8 3

histoire coquine salope

J’accompagnais mon ami à un repas dans un restaurant, avec quelques uns de ses collègues ainsi que son patron, pour fêter la réussite d’un projet. Pour l’occasion, j’avais choisi une petite jupe noire au dessus des genoux, mais fendue assez haut sur une des cuisses, assortie d’un chemisier beige très légèrement transparent. En ce qui concerne les dessous, j’avais opté pour un ensemble string, soutien-gorge balconnet et bas dim noirs, et pour conclure une paire de chaussures beiges à talons hauts.

Au restaurant une grande table en U avait été réservée et les places étaient prédéfinies, mon ami près de son patron avec ses collègues, moi sur un autre bout avec d’autres femmes d’employés et aussi quelques hommes, dont un à coté de moi. Il avait une quarantaine d’années.

L’apéritif passe, on commence à discuter tous les deux de banalités mais au fur et à mesure que nous parlons, et que je l’observe, je commence à sentir une pointe d’envie dans son regard. C’est cette envie qui me plait tant chez un homme, surtout un plus âgé que moi. Je trouve ça encore plus excitant!

Je surprends à plusieurs reprises ses yeux déviés vers mon décolleté; il est vrai que j’avais déboutonné mon chemisier juste ce qu’il fallait pour bien apercevoir ma dentelle noire et mon décolleté plongeant. Dans ces moments là j’aime beaucoup tester, provoquer un peu pour étudier la réaction de l’homme… Je décroise doucement mes jambes pour bien qu’il baisse son regard dessus et réajuste lentement un de mes bas noirs en remontant un peu ma jupe, puis je recroise mes jambes en laissant apparaître le haut de mes bas. Puis, je prends mon téléphone portable et fais semblant d’étudier mes sms, lui laissant avec plaisir le temps et l’envie de profiter de la vue sur mes cuisses et mes bas. D’ailleurs il ne s’en privait pas, je sentais son regard me déshabiller, de mon décolleté jusqu’à mes talons. J’adore ces situations ou chacun de mes gestes attire plus encore le regard d’un homme, comme ici le fait de croiser, décroiser mes jambes de plus en plus haut et dévoiler mes cuisses, ou bien encore me pencher pour chercher quelque chose dans mon sac à main et bien dégager mes cheveux pour lui laisser une vue parfaite sur mes seins.

Quand je sentis qu’il était bien excité de m’avoir regardée sous différents angles, je décidai de provoquer sa réaction. Je croisai mes jambes de sorte que quand je balançais mon pied d’avant en arrière je frôlais sa jambe, sans vraiment lui faire du pied, car c’était juste le bout de mes chaussures à talons qui se frottaient contre lui. Je lui demandai alors de façon innocente, tout en lui adressant un sourire :

– C’est très agréable comme endroit je trouve, je ne regrette pas d’être venue.
– Je suis bien d’accord avec vous
– Oh je suis désolée depuis tout à l’heure c’est vous que je touchais avec mon pied, il fallait me le dire!
– Pour être honnête je ne voulais pas vous le dire de peur que vous arrêtiez
– Ah, oui ? Mais pour quelle raison ? lui demandai-je
– Pour la bonne raison que je suis sur que vous saviez très bien que vous me faisiez du pied, et vous savez aussi que vous êtes très excitante et très aguicheuse à vous habiller et à vous comporter comme ça
– Aguicheuse ? Comment çà ?
– Parce que depuis le début tu t’arranges pour que je me rende compte que tu es excitante. J’ai bien remarqué ta façon de te pencher pour que je voie bien tes seins, ou encore la manière dont tu croises les jambes assez haut pour que je voie tes cuisses et tes bas… Tu sais comment j’appelle une fille qui fait ça; ou tu préfères que je te le dise peut-être ?

J’étais à la fois troublée par la façon dont il m’avait dit cela, en me tutoyant, me parlant directement, et à la fois excitée par cette situation, alors je lui dis :

– Oui allez-y dites le moi

Il se rapprocha alors de moi, se pencha légèrement et me souffla à l’oreille :

– Déjà en te voyant arriver et passer devant moi perchée sur tes talons en balançant ton cul de droite à gauche, j’étais sur que tu le faisais exprès, et une fille qui agit comme ça, moi j’appelle ça une petite allumeuse

Et soudain, je sentis une de ses mains se poser sur ma cuisse et me caresser de bas en haut sans aucune hésitation.

– Je suis sur que tu adores ça exciter, faire bander les hommes je me trompe ?

Pour seule réponse, j’écartai progressivement mes cuisses sous la table sentant sa main habile se promener partout où elle le désirait. Plus sa main se rapprochait de l’entrée de mon string, plus j’écartais mes cuisses et je m’offrais.

Je sentis ses doigts écarter mon string d’un geste sec et ils commençaient déjà à s’amuser avec ma petite fente humide.

– J’en étais sûr, tu es toute trempée, une vraie petite pouilleuse comme je les aime, me dit-il

Voyant que je ne disais rien et que ça m’excitait beaucoup il introduit un doigt et commença à me fouiller la chatte. J’avais du mal à me contrôler. Comme s’il lisait dans mes pensées il me dit :

– Tu vas aller aux toilettes et m’attendre la bas, je vais te montrer comment je traite les petites salopes comme toi, allez vas y

Incapable de répondre quelque chose, je me levai discrètement et me dirigeai vers les toilettes du restaurant, c’était une seule pièce fermée avec un lavabo et une autre porte pour les toilettes. Je me penchai sur le lavabo et me regardai dans la glace, j’étais là avec ma jupe un peu relevée, mon string trempé et mon chemisier largement ouvert. Sans rien dire, il posa ses mains sur mes hanches et m’embrassa dans le cou, mon premier réflexe fut de me cambrer et de coller mes fesses contre sa bite au travers de son pantalon, je le sentis immédiatement durcir contre mon cul et ça m’excitait davantage. Il caressa mes cuisses en remontant de plus en plus ma jupe, je sentais son souffle chaud dans mon cou et il me dit à l’oreille :

– Je vais me faire un plaisir de te baiser comme tu le mérites petite salope, mais avant fais-moi voir comme tu sais bien faire bander un homme avec ton petit cul
– Oui comme ça, c’est bien tu aimes ça, sentir une queue bien dure se presser contre ton cul
– Mets-toi à genoux devant moi petite traînée pour que je profite de ta bouche de suceuse
– C’est bien continue, j’étais sûr que tu adorais sucer des bites avec ta petite bouche de garce
-Tournes-toi et appuies-toi contre le lavabo, je vais bien te baiser, je sais que tu n’attends que ça

Je posa alors mes coudes sur le lavabo, mon cul bien en arrière et bien relevé.

– Voila c’est mieux, cambre-toi bien petite traînée, c’est ce que tu veux non te faire baiser ta petite chatte ?
– Oui c’est ce que je veux j’en ai trop envie, baisez-moi allez-y
– Espèce de petite salope, tu n’attendais que ça que je te baise!
– Oui hummmmmm c’est bon

Il me défonçait littéralement la chatte, je sentais sa bite s’enfoncer et ses couilles taper contre mon cul, j’étais à sa merci j’avais juste à me laisser baiser comme ça comme une traînée. Il me passa une main dans les cheveux et en m’agrippant me tira la tête en arrière à chaque fois que sa queue s’enfonçait profond en moi.

– Je vois que tu aimes ça te laisser baiser comme une pute.
– Cambre-toi bien, fais moi voir comme tu aimes faire la chienne

Il accompagna ces paroles d’une pression sur mon épaule qui m’obligea à me pencher plus en avant. J’étais littéralement pliée en deux et mes cheveux traînaient dans le lavabo à chaque coup de bite que je recevais.

– Tiens regarde-toi dans la glace pendant que je te baise, regarde comme tu es belle comme ça petite salope

Il continuait ses va-et-vient profond dans ma chatte. La tête bien en arrière je me regardai dans la glace, secouée d’avant en arrière par des coups de bites qui me labouraient la chatte. Je le voyais lui qui s’acharnait à me défoncer inlassablement, sa main qui m’agrippait les cheveux et l’autre posée sur le bas de mon dos pour m’imposée d’être bien penchée et cambrée comme une chienne.

– Oui, oui, oui continuez haaannn j’en peux plus.

Je jouis comme ça la chatte dégoulinante, j’avais tout mon corps qui tremblait sous les coups de reins.

– Tiens t’aimes ça te faire défoncer dans des toilettes, comme une vulgaire pute.
– Oui j’adore, défoncez-moi encore allez-y, baisez-moi comme une pute.
– Lèche-moi les couilles, fais-moi bien gicler
– C’est bien continue, bouffe-moi les couilles petite pute

Il me prit par les cheveux et dirigea ma bouche où il le désirait. Je le léchais avec envie, j’étais tellement excitée que j’aurais fait ce qu’il voulait pour le faire gicler.

– Oui continue comme ça, surtout ne bouge pas ça vient
– Oui allez-y gicler moi dessus c’est ce que vous voulez
– Hmmm oui je vais t’inonder le visage petite salope, tiens aaahhhhhh oui ahhhhhhh!!!

Et alors que ma langue s’activait encore à lécher ses couilles, je sentis une première giclée de sperme s’abattre sur mon front et le début de mes cheveux. Il continua à me tenir fermement par les cheveux et secoua ma tête de droite à gauche pour mieux barbouiller mon visage de ses nombreuses giclées de sperme. Je le laissais faire, je sentais son foutre s’abattre sur mes joues, mes lèvres, le menton.

– Ouvre la bouche tu vas finir ton travail de petite pute en me nettoyant la queue

J’étais comme hypnotisée par sa bite, je sentais son sperme coulé doucement sur mon visage et j’ouvris ma bouche comme par réflexe, mais il avait raison c’était un réflexe de pute soumise. Je commençai à lécher son gland, à me régaler du sperme restant, et inconsciemment j’aurais voulu recevoir une giclée de sperme au fond de ma bouche.

Puis il retira sa queue de ma bouche et commença à reboutonner son pantalon, j’étais à genoux devant lui à lécher les gouttes de sperme qui avaient coulées le long de mon visage sur le bord de mes lèvres. Sans un mot il partit et me laissa là à moitié nue et le visage souillé de son liquide, mais je comprenais, je l’avais laissé me traiter comme une chienne il était normal qu’il partit une fois ses couilles vidées. Je me leva les jambes encore tremblantes de cette baise sauvage et me rhabilla. Cette partie de baise qui m’avait parue très longue n’avait duré finalement qu’une vingtaine de minutes.

Catégories de l'article :
Récits pornos

Coquin amoureux de la plume et des belles photos, Erosto, m’ est comme un petit boudoir coquin permettant de mettre par écrit les plaisirs sexuels, les histoires érotiques et les nombreux conseils coquins pour les couples, les hommes et les femmes qui aiment comme moi pimenter leur vie sexuelle et agrémenter les soirées torrides pour le seul plaisir du partenaire

Commentaires pour histoire coquine salope

  • Très belle histoire. Je reconnais que j’ai été baisé pareillement par trois inconnus, j’ai adoré. mary***ith@outlook.com

    Maryse 26 octobre 2017 17 h 17 min Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *