Visite gynéco

Ce jour là je décidai d’accompagner ma femme à sa visite annuelle chez son gynéco. En attendant dans la salle d’attente, je parcouru du regard les personnes présentes et je ne fus pas étonné d’être le seul homme ici présent. Après une demi heure d’attente, la porte du cabinet s’ouvrit et une femme d’âge mûre nous invita à entrer. La gynéco était une femme d’une cinquantaine d’année, élancée, des cheveux mi long et une silhouette à faire bander n’importe quel homme malgré son âge. Elle portait un tailleur jupe de couleur gris avec des talons haut.

Elle posa les questions habituelles à ma femme et la fit s’installer sur la table d’examen. Elle lui positionne les pieds dans les étriers et ma femme se retrouva les jambes en l’air et écartées ouverte à la vue de la gynéco. Ma femme avait mit des bas et je sus qu’elle espérait bien m’exciter ainsi. Ses espérances furent comblés car je commençai déjà à bander. Je regardais la gynéco effectuer ses palpations et introduire divers instrument dans le vagin de ma femme. La vue de ses instruments pénétrant me femme m’excitait énormément et je dus me mettre à l’aise sur ma chaise afin de libérer légèrement mon sexe à l’étroit dans mon pantalon. La gynéco tourna la tête et me surpris au moment même ou ma main remettait en place mon sexe pour un meilleur confort et elle s’aperçu par la même occasion de mon état d’excitation. Elle tira légèrement le paravent afin d’obstruer la vue de ma femme qui ne me voyait plus. La gynéco continua son examen en jetant par moment un regard dans ma direction. Au bout de quelques minutes, elle se leva et prétexta qu’elle devait aller chercher quelques instruments. Ma femme ne pouvant bouger, la gynéco passa près de moi et me dit à voix basse de me branler pendant qu’elle continuerai l’examen. Sa demande me surpris dans un premier temps et m’excita ensuite. Elle me regardait tout en continuant son examen et sentant son désir de me voir me caresser, je déboutonna mon pantalon et libéra mon sexe.

Je commença une douce caresse et je vis son regard s’embraser d’excitation. Tout en me regardant, elle fit pivoter son bassin et écarta ses cuisses. J’avais désormais une vue imprenable sur sa culotte et sur ses bas. Le fait de constater qu’elle portait elle aussi des bas, m’excita davantage et mon plaisir en fut accru.

Je me branlais de plus en plus rapidement. Elle s’excusa une nouvelle fois auprès de ma femme et se leva une nouvelle fois dans ma direction. Ma femme ne voyant rien, elle ne vit pas que sa gynéco s’était arrêtée devant moi et qu’elle avait relevé sa jupe afin de retirer sa culotte. Il s’agissait d’un string de couleur blanche qu’elle me jeta au visage. Elle retourna à son examen et repris sa position initiale. J’avais désormais une vue imprenable sur sa chatte qui brillait, apparemment très excitée par ma masturbation.

De voir ainsi cette femme mouillée à la vue de ma main caressant ma verge ne tarda pas à faire monter mon plaisir. Je commencai à onduler sur ma chaise, signe que mon plaisir n’était plus très loin. La gynéco ayant aperçu ma monter d’adrénaline, s’absenta une nouvelle fois et se jeta sur mon sexe juste avant que j’éjacule. elle ouvrit largement la bouche et y fit entrer le bout de mon sexe. Je lui éjacula dans la bouche en de long spasme et elle avala le tout avec délectation. Elle repris place et termina l’examen de ma femme. Ma femme se réajustait, et ne sachant que faire de la culotte de la gynéco, je la glissa dans un des tiroirs du bureau de la gynéco avec mon numéro de téléphone portable.

Nous avons pris congés de la gynéco et je reçu un coup de fil quelques jours plus tard.

Elle m’indiqua qu’elle s’appelait Julia et qu’elle aimerait bien que je passe la prendre un soir après ses consultations.

Un soir je passa donc à son cabinet, et pris place dans la salle d’attente. La dernière patiente sortie, elle me demanda de passer dans son bureau. Elle portait toujours un tailleur mais de couleur bleu avec apparemment des bas blancs. Elle me fit m’asseoir dans un des fauteuils et nous avons commencé à discuter de nos vies respective et dans le flot de la discussion, je lui indiqua que je me demandais ce que cela faisait d’être sur cette table de gynéco. Elle me proposa d’essayer. Je m’installa sur la table et elle commença par me demander d’enlever mon pantalon. J’étais déjà excité par sa tenue et je lui dis que j’étais d’accord à la seul condition qu’elle retire sa jupe et sa veste. Elle accepta et je me retrouva entièrement nu sur la table et elle sous-vêtement avec un porte-jaretel. La simple vue de ce corps si bien conservé dans une tenue si affriolante provoqua un début d’érection. Elle se positionna entre mes jambes et commença à me malaxer les boules. En voyant mon sexe se redresser, elle le prit entre ses doigts et le caressa sur toute sa longueur.

J’avais les jambes bien écartées et j’étais là offert aux moindres de ses désirs. Elle commença à me branler frénétiquement puis sa langue lécha mes testicules. Sa langue remonta de mes testicules jusqu’à la base de mon sexe et parcouru ma hampe jusqu’au gland. Elle goba le gland et fit tourner sa langue autour. Elle avala quasiment tout mon sexe et en faisant machine arrière, elle me prodigua de forte sussions, m’aspirant toute la queue goulûment. Elle relâcha l’emprise de mon sexe et le repris en main. Sa langue recommença à effleurer mes testicules qu’elle mis soudainement dans sa bouche… Je sentais sa langue tourner autour de mes couilles et cela me donnait énormément de plaisir. Sa langue continua à descendre et pris le chemin de mes fesses. Arrivé près de mon anus, elle fit tournoyer sa langue autour avant de le lécher pleinement. Cette nouvelle sensation me provoqua un frisson et je lui dit même qu’elle pouvait aller plus loin si elle le souhaitait. Elle pris alors son index et l’humecta de sa salive. Elle poussa l’entrée de mes fesses et son doigts me pénétra. Elle fit quelques vas et viens mais son doigt n’était déjà plus lubrifié. Elle retira son doigt, mais au lieu de de l’humecter une nouvelle fois de sa salive, elle écarta ses cuisses et le glissa ds son sexe. Une fois ressorti de sa culotte, elle représenta son doigt à l’entré de mon cul et le fit rentrer sans aucune résistance. Elle me repris le sexe en bouche tout en continuant de me pénétrer les fesses de son doigt lubrifié de sa mouille.

Quelques minutes d’un tel traitements et je sentis mon plaisir arriver. Elle retira alors ma queue de sa bouche et me branla avec une telle frénésie que je me mis à éjaculer en de long spasme sur son visage. Elle ne semblait pas détester le sperme sur son visage et elle se mit à le récupérer. Je ne sais pas pourquoi, mais je me mis aussi à lui lécher mon propre sperme qui lui coulait maintenant sur les seins.

Je descendis de la table et je lui demanda de prendre place à son tour. Je commença alors à la caresser à travers son string qui ressemblait plus à une éponge qu’à une culotte. Ma main glissa ensuite sous l’élastique de son string et un de mes doigts glissa entre ses lèvres humides.

Un râle de plaisir s’échappa de sa bouche quand mon doigt effleura son clito. Je lui écarta l’étoffe de son string et lui glissa ma langue, léchant chaque recoin de cette chatte reluisante. Elle semblait apprécier le travail de ma langue. Mes doigts vinrent en renfort et je lui introduisis un puis deux doigt dans le vagin. Je sentais son corps onduler sous ma bouche et sous mes doigts. Ma langue descendit plus loin et je lui léchait le minou puis le trou du cul. Elle semblait sur le point de jouir et j’accéléra mes mouvements pour l’amener au plaisir.

Elle se mit à donner des coup de bassins et je sentis un flot de nectar remplir ma bouche au moment ou elle se convulsa portée par le plaisir qui l’envahissait.

Mon sexe qui avait repris de l’ampleur semblait ne pas vouloir en rester là. Je lui présenta mon sexe en introduisant mon gland gonflé d’excitation et elle effectua une poussée pour que ma queue rentre profondément en elle.

Je commença à la pénétrer doucement tout en accélérant la cadence.

Ma bite glissait aisément en elle tellement elle dégoulinait de plaisir. Ma bite était tellement lubrifiée que je n’eu pas de mal à forcer son petit trou ce qui semblait lui plaire. Pendant que mon sexe allait et venait dans ce conduit étroit, je lui introduisis plusieurs doigts dans la chatte à tel point que cette double pénétration lui procura un second orgasme. La voyant ainsi se cambrer sous la double action de mes mains et de mon sexe, je ne tarda pas à obtenir un nouvel orgasme me tétanisant tout le corps…

Je sais que désormais j’irais souvent chez la gynéco mais sans ma femme !

Auteur: Rodig kusoir

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *