Je suis devenue lesbienne

J’ai toujours été attirée par les femmes, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de faire l’amour à l’une d’entre elles.
C’est arrivé après une rupture avec mon copain du moment. Je me souviens de la première rencontre.
Je suis triste assise sur un banc quand elle s’approche de moi.

-Vous voulez peut-être un peu de compagnie pour penser à autre chose ?
-Pardon ? Mais qui êtes-vous ?
-Personne en particulier, juste une femme qui reconnait les chagrins d’amour. Un peu de compagnie pour penser à autre chose ne fait jamais de mal.

Elle a raison. Il vaut mieux pour moi que je pense à autre chose plutôt que de ruminer du noir sur le cas de mon copain. Nos nous mettons donc à bavarder toutes les deux, enfin, c’est surtout elle qui parle. J’écoute sans trop parler, sauf quand elle me pose une question.

-Tu veux venir chez moi ? Me demande-elle.
-Pourquoi pas, mais cinq minutes pas plus.

En arrivant chez elle, je reconnais là l’habitation d’une femme célibataire. Elle a plutôt bon goût en matière de décoration, comme pour ses tenues vestimentaires d’ailleurs.
Elle, c’est Nabila, une charmante femme arabe, mesurant autant que moi, c’est-à-dire 175 centimètres, des cheveux très sombres et longs jusqu’au milieu du dos, et une belle poitrine.
Nous prenons le thé tranquillement.

-Tu sais, tu devrais peut-être t’intéresser un peu plus aux femmes, elles ne sont pas comme tous ces hommes.
-Mais non, ce n’est pas bien. Nous sommes faites pour être avec un homme, pas entre femmes, lui réponds-je. J’ai bien eut quelques attirances, mais seulement pour la découverte, je n’envisage pas autrement.
-Et si je t’embrasser de suite, tu t’offusquerais ?

Mon téléphone sonne, j’en profite pour répondre et ne pas lui répondre.

-Désolé, je dois partir.
-C’est de ma faute, je n’aurais pas du demander. Excuse-moi.
-Non ce n’est pas cela, crois-moi.
-Si tu veux. Ecoute, si jamais… tu n’as qu’à revenir un peu plus tard, je serais là.
-Très bien.

Je suis en effet revenue un peu plus tard. Elle m’accueille comme une vieille amie en m’embrassant sur la joue. Que c’est doux comme sensation.
-Entre je t’en prie.
-Je crois qu’on n’avait pas fini la discussion tout à l’heure.

-Oui, j’attends ta réponse.

Je lui réponds en venant déposer mes lèvres sur les siennes. Notre premier baiser ne s’éternise pas, juste quelques secondes. Ce baiser est rapidement suivi par de nombreux autres, tous aussi tendres que le premier, mais plus passionnés.
Nos corps se frottent l’un à l’autre au niveau de nos poitrines. Elle passe ses mains sur mes seins, un frisson me remonte tout du long de la colonne vertébral. Ses mains descendent, attrapent mon t-shirt pour le faire passer au dessus de ma tête assez rapidement mais délicatement. Je me laisse guider.
Elle en profite pour ôter le sien également. En effet sa poitrine est plus généreuse que la mienne, et même pour la lingerie elle a bon goût contrairement à moi qui me retrouve en sous-vêtements dépareillés devant elle.
Elle me prend la main pour la poser sur son sein. Il est ferme, rond, agréable.

-On va plus loin ?
-Avec plaisir dis-je en un souffle

Nous terminons de nous déshabiller toutes les deux pour que je découvre son pubis vierge de poil, je ne peux pas m’empêcher de regarder.

-Tu n’as jamais vu cela avant, n’est ce pas. Tu verras que c’est bien plus agréable.

Nous nous embrassons, nous nous caressons les hanches, les nuques, les seins, les fesses. Elle me guide jusqu’au lit pour m’y allonger sur le dos.

-Tu vas découvrir la douceur d’une femme

Elle glisse sa tête entre mes cuisses pour se rapprocher inévitablement de mon petit bouton d’amour. A travers les poils pubiens, elle s’en occupe du bout de sa langue, que c’est bon, elle a raison. En quelques minutes, elle me transporte à un orgasme qu’aucun homme ne m’a offert jusque là, et elle continue à me butiner la minette très tendrement.
Une fois que mon orgasme redescend suffisamment, elle passe ses jambes de chaque coté de mes épaules en m’offrant une vue sur sa minette toute lisse. Sans un mot je me mets à lui lécher la fente, écartant de ma bouche ses petites lèvres pour atteindre son clitoris. C’est vrai que c’est doux, et même meilleur à avoir en bouche que le sexe d’un homme. Je me régale, je profite de ses coups de langue pour me caler sur son rythme.
Nous changeons finalement de position pour faire l’amour tendrement, en nous emplissant le corps et les sens de caresses et de baisers voluptueux. Jamais je n’ai pris autant de plaisir à faire l’amour.
Pour me finir, pour me faire jouir une énième fois, pour m’achever même, elle en vient à glisser un doigt dans mon vagin suivi de près par un doigt dans mon anus. Cette sensation double accompagnée d’un baiser sur ma bouche est la goutte de trop. Je me noie dans mon orgasme, éjaculant toute ma cyprine à travers ses doigts et me répandant sur ses draps.

-Toujours pas décidé à t’aventurer coté femme ?
-Si elles sont toutes comme toi, certainement.
-Pourquoi toutes, et pas seulement une.
-Tu as raison ma chère, dis-je en l’embrassant à pleine bouche pour ne jamais plus partir.

Auteur: iris

Séductrice et coquine, Iris, une senteur aux saveurs piquantes aromatisée à l'essence naturelle du plaisir. Les mots, les sens, les photos, les relations, le plaisir de la vie et de la sexualité prennent sens.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *