Le téléphone rose

Comme tous les après midi, Olivier rentrait de la fac. Il avait dix-neuf ans, et ne connaissait pas encore les délices de l´amour. On ne peut pas vraiment dire, qu´il était un séducteur né, bien au contraire, il faisait preuve de timidité et de maladresse dès qu´il se trouvait en présence d´une jeune fille. Il était de plus en plus obsédé par ce besoin de perdre son pucelage, surtout depuis le début de l´année date à laquelle il avait emménagé avec sa demi-sœur Sabine. Ils se connaissaient depuis que leurs parents avaient décidé de vivre ensemble, il y a tout juste deux ans. Sabine faisait des études d´histoire, c´était une grande brune de vingt deux ans avec une lourde poitrine et des hanches très fines. Elle avait pas mal de soupirants qui lui tournaient autour, mais elle les repoussait sans vergogne prétextant se consacrer à ses études. En fait elle ne s´était pas encore vraiment affirmée sexuellement, elle avait bien eu quelques expériences avec des hommes comme avec des femmes, mais elle se cherchait encore. Toujours est-il qu´elle en faisait baver plus d´un et notamment son demi-frère Olivier. Souvent il avait essayé de l´épier dans la salle de bains, mais toujours en vain.

En entrant chez lui, Olivier constata qu´il n´y n’avait personne. Il avait eu une journée fatigante, et il lui vint l´envie de se masturber pour se détendre. Il monta dans sa chambre et téléphona à un numéro X qu´il avait trouvé dans une de ses nombreuses revues pornographiques.

Il était maintenant dix-sept heures, et Sabine arrivait de chez une amie. Elle prit le courrier dans la boite aux lettres, entra puis elle s´installa dans un fauteuil afin de le lire tranquillement. Il y avait une lettre des parents qui prenaient de leurs nouvelles et une facture de téléphone. Elle ouvrit cette dernière et vit avec stupeur que le montant s´élevait à plus de deux milles francs pour le simple mois de mars. Un peu en colère, elle décida d´aller en parler à Olivier. Elle grimpa les escaliers et pénétra dans la chambre où elle le trouva nu comme un ver sur son lit. Il tenait le téléphone d´une main et se besognait tranquillement de l´autre. Il n´eut pas le temps de se finir, et avait disparu sous sa couette rouge de honte dès que Sabine était entrée. Il protesta contre cette irruption intempestive en grommelant qu´elle aurait pu frapper avant d´entrer. Sabine comprit très vite pourquoi la facture était si salée. Olivier s´habilla à l´abri des regards de sa sœur pendant qu´il se faisait littéralement engueuler par cette dernière complètement furieuse de constater comment il avait dilapidé le peu d´argent qu´ils avaient. Elle lui demanda ce qu´il pouvait bien trouver dans cette pratique, allant même jusqu´à dire qu´il ne devait pas être bien compliqué de prostituer sa voix pour assouvir les pulsions de jeunes puceaux dans son genre. Olivier la prit aux mots et la défia de faire aussi bien que les hôtesses de charmes. Elle lui dit de patienter deux petites minutes et partit dans sa chambre.

Elle s´allongea sur son lit, et prit le téléphone, elle le mit en mode interphone, et Olivier décrocha à l´autre bout. Sabine prit alors une voix douce et suave, Olivier n´en ne croyait pas ses oreilles. Elle commença par se décrire, ses grands cheveux bruns qui lui tombaient sur les épaules, ses seins lourds mais fermes, ses fesses rebondies, ses grandes jambes minces. Dans la chambre d´Olivier, la pression commençait à monter. Sabine était en train de se caresser les hanches et les seins au travers de ses vêtements, elle racontait tout sans oublier le moindre détail. Olivier oublia qu´il parlait à sa demi-sœur, et entra dans le jeu. Déjà on pouvait voir les tétons de Sabine sous son T-Shirt, ils s´érigeaient tels deux petits pics et semblaient vouloir passer au travers du tissu. Olivier lui demanda de se déshabiller, elle commençait à prendre du plaisir, et c´est machinalement qu´elle s´exécuta. Elle ôta son T-Shirt, et fit glisser son jean. Elle était maintenant en sous-vêtements et continuait de se caresser le corps, Olivier lui avait déjà une trique d´enfer. Elle entreprit toute seule de défaire son soutien-gorge, et se prit les seins à pleines mains. Elle les malaxait, stimulait ses tétons qui étaient de plus en plus durs et réceptifs, c´est alors que les yeux à demi clos, Olivier intervint et lui dit de lécher ses tétons. Elle ne l´avait jamais fait, car ça ne lui avait jamais traversé l´esprit, mais elle trouva l´idée séduisante ; Elle passa une de ses mains sous son sein puis le remonta à sa bouche, vu le volume de ce dernier, elle n´avait aucun mal à le sucer. Elle passa sa langue plusieurs fois de suite puis l´aspira totalement pour le voir ressortir tous rouge et tout gonflé de plaisir.

Olivier pour sa part s´était de nouveau déshabillé et se caressait lentement le sexe. Sabine s´adonnait complètement à ses caresses et oublia même qu´elle faisait tout ça pour un pari stupide avec son frère, elle était en train de prendre du plaisir en racontant ce qu´elle faisait comme si elle parlait à un être imaginaire. Une main vint se crisper sur son pubis, elle sentit au travers de sa petite culotte en coton, qu´elle était toute mouillée. Elle se débarrassa de sa culotte. Olivier lui dit de la lécher, sabine qui avait déjà léché des filles s´exécuta et porta le petit bout de tissu souillé par son plaisir à son visage. Elle le renifla, et trouva que ça sentait bon la mouille, mais c´est d´un geste hésitant tout de même, qu´elle commença à lécher. Le goût de sa cyprine lui remplit la bouche, et c´est toute excitée qu´elle porta son autre main sur son sexe. Elle se caressa longuement le clitoris puis fit pénétrer son majeur dans son vagin. A ce moment elle enleva sa culotte de sa bouche et le frotta contre ses seins. Son corps ondulait sur le lit, suivant les mouvements de ses doigts en elle.

Olivier la rappela à l´ordre et lui dit qu´il voulait bien qu´elle prenne son pied, mais qu´il n´entendait plus rien à part quelques gémissements étouffés. Sabine prit le combiné et activa la fonction mains-libres, elle plaça le micro près de son sexe et reprit sa masturbation. Ses doigts qui allaient et venaient dans sa chatte faisaient un bruit obscène, et il n´en fallut pas plus à Olivier pour se lâcher, une longue giclée de sperme sortit de sa bitte pour aller s´écraser sur la moquette à coté du lit. Il reprit son souffle et ses esprits ainsi que le combiné. Sabine était toujours en train de se masturber, quand une idée lubrique lui traversa la tête. Elle prit le combiné le regarda attentivement, et devant sa forme arrondie le porta à la bouche et le lécha abondamment et le fit pénétrer à l´intérieur d´elle. Elle se servait du téléphone comme d´un god. Olivier lui ne comprenait plus rien à ce qui se passait, et décida d´aller voir par lui-même. Il traversa le couloir complètement nu et poussa la porte de la chambre de sa sœur. Il l´a trouva à quatre pattes sur le lit, le téléphone dans la chatte en train de hurler qu´elle allait jouir.

La verge d´Olivier se redressa aussitôt, il ne pensait pas que Sabine avait fait tout cela pour de vrai, il pensait qu´elle avait fait semblant, tous comme les hôtesses. Devant le tableau de sa sœur qui se branlait comme une folle furieuse en hurlant de plaisir il s´enhardit et rentra dans la chambre. Sabine le vit mais elle était trop loin dans son plaisir pour penser à éprouver une quelconque honte. Olivier s´approcha d´elle et lui dit que ce n´était un téléphone qui allait la satisfaire, et il lui planta sa bite sous le nez. Elle marqua un temps d´arrêt puis ouvrit la bouche et enfourna son sexe encore tout poisseux de la précédente éjaculation. Elle lâcha le téléphone qui tomba sur le lit, pour se consacrer entièrement à cette fellation inattendue. Elle engloutissait maintenant totalement le sexe de son frère en lui caressant les couilles, le pauvre qui n´avait jamais connu ça éjacula presque aussitôt. Sabine avala la semence et sans lâcher prise, elle continua à le sucer jusqu´à ce que son sexe se redresse, ce qui ne prit pas plus de trente secondes. Elle le libéra enfin et s´allongea sur le dos en lui disant, de profiter du fait qu´elle était toute mouillée. Olivier s´exécuta et plaça sa bitte à l´entrée du vagin de sa sœur et poussa délicatement de peur de lui faire mal, mais c´est sans ménagement qu´elle lui prit les fesses et le fit pénétrer d´un seul coup.

Il commença à la limer, de plus en plus fort et de plus en plus vite, Sabine elle était déjà partit au septième ciel, et c´est un flot de jouissance qui sortit de sa chatte. On aurait dit que sa chatte se liquéfiait, le jus coula sur les testicules d´Olivier sur le drap et entre les cuisses de Sabine. Il y en avait partout. Olivier lui ne s´arrêtait pas et continuait son office, Il était rouge écarlate et malgré ses coups de reins, il n´arrivait pas à atteindre l´éjaculation salvatrice. En effet, il avait déjà éjaculé deux fois dans les dix minutes précédentes et le pauvre garçon n´en pouvait plus. Sabine comprit ce qui se passait, et voulait le satisfaire et prendre encore une fois son pied. Elle se retira de sous Olivier et se mis à quatre pattes devant lui, lui offrant sa croupe.

Elle savait que pour qu´il puisse jouir à nouveau il lui fallait une forte stimulation. Elle prit sa bitte et la dirigea non pas vers son vagin mais vers son anus. Elle lui dit d´y aller doucement car elle était encore vierge d´ici. Olivier s´en retrouva tout gonflé de désir, il allait pénétrer là où personne n´avait jamais été. Même dans ses rêves les plus fous il n´avait jamais espéré pouvoir faire cela. Il poussa doucement son gland entre les fesses de Sabine et rentra sans aucune difficulté, en effet la jouissance qu´elle avait eue lui avait totalement lubrifié l´anus. Il poussa bien au fond, on aurait dit que ce trou n´avait pas de limite. Il allait et venait avec force et sans ménagement. Sabine quant à elle hurlait de plaisir, jamais elle n´aurait pensé qu´il était aussi bon de se faire prendre par derrière.
Les mots crus volaient dans la chambre, Sabine en voulait toujours plus et toujours plus fort tandis que son frère la traitait de chienne en chaleur qu´il allait défoncer jusqu´au bout. Toujours est-il que c´est lui qui capitula le premier dans un puissant jet. Le sperme alla se répandre au fond du cul de Sabine qui sentant son frère venir en elle, donna un dernier coup en arrière pour s´abandonner à son tour au plaisir de la jouissance.

Ils tombèrent tous les deux sur le lit, le sexe d´Olivier dégonfla et sortit de l´anus de Sabine ainsi qu´un petit filet de sperme. Ils se regardèrent, fixement, et comprirent que maintenant plus rien ne serait comme avant. Ils s´embrassèrent pour la première fois d´un long baiser langoureux. Leurs langues se mêlaient l´une à l´autre dans un balai de douceur et de saveur. Il allèrent prendre une douche ensemble puis décidèrent d´un comme un accord qu´ils pourraient recommencer si le désir s´en faisait ressentir, mais que leurs jeux prendraient fin dès que l´un d´eux aurait trouvé l´âme sœur.

Auteur: Philou camaction

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *