Une seule nuit

Ça s’est passé il y a précisément une semaine, jour pour jour. Je me baladais sur le net, de tchatche en sites quelconques, puis un dénommé « x » m’a prise en aparté. Nous avons commencé une banale conversation puis en sommes venus rapidement à ce que tous deux nous recherchions : une nuit d’amour avec un(e) inconnu(e). Il était très tendre dans ses mots et m’a tout de suite mise en confiance. Il m’a confié habiter Bruxelles, avoir 28 ans et rechercher désespérément la femme de sa vie depuis une rupture, deux mois auparavant. Je me dis que cela valait la peine, même pour une seule nuit. Peut-être par la suite nous entendrions nous à merveille ?

Je décidai de répondre favorablement à sa demande lorsqu’il me proposa de le rejoindre à la gare de Bruxelles Midi. Je suis sortie du train, dans la matinée, mêlée à la foule de tous les autres passagers et il m’a tout de suite reconnue. Dès que nos regards se sont croisés, le désir s’est emparé de nous. Je sentais que ses mains ne demandaient qu’à caresser mon corps… Arrivé chez lui, la porte à peine refermée, il posa mon dos contre le mur et m’embrassa à pleine bouche.

J’étais vêtue d’une courte robe noire à tirette et il eut vite fait de l’ôter. Je me retrouvais donc en sous-vêtements devant un homme que je n’avais jamais rencontré auparavant et qui était sur le point de me faire l’amour. Mais rien ne me faisait reculer, aussi le laissai-je faire lorsqu’il entreprit de retirer d’abord mon soutient gorge puis ma culotte, dans un mouvement d’excitation extrême… Il s’agenouilla et me lécha délicatement puis de plus en plus vite, je sentais sa langue aller et venir en moi, c’était si bon… N’y tenant plus, je le relevai d’un geste brusque et, arrachant presque sa cravate, je déboutonnai sa chemise, retirai son pantalon. Sous son slip, son sexe en érection me faisait chavirer de désir.

Je le déshabillai complètement et l’envoyai au septième ciel, le suçant goulûment. Il me confia adorer ça. Il me mena dans sa cuisine et m’assit devant les plaques de la cuisinière. Il bandait comme un malade, ça me faisait un drôle d’effet… Alors il m’a demandé d’une voix tremblante (sans doute un effet de l’excitation) : « es-tu encore vierge ? ». J’appréciai son attention, parce qu’en effet, il était ma première expérience « jusqu’au bout ». Doucement il me pénétra puis, voyant que la douleur n’était pas trop importante, il accéléra le mouvement jusqu’à ce que je me sente comme n’étant qu’un seul être avec lui. Il était en moi et il commença un mouvement circulaire avec son pénis, ce qui eut pour effet de me faire hurler de plaisir… Lui gémissait d’envie… Il se retira et nous nous installâmes sur le sofa. « Encore, j’en veux encore », lui dis-je. Lui, surpris mais amusé, m’emmena dans la salle de bains et fit couler une douche. Il me prit le bras et nous entrâmes tous les deux sous la douche… Il me prit par derrière, je me sentais pleinement au creux de l’extase totale…

Je m’agrippais aux parois de la douche pour ne pas chavirer. Puis je me retournai et lui enfonçai deux doigts dans l’anus, ce qui déclencha l’éjaculation et un cri de plaisir de sa part… Toute la soirée, nous avons fait l’amour, dans toutes les positions, dans toutes les pièces de sa maison, jusqu’à la nuit noire… Le lendemain, je suis partie alors qu’il dormait encore. Ça a été la plus belle journée de toute ma vie.

Auteur: Lara asiab

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *