Nathalie (deuxième partie)

Le lendemain, après une nuit trop courte, Jean demande à Nathalie de remettre sa mini-jupe noire, mais sans rien en dessous. Nathalie est un peu gênée, cette jupe est vraiment très courte. Mais elle finit par accepter, déjà excitée à l’idée de cette journée de séminaire sans culotte… La salle de réunion est un amphithéâtre, Nathalie et Jean sont assis au premier rang. L’intervenant de la matinée, un « jeune cadre dynamique », prend la parole. Nath n’entend rien de ce qu’il dit, se contentant de le fixer dans les yeux. L’orateur croise son regard à plusieurs reprises, prenant du plaisir à rencontrer les yeux souriants de ma colocataire. Mais ce qu’il voit après quelques temps a failli le laisser sans voix : elle serre et desserre ses cuisses, la mini robe ne cachant rien de sa toison foncée, éclairée par les spots très lumineux de la salle. Elle continue à fixer le jeune homme qui n’a plus d’yeux que pour son entrejambe. Elle s’enhardit encore plus, et commence à caresser son pubis, puis ses grandes lèvres. Le siège en plastique est déjà humide du désir de mon amie. Elle écarte ses grandes lèvres et introduit un doigt, puis deux, dans son vagin détrempé. L’homme ne quitte plus ce spectacle des yeux. Nathalie se masturbe devant lui, au milieu d’une salle de 200 personnes qui ne s’aperçoivent de rien ! La main de Jean vient très vite remplacer celle de Nath. Elle a beaucoup de mal à retenir ses gémissements. Quand l’orgasme arrive, elle est prise d’un spasme qui lui tend le corps et manque de faire chuter la tablette qui est devant elle. Jean retire alors sa main et se lèche les doigts, tout ça sous le regard du jeune homme qui a eu du mal à retrouver son texte. Nath a un sourire moqueur en commençant à ouvrir la braguette de Jean. Elle en sort délicatement un membre gonflé de désir, qu’elle entreprend de masturber avec ardeur sous la table. Jean éjacule très rapidement par terre. Quand midi arrive, le jeune homme se dirige vers Nath et lui demande ce qu’elle fait le soir. Elle l’invite à boire un verre au bar de l’hôtel. Quand la journée est terminée, Nath et Jean vont se promener sur la plage. Le vent soulève la mini-jupe, offrant son sexe aux caresses du vent et au regard des gens couchés sur le sable, ce qui la met dans un état d’excitation terrible. Le soir venu, après le dîner, le jeune homme les attend au bar. Ils conversent comme si rien ne s’était passé le matin, mais ne tardent pas à se retrouver tous les trois dans la chambre d’Isabelle. Là l’inconnu qui s’appelle Christophe commence à caresser Nathalie par-dessus sa robe noire, s’attardant sur la chute de reins et les fesses qu’elle a splendides. Jean, ne voulant pas être en reste, caresse intensément Nathalie sur le ventre et les seins. Elle commence à transpirer, et sa peau brille dans la pénombre de la chambre. Christophe a entrepris d’ouvrir la fermeture éclair de la robe de mon amie, tandis que Jean caressait ses cuisses, s’attardant de plus en plus sur l’entrejambes. Nathalie se retrouve nue comme un ver, sa peau luisant de sueur et d’excitation. Sans faire plus de détails, elle déshabille Christophe, le fait se coucher sur le lit et s’empale sur son sexe qui est de bonnes dimensions. Jean se déshabille, un peu frustré d’entendre les deux amants gémir. Nathalie cambre un peu plus les reins, faisant comprendre à Jean qu’il doit les rejoindre dans leurs ébats. Il ne se fait pas prier. Elle arrêta ses ondulations le temps que Jean la pénètre. Nathalie n’arrêtait plus de jouir : c’était la première fois qu’elle avait deux membres dans son vagin distendu. Jean se retire pour la prendre dans son orifice plus intime. Il la pénètre violemment, lui arrachant un cri de douleur. Nath m’a raconté que cette douleur s’est vite transformée en jouissance extrême. Les deux hommes éjaculent en elle, la laissant s’endormir, ivre de plaisir et de fatigue. Ils ne revirent plus Christophe. Il était reparti très tôt pour Paris.

Auteur: Lara asiab

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *