Trio avec mon frère (première partie)

J’étais jalouse quand mon frère jumeau Jon m’a dit qu’il avait une petite amie. Jon était à moi, et je n’ai pas envie de le partager. Je ne pouvais pas le lui dire. J’étais la fille mature au lycée, déjà au collège. Je n’ai jamais essayé de faire l’amour à Jon. Nous étions meilleurs amis, et parfois il était le seul gars au monde qui m’importait mais je ne lui ai jamais dit ce que je ressentais vraiment.

Mais cette femme, qu’il a trouvé lors de notre deuxième année post bac était une menace tout à coup. Jon était un geek et avait eu une vie aussi active que les ordinateurs sur lesquels il travaille. Notre mère et moi-même faisions en sorte qu’il soit bien habillé pour le jour où il aurait un rendez-vous mais il faut avouer que nous étions vraiment surpris le jour où il nous a annoncé l’existence de Daphné.

Je dois reconnaitre que c’était une fille bien pour lui. Elle aussi aimait beaucoup passer son temps sur des ordinateurs. Il m’a demandé de venir un jour quand il est allé la chercher à la sortie de son travail.

Nous l’avons attendu dans le centre commercial. Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’étais plutôt surprise au moment où elle s’est mise à nous faire signe pour nous rejoindre.

« Je te présente Daphné » me dit-il « Et c’est ma sœur, Robin ». Mon admiration pour Jon s’est envolée. Elle était magnifique. Comme moi, elle était de taille moyenne, avec des cheveux épais et sombre tirés en arrière et attachés avec un ruban rouge. Elle avait un visage rond et pâle et portait une veste noire, une jupe très courte, noire elle aussi, ainsi que des bas noirs. Elle portait des lunettes rondes surdimensionnées pour ses grands yeux violets. Je me sentais presque ordinaire à côté d’elle.

Elle me serra la main fermement puis alla embrasser Jon.

La première impression été bonne pour nous deux. Le fait que nous

La première impression a été bonne pour nous deux. Le fait que nous aimions l’autre immédiatement ne diminuait pas ma jalousie, mais la rendait plus facile. Nous sommes devenus proches rapidement. Nous avons réalisé des double-date (bien que je n’avais pas de petit ami fixe, j’étais assez populaire et de nombreux garçons voulaient tenter leurs chances avec moi.). J’ai passé du temps avec chacun d’eux. Nous sommes devenus un trio d’amis. Elle est devenue ma meilleure amie.

Maman m’a dit qu’elle était sûre qu’ils couchaient ensemble. Je savais que c’était le cas mais je ne pouvais rien dire. Je ne pouvais pas leur en parler non plus car j’avais peur de me découvrir.

Tous les étés, maman s’arrangeait pour emprunter une maison en bord de lac d’un ami pour le 14 Juillet. Jon et moi y allions, et bien sûr, Daphné fut invitée.

Maman, Jon et moi sommes arrivés ensemble jeudi soir, et Daphné sonnait à la porte le lendemain matin à 8 heures. Quand la journée devenu chaude, nous échangeâmes nos shorts par des maillots de bain. Jon avait son short de bain classique, je portais un une pièce jaune et Daphné portait un bikini plutôt indécent. Elle était vraiment bien foutue et je me demandais encore comment Jon avait réussi à la charmer. Tout cela m’avait donné envie de finir dans son lit, je commençais à sentir un autre type de jalousie faire surface.

« Je pense que vous devez être les deux femmes les plus sexy au monde », a déclaré Jon alors qu’il se trouvait entre nous au bord du lac.

« Tu ne peux en être sûr », dis-je. « Il n’y a personne ici, bien qu’il y en ait une de ton autre côté. Je suis loin d’être belle, mais j’ai un corps de rêve et j’en tires le meilleur parti de celui-ci. »

« J’accepte le compliment », a déclaré Daphné, « et je ne pense pas que Robin a de quoi se plaindre. »

« D’ailleurs, » j’ai dit, « Je suis ta sœur, tu n’es pas censé me regarder. »

« Désolé, » dit-il en frappant sur mes fesses, « Je ne peux m’en empêcher. » Alors peut-être qu’il m’a regardé. Nous avions partagé une salle de bains pendant des années, il a dit me regarder plus d’une fois depuis le temps. En tout cas, moi, oui. Il pouvait caresser mon derrière à tout moment. Il tourna sa tête et j’ai entendu le bruit de sa main se posant sur les fesses de Daphné. Elle rit, et je regardai. Sa main s’attarda sur ses fesses nues, et pendant un moment, je l’enviais. Mais j’ai continué à regarder sa main jusqu’à ce qu’il la retire.

Nous avions fait un barbecue en fin d’après-midi et discutions pour savoir si ou non nous irions tous aux feux d’artifice de l’autre côté du lac. Maman a décidé qu’elle voulait y aller, mais nous avons décidé de rester. Je me doutais de la raison pourquoi Jon et Daphné voulaient que maman s’en aille pendant un certain temps, mais ils ne semblaient pas dérangé à me voir rester. Maman semblait heureuse que je reste, pensant probablement que je les garderais de toute déviance sexuelle. J’en savais plus que ce qu’elle croyait, mais ne lui disait pas.

Nous avons tout nettoyé et nous sommes assis à l’ombre de la véranda. Maman et moi étions en train de lire pendant que Jon et Daphné étaient en train de jouer au Backgammon. Vers sept heures, maman décida de s’en aller pour trouver une bonne place. Dès que la voiture disparu de l’allé, Jon et Daphné avaient abandonné leur partie et était déjà sur leurs pieds.

« Nous serons de retour, » Jon m’a dit.

« Ooooh, je peux regarder? » J’ai demandé en plaisantant. Jon, bien sûr, connaissait mon humour, et m’a ignoré.

« Pas cette fois! » Daphné a répondu avec un rire en disparaissant dans la maison.

Je remplis mon verre d’ice-tea tout en pensant à sa réponse et en me demandant si elle le pensait vraiment. Je suis retourné à mon livre mais je n’arrivais pas à me concentrer. Je me suis mise à imaginer les mains de Jon sur ses seins, ses lèvres, sa langue sur ses seins ronds et ses doigts écarter ses lèvres pour permettre à sa langue d’aller titiller son clitoris. Mon fantasme se voit alimenter lorsque j’entends un gémissement de Daphné. Je me suis mise à l’imaginer la bouche ouverte, puis sa langue se frayant un chemin jusqu’à la bitte dressée de Jon, en titillant son gland puis en gobant son sexe pour se mettre à la sucer et pendant que Jon met sa main sur ses cheveux, sur ses seins…

Inconsciemment, je me mis à frotter ma vulve au travers de mon maillot de bain et je fus surprise de voir que mon orgasme commençait à venir. J’ai essayé de me détendre en buvant mon ice-tea tout en me demandant comment je pourrai avoir l’un des deux. Oui, j’appréciais autant les femmes que les hommes et je ne pouvais pas trouver de préférence pour l’un des deux. En ce moment je ressentais une forte préférence pour mon frère et sa copine.

Daphné est sorti sur le perron, dans son bikini, toute rouge. Sans rien dire, elle prit son verre et se versa de l’ice tea. Je lui souris et repris ma lecture.

Les feux d’artifice étaient prévus pour 10h30, et il était déjà assez sombre. Nous avons joué au frisbee sur la pelouse pendant un certain temps jusqu’à ce que la nuit tombe, alors assis sur l’herbe au bord du lac, toujours dans nos maillots de bain. Il faisait bon.

« Vous voulez prendre un bain? » Demandai-je.

« Tous à poil! » Jon dit.

Cela m’a pris par surprise, mais il faisait sombre, après tout, et il n’y avait pas d’autres maisons aux alentours.

« Je le ferai si Daphné le fait » j’ai dit.

« Eh bien, je n’ai rien à cacher», dit-elle.

« Je sais, » dis-je,  » tu n’as rien caché de la journée! » Elle rit. Jon avait déjà enlevé son short de bain. Je retirai mon maillot en même temps que Daphné retira son haut de bikini et son string. Ses seins étaient plus petits que les miens, et ses hanches plus larges. J’ai toujours voulu avoir un corps comme le sien plus qu’avec des seins trop gros et les fesses trop maigres. J’ai regardé son cul rebondir dans le lac avec un slash. « Allez, Robin », m’a lancé Jon, attrapant ma main et me tirant vers l’eau. Il a gardé la mainmise sur moi jusqu’à ce que nous ayons touché l’eau pour arriver sur Daphné. Nous nous sommes retrouvés dans un enchevêtrement agréable de bras et les jambes.

Nous avons abandonné nos inhibitions avec nos maillots de bain. Éclaboussures se sont changées en chatouilles dans l’eau et cela n’avait aucune importance de savoir qui chatouillé qui. Puis les chatouillements se sont changés en luttes. J’ai attrapé Jon pour le couler puis daphné vient le défendre en m’accrochant pour me couler. C’est sûr qu’elle prenait un plaisir évident.

Puis d’un coup, ils se sont mis ensemble pour me couler. Je me suis retrouvée sous l’eau pendant plus de deux secondes tout en sentant quelque chose de lourd et doux sur le haut de ma tête. J’ai à peine eu le temps de lutter contre la noyade imminente quand ils se sont mis à me porter et à me poser sur l’herbe dans un bruit sourd.

Je m’étends sur mon dos, bras et jambes écartés, incapable de contrôler ma propre rire et ils se sont effondrés à proximité, en riant au moins aussi fort que moi. Au final j’en étais réduit à simplement essayer de reprendre mon souffle, jusqu’à ce que je remarque que la respiration lourde à proximité avait une note différente. Je me suis roulée sur le côté pour voir Jon et Daphné qui s’embrassait. Je pouvais facilement voir que Jon était dans un état d’excitation avancé.

J’aurais probablement dû m’éloigner mais la demi-heure précédente de sport dans l’eau m’avait retirée toute capacité de réflexion. Je me rapprochai plus près d’eux pour regarder. Lorsqu’ils finirent de s’embrasser ils me regardèrent.

« Puis-je regarder? » Demandai-je doucement.

« Bien sûr que oui », dit Daphné. Jon a plongé sa tête pour prendre son mamelon gauche dans sa bouche, ce que je pris pour un oui. Je me suis agenouillée. Elle gémit de plaisir quand il aspiré, puis se mit à lécher son mamelon.

Jon se mit sur ses genoux et je pu voir sa queue longue et épaisse. La lueur de la lune me permettait de voir la présence d’une goutte de liquide sur son gland. Daphné se leva et se rapprocha de lui.

Bien que l’angle fût mauvais, je savais qu’elle avait pris sa queue en bouche par la façon dont sa tête bougeait et qu’elle avait mis sa main le long de sa bite. Je me décalai sur la droite pour avoir une meilleure vue et je pu voir ses lèvres glisser le long de sa bite. Sa bite était plus grande que toute celle que j’avais eu l’occasion de sucer et je pouvais presque sentir son gland turgescent de là où j’étais. Je commençai à me caresser les seins en voyant sa langue jouer avec le bout du gland. Elle passa ses lèvres sur le haut de son sexe puis pris suça une de ses boules avant de se remettre à prendre le gland dans sa bouche pour aller jusqu’au bout de sa queue. Si profondément que j’ai eu envie de vomir pour elle. Cela ne sembla pas la déranger car elle continua son travail pendant une bonne minute en faisant travailler sa mâchoire et sa gorge. Jon mis ses deux mains sur sa tête et commença à faire des mouvements de bassin. Son cul était toujours face à moi et je commençai à taquiner mon vagin en abandonnant mon sein. Puis je me mis à jouer avec mon clitoris qui était déjà sensible des plaisirs solitaires de l’après-midi. Lorsque je touchai mon clitoris, le contact fut presque douloureux et envoya un éclair dans mes jambes et fesses.

Daphné relâcha finalement la bite de Jon puis l’attrapa avec la main qui se trouvait entre ses jambes. Elle me regarda avec un léger sourire, leva les yeux vers lui. « Baises moi » dit-elle.

« Assis toi sur mon visage » lui répondit-il en me regardant comme se rassurer que son public était toujours présent. Daphné s’accroupit, les genoux écartés pendant qu’il s’allongeait sur le dos.

« Tu veux que je continue à te sucer » dit-elle, penchée sur lui. Leurs langues se sont retrouvées puis elle se retourna pour se mettre à embrasser son ventre.

Il attrapa ses hanches généreuses et tira son cul vers lui. La dernière chose que j’ai vue de son visage était sa langue qui sortait, sa pointe qui commençait à s’activer.

Daphné commença à embrasser le bout de sa queue à nouveau puis à placer sa langue sur le gland mais fut trop distraite pour pouvoir continuer à travailler sérieusement.

A ce moment, j’avais mon majeur au fond de ma chatte pendant que je soulevai un de mes tétons. Daphné avait oublié toute idée de fellation. Son dos était vouté, la tête renversée en arrière, elle se mit à tordre un de ses tétons entre ses doigts. Assez rapidement, elle s’est mise à venir, ce qui a déclenché mon orgasme qui était juste un peu plus silencieux.

Après quelques instants, elle est venue s’agenouiller à côté de lui, lui caressant la poitrine et le ventre. Il la prit par la taille et l’amena sur lui de façon à ce qu’elle soit à califourchon sur lui. Ils commencèrent à s’embrasser avidement. Dans l’ombre, je pouvais voir sa queue entre ses jambes et je pouvais facilement imaginer son gland se frotter à ses lèvres. Je décidai de m’approcher de plus près, mon cœur battant péniblement.

Et en effet, je vu le gland de mon frère niché entre ses lèvres humides. J’étais assez près pour sentir leurs odeurs. J’ai regardé ses hanches s’enfoncer pendant qu’il poussait sa bite en elle. J’ai entrevu ma chance d’obtenir un rôle dans cette fête à l’amour et attrapa la queue de mon frère pour la glisser dans la chatte de Daphné. Sentant ce que je faisais, Jon n’a pas bougé. Pour sa part, Daphné continua son travail et l’alignement avec la queue de mon frère était parfait. Je posai ma main sur la jambe de Daphné pendant qu’il l’a pénétrait. Je caressai son dos pendant qu’elle remuait puis me mit à sucer mon doigt qui était resté dans mon vagin.

Les mains de Jon caressaient les seins de Daphné pendant qu’elle sautait sur lui. Il était de plus en plus proche de l’orgasme mais elle avait d’autres plans en tête et s’arrêta.

« Ne t’arrête pas, Daphné», gémit-il.

« Je te veux sur moi, » dit-elle en l’embrassant libérant sa queue. Sans regarder derrière elle, elle se laissa tomber sur son dos, les genoux en l’air et écartés. J’ai vu où sa tête avait atterri et je mis mes genoux sous sa tête. Elle leva les yeux vers moi, mais son attention a été aussitôt prise par La queue de Jon qui venait de se frayer un chemin en elle.

Il se trouvait au-dessus d’elle, sa bouche posée sur la sienne, ses mains sur ses fesses et ses hanches remuaient lentement. Je penchai ma tête sur le côté et posa ma main sur la tête de Daphné. Quand Jon se mit à venir, il se leva avec ses mains, mettant sa tête sur mes seins. Sans rompre son rythme, il leva ses yeux vers moi et se lécha les lèvres. Incapable de résister à son appel je plaquai sa tête sur mes seins pour qu’il les suce. Je ne pouvais contenir mon gémissement quand il lécha mon téton. Un éclair parti jusqu’à mon clitoris. Je regardai mon frère sucer mon téton puis je baissai mon regard sur Daphné, les yeux brillants sous la lune, qui nous regardait en souriant et en se léchant les lèves.

Enhardi par le contact de mon frère et l’approbation apparente de son amant, j’approchai ma main sur son torse pour finalement m’emparer de sa poitrine. Ses seins étaient assez grands pour remplir ma main. Je la vis fermer les yeux. De l’attitude de Jon, je pouvais deviner que celui-ci approchait l’orgasme, il haussa la tête en arrière grognant et gémissant. Il s’est mis à crier et à serrer les fesses tout en s’enfonçant au plus loin de Daphné lorsque son orgasme est arrivé.

A ce moment, les feux d’artifice ont commencé à traverser le lac, or, vert, rouge et la lumière bleue qui s’étend sur nous. Jon s’est abaissé sur Daphné. Je regardai la scène, en caressant les cheveux de Daphné, et après un moment je me mis à caresser les cheveux de Jon aussi. Finalement, j’ai pris conscience de mes jambes qui commençait à s’endormir sous moi et essaya de me déplacer. Je n’avais pas envie de perturber notre plaisir mais Daphné sentie mon inconfort.

« Débout mon chéri » dit-elle doucement, et Jon se leva sur ses genoux avec son sexe en semi érection entre les jambes. Il lui prit les mains et l’attira vers lui. Je redressai mes jambes et les remue pour faire circuler le sang.

« Frimeur » J’ai entendu dire Daphné.

« Exhibitionniste », répondit-il.

« Voyeuse », ai-je dit, en levant ma main et l’agitant. Ils riaient tous les deux assis dans l’herbe.

« Mon Dieu, que c’était bon », a déclaré Daphné. « Nous devons le faire avec un public plus souvent. »

« J’ai bien aimé aussi, » dis-je. Je me suis levée, secouant mes jambes un peu plus. Il se leva aussi, et à ma grande surprise me saisit par la taille, me tira vers lui, et m’a donné un baiser. Puis il me lâcha tout aussi rapidement, prit la main de Daphné, et se dirigea vers la maison. J’ai vu Daphné se retourner et me sourire.

Je ramassai nos maillots de bain et les suivis.

Auteur: Robin anagi

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *