Son petit trou

En fin de nuit, il m’a obligé à lui embrasser le queue. Il m’avait donné pas mal de plaisir, je l’ai fais en posant mes lèvres sur son gland. Il sentait encore ma cyprine.
Je voulais refaire une essai avec un type au lieu de ma chérie. Il m’a caressée partout, assez bien. Il est venu sur moi, je sentais son poids, ce n’était pas désagréable. Il devait être pressé de me la mettre quand sans attendre que je sois excitée il est venu. Je le sentais bien quand il approchait en moi. Heureusement qu’il avait enfilé un étui.
Il voulait en plus me sodomiser. J’ai réussi à le fuir.
Sale nuit.
J’ai retrouvé ma chérie ce soir. J’étais heureuse d’avoir retrouvé ses bras. Je la serrais contre moi pour mieux sentir ses seins, son ventre, son pubis.
Nous avons dîner ensemble, la nourriture changeait de bouche à la demande. Que j’aime sentir sa salive dans ma bouche gourmande d’elle.
Mais je la préfère sur mon minou. Pendant qu’elle me donnait  la becquée, je passais a main sur elle. Je la sentais très douce.
Elle m’a donné sa bouche, mit sa langue contre la mienne. Elle m’excitait comme jamais, c’était bien meilleur qu’avec cet amant de malheur.
Je voulais oublier cette bite qui ne m’avait donné que de mauvais sentiments. Aline a posé sa main sur le minou, comme ça, pour son plaisir et le mien aussi, mais d’abord pour elle. Avant de me caresser elle me donnait un long et tendre baiser.
Nos langues jouaient dans la bouche de l’une ou l’autre. Elle mordait mes lèvres à m’en faire crier de désir. Je pouvais mettre une main entre ses jambes qu’elle ouvrait pour moi. Je pensais être mouillée, elle l’était au moins autant sinon plus. Que c’est agréable de poser sa main sur et dans la chatte de la personne qui vous aime. Une de ses mains est venue guider la mienne.
J’étais en plein sur son clitoris. Je n’avais pas grand-chose à faire, à remuer un doigt sur cet endroit chéri.
Je ne m’attachais qu’au plaisir d’Aline. Je la caressais avec amour, je lui donnais du plaisir, j’arrivais surtout à lui donner divers orgasmes.
J’aime la faire jouir.
Quand elle m’a demandé de lui caresser le petit trou, pour la première fois, je le faisais uniquement pour elle. Puisque j’avais refuser de me faire sodomiser la nuit d’avant.
Je mettais d’abord deux doigts dans sa chatte, le plus profond possible pour avoir mes doigts bien mouillés, dignes de lui caresser l’anus. Elle poussait de longs soupirs quand mes doigt ont d’abord caressé le tour de son anus, ses fesses, puis enfin, pour elle je lui massai directement sa sortie.
Elle me demandait de lui mettre mes doigts. Enfin je lui obéissais en entrant doucement, selon son désir un doigt puis un autre. Je les faisais coulisser. Elle geignait comme si je lui faisais mal. Je trichais un peu en mettant le pouce dans son vagin : elle criait de plaisir.
Mes doigts se réunissaient à travers la fine paroi. Je les frottais entre eux. Je la forçais à jouir encore et encore.
Elle arrivait à m’échapper. Je pensais qu’elle avait assez jouit.
Elle se retournait, venait prendre mon sexe dans sa belle bouche. Ce sont ses lèvres qui se sont emparées de moi. Je sentais et sa langue et son souffle sur moi.
Elle prenait mon petit bout de viande dans sa bouche, sa langue venait le lécher doucement puis en aspirant elle me fait du bien, trop de bien.
Comme pour me punir de ce que j’avais fait avant avec un homme, elle mettait deux doigts encore dans mon cul.
Elle sait me donner du plaisir, de grands plaisirs. Je suis toujours détendue quand elle s’occupe de mon corps, de son plaisir.
Moi, je sais que je la fais jouir, mais je suis encore loin de la satisfaire entièrement, puisqu’elle est obligée souvent de se contenter seule à coté de moi. J’aime la voir se masturber à mes cotés. J’apprends toujours un peu plus avec elle. Je sais que je pourrais bien satisfaire d’autres filles si j’en avais l’occasion, mais je suis fidèle à son corps.

Auteur: fabrissa

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *