aller acheter un appareil photo. Quand il est rentré du travail je l´attendais au salon en soutien-gorge et porte-jarretelles pour notre première séance !

Jean-François : En effet je crois que je me souviendrais de ce retour à la maison jusqu´à la fin de mes jours.

Patricia : Eh bien moi il n´y a qu´une chose qui m´a surprise sur ses photos

Jean-François : Ah oui laquelle ?

Patricia : Ou as tu trouvé ce titanesque gode qu´Andréa s´enfile sur les photos

Jean-François : Gourmande, tu voudrais le même ? Il faudra demander à ton mari de te le fabriquer, j´ai trouvé un site qui expliquait comment se faire un petit jouet à sa femme.

Nous avons continué à parler de nos différentes séances de prise de vue pendant encore un moment en buvant plus que de raison. L´ambiance commençait à devenir très chaude à force de parler de sexe nous commencions à être très troublés.

Au bout d´un moment Patricia décida que nous avions assez parlé de nos photos et elle alla sortir de l´armoire un jeu que nous avions trouvé dans un marché aux puces pendant nos vacances. Jean-François parut intrigué de voir revenir avec un Monopoly.

En effet, au premier coup d´œil il ne se distinguait pas trop d´un jeu normal. Il fallait commencer à lire les noms des rues pour se rendre compte du caractère ludique de ce jeu. Sans entrer dans les détails il faut savoir que l´emplacement le plus coûteux est une du red light district d´Amsterdam, que les maisons sont remplacées par des vitrines et que les Hôtels ont été transformés en maison closes.

Patricia distribua les pions et proposa à nos amis de commencer. Andréa lança et commença par un quatre qui l´amena sur une rue belge qu´elle acheta. La partie fut très calme pendant encore quelques tours. Une fois nos achats terminés la partie débuta vraiment. J´ai eu le privilège de tomber sur une case chance qui me procura droit de tirer une carte au milieu du jeu.

J´avais eu la chance de tirer la carte suivante « demander un habit au joueur suivant ». Je m´empressai de demander à Patricia d´enlever sa petite robe. Je découvris alors avec joie qu´elle avait mi en dessous un minuscule string en latex que j´appréciais énormément car il était ouvert à l´entrejambe et le soutien-gorge assorti.

Nos amis restant bouche bée devant ce spectacle, Patricia décida de continuer le jeu sans aucune gêne. Mais au fond de moi je savais qu´elle devait prendre un pied d´enfer à se savoir épiée de la sorte. Au tour suivant, je remarquais que Jean-François tremblait légèrement en lançant son dé et à en voir son pantalon je compris immédiatement pourquoi. Il tomba sur une rue appartenant à Patricia. Ne voulant pas être trop dure avec lui Patricia lui demanda le prix indiqué sur la carte. Jean-François dut à ce moment se mettre à genoux devant Patricia et lui embrasser les pieds.

L´atmosphère devenant électrique et c´est alors qu´Andréa tira la carte maîtresse du jeu.

» Vous avez les participants à votre disposition pour les 20 minutes à venir  »

Andréa réfléchit quelques instants puis chuchota quelques mots à Patricia. Ma femme rit de bon cœur et se leva immédiatement en direction de notre chambre.

Pendant ce temps Andréa nous avoua qu´elle ne trouvait pas très juste d´être uniquement un modèle pour son mari et elle voulait que nous posions pour nos femmes.

Pendant les vingt minutes qui suivirent nous nous sommes laissés guider par nos photographes en herbe qui prenaient un réel plaisir à nous voir exposer nos corps uniquement pour leurs plaisirs.

A la fin nous avons fait des photos en compagnie de nos compagnes et c´est comme cela que nous nous sommes retrouvés à faire l´amour côte à côte. Le jeu était maintenant bien terminé et nous n´avions qu´une envie !

Un rapide coup d´œil à ma femme m´indiqua quelle était prête à passer aux jeux suivants…

Je me suis levé le premier afin de faire un peu de place dans notre salon, j´ai demandé à Jean-François de venir m´aider à apporter des matelas au salon (nous avons toujours préféré le confort), En revenant au salon nous avons trouvé nos femmes en train de s´embrasser, nous nous sommes dépêchés de mettre les matelas à leurs dispositions et nous avons tranquillement siroté en verre en les regardant.

Andréa qui n´avait pas d´expérience en matière d´amour au féminin se laissait faire. Elle était étendue sur le dos les jambes biens écartées afin d´offrir sa chatte déjà bien trempée à la langue de Patricia. Elle la lécha consciencieusement en s´arrêtant par moment sur son petit bouton qui ne demandait qu´à se dresser. Quand Patricia se leva sa partenaire poussa un cri désapprobateur ! Patricia la rassura en lui demandant 30 secondes de patience. Elle revint quelques instants plus tard avec une petite trousse de toilette. Elle commença par bander les yeux d´Andréa en lui demandant de ne pas bouger pendant quelques instants. Elle pris un tube de crème et elle appliqua sur la toison de notre amie. Cette dernière au contact de la crème et de la main de ma femme commença à pousser de petits gémissements. Patricia laissa, pour quelques instants, la chatte de son amante et elle s´occupa des seins de sa partenaire. Andréa était dotée d´une superbe poitrine qui ne demandait qu´à se laisser faire. Patricia commença par agacer ses tétons qui durcirent instantanément au contact de sa langue. Elle se mit à les malaxer à les faire rouler dans ses mains, cette situation l´excitait tellement que, n´y tenant plus, elle se retourna et plaqua sa chatte sur la bouche d´Andréa. Cette dernière légèrement surprise commença à la lécher avec une application prometteuse. Ma femme se laissait aller et de notre position nous la voyons bien bouger son bassin pour se branler sur le visa de sa copine. A ce rythme elle ne tarda pas à jouir. Une fois remise de son orgasme elle prit un mouchoir et essuya la crème appliquée quelques instants plutôt sur la vulve de notre amie. Jean-François fût surpris de voir que c´était une crème dépilatoire. Petit à petit la chatte de son amie commençait à apparaître imberbe comme au premier jour de sa naissance.

Jean-François ne put s´empêcher de se lever pour aller goûter à cette nouvelle chatte que sa femme n´avait pas encore vue, il commença à la lécher avec passion. Andréa qui avait remarqué ce changement de partenaire nous demandas qui, de son mari ou de moi, la léchait. D´un simple regard nous décidâmes de ne pas lui donner satisfaction et de la laisser deviner. Quant à moi je m´approchais de Patricia afin de pouvoir enfin me soulager car après le spectacle que ses dames nous avaient offert mon sexe était à nouveau en feu. Patricia commença par me titiller le gland pendant quelque instant avant de l´emboucher jusqu´à la garde. Le spectacle de mes amis et la science de la fellation de Patricia me firent rendre les armes en peu de temps. Je me mis à décharger dans la bouche de Patricia qui avala ma semence avec plaisir. Aussitôt terminer, elle me roula un magistral patin, je sentais encore le goût de mon foutre dans sa bouche.

Je m´approchais d´Andréa afin de prendre la place de Jean-François. Sa femme était en sueur à force de se faire lécher la chatte et hurlait son plaisir. Jean-François s´arrêta quelques secondes afin de me laisser la place. Je commençais doucement en espérant qu´elle ne se rendrait pas compte du changement. Mais dans l´état où elle était je crois que rien n´aurait pu la perturber tellement le désir l´avait envahi. Pendant ce temps je vis Jean-François se faire sucer la bite par ma femme, cette situation nouvelle pour moi provoqua une petite pointe de jalousie qui fut vite oubliée et remplacée par de la fierté de voir ma femme faire si bien jouir un ami d´enfance.

Après avoir entendu sa femme jouir une nouvelle fois Jean-François sortit de la bouche de ma femme et il la coucha à côté de la sienne.

Patricia retira à Andréa le bandeau qui lui cachait les yeux afin qu´elle découvre également sa petite chatte complètement épilée. Cette vue ne la troubla pas et au contraire elle s´écarta encore un peu plus afin de se faire défoncer.

La situation était incroyable, j´étais entrain de faire l´amour à Andréa en ayant le regard de ma femme planté dans mes yeux. Cette situation provoqua une sorte de  » rivalité  » entre Jean-François et je crois bien que les arbitres de ce match furent finalement les gagnantes. Au moment où j´allais jouir Andréa me repoussa quelques instants afin de prendre ma bite entre ses mains et de la descendre doucement vers son petit trou. Je commençais à m´y enfoncer en douceur. Quand je sentis son trou bien ouvert, je lui ramenai les jambes vers la tête ce qui lui releva encore un peu plus le bassin et me permis de vraiment bien la défoncer ! Andréa qui était déjà bien partie commença à jouir au moment où je lui disais que maintenant son cul était bien rempli et j´allais bientôt en sortir pour lui gicler ma semence sur le visage.

De son côté Patricia était en train de recevoir le sperme de Jean-François sur ses seins. Heureux mais complètement exténué Jean-François et moi nous sommes éloignés afin de nous servir à boire. Au moment ou nous avons demandé à nos femmes ce qu´elle désirait Andréa nous répondit qu´elle avait tout ce qu´elles voulaient et, joignant le geste à la parole, elle se mit à lécher les seins de Patricia couverts du foutre de son mari.

Quelques instants plus tard nos femmes décidèrent d´aller prendre une douche afin de se rafraîchir. C´est à ce moment que Jean-François de demanda de venir manger chez eux à leurs retours de vacances…

Auteur: Patoune bunecokine

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *